Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21 LA PLUPART DES ILLUSTRATIONS DE CE BLOG SONT TIRÉES DE https://www.evangile-et-peinture.org/ AVEC LA PERMISSION DE L'AUTEUR 2 968 Articles 1 000 656 Visites 2 502 274 Pages vues

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - MAIS Y A-T-IL UN SEUL PAPE OU DEUX ? RÉPONSE AU PÈRE CAVALCOLI - 50ème partie

dominicanus #Benoit XVI, #Il est vivant !, #Porta fidei, #actualités
Écrit par Andrea Cionci (21/12/2021) - Traduction française autorisée : père Walter Covens

Écrit par Andrea Cionci (21/12/2021) - Traduction française autorisée : père Walter Covens

Le théologien dominicain Père Giovanni Cavalcoli, défenseur de la légitimité de Bergoglio, a répondu sur son blog (ICI) à notre article d'il y a quelques jours dans lequel nous exemplifions (ICI) les théories absurdes des légitimistes de Bergoglio.

 

Avec tout le respect que nous lui devons, nous répondons au Père sans ambages, car les enjeux sont très importants et ses positions entravent la compréhension de l'anti-papauté actuelle.

 

Le père Cavalcoli commence immédiatement par affirmer que nous suivons des "soi-disant catholiques". Outre le fait que nous ne suivons que des faits et des documents, il est frappant de constater que pour le théologien, les " soi-disant catholiques" sont ceux qui sont fidèles à Benoît XVI, qui célèbrent la messe en latin, qui consomment des chapelets et ne s'écartent pas du catholicisme le plus orthodoxe, sans adhérer aux changements modernistes de la liturgie, à la modification du Notre Père, aux pactes avec le parti communiste chinois, aux changements du catéchisme (art. 2267), aux intronisations à Saint-Pierre d'une divinité sanguinaire comme Pachamama, aux bénédictions des couples gays, à la communion des turbo-avorteurs ou des adultères dans Amoris laetitia, etc.

 

Le Père Cavalcoli aurait pu définir, à la rigueur, ceux qui résistent comme des "fondamentalistes" (s'il voulait vraiment les dénigrer à tout prix), mais bien sûr, ici, les "soi-disant catholiques" sont tout à fait différents, précisément à cause d'une question sémantique.

 


L'ACCEPTATION PACIFIQUE DES CARDINAUX

 

La position du théologien est un exemple classique de "présomption de normalité" : Bergoglio est pape parce qu'il a été accepté par les cardinaux, donc il est catholique, donc, la Declaratio de Benoît est une véritable renonciation". Tout va bien, Madame la Marquise. Il s'agit d'un déni flagrant de l'évidence, basé sur une inversion canonique dont nous parlerons plus tard.

 

Le fait que les cardinaux n'aient rien eu à dire sur la "démission" de Benoît XVI n'a aucun sens. Le père Cavalcoli lui-même mentionne la Mafia de Saint-Gall qui complotait depuis des années pour obtenir la démission de Benoît XVI et l'élection de Bergoglio. Il est donc évident que le Pape Ratzinger, face à certains cardinaux qui voulaient l'écarter, a utilisé un stratagème très subtil pour "démissionner sans abdiquer", en s'assurant que TOUS les cardinaux, amis et ennemis, ne s'en aperçoivent pas au début et permettent aux modernistes de s'anti-papaliser et de se schismatiser avec un conclave nul. Il était exactement dans les intentions du pape de ne pas être compris, du moins au début : par conséquent, les cardinaux fidèles à Benoît XVI sont ENTIÈREMENT JUSTIFIÉS s'ils n'ont pas saisi et dénoncé son "plan B" canonique.

 

C'est en fait tellement subtil et " hypnotique " qu'on n'a commencé à le comprendre qu'en 2019 et, avec une équipe de théologiens, latinistes et canonistes, il nous a fallu encore DEUX ANS de travail pour comprendre que la Declaratio n'était pas une renonciation, mais l'annonce d'un SIÈGE EMPÊCHÉ. Et si les cardinaux ne se sont toujours pas prononcés aujourd'hui, il faut aussi remercier le père Cavalcoli qui contribue à masquer la question par son légitimisme pour l'anti-pape.

