Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21 LA PLUPART DES ILLUSTRATIONS DE CE BLOG SONT TIRÉES DE https://www.evangile-et-peinture.org/ AVEC LA PERMISSION DE L'AUTEUR 2 968 Articles 1 000 656 Visites 2 502 274 Pages vues

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - POURQUOI BENOÎT NE RÉCLAME PAS LE TRÔNE. UN CONTE MILITAIRE POUR EXPLIQUER "LE PLAN B" - 24ème partie

dominicanus #Benoit XVI, #Il est vivant !, #Porta fidei, #actualités
Traduction française autorisée : père Walter Covens

Traduction française autorisée : père Walter Covens



***

 

C'est une question que nous entendons souvent : "Pourquoi Benoît XVI, s'il est toujours le pape, ne le dit pas clairement ?". La réponse est qu'il ne peut pas et, surtout, qu'il ne doit pas. Pour rendre compte de ces déclarations, il est utile de recourir à des histoires symboliques pour clarifier une question complexe.

 

Dans la 20ème partie, nous avons cité le cas d'une femme séquestrée par son compagnon pour illustrer le fonctionnement du "Ratzinger code" et la raison pour laquelle le pape "physique" Benoît XVI NE PEUT PAS parler librement parce qu'il est sede impedita (siège empêché). 

 

Aujourd'hui, nous vous proposons donc une petite histoire fictive pour illustrer la signification stratégique de toute l'opération connue sous le nom de "Plan B". Avec cette "fable militaire", nous tenterons d'expliquer avant tout pourquoi Benoît XVI NE DOIT PAS s'exprimer ouvertement. Après tout, il s'agit d'une guerre entre deux énormes camps, commandés par deux généraux, la comparaison est donc pertinente.

 

 

"La guerre de Kirchland"

 

 

 

 

Imaginez un ancien empire d'Europe centrale appelé Kirchland engagé dans une guerre à la fin du XIXème siècle, une de ces longues et épuisantes guerres terrestres.

 

Le commandant suprême de l'armée du Kirchland est le général von Ratz, nommé directement par l'empereur pour sa loyauté et son expérience avérées. C'est un bon commandant à l'ancienne : très expérimenté, mais exigeant envers ses hommes ; il ne permet aucun relâchement de la discipline car le conflit est extrêmement exigeant contre le royaume voisin de Teufelie, un ennemi historique insidieux et puissant. La rigidité de von Ratz pèse sur nombre de ses soldats et beaucoup d'entre eux lui en veulent.

 

Malheureusement, des colonels traîtres ont depuis longtemps infiltré son personnel et travaillent pour l'ennemi teufelien. Ils travaillent sans relâche depuis des années, remuant une grande partie de l'armée de Kirchland, conduisant les troupes et les officiers subalternes à l'inertie, au défaitisme, à la désertion et même à la sympathie pour l'ennemi, qui aime leur flatterie, leur propagande et leur idéologie. En effet, on raconte que les soldats teufeliens mangent bien, ont des logements confortables, des officiers condescendants et peuvent s'amuser dans certaines "maisons" militaires.  Le royaume de Teufelie promet également la paix, la richesse et la fraternité à tous ses sujets.

 

Lorsque l'armée kirchlandaise est affaiblie et affaiblie au point de se rendre, le Royaume de Teufelie lance son offensive finale. Au même moment, au sein de l'état-major kirchlandais, les colonels traîtres intensifient leur obstruction au commandant suprême von Ratz : ils ne suivent pas ses ordres, prennent des décisions de leur propre chef, volent ses documents secrets et préparent un attentat contre sa vie. Bref : ils se mutinent.

 

Le général von Ratz est complètement isolé : son autorité s'arrête au seuil de sa tente de campagne, il n'a aucune possibilité de contrôler l'exécution de ses ordres. Il ne peut pas punir ses subordonnés infidèles, à cause de la mutinerie, et même s'il parvenait à faire un discours public aux troupes, il ne serait pas entendu ou pris au sérieux par ses soldats qui, désormais démotivés et affaiblis, ne l'aiment pas pour la plupart. Entre autres, les colonels traîtres se débarrasseraient immédiatement de lui afin de pouvoir le REMPLACER LÉGITIMEMENT par leur champion : le colonel von Berg, qui a toujours sympathisé avec le Royaume de Teufelie.

 

La situation est tragique, un encerclement total, mais von Ratz, à ce moment-là, trouve une solution ingénieuse, un "plan B" pour récupérer la loyauté de l'armée, pour renouveler son esprit guerrier contre les Teufeliens, pour empêcher von Berg de le remplacer légitimement et, enfin, pour chasser les traîtres. Dans la pire des hypothèses, si le plan B échoue, il réussira au moins à écrémer une petite partie des militaires fidèles à l'Empereur, prêts à le défendre jusqu'au bout.

