Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21 LA PLUPART DES ILLUSTRATIONS DE CE BLOG SONT TIRÉES DE https://www.evangile-et-peinture.org/ AVEC LA PERMISSION DE L'AUTEUR 2 968 Articles 1 000 656 Visites 2 502 274 Pages vues

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - UN PAPE NON CATHOLIQUE N’EXISTE PAS. CRITIQUE CONSTRUCTIVE DE MGR VIGANÒ - 41ème partie

dominicanus #Benoit XVI, #Il est vivant !, #Porta fidei, #actualités
Traduction française autorisée : père Walter Covens

Traduction française autorisée : père Walter Covens

Comme nous l'avons déjà mentionné au chapitre 19 de notre enquête, l'archevêque Carlo Maria Viganò, à partir de l'affaire McCarrick, a courageusement dénoncé de nombreuses et très graves vérités concernant l'Église.

 

Depuis un certain temps, cependant, nous recherchons poliment et respectueusement un dialogue cordial, une confrontation pacifique avec les partisans de Monseigneur Viganò afin de souligner et de discuter certaines conclusions d'une importance absolue, sans précédent, mais nous n'avons pas été en mesure d'établir une dialectique normale.

 

C'est pourquoi, aujourd'hui, nous devons être un peu plus explicites, mais toujours avec une franchise amicale et dans un esprit constructif.

 

Le problème est que Monseigneur Viganò, peut-être pas au courant des recherches les plus récentes, continue de soutenir que

 

"Benoît XVI a renoncé au trône, il est émérite, et seuls quelques rêveurs pensent qu'il est resté pape".

 

Dans le même temps, l'archevêque Viganò reconnaît que François est le pontife légitime, mais le qualifie de non-catholique, de païen, de franc-maçon, de maléfique, d'instrument du diable, de chef de la deep Church (NDT : en anglais dans le texte), de vendu aux grandes puissances pour détruire la véritable Église et la remplacer par une religion syncrétiste pour le Nouvel Ordre Mondial.

 

Malgré les accusations épuisantes et faciles de "conspiration apocalyptique" qui pleuvent sur l'archevêque, qui a également été malmené par ses amis, la meilleure passe décisive à cet égard à Mgr Viganò vient de Bergoglio lui-même, qui a déclaré candidement dans La Stampa du 13 mars :

 

"Nous ne devons pas gaspiller la pandémie, mais l'utiliser pour un nouvel ordre mondial".

 

Pour ceux qui ont encore des doutes, lisez la "bénédiction" donnée récemment par Bergoglio à la conférence de Paris :

 

"oubliez le retour à la normale après la pandémie".

 

A présent, quiconque a suivi le catéchisme dans son enfance et s'est un peu émancipé de l'intrigue sucrée et caricaturale annoncée par les médias mainstream (NDT : en anglais dans le texte) sur le "super pape François bon, miséricordieux, humble, attentif jusqu'au bout, luttant contre les bigots réactionnaires et les cardinaux cupides", a parfaitement compris le plan de Bergoglio, désormais évident, déclaré sans aucune hésitation. Un projet très connu, vieux, sulfureux et maladroit, élaboré par le vieux sulfureux et maladroit il y a déjà de nombreuses années et qui aujourd'hui tente piteusement de s'affirmer en exploitant l'occasion propice.

 

Cependant, l'existence d'un pape légitime non catholique, avec les buts et les objectifs énumérés par Mgr Viganò, est IMPOSSIBLE. C'est un oxymore théologique, puisque le Christ a confié son Église à Pierre et à ses successeurs. En fait, le pape ne tire son autorité que du fait qu'il est le gardien du depositum fidei.

 

Ainsi, nous sommes ici en présence d'un énorme malentendu entre l'Autorité et le Pouvoir. Ce n'est pas que celui qui a le pouvoir qui a aussi automatiquement l'autorité, car cela reviendrait à entériner la loi de la jungle. Et nous ne pouvons en aucun cas exclure la possibilité d'un vrai pape dans un siège empêché ou en exil, et/ou d'une usurpation du siège pétrinien comme cela s'est déjà produit dans l'histoire de l'Église. Il suffit de rappeler l'antipape Anaclet II qui a régné pendant huit ans.