 

Mais il y a un argument qui démolit complètement "l'acceptation pacifique universelle" de l'Église (Universalis Ecclesiae Adhaesio) à laquelle se réfère le Père Cavalcoli : elle n'est pas applicable à Bergoglio parce que " l'erreur substantielle " (canon 126) est préexistante et la doctrine n'a jamais pu assainir l'absence, en 2013, de la conditio sine qua non pour convoquer le conclave : le pape mort, ou abdicataire, alors que Benoît était vivant, bien portant, et in sede impedita, comme nous le montrerons plus loin.

 

 

LA PROCLAMATION DE L'ANTI-PAPE

 

Le Père Cavalcoli objecte alors : "Les antipapes sont soit auto-proclamés, soit ils ont été proclamés tels".

 

Le fait que Bergoglio n'ait pas été explicitement proclamé antipape par Benoît XVI découle du fait que le vrai pape se trouve dans un siège empêché et entre les mains de l'antipape, non libre de s'exprimer et contraint de dissimuler son statut sous l'institution inexistante du pape émérite. Cette situation inhabituelle n'enlève rien au fait que François est un anti-pape. De plus, bien qu'aucun cardinal ne se soit encore exprimé, il y a des évêques, comme Monseigneur Gracida et Lenga qui ont dit que Bergoglio n'est pas le pape et plusieurs prêtres qui l'ont explicitement proclamé anti-pape, en se faisant lourdement sanctionner, et sans procès canonique.

 

 

"C'EST JUSTE DES CONSPIRATIONS..."

 

Mais en réalité, même depuis sa "captivité", le pape Benoît nous communique SANS ÉQUIVOQUE son siège empêché. Et ici le Père Cavalcoli utilise le système dialectiquement incorrect habituel des bergogliens, c'est-à-dire l'évitement en bloc de tout le discours fondamental sur le "Ratzinger Code". Il écrit :

 

"Croire que Benoît XVI se considère toujours secrètement comme le pape en exercice et considère l'élection de François comme invalide, en s'exprimant, comme le dit Cionci, au moyen d'un langage codé, est un théorème ridicule, digne de ceux qui lisent trop de romans policiers ou de films d'espionnage, et cause une très grave offense avant tout à Benoît XVI lui-même, qui, s'il apprenait une intrigue irrévérencieuse similaire dans un roman de science-fiction, s'il ne l'a pas déjà connue, rejetterait certainement avec indignation une supposition aussi artificielle".

 

Comme c'est pratique : éluder huit ans de témoignages sans équivoque du pape Benoît lui-même, puis rebattre les cartes du droit canonique. Cette considération implique une sérieuse prise de responsabilité de la part du Père Cavalcoli. Face à des messages étudiés et certifiés (ICI) par des experts, même de niveau universitaire, psychologues, psychiatres, linguistes, magistrats, écrivains, et même des avocats de la trempe du professeur Carlo Taormina (qui n'est pas le dernier venu), le père Cavalcoli aurait le devoir moral d'enquêter à fond sur la question, en la contestant point par point, avant de la rejeter avec quelques mots désobligeants. Nous invitons le Père à fournir une réponse alternative et "politiquement correcte" aux messages codés de Ratzinger identifiés dans l'enquête, aux chapitres 6 à 14 (ICI en bas de page).

