Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21 LA PLUPART DES ILLUSTRATIONS DE CE BLOG SONT TIRÉES DE https://www.evangile-et-peinture.org/ AVEC LA PERMISSION DE L'AUTEUR 2 968 Articles 1 000 656 Visites 2 502 274 Pages vues

L'ENQUÊTE EXTRAORDINAIRE SUR LE PAPE QUI A SAUVÉ L'ÉGLISE - VOICI LES RÉSULTATS DE DEUX ANS DE TRAVAIL

dominicanus #Benoit XVI, #Il est vivant !, #Porta fidei, #actualités
Traduction française autorisée: père Walter Covens

Traduction française autorisée: père Walter Covens

 

***


"Il n'y a qu'un seul pape", répète Benoît XVI depuis huit ans, sans jamais expliquer duquel il s'agit. Pendant tout ce temps, même par hasard, il n'a jamais dit que "le pape est François". Cela a été confirmé récemment par son secrétaire particulier, Mgr Gänswein, qui, répondant au père Enrico Bernasconi, l'un des prêtres excommuniés pour n'avoir été fidèle qu'au pape Ratzinger, a déclaré : "Le pape est unique et IL EST CLAIR que c'est François". Donc il n'a jamais dit ça.

 


Ce seul fait suffirait à faire lever les antennes d'un journaliste moyen mais, apparemment, la question des deux papes, très obscure et pleine de récits qui ne collent pas, laisse les vaticanistes de la presse traditionnelle indifférents. Tous évitent soigneusement le sujet, refusant - bien que sollicités par des lettres ouvertes dans la presse - de fournir la moindre réponse à des questions pressantes et incontournables.

 


C'est donc avec grand plaisir que nous proposons aux lecteurs attentifs et avertis de ByoBlu une enquête menée pendant deux ans par le journal Libero sur ce qui a été récemment défini - et pas à tort - comme "l'affaire du millénaire".

 


Cette enquête repose sur deux piliers fondamentaux : un pilier canonique-légal sur la Declaratio du 11 février 2013, l'acte public par lequel Benoît XVI aurait renoncé à la papauté.

 


La seconde, vraiment passionnante, porte sur l'extraordinaire communication que le pape Ratzinger entretient depuis huit ans : grâce à une logique subtile, des références historiques et topiques, le pape allemand raconte une histoire incroyable, demande de l'aide, parle, mais seulement à ceux qui ont des oreilles pour entendre et des yeux pour voir.

 


Il s'agit de la première "enquête participative" de l'histoire, puisque les lecteurs trouvent également des messages continus, à peine voilés, mais infaillibles, dans les écrits de Joseph Ratzinger. Plusieurs sites étrangers ont traduit les articles de l'écrivain dans au moins sept langues, et ils ont été hébergés par les blogs faisant autorité de Marco Tosatti et Aldo Maria Valli, ancien vaticaniste pour La Stampa et Tg1.

 


Mais procédons étape par étape, car la question est vraiment trop importante pour être traitée en une seule fois. Quelques questions, tout d'abord.

 


Vous semble-t-il normal que, dans un acte de renonciation à la papauté, un pontife connu pour être un excellent latiniste, commette deux erreurs grossières en latin ? Celles-ci ont été identifiées par les célèbres philologues Luciano Canfora (dans le Corriere) et Wilfried Stroh, qui ont également dénombré 20 autres imperfections linguistiques dans le document. Curieusement, l'article de Canfora a disparu du site national du Corriere, mais on en trouve encore une trace dans la version locale, à Bari.

 

Voici l'article : https://corrieredelmezzogiorno.corriere.it/bari/notizie/cronaca/2013/12-febbraio-2013/accusativo-posto-dativocanfora-bacchetta-testo-ratzinger-2113963174383.shtml

 

 

Cependant, trois ans plus tard, en 2016, toujours dans le Corriere, le pape Ratzinger a déclaré dans une interview :

 

"J'ai écrit le texte de la renonciation. Je ne peux pas dire exactement quand, mais au maximum deux semaines avant. Je l'ai écrit en latin parce qu'une chose aussi importante se fait en latin. De plus, le latin est une langue que je connais si bien que je pourrais écrire de manière décente. J'aurais aussi pu l'écrire en italien, bien sûr, mais je risquais de faire des erreurs."