 

Il est vrai qu'il y a eu des papes qui, personnellement, étaient des simoniaques, des fornicateurs, des sodomites, des vicieux, des cupides, des népotistes, mais aucun d'entre eux n'a JAMAIS mené sciemment une opération d'une telle envergure, en accord avec les puissances mondiales, contre la Foi et contre l'Église comme le décrivent Monseigneur Viganò et "son" parti de conservateurs. Ces questions ont déjà été abordées lors du Concile Vatican I en 1868, qui a sanctionné le dogme de l'infaillibilité papale : Alexandre VI Borgia lui-même, bien que flibustier dans sa vie privée, était un gardien de fer de la doctrine. Il n'y a eu que le pauvre Honorius Ier (+ 638) qui, sans le vouloir, a dit la moitié d'une hérésie sur le monothélisme : selon l'évêque Karl J. von Hefele

 

"il a utilisé des expressions malheureuses, mais il avait certainement des sentiments orthodoxes dans son cœur".

 

Quoi qu'il en soit, nous parlons d' "histoires de collégiennes" par rapport à ce que Monseigneur Viganò dit de Bergoglio. Et donc, que doivent penser les fidèles d'un pape légitime qui veut mener l'Église tout droit vers la gueule de Satan ? Que Dieu pourrait "les abandonner à la tentation", comme le présuppose le nouveau Notre Père à l'envers de Bergoglio ?

 

Et où serait passé l'Esprit Saint, qui assiste également le pape dans ses activités ordinaires (art. 892 du CEC) ? La troisième personne est-elle aussi devenue hérétique et moderniste ? Et que dire des promesses de Jésus concernant les enfers qui ne prévaudront pas ? Vous comprenez bien qu'en continuant à reconnaître François comme pape, c'est toute la Sainte Trinité qui est mise en jeu comme coresponsable de la catastrophe annoncée par des dizaines de prophéties. 

 

Par conséquent, la seule explication qui sauve les convictions de Monseigneur Viganò ne peut être que Bergoglio n'est pas le vrai pape, mais un antipape, un parmi la quarantaine de ceux qui sont déjà passés par là.

 

 

 

 

Alors comment est-ce possible ?

 

Se pourrait-il que, quoi qu'il en soit, comme le prétendent certains "pauvres rêveurs", Benoît XVI n'ait - délibérément - jamais abdiqué et donc que le conclave de 2013 ait été invalide? Et donc le Saint-Esprit, incapable d'assister un antipape, serait un "ABSENT JUSTIFIÉ" ? Tout semble donc se mettre en place.

 

Voyons si nous pouvons vous intriguer avec quelques indices ; nous allons le faire très rapidement pour ne pas vous ennuyer.

 

Nous avons une Declaratio qui est une sorte de bombe atomique canonique : de l'inversion munus/ministerium, à l'utilisation de termes incorrects (Siège de Rome - Siège de Saint Pierre), au report absurde de l'entrée en vigueur, à l'absence de confirmation après 20 heures le 28 février, au doute général. Une Declaratio qui n'est pas une renonciation mais qui est, au contraire, un méga-message pour expliquer que Benoît s'est retiré dans un Siège empêché (Can. 412) après avoir laissé le Siège VIDE et non vacant. En fait, comme par hasard, il n'y a que dans le Siège empêché que l'on peut conserver le munus et renoncer effectivement au ministerium, sans rien signer. Les mêmes canonistes pro-Bergoglio, Mgr Sciacca et le Prof. Boni, admettent ensuite que : il n'y a pas deux papes, ni de "papauté élargie" ; qu'il n'y a qu'un seul pape ; QUE LE PAPE ÉMÉRITE N'EXISTE PAS ; que munus et ministerium ne sont pas synonymes au sens juridique ; que Ratzinger a utilisé munus au sens juridique, sans jamais y avoir renoncé ; qu'il a séparé les deux entités, qui sont pourtant indivisibles dans le cas du pape ; qu'il a également renoncé à la mauvaise entité, à savoir le ministerium.

 

En bref, il ne manque à ce document qu'un smiley pour nous faire comprendre que la Declaratio n'est PAS et ne pourra jamais être une renonciation. A tel point que les bergogliens ont maladroitement manipulé les traductions pour faire croire à une renonciation.

 

Vérification triviale : mais si un Allemand pointilleux comme Benoît XVI, un gentleman aux manières douces comme lui avait voulu abdiquer pour de bon, pensez-vous qu'il aurait commis toutes ces bizarreries et irritations ? Ou ne serait-il pas retourné dans sa chère Bavière, dans une fine robe noire, enfilée comme un évêque ou un cardinal, pour se retirer et vivre en paix avec son cher frère ? Mais au lieu de cela, il reste là, comme s'il était un Katechon, saisissant la situation par les cheveux lorsque l'antipape menace d'en faire une affaire trop importante.