 

Le théologien est aussi un peu offensif, car il nous fait passer pour des imbéciles qui aiment les romans policiers, mais tout de suite après, il marque un but contre son camp en affirmant que "le pape Benoît rejetterait avec dédain des intrigues romanesques aussi irrévérencieuses". Très vrai. C'est précisément pour vérifier cela qu'en octobre, nous avons écrit au pape Benoît, en nous présentant sous tous les aspects, et celui-ci, au lieu de s'indigner et de nous faire des reproches, en nous expliquant que "le pape est unique et c'est François", COMME IL AURAIT DÛ LE FAIRE dans le cas d'une véritable renonciation, nous a répondu (ICI) gentiment et avec bonhomie, que "malgré toute notre bonne volonté, il n'est vraiment pas possible qu'il nous reçoive", avec les armoiries du pape régnant. Et à moins que quelqu'un ne veuille insinuer que l'archevêque Gänswein ment lorsqu'il dit qu'il parle "au nom du Saint-Père émérite", la réponse de Benoît XVI est la seule qu'un pape dans un siège empêché aurait pu donner : "Je voudrais bien, mais je ne peux vraiment pas".

 

 

LE SERMENT QUI N'A JAMAIS EU LIEU

 

En outre, le théologien affirme également que Benoît XVI a juré obéissance à Bergoglio, écrivant :

 

"La démission de Benoît XVI est substantiellement valide, ses intentions sont claires, sinon il n'aurait pas fait une profession d'obéissance au nouveau pape immédiatement après son élection".

 

Ce n'est tout simplement PAS VRAI puisque dans les "Dernières conversations" (de 2016 !), Benoît XVI répond ainsi au journaliste Seewald :

 

"En prenant congé de la curie, comment pourrait-il ensuite jurer une obéissance absolue à son futur successeur ?" Réponse de Benoît XVI : "Le pape est le pape, peu importe qui il est".

 

Ratzinger, en effet, a déclaré AVANT le faux conclave, en prenant congé des cardinaux le 28 février 2013 :

 

" Et parmi vous, parmi le Collège cardinalice se trouve également le futur Pape auquel je promets dès aujourd'hui mon respect et mon obéissance inconditionnels " (ICI).

 

Il laissait ainsi entendre que son successeur légitime ne pouvait être que parmi ces mêmes VRAIS cardinaux, nommés par lui ou par Jean-Paul II et non par des antipapes. Il parlait donc d'un successeur qu'il attend toujours, en vue de sa future abdication, ou d'un prochain vrai pape qui, après sa mort, régnera sur son Siège empêché et dont Ratzinger, déjà à l'époque, était prêt à accepter docilement la réponse. Par cet extraordinaire geste préventif, le pape Benoît a fait croire à tout le monde qu'il avait juré obéissance à Bergoglio sans jamais l'avoir fait... et même le père Cavalcoli est tombé dans le panneau.

 

 

 

MAIS Y A-T-IL UN SEUL PAPE OU DEUX ?

 

Ainsi, une fois qu'il a confortablement esquivé l'obstacle insurmontable du Ratzinger Code, le Père Cavalcoli peut naviguer à travers les tempêtes de ses théories légitimistes canoniques inhabituelles de l'antipape. C'est là que la plupart des lecteurs s'égarent, bien sûr, mais tout le monde peut constater une chose : les Bergogliens devraient se mettre d'accord sur une version non ambiguë. Le père Cavalcoli affirme qu'il y a deux papes, l'un au repos et l'autre en activité, mais Mgr Sciacca, le plus grand canoniste du Vatican, affirme (ICI) qu'il n'y a qu'un seul pape : "Il ne peut y avoir de papauté partagée". Bref, décidez-vous.

 

Même Benoît XVI insiste depuis des années : "il n'y a qu'un seul pape" (et il n'explique JAMAIS qui c'est).

 

Or, cette réponse tendancieuse est si intuitive qu'elle est à la portée d'un enfant de huit ans. Nous ne disons pas cela pour offenser : nous avons demandé à un pédagogue connu de le confirmer, puis nous avons fait une expérience avec un garçon de huit ans à qui nous avons proposé la question : "Luigino - demande sa mère - c'est toi qui a pris la confiture ou ton frère ?". Et Luigino répond : "L'un de nous a pris la confiture". Même l'enfant interrogé a compris que Luigino a quelque chose à cacher. Imaginez si Luigino devait répéter une telle diatribe depuis 2013. Cher Père Cavalcoli, "si vous ne devenez pas comme un enfant....", comment était-ce ?  