 

Ainsi, von Ratz prend les devants et, avant d'être tué, signe une déclaration dans laquelle il dit : "Je suis trop fatigué pour exercer le commandement suprême, donc, dans quinze jours, je laisserai le poste de commandement libre". En réalité, il n'a pas démissionné de son poste de commandant suprême devant l'Empereur, mais a simplement quitté le poste de commandement, le quartier général, pour prendre quelques jours de congé. Puis il revient et prend une petite tente, où il se terre dans une position qu'il a inventée, celle d'un soi-disant "général honorifique".

 

C'est plus qu'il n'en faut pour les colonels traîtres : ils font courir le bruit que von Ratz a renoncé au poste de commandant suprême, ils confient donc le commandement des opérations au colonel von Berg qui, portant les épaulettes d'un général, se fait immédiatement aimer des troupes : il envoie les soldats en permission, distribue du pain blanc, du chocolat, du vin, de l'alcool, des cigarettes et intensifie au maximum la propagande sur la prochaine fin de la guerre, NON PAS avec une victoire finale, mais à travers une belle ARMISTICE avec Teufelie : enfin la paix avec l'ennemi historique. Plus de guerre.

 

Au bout d'un certain temps, cependant, on s'aperçoit que von Berg est un commandant désastreux : irrespectueux envers l'Empereur, il bat en retraite sur tous les fronts, perd des villes stratégiques, abandonne des armes, des matériaux, des dépôts de munitions entre les mains des Teufeliens qui se révèlent être des persécuteurs féroces, pas du tout disposés à faire la paix.

 

Dans les moments les plus dramatiques, lorsque tout semble perdu, von Ratz revient se faire entendre depuis sa tente : comme un vieux général à la retraite, il publie des autobiographies anodines avec des allusions à la stratégie militaire qui offrent des instructions de base à l'armée kirchlandaise pour éviter les pires désastres et, en même temps, donnent un indice subtil de son plan B. Von Ratz réussit ainsi à empêcher von Berg de mener la guerre complètement à la déroute et à sécuriser sa seule chance de renverser la situation.

 

La partie corrompue de l'armée kirchlandaise aime le commandement de von Berg : elle n'a pas peur de perdre, elle fait confiance à la paix avec Teufelie pour pouvoir bénéficier des mêmes privilèges que les soldats ennemis, elle espère être récompensée pour sa trahison.

 

Les soldats du Kirchland qui sont restés fidèles à l'Empereur, en revanche, sont de plus en plus consternés et effrayés : ils voient que la guerre est perdue sur tous les fronts et que bientôt leurs avant-postes seront eux aussi submergés par un ennemi impitoyable. Ils ont deviné que le commandant von Berg est un traître, qu'il travaille pour Teufelie et qu'il perdra tragiquement la guerre en Kirchland, de sorte que l'empereur sera tué avec toute sa famille.

 

Lentement, ils se réveillent de leur torpeur, ils reconnaissent que les flatteries des tracts de propagande teufelienne ne sont que des mensonges ; lorsqu'ils se rendent comme prisonniers, ils sont réduits en esclavage dans des camps de travail. Il n'était pas vrai qu'ils seraient traités selon les conventions, ni que Teufelie est un pays de cocagne. Ce n'était qu'un mensonge.

 

Une bonne partie de l'armée kirchlandaise prend enfin conscience, commence à regretter amèrement le commandant von Ratz qui, aussi strict soit-il, était effectivement loyal à l'Empereur. Ils comprennent que sa discipline de fer a été imposée pour sauver l'Empire et ils regrettent de l'avoir abandonné.

 

Alors, quelques jeunes officiers loyalistes qui veulent aller au fond des choses, vont examiner le document avec lequel - disait-on - von Ratz avait pris congé. Ils se rendent compte qu'au contraire, le général n'avait jamais renoncé à être Commandant Suprême : il avait seulement écrit qu'il "laissait le poste de commandement libre", donc, formellement, il était seulement en congé ! Il est donc toujours le commandant, lui seul a la lettre de nomination de l'Empereur, alors que von Berg ne l'a pas : le traître n'a ni le grade de général, ni aucun titre pour gérer le théâtre de la guerre et commander l'armée kirchlandaise.

 

C'est le tournant : la première partie du plan B de von Ratz a réussi. A ce stade, il suffirait de peu de choses pour que l'armée et les officiers encore fidèles à l'Empereur se mettent en ordre de marche et libèrent leur véritable commandant confiné au quartier général.