 

Est-elle si folle, alors, l'hypothèse que Benoît XVI, avant de quitter le Siège, notoirement pressé par les modernistes de la fameuse Mafia de Saint-Gall, ait joué un "tour" à ses ennemis jurés, afin d'exploiter leur propre soif de pouvoir, en les rendant antipapes et schismatiques eux-mêmes ? Est-il possible qu'il y ait une explication aux doutes accumulés à la hâte sur le plan B, comme "il ne ferait jamais une telle chose" ou "Ratzinger a enlevé sa calotte devant Bergoglio cette fois-là" ? L'idée du plan B est-elle vraiment si folle, ou est-elle simplement trop belle pour être vraie ? Et pourtant, les croyants savent que le Seigneur est un grand artiste : quand il fait les choses, il les fait en grand.

 

D'ailleurs, peut-être Benoît aurait-il donné quelques signes très légers, à peine impalpables, dans les huit années qui ont suivi : Il reste au Vatican vêtu de blanc "parce qu'il n'avait pas d'autres vêtements", il donne la bénédiction apostolique, il se signe de tous les titres possibles et imaginables de pape régnant, il donne ses médailles et ses images de pape régnant ; depuis huit ans, il dit qu'"il n'y a qu'un seul pape" sans jamais expliquer lequel ; il écrit qu'il pourrait être lui-même "le dernier pape tel que nous le connaissons" ; qu'il a démissionné comme les papes qui n'ont pas abdiqué ; qu'on reste pape "pour toujours" ; qu'il "reste dans la clôture de Saint-Pierre" ; qu'il ne veut pas devenir "un ancien pape comme Pie XII" ; qu'il a choisi le jour de la Declaratio "pour coïncider avec le premier lundi du Carnaval" ; qu'il y a eu "un malentendu fonctionnaliste" au sujet de sa démission ; il écrit Abdankung (abdication) pour les papes qui ont effectivement renoncé, alors que pour lui-même il utilise le mot Rücktritt (démission) ; affirme que son geste n'a rien à voir avec la renonciation à Célestin V ; il écrit que Bergoglio a "choisi" de s'habiller en blanc comme les vrais papes, ne voulant pas se contenter de la soutane rouge qui lui revenait ; affirme qu'il faut "séparer les croyants des non-croyants" ; est contrarié parce que le cardinal Brandmüller est contre tout schisme ; il déclare avoir renoncé à l'exercice pratique du pouvoir "pour purifier l'Église dans son ensemble" ; il précise dans la Declaratio que le prochain conclave ne doit être convoqué que "par ceux à qui il revient le faire", c'est-à-dire par les vrais cardinaux ; il confirme que son pontificat se poursuit, que la colère de ses amis les empêche de comprendre, et ainsi de suite pendant des dizaines et des dizaines de messages dans le "Ratzinger Code".

 

Or, ces messages ne sont pas des paréidolies, des suggestions ou des fantaisies de l'écrivain, mais ils ont été reconnus comme volontaires, étudiés et significatifs par le plus important avocat italien, par un magistrat anti-mafia, par des professeurs d'université, des psychologues, des psychiatres, des juristes, des hommes de lettres, des théologiens, des latinistes, des essayistes, des historiens, des intellectuels qui y ont mis leur visage. Des messages qui conduisent TOUS invariablement et systématiquement au noyau canonique du Plan B.

 

Toujours pas assez, hein ?

 

Ensuite, si vous ne voulez pas vous "contenter" des laïcs, il y aurait le détail de certains évêques comme Monseigneur Gracida, Lenga et Negri qui ont déclaré que Benoît a été contraint de démissionner et qu'ils ne reconnaissent pas Bergoglio comme pape. D'autres prêtres, frères et moines se sont fait excommunier et massacrer par les médias pour témoigner, jusqu'au coude, que Bergoglio n'est pas le pape mais que seul Benoît l'est. Avons-nous oublié toute la tradition des martyrs chrétiens ?

 

Cher Professeur Viglione, Aldo Maria Valli et tous les autres intellectuels proches de Monseigneur Viganò : pensez-vous que nous pouvons prendre une tasse de thé pour discuter et examiner l'enquête que vous trouverez en bas de cet article ?  Vous ne pensez pas que ça pourrait être utile ?

 

"Ah, mais Ratzinger est