 

 

L'EXEMPLE FACILE DU COMTE

 

Maintenant, pour expliquer en deux mots la question du munus/ministerium et la théorie pro-usurpation du Père Cavalcoli, nous utiliserons un parallèle compréhensible par tous : il y a un comte qui, en plus du fief et du titre de noblesse, (le munus), a également reçu la faculté d'administrer ses terres, (le ministerium).

 

Si le comte laissait l'administration de ses terres à un administrateur, il serait toujours comte, et l'administrateur ne deviendrait pas comte, bien sûr. Cependant, si l'administrateur malhonnête prend également le titre de noblesse, cela signifie qu'il l'usurpe et si le véritable comte ne proteste pas, cela signifie qu'il est emprisonné ou menacé. C'est ce qui s'est passé avec le siège empêché de Benoît XVI.

 

Dans ce cas, en effet, le comte (Ratzinger), menacé et pressurisé par l'administrateur infidèle (Bergoglio), a tout simplement renoncé à l'administration des terres. Ainsi, pour sa propre cupidité, l'administrateur Bergoglio, en se faisant nommer pape, s'est rendu coupable de "noblesse abusive et d'usurpation" et est devenu ANTI-PAPE. C'est ainsi que se produira le schisme purificateur et cette séparation des croyants et des non-croyants, dont le pape Ratzinger a parlé il y a quelques mois au Herder Korrespondenz (ICI).

 

 

LA THÉORIE DU PÈRE CAVALCOLI

 

Le père Cavalcoli, en revanche, soutient, en substance, que le titre de comte (munus) équivaut à l'administration des terres (ministerium) et que par conséquent le comte-Ratzinger, en renonçant à l'administration, a volontairement transmis à l'administrateur Bergoglio également le titre de comte. Par conséquent, pour le père Cavalcoli, il y a deux comtes : un avec les pleins pouvoirs et un au repos. Une absurdité, niée même par les bergogliens qui confirment, comme ci-dessus : le pape EST un. D'ailleurs, le Christ a dit "Tu es Pierre", et non "Vous êtes Pierre".

 

Une inversion canonique inouïe, celle du père Cavalcoli, ne fonctionne que pour justifier l'usurpation et le fait accompli.

 

Sa théorie sur l'équivalence munus-ministerium est complètement contredite par le fait que c'est précisément le Code de droit canonique qui utilise munus dans le sens spécifique d'ÊTRE pape (cf. canons 253 § 1, 333 § 1, 425 § 1, 494 § 2, 749 § 1), tandis que ministerium est toujours et uniquement utilisé dans le sens de FAIRE le pape (cf. canons 41, 230 § 3, 232, 245 § 1, 385, 1384).

 

Par conséquent, Ratzinger, en appliquant la distinction canonique DÉJÀ EXISTANTE entre les deux entités (et non pas en introduisant ex novo cette distinction, comme le prétend le Père Cavalcoli), a déclaré qu'il renonçait seulement au ministerium, mais qu'il conservait en fait le munus, le titre de pape qui est UNIQUE et ne peut être partagé avec personne d'autre. Sans parler de son report de la "renonciation", ce qui est totalement impensable, étant donné que Dieu (qui reprend les munus) ne peut certainement pas recevoir de nominations "à échéance".

 

En bref, il n'y a pas de synonymie et/ou de transitivité entre le munus et le ministerium : si le pape renonce au munus, il perd automatiquement le ministerium aussi et nous avons l'ABDICATION.

 

Mais si le pape renonce au ministerium, il ne renonce pas du tout au munus et nous avons la SEDE IMPEDITA.

 

C'est pourquoi le Canon 332.2, pour qu'un Pape , il faut qu'il renonce au MUNUS Pétrinien, le titre, et non le ministerium.

 

C'est pourquoi le Saint-Père Benoît XVI écrit, en 2016, dans le pur "Ratzinger Codex" à propos de sa propre "démission" :

 

"Aucun pape n'a démissionné depuis mille ans et même au premier millénaire, c'était une exception".