 


Comme Benoît XVI le déclare dans "Ein Leben", un autre livre-interview de Seewald (2020), le document a été écrit par lui en pas moins de deux semaines, et est passé par la Secrétairerie d'État sous le sceau du secret papal pour être vérifié et corrigé des erreurs formelles et légales. Malgré ce filtre, la Declaratio, interprétée comme une renonciation à la papauté, présente de très sérieux problèmes juridiques, impliquant pas moins de cinq articles du Code de droit canonique (124, 332 § 2, 188, 41, 17) qui la rendent totalement invalide.

 


Surtout, l'article 332.2 du Code de droit canonique, qui stipule que pour abdiquer, un pape doit renoncer au Munus Petrino, ou au titre d'origine divine. Au lieu de cela, Ratzinger, après avoir déclaré que le Munus pétrinien était devenu lourd pour lui en raison de son âge, a déclaré qu'il voulait renoncer au ministerium, c'est-à-dire au simple exercice pratique du pouvoir. Cela ne signifie pas qu'il a perdu son pontificat, mais plutôt que la situation est tout autre, comme nous le verrons.

 


En outre, la renonciation aurait dû être simultanée, comme l'écrivent le théologien Pace et le canoniste Patruno, alors que Benoît XVI l'a reportée au 28 février 2013, à 29 heures, comme cela était initialement écrit, pour signifier 20 heures. Ce jour-là, Ratzinger s'est rendu en avion à Castel Gandolfo et, à 17h30, a salué le monde, mais à 20h, il n'a rien ratifié.

 


En bref, tout ce que Benoît XVI aurait pu faire pour rendre une renonciation invalide, il l'a fait. Il est donc surprenant que le Vatican ait déguisé cette dichotomie juridique fondamentale en traduisant le munus et le ministerium du latin dans toutes les langues par le seul mot "ministère".

 


Nous reviendrons sur cette question en offrant tous les détails.

 


Aujourd'hui, le pape Benoît, malgré sa "démission", continue de porter du blanc, se justifiant en disant qu'il "n'avait pas d'autres vêtements". Il continue à utiliser le titre Pater Patrum, à donner la bénédiction apostolique, à utiliser le pluriel de majesté, toutes des prérogatives du Pontife régnant.

 


De plus, il vient d'être constaté que l'institution de la papauté émérite n'existe pas. Des canonistes et historiens célèbres (Boni, Fantappié, Margiotta-Broglio, de Mattei) l'avaient déjà dit, mais aujourd'hui le Vatican lui-même s'est publiquement mis au travail pour donner une jurisprudence à cette institution inexistante. Qu'a donc été Benoît XVI pendant huit ans ? Un "cardinal en habit d'été" ?

 


Ratzinger est considéré comme l'un des hommes les plus instruits de l'Église d'aujourd'hui. Pourtant, il semble qu'en plus de ne pas bien connaître le latin et le droit canonique, il ait également de grandes lacunes en histoire de l'Église. Dans "Dernières Conversations" , un livre interviewé par Peter Seewald (2016), il dit à propos de sa propre démission :

 

"Aucun pape n'a démissionné depuis mille ans et même au cours du dernier millénaire, c'était une exception."

 

 

Étant donné que six papes ont démissionné au cours du premier millénaire et quatre au cours du second, soit Ratzinger ne se souvient pas bien, soit, comme le confirme Francesco Mores, historien de l'Église à l'université de Milan, il fait référence au pape Benoît VIII qui, au cours du premier millénaire, a été contraint de renoncer au ministerium (tout comme Ratzinger) parce qu'il avait été chassé par un antipape. En substance, Benoît XVI nous dit qu'il a "démissionné" en abandonnant ses fonctions pratiques, comme les très rares papes qui n'ont jamais abdiqué au cours du premier millénaire.

 


Nous nous arrêterons ici pour l'instant : vous comprendrez qu'il y a trop de choses qui ne collent pas. En deux ans de travail, avec l'aide de canonistes, de latinistes, de juristes, d'historiens et même de spécialistes de Dante, nous sommes parvenus à la conclusion, selon un extraordinaire processus d'"assemblage logique" de faits et de documents.

 

 

Si vous avez la bonté et la patience de nous suivre, nous vous raconterons dans les prochains jours l'extraordinaire "histoire du pape qui a sauvé l'Église catholique".

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Facebook Twitter RSS Contact