Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21 LA PLUPART DES ILLUSTRATIONS DE CE BLOG SONT TIRÉES DE https://www.evangile-et-peinture.org/ AVEC LA PERMISSION DE L'AUTEUR 2 968 Articles 1 000 656 Visites 2 502 274 Pages vues

Benoît XVI, les spécialistes : "Le Ratzinger Code est réel", décoder les lettres au cardinal Brandmüller

dominicanus #Benoit XVI, #Il est vivant !, #Porta fidei, #actualités
Traduction française autorisée : père Walter Covens

Traduction française autorisée : père Walter Covens

En près de deux ans d'enquête, nous avons enquêté sur les dizaines de messages du "Ratzinger Code" que le pape, Benoît XVI, nous envoie dans des livres, des lettres et des interviews depuis 2013 pour expliquer qu'il n'a jamais abdiqué et que, comme nous l'avons compris récemment, il s'est retiré in sede impedita ICI (canon 412).

 

Un lecteur a envoyé notre enquête aux 226 évêques italiens : seuls sept ont répondu, ICI avec des mots désobligeants ou dérisoires. Le refrain est toujours le même : "fables, conspirations, fantasmes...". Comme les collègues vaticanistes, invités à une discussion cordiale sur le sujet, restent silencieux, nous avons demandé l'avis de divers spécialistes : psychologues, linguistes, psychiatres, latinistes, juristes, historiens. Il n'a pas été facile de trouver des professionnels à la colonne droite, prêts à "mettre la main à la pâte". C'est compréhensible : s'il s'avère que Benoît XVI est le seul vrai pape et qu'il est dans un siège empêché, tout s'écroule (et pas seulement l'antipape de Bergoglio, mais tout).

 

En mars déjà, le professeur Carlo Taormina, le juriste le plus célèbre d'Italie, avait déclaré à Libero ICI :

 

"Ce qui est frappant, c'est l'ambivalence continue et étudiée, pendant huit ans, attribuée aux déclarations de Ratzinger qui, en substance, semblent toujours répéter la même chose, à savoir que le pape, c'est lui, Benoît, et pas les autres". 

 

Aujourd'hui, le professeur Rocco Quaglia, professeur de psychologie dynamique à l'université de Turin, explique :

 

"Libero a fait un travail très raffiné pour décrypter les écrits et le comportement du pape Benoît ; les interprétations fournies donnent un sens à ce qui semble être un manque de logique. Vos conclusions concernant l'état dans lequel se trouve l'Église aujourd'hui sont plus que partageables et donc inquiétantes. Ce qui est encore plus grave, ce sont les silences de ceux qui devraient s'exprimer, et ce sont des silences de peur et de "courtoisie"

 

Le professeur Quaglia a donc signé ce qui suit, avec les autres professionnels :

 

"Les ambiguïtés objectives et étranges du langage de Benoît XVI identifiées comme le "Ratzinger Code", décelées également par d'autres journalistes, voire par des lecteurs, ne sont pas accidentelles et ne sont pas dues à l'âge de l'auteur ou, encore moins, à son impréparation. Il s'agit de messages subtils, mais indubitables, qui ramènent à la situation canonique décrite dans l'enquête. Le pape Benoît communique de manière subtile parce qu'il est empêché et donc incapable de s'exprimer librement. Le "Ratzinger Code" est sa propre forme de communication logique et indirecte qui utilise des incohérences apparentes qui n'échappent pas à l'œil de la personne avertie. Ces phrases, "décodées" avec l'analyse approfondie nécessaire des références du Pape à l'histoire, à l'actualité et au droit canonique, cachent un sous-entendu logique parfaitement identifiable avec des significations précises et sans ambiguïté. À d'autres moments, Benoît XVI opte pour des phrases "amphiboles" - non dénuées d'humour - qui peuvent être interprétées de deux manières différentes. Ces techniques de communication lui permettent de faire comprendre, "par ceux qui ont des oreilles pour entendre", qu'il est toujours le pape et qu'il est en situation d'empêchement. Par conséquent, quiconque prétend que les messages du Ratzinger Code sont des interprétations fantaisistes n'a pas compris ou nie l'évidence".

 

Prof. Antonio Sànchez Sàez, professeur de droit à l'université de Séville

Prof. Gian Matteo Corrias, professeur de matières littéraires et essayiste historico-religieux

Alessandro Scali, professeur de littérature classique, écrivain et essayiste.

Prof. Gianluca Arca, professeur de latin et de grec, philologue, chercheur, essayiste.

Dr Giuseppe Magnarapa, psychiatre, essayiste et écrivain.