 

Le major von Minuth dirige un groupe de soldats pour répandre la nouvelle dans toute l'armée, mais il est rétrogradé par son colonel qui s'est tourné, comme tant d'autres, vers l'ennemi.

 

Von Minuth et quelques capitaines tentent néanmoins d'expliquer au reste de l'armée que von Ratz est toujours le commandant légitime, bien que semi-prisonnier du quartier général. Malheureusement, de nombreux soldats ne comprennent pas facilement la différence entre "partir en congé" et "céder le commandement".

 

D'autres officiers fidèles à l'empereur sont tellement en colère contre von Ratz qu'ils pensent qu'il les a aussi trahis. Ils rassemblent une partie importante de l'armée loyaliste, mais malheureusement, leur colère les aveugle au point qu'ils ne peuvent comprendre ni les conditions de mutinerie dans lesquelles le véritable commandant suprême a dû faire ce choix dramatique mais intelligent, ni son plan raffiné pour séparer la partie saine de l'armée de la partie corrompue.

 

Et pourtant, la vérité fait lentement son chemin. De plus en plus de rumeurs circulent de bouche à oreille dans l'armée de Kirchland.

 

De son côté, von Berg, se voyant découvert, intensifie sa propagande et accélère les désastres militaires en faveur de Teufelie. Il ne peut rien faire contre von Ratz car il ne peut pas savoir s'il a préparé des révélations à faire à sa mort.

 

Von Ratz continue de publier ses manuels de stratégie, essayant de sauver ce qui peut l'être et de faire comprendre subtilement à son peuple la situation actuelle. De nombreux soldats s'impatientent de son langage voilé, mais SI VON RATZ PARLE OUVERTEMENT, s'il revendique le commandement et dénonce le traître :

1) Il serait définitivement réduit au silence et ne pourrait plus éviter les désastres de von Berg en intervenant dans les situations d'urgence.

2) Il ne serait pas pris au sérieux par les masses de l'armée, encore largement plagiées par les pro-Teufelie qui feraient passer ses déclarations pour des "divagations séniles".  

3) Avant tout, pour reprendre le commandement, von Ratz doit absolument pouvoir compter sur une armée purgée des traîtres, bien motivée et inspirée par une LOYAUTE HEROIQUE envers l'Empereur.

 

Bref, le général von Ratz ne peut que continuer à écrire des traités de stratégie, denses en messages subtils, en attendant que son armée prenne pleinement conscience et reprenne spontanément son commandant, en écartant von Berg et en traquant les traîtres. Soit von Ratz est réintégré au commandement "par la fureur de l'armée", soit rien.

 

C'est pourquoi il ne peut et ne doit pas parler ouvertement.

 

Il suffirait finalement aux colonels loyalistes de demander publiquement à voir la lettre de mission que l'Empereur aurait envoyée à von Berg : il ne l'a pas, et punir ces officiers serait pour lui un aveu de culpabilité. Cependant, aucun d'entre eux n'y pense et aucun n'a le courage suffisant.  

 

Si son armée ne rétablit pas von Ratz dans son commandement, à sa mort, des catastrophes militaires et des documents anciens et nouveaux révéleront clairement que von Berg était un commandant illégitime et qu'il était passé à l'ennemi. Ainsi, un nouvel officier loyaliste prendra le commandement de l'élite de l'armée de Kirchland, un petit reste de l'armée, et réorganisera la résistance à partir d'un petit territoire où l'Empereur et sa famille seront encore en sécurité. Et de là, le corps expéditionnaire partira libérer et reconquérir l'Empire du Kirchland. 

 

Fin de l'histoire.

 

[P.S. : Préparez-vous maintenant à lire des affirmations telles que : "Mais il n'est pas vrai que Ratzinger dort dans une tente de camp" ; "Mais Dieu ne peut pas être tué comme l'empereur", ou : "Mais Bergoglio n'a pas promis du vin et du chocolat". Soyez prêts, s'ils ne mentionnent pas d'abord les "divagations délirantes de l'auteur sur les généraux du XIXème siècle", ce sera l'ambiance].