 

Il fait référence à l'exception du pape médiéval Benoît VIII qui, comme lui, a perdu le ministerium, usurpé par l'antipape Grégoire VI. Mais il est resté pape, comme il l'a fait.

 

Benoît XVI réitère infailliblement cette situation du Siège empêché dans des dizaines d'autres messages du Ratzinger Code que le Père Cavalcoli se garde bien de prendre en considération, les qualifiant avec mépris de "complots".

 

C'est la réalité. Alors faites comme vous voulez. Chacun prendra ses responsabilités devant l'histoire et, pour ceux qui sont croyants, devant Dieu.

 

 

CI-DESSOUS, TOUTE L'ENQUÊTE DEPUIS LE DÉBUT :

   
L'ENQUÊTE EXTRAORDINAIRE SUR LE PAPE QUI A SAUVÉ L'ÉGLISE - VOICI LES RÉSULTATS DE DEUX ANS DE TRAVAIL 08 SEPTEMBRE 2021
PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - POURQUOI LE "RENONCEMENT" À LA PAPAUTÉ DE BENOÎT XVI EST INVALIDE - 1ère partie 09 SEPTEMBRE 2021
PAPE ET ANTI-PAPE : L'ENQUÊTE - BENOÎT XVI N'A PAS ABDIQUÉ, MAIS A ANNONCÉ LE SIÈGE EMPÊCHÉ " - 2ème Partie 10 SEPTEMBRE 2021
PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - FLORES D’ARCAIS : LE MONDE ENTIER ÉTAIT CONTRE LE PAPE RATZINGER - 3ème partie 10 SEPTEMBRE 2021
PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - LES ENNEMIS DE BENOÎT XVI DANS L’ÉGLISE - 4ème partie 11 SEPTEMBRE 2021
PAPE ET ANTIPAPE – L'ENQUÊTE : LE SCHISME PURIFICATEUR CRÉE PAR BENOÎT XVI – 5ème partie 15 SEPTEMBRE 2021
PAPE ET ANTIPAPE - L’ENQUÊTE : LE "RATZINGER CODE" PAR LEQUEL BENOÎT XVI COMMUNIQUE DEPUIS HUIT ANS - 6ème partie 15 SEPTEMBRE 2021
PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - 2ème MESSAGE DE BENOÎT XVI : "NE VOUS MÉPRENEZ PAS, JE N’AI PAS ABDIQUÉ" - 7ème partie 16 SEPTEMBRE 2021
PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - "DÉCODER" LES DEUX LETTRES DE BENOÎT XVI AU CARD. BRANDMÜLLER - 8ème partie 17 SEPTEMBRE 2021
PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - DÉCODER LA NOUVELLE LETTRE DE BENOÎT XVI AU CARD. ROUCO ET LA 2e AU CARD. BRANDMÜLLER - 9ème partie 18 SEPTEMBRE 2021
PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - BENOÎT XVI : "JE POURRAIS ÊTRE LE DERNIER PAPE". ET FRANÇOIS QUI EST-IL ALORS? - 10ème partie 19 SEPTEMBRE 2021
PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - RÉSOLUTION DE L’ÉNIGME DE LA MOZETTE ROUGE EN "RATZINGER CODE" : POURQUOI BERGOGLIO EST-IL VÊTU DE BLANC? - 11ème partie 21 SEPTEMBRE 2021
PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - L’EXCELLENT LATINISTE RATZINGER FIT EXPRÈS DES ERREURS DANS LE LATIN DE LA "DECLARATIO" - 12ème partie 22 SEPTEMBRE 2021
   
   
PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - LES JEUX DE MOTS DU "RATZINGER CODE" PAR VALENTIN ET LE CARNAVAL ALLEMAND - 13ème partie 23 SEPTEMBRE 2021
LE PAPE ET L’ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - LA FARCE DU PAPE BENOÎT AU VATICANISTE : "JE M’HABILLE EN BLANC FAUTE D’AUTRES HABITS" - 14ème partie 24 SEPTEMBRE 2021
PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - LE "PLAN B" ANTI-USURPATION PRÉPARÉ PAR WOJTYLA ET RATZINGER DEPUIS 1983 - 15ème partie 25 SEPTEMBRE 2021
PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - IGNORANT LA RENONCIATION INVALIDE, LES SUCCESSEURS DE BERGOGLIO SERONT TOUS ANTIPAPES - 16ème partie 28 SEPTEMBRE 2021
PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - CONTRAIRE AU LOGIQUE "RATZINGER CODE", LE SYMBOLIQUE/ÉSOTÉRIQUE "BERGOGLIO CODE" - 17ème partie 29 SEPTEMBRE 2021
   
   
PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - LA PROPHÉTIE DE RATZINGER S’ACCOMPLIT : ON RETOURNE AUX CATACOMBES. MESSES CLANDESTINES "UNA CUM BENEDICTO" - 18ème partie 30 SEPTEMBRE 2021
LE PAPE ET L’ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - LES TERRIBLES RISQUES QU'ENCOURT MGR. VIGANÒ SANS UNE PAROLE DÉFINITIVE SUR LE PAPE - 19ème partie 01 OCTOBRE 2021
PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - L'AFFAIRE DE LA PIZZA POUR EXPLIQUER LE SIÈGE EMPÊCHÉ ET LE "RATZINGER CODE" - 20ème partie 02 OCTOBRE 2021
   
PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - "MARIE QUI DÉFAIT LES NŒUDS" : UN CULTE BERGOGLIEN RICHE D’ÉSOTÉRISME - 21ème partie 04 OCTOBRE 2021
   
Andrea Cionci - La mauvaise et la bonne nouvelle. Réponse à Mascarucci - 22ème partie de l'enquête 05 OCTOBRE 2021
PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - "FRATELLI TUTTI" = ITALIE FINIE. LA LÉGITIMITÉ DE BERGOGLIO CONCERNE AUSSI LES LAÏCS - 23ème partie 06 OCTOBRE 2021
PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - POURQUOI BENOÎT NE RÉCLAME PAS LE TRÔNE. UN CONTE MILITAIRE POUR EXPLIQUER "LE PLAN B" - 24ème partie 07 OCTOBRE 2021
PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - SA CROIX MAÇONNIQUE VIENT D’ÊTRE DÉCOUVERTE, BERGOGLIO LA CHANGE. APRÈS 29 ANS - 25ème partie 08 OCTOBRE 2021
PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - BERGOGLIO : UN GÉANT AUX PIEDS D’ARGILE. UN SOUFFLE SUFFIRA - 26ème partie 09 OCTOBRE 2021
PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - L’ESPRIT SAINT EST-IL DEVENU MODERNISTE, OU BIEN BERGOGLIO N’EST-IL PAS LE PAPE? ART.892 DU CATÉCHISME - 27ème partie 10 OCTOBRE 2021
Pape et antipape: l'enquête - L'anti-logique de l'antipape infecte également les vrais catholiques - 28ème partie 12 OCTOBRE 2021
PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - LES JOURNALISTES ET L’ESQUIVE DE LA "MAGNA QUAESTIO" SUR LA NON-RENONCIATION DE BENOÎT XVI - 29ème partie 13 OCTOBRE 2021
IPAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - LA TRISTE FIN D’ENZO BIANCHI ANTICIPATION "IN VITRO" DE L’EFFONDREMENT BABELIQUE DE L’ANTI-ÉGLISE - 30ème partie 14 OCTOBRE 2021
LE PAPE ET L’ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - LES 226 ÉVÊQUES ITALIENS NE RÉPONDENT PAS À UNE FIDÈLE ET SNOBENT LA MAGNA QUÆSTIO - 31ème partie 15 OCTOBRE 2021
PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - LE "RATZINGER CODE" EST UNE RÉALITÉ : INTELLECTUELS COURAGEUX VS. ÉVÊQUES - 32ème partie 20 OCTOBRE 2021
PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - CONTRE LA PLUS GRANDE IMPOSTURE, DITES LA PLUS GRANDE VÉRITÉ : "LE PAPE EST BENOÎT XVI" - 33ème partie 23 OCOTBRE 2021
PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - CE QU’AURAIT ÉTÉ UNE VÉRITABLE RENONCIATION DE BENOÎT XVI - 34ème partie 24 OCTOBRE 2021
PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - LES MILLE EXCUSES DE DON ABBONDIO : POURQUOI ON NIE/ON ÉVITE LA "MAGNA QUAESTIO" - 35ème partie 28 OCTOBRE 2021
PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - L’EXEMPLE DU COUCOU : LES VRAIS CATHOLIQUES SERONT JETÉS DU "NID PÉTRINIEN" - 36ème partie 29 OCTOBRE 2021
PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - L’ANTI-MESSE DE BERGOGLIO POUR LES "GOUMIERS" MAROCAINS : 60.000 VIOLS ET MEURTRES D’ITALIENS - 37ème partie 03 NOVEMBRE 2021
PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - LA TRAGÉDIE DES 30 MINUTES. LETTRE À ALDO MARIA VALLI - 38ème partie 06 NOVEMBRE 2021
PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - COMMENT AGIT LA "FORCE D'ÉGAREMENT" AVEC LE SABOTAGE DU NOTRE PÈRE - 39ème partie 09 NOVEMBRE 2021
PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - PRÊTRES ET ÉVÊQUES QUI ONT DIT "NON" À L’ANTIPAPE - 40ème partie 10 NOVEMBRE 2021
PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - UN PAPE NON CATHOLIQUE N’EXISTE PAS. CRITIQUE CONSTRUCTIVE DE MGR VIGANÒ - 41ème partie 18 NOVEMBRE 2021
Benoît XVI nous répond par lettre de son siège empêché : confirmation de notre démonstration - 42ème partie 04 DECEMBRE 2021
PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - LE CARDINAL MONTEZEMOLO RÉVÈLE LE MYSTÈRE DES ARMOIRIES DE BENOÎT XVI - 43ème partie 09 DECEMBRE 2021
PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - MESSORI : LE PAPE RATZINGER EST DÉTENU AU SECRET - 44ème partie 12 DECEMBRE 2021
PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - LA NOUVELLE (ANTI) CRÈCHE DE LA PACHAMAMA DE BERGOGLIO - 45ème partie 13 DECEMBRE 2021
PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - LES TRADITIONALISTES QUI S’OPPOSENT AU "PLAN B" DU PAPE RATZINGER - 46ème partie 14 DECEMBRE 2021
PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - L’ABSURDE TRADITIONALISME LÉGITIMISTE DE BERGOGLIO - 47ème partie 16 DECEMBRE 2021
PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - LA FICTION BERGOGLIENNE ENTRE "LES DEUX PAPES" ET "FRANÇOIS ET LES INVISIBLES" - 48ème partie 17 DECEMBRE 2021
PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - DÉCOUVERTE D’UN "RATZINGER CODE" EN MONDOVISION DE CASTEL GANDOLFO - 49ème partie 19 DECEMBRE 2021
PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - MAIS Y A-T-IL UN SEUL PAPE OU DEUX ? RÉPONSE AU PÈRE CAVALCOLI - 50ème partie 22 DECEMBRE 2021
   
   
   
   
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
L
La forteresse anti-Benoît XVI s'effondre complètement.
Ça ressemble de plus en plus aux Jeux du cirque de Rome.
Le père Cavalcolli fait son entrée, avec ses arguments montrant qu'il ne connaît pas le droit canonique, il s'appuie dessus, et ça fait mal.
Le munus papal divisé en deux, c’est à mourir de rire ! Merci P. Cavalcolli pour ce moment humoristique !!!
Et merci à Andrea Cionci le gladiateur pour l’exécution en public, propre, nette.
Maintenant, que d’autres s’avancent et exposent leurs arguments fallacieux : nous attendons avec impatience les écrits d'autres prélats pro-Bergoglio prêts à être déchiquetés en public !
Cela nous fera de beaux cadeaux de Noël...
Répondre
Facebook Twitter RSS Contact