 

 

 

 

Et maintenant nous allons vous offrir deux exemples extraordinaires du "Ratzinger Code", avec la lecture, pour la première fois "décodée" de manière complète, de deux lettres très importantes que, en novembre 2017, le Pape, Benoît XVI, a écrit à son ami le cardinal Walter Brandmüller, l'un des quatre cardinaux "Dubia". Le cardinal, historien ecclésiastique très cultivé et ami de longue date de Joseph Ratzinger, n'a jamais accueilli favorablement ce que le courant dominant continue aujourd'hui de considérer comme sa renonciation à la papauté.

 

Lors d'une lecture "normale", les deux lettres semblent floues, peu concluantes et vides de sens. 

 

Voici le premier en date du 9 novembre 2017 :

 

"Votre Éminence ! Dans votre récente interview au Frankfurter Allgemeine Zeitung, vous dites que j'ai créé, avec la construction du pape émérite, une figure qui n'existe pas dans la totalité de l'histoire de l'Église. Bien sûr, vous savez très bien que les papes se sont retirés, mais très rarement. Qu'étaient-ils ensuite ? Pape émérite ? Ou quoi à la place ? Comme vous le savez, Pie XII a laissé des instructions au cas où il serait capturé par les nazis, selon lesquelles, à partir du moment de sa capture, il ne serait plus pape mais cardinal. Nous ne savons pas si ce simple retour au cardinalat aurait été possible. Dans mon cas, il n'aurait certainement pas été utile de réclamer simplement un retour au cardinalat. J'aurais alors été constamment exposé au public, comme l'est un cardinal - et même davantage - car l'ancien pape aurait été vu dans ce cardinal. Cela aurait pu entraîner, intentionnellement ou non, des conséquences difficiles, notamment dans le contexte de la situation actuelle. Avec le pape émérite, j'ai essayé de créer une situation dans laquelle je suis absolument inaccessible aux médias et dans laquelle il est tout à fait clair qu'il n'y a qu'un seul pape. Si vous connaissez un meilleur moyen et pensez donc pouvoir censurer ce que j'ai choisi, veuillez m'en faire part. Je vous salue dans le Seigneur, Votre,

Benoît XVI

 

Dans cette lettre, Benoît XVI révèle au cardinal - avec un sous-entendu infaillible - qu'il est toujours resté le pontife derrière l'institution inexistante du pape émérite, et qu'il n'a jamais abandonné son Église. Voici la lettre "anatomisée" en paragraphes immédiatement après "traduite" entre crochets. Soyez patient, il faut lire avec un peu de concentration : nous parlons d'un des plus grands esprits du siècle, qui parle en code parce que sa place a été usurpée.

 

"Votre Éminence ! Dans votre récente interview au Frankfurter Allgemeine Zeitung, vous dites que j'ai créé, avec la construction du pape émérite, UNE FIGURE QUI N'EXISTE PAS dans toute l'histoire de l'Église. Bien sûr, vous savez très bien que les papes se sont retirés, même si c'est très rarement. Qu'étaient-ils ensuite ? Pape émérite ? OU QUOI À LA PLACE ?".

 

[Benoît ne nie pas qu'un pape émérite n'existe pas et renvoie le cardinal Brandmüller, historien de l'Église, aux très rares papes qui, au cours du premier millénaire, se sont "retirés", chassés par des antipapes, mais qui n'ont pas abdiqué. La référence est, parmi les rares, faite au pape Benoît VIII, sur lequel nous avons déjà écrit ICI. Et voici les questions rhétoriques : "Et ces papes qui se sont retirés, comment sont-ils restés ? Étaient-ils peut-être des papes émérites ? Ou plutôt quoi ? ... NON, ILS RESTENT DES PAPES, précisément, comme je suis resté"].

 

"... Comme vous le savez, Pie XII a laissé des instructions au cas où il serait capturé par les nazis, qu'à partir du moment de sa capture, il ne serait plus pape mais cardinal. Nous ne savons pas si ce simple retour au cardinalat aurait été possible. Dans mon cas,IL N'AURAIT CERTAINEMENT PAS ÉTÉ UTILE DE REVENDIQUER UN RETOUR AU CARDINALAT. J'aurais alors été constamment exposé au public, comme l'est un cardinal - et même davantage - parce que dans ce cardinal, aurait été vu l'EX-PAPE. Cela aurait pu conduire, intentionnellement ou non, à des conséquences difficiles, notamment dans le contexte de la situation actuelle"...