 

***

 

 

CI-DESSOUS, TOUTE L'ENQUÊTE DEPUIS LE DÉBUT :

 

 

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - POURQUOI LE "RENONCEMENT" À LA PAPAUTÉ DE BENOÎT XVI EST INVALIDE - 1ère partie

 

PAPE ET ANTI-PAPE : L'ENQUÊTE - BENOÎT XVI N'A PAS ABDIQUÉ, MAIS A ANNONCÉ LE SIÈGE EMPÊCHÉ " - 2ème Partie

 

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - FLORES D’ARCAIS : LE MONDE ENTIER ÉTAIT CONTRE LE PAPE RATZINGER - 3ème partie

 

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - LES ENNEMIS DE BENOÎT XVI DANS L’ÉGLISE - 4ème partie

 

PAPE ET ANTIPAPE – L'ENQUÊTE : LE SCHISME PURIFICATEUR CRÉE PAR BENOÎT XVI – 5ème partie

 

PAPE ET ANTIPAPE - L’ENQUÊTE : LE "RATZINGER CODE" PAR LEQUEL BENOÎT XVI COMMUNIQUE DEPUIS HUIT ANS - 6ème partie

 

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - 2ème MESSAGE DE BENOÎT XVI : "NE VOUS MÉPRENEZ PAS, JE N’AI PAS ABDIQUÉ" - 7ème partie

 

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - "DÉCODER" LES DEUX LETTRES DE BENOÎT XVI AU CARD. BRANDMÜLLER - 8ème partie

 

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - DÉCODER LA NOUVELLE LETTRE DE BENOÎT XVI AU CARD. ROUCO ET LA 2e AU CARD. BRANDMÜLLER - 9ème partie

 

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - BENOÎT XVI : "JE POURRAIS ÊTRE LE DERNIER PAPE". ET FRANÇOIS QUI EST-IL ALORS? - 10ème partie

 

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - RÉSOLUTION DE L’ÉNIGME DE LA MOZETTE ROUGE EN "RATZINGER CODE" : POURQUOI BERGOGLIO EST-IL VÊTU DE BLANC? - 11ème partie

 

1PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - L’EXCELLENT LATINISTE RATZINGER FIT EXPRÈS DES ERREURS DANS LE LATIN DE LA "DECLARATIO" - 12ème partie

 

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - LES JEUX DE MOTS DU "RATZINGER CODE" PAR VALENTIN ET LE CARNAVAL ALLEMAND - 13ème partie

 

LE PAPE ET L’ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - LA FARCE DU PAPE BENOÎT AU VATICANISTE : "JE M’HABILLE EN BLANC FAUTE D’AUTRES HABITS" - 14ème partie

 

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - LE "PLAN B" ANTI-USURPATION PRÉPARÉ PAR WOJTYLA ET RATZINGER DEPUIS 1983 - 15ème partie

 

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - IGNORANT LA RENONCIATION INVALIDE, LES SUCCESSEURS DE BERGOGLIO SERONT TOUS ANTIPAPES - 16ème partie

 

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - CONTRAIRE AU LOGIQUE "RATZINGER CODE", LE SYMBOLIQUE/ÉSOTÉRIQUE "BERGOGLIO CODE" - 17ème partie

 

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - LA PROPHÉTIE DE RATZINGER S’ACCOMPLIT : ON RETOURNE AUX CATACOMBES. MESSES CLANDESTINES "UNA CUM BENEDICTO" - 18ème partie

 

LE PAPE ET L’ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - LES TERRIBLES RISQUES QU'ENCOURT MGR. VIGANÒ SANS UNE PAROLE DÉFINITIVE SUR LE PAPE - 19ème partie

 

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - L'AFFAIRE DE LA PIZZA POUR EXPLIQUER LE SIÈGE EMPÊCHÉ ET LE "RATZINGER CODE" - 20ème partie

 

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - "MARIE QUI DÉFAIT LES NŒUDS" : UN CULTE BERGOGLIEN RICHE D’ÉSOTÉRISME - 21ème partie

 

Andrea Cionci - La mauvaise et la bonne nouvelle. Réponse à Mascarucci - 22ème partie de l'enquête

 

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - "FRATELLI TUTTI" = ITALIE FINIE. LA LÉGITIMITÉ DE BERGOGLIO CONCERNE AUSSI LES LAÏCS - 23ème partie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
L
Merci pour la traduction de cette feuille croustillante, à laquelle la publication le jour-même de la fête de Notre-Dame des Victoires donne un fumet très particulier !

L’article est très amusant, mais mine de rien aussi important, car l’une des réactions les plus typiques des « croyants de base » est justement l’incompréhension : « mais pourquoi Benoît XVI aurait-il fait ça ? Tout cela n’a aucun sens ! »
C’est un peu « Non credo quia absurdum »… La comparaison militaire a certes ses limites, mais elle est fort utile à titre pédagogique.

Cela dit, seul Notre Seigneur peut ouvrir les yeux des aveugles.
Répondre
Facebook Twitter RSS Contact