 

[S'il avait été capturé, comme on le sait, Pie XII aurait ABDIQUÉ afin de laisser les nazis avec une poignée de mouches. Ratzinger, cependant, s'est résolument éloigné de la solution de Pie XII car elle aurait fait de lui un ancien pape, un cardinal, alors qu'il voulait rester pape. Si Benoît XVI avait réellement abdiqué, a-t-il ajouté, l'Église se serait retrouvée légalement entre les mains des modernistes, avec des conséquences difficiles].

 

"... Avec le Pape émérite, j'ai essayé de créer une situation dans laquelle je suis absolument INACCESSIBLE POUR LES MÉDIAS et dans laquelle IL EST ENTIÈREMENT CLAIR QU'IL N'Y A QU'UN SEUL PAPE. SI VOUS SAVEZ UNE MEILLEURE FAÇON DE FAIRE et que vous pensez donc pouvoir censurer ce que j'ai choisi, dites-le moi. Je vous salue dans le Seigneur,

                                                                                                                                                Benoît XVI

 

["Avec l'artifice de la papauté émérite inexistante, j'ai créé une situation incompréhensible pour les médias, mais qui rendait clair - d'un point de vue canonique - que moi seul restait le pape. (En fait, j'ai déclaré que je renonçais au seul ministère, laissant le Siège "vide" et non "vacant"). Y avait-il peut-être un meilleur moyen de m'en sortir ?"].

 

Est-ce que c'est clair pour vous ? Si oui, relisez-le calmement, morceau par morceau. Vous trouverez ci-dessous la deuxième lettre de Ratzinger, datée du 23 novembre 2017. Comme pour la précédente, en lisant l'ensemble de la lettre, à première vue, on ne comprend rien ou presque.

 

"Éminence ! De votre aimable lettre du 15 novembre, je suppose que je peux conclure qu'à l'avenir vous ne ferez plus de commentaires publics sur la question de ma démission, et je vous en remercie. La douleur profonde que la fin de mon pontificat a provoquée chez vous, comme chez beaucoup d'autres, je la comprends très bien. Mais la douleur de certains - et il me semble que c'est aussi votre cas - s'est transformée en colère, qui ne se limite plus à la résignation, mais s'étend de plus en plus à ma personne et à mon pontificat dans son ensemble. De cette façon, un pontificat est dévalorisé et dissous dans la tristesse de la situation de l'Église aujourd'hui. De cette fusion émerge progressivement un nouveau type d'agitation, pour lequel le petit livre de Fabrizio Grasso, La Rinuncia (Algra Editore, Viagrande / Catane 2017), pourrait devenir emblématique. Tout cela me préoccupe et, pour cette raison même, la fin de votre interview avec le FAZ [Frankfurter Allgemeine Zeitung ndlr] m'a beaucoup contrarié, car elle ne peut finalement que favoriser le même type d'atmosphère. Prions, comme vous l'avez fait à la fin de votre lettre, pour que le Seigneur vienne en aide à son Église.

Avec ma bénédiction apostolique, je suis à vous.

Benoît XVI"

 

Et voici la traduction :

 

"Votre Éminence ! De votre aimable lettre du 15 novembre, je suppose que je peux conclure qu'à l'avenir vous ne ferez plus de commentaires publics sur la question de ma démission, et je vous en remercie. La douleur profonde que la FIN DE MON PONTIFICAT a provoquée chez vous, comme chez beaucoup d'autres, je peux très bien la comprendre. Mais la douleur chez certains - et il me semble que c'est aussi le cas chez vous - s'est transformée en colère, qui ne concerne plus seulement la résignation, mais s'étend de plus en plus vers ma personne et mon pontificat dans son ensemble. de cette façon, un pontificat est dévalorisé et dissous dans la tristesse de la situation de l'église aujourd'hui." ...

 

["Merci de ne plus parler en public de ma 'renonciation'. Votre chagrin pour ce que, avec d'autres, vous croyez être la fin de mon pontificat s'est maintenant transformé en colère non seulement pour ma personne, MAIS AUSSI POUR MON PONTIFICAT DANS SON ENSEMBLE". Si le pape Benoît faisait référence à son propre pontificat (2005-2013), comment la colère du cardinal pourrait-elle être dirigée contre l'ancien pontificat, étant donné que le cardinal l'aimait tellement qu'il a pleuré sa fin supposée ? A proprement parler, le courroux du cardinal Brandmüller ne devrait être dirigée que vers la PERSONNE de Ratzinger, qui aurait mis fin à un excellent pontificat. Le pape Benoît, en revanche, révèle au cardinal que son pontificat SE POURSUIT, se poursuit, bien que sous une forme différente et cachée, parce qu'il est resté LE PAPE. Il le confirme immédiatement après : "Par votre colère, AUJOURD'HUI vous dévalorisez et considérez comme "dissous" mon pontificat, qui en fait continue, même si j'ai dû me retirer du gouvernement de l'Église, le laissant tristement aux mains d'usurpateurs"].

 

 ... "De cette fusion émerge progressivement un nouveau TYPE D'AGITATION, pour lequel le petit LIVRE de FABRIZIO GRASSO, La Rinuncia (Algra Editore, Viagrande / Catania 2017), PEUT DEVENIR EMBLEMATIQUE"....

 

["Vous dissolvez mon pontificat et cela produit une nouvelle agitation". Or, le contenu du livre de Grasso[1] n'est pas concluant : l'"agitation" exprimée dans le livre est que les catholiques peuvent être désorientés avec deux papes considérés tous deux comme valides. Mais le pape est resté, et il n'y en a qu'un seul : Benoît XVI. En outre, le sous-titre "emblématique" de la couverture du livre de Grasso est : "DIO E' STA SCONFITTO (NDT : Dieu est vaincu) ?", la même question que se posent de nombreux catholiques angoissés. "Non, Dieu n'a pas été vaincu - rassure Benoît XVI - parce que je suis resté LE PAPE"].

 

... "Tout cela me préoccupe et, précisément pour cette raison, la fin de votre interview avec le Frankfurter Allgemeine Zeitung m'a PROFONDÉMENT TROUBLÉ, car en fin de compte, cela ne peut que favoriser LE MÊME TYPE D'ATMOSPHÈRE. Prions, comme vous l'avez fait à la fin de votre lettre, pour que le Seigneur vienne au secours de son Église. Avec ma BÉNÉDICTION APOSTOLIQUE, je suis votre

                                                                                                                                    BENOÎT XVI"

 

["Je suis inquiet que vous considériez mon pontificat comme dissous". Mais voyons ce qu'est le cardinal Brandmüller à la fin de l'interview citée ci-dessus, 

Le journaliste de Frankfurter demande : "Croyez-vous vraiment qu'un schisme est concevable ?

Le cardinal Brandmüller répond : "Que Dieu nous en préserve".

La réponse du cardinal dérange Benoît XVI car Dieu a permis plusieurs schismes dans l'histoire pour purifier l'Eglise de l'hérésie, pour la garder fidèle à l'enseignement du Christ et entière dans la succession pétrinienne. Le Pape Ratzinger, en fait, n'a pas abdiqué spécifiquement pour produire un schisme dans ce sens, comme nous l'avons illustré ICI.

Ce concept a également été réitéré par lui dans l'entretien susmentionné avec Herder Korrespondenz : "Il ne s'agit donc pas de séparer les bons des mauvais, mais de diviser les croyants des non-croyants" ICI.

Par conséquent, la crainte du cardinal d'un schisme dérange Benoît parce qu'elle ne fait rien d'autre que de promouvoir et de perpétuer "cette même atmosphère d'agitation" du livre de Grasso, selon laquelle "Dieu serait vaincu", avec deux papes considérés comme valides. C'est pourquoi, faisant écho à ce qu'écrit le cardinal dans sa lettre, Benoît XVI espère que le Seigneur viendra au secours de son Église, la véritable Église dont il est et reste lui-même le pape. EN PRATIQUE, BENOÎT XVI DEMANDE DE L'AIDE.

Comme si cela ne suffisait pas, le Pape Ratzinger prend congé du Cardinal Brandmüller et lui donne SA BÉNÉDICTION APOSTOLIQUE, une prérogative absolue du pontife régnant, comme expliqué ICI . En conclusion, il l'a salué par "JE SUIS VOTRE Benoît XVI". Il est facile de supposer que cela veut dire : "Je suis votre PAPE Benoît XVI", puisque c'est son nom pontifical qu'il a voulu garder"].

 

Maintenant, pour ceux qui voudraient réexaminer toute l'enquête produite sur Libero, ils peuvent la trouver intégrée et réarrangée au bas de cet article, ICI , depuis le début.

Cependant, les Bergogliens sont rassurés, il ne se passera rien. Une sorte de sortilège psychologique de masse est en cours, que l'apôtre Paul avait déjà prévu et identifié comme le "force d'égarement" ICI. Personne ne fera rien : les conservateurs continueront à parler des vaccins et à se scandaliser des démolitions explosives de Bergoglio, mais personne n'affrontera la MAGNA QUAESTIO : trop d'efforts, trop de risques, trop de peur.
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Facebook Twitter RSS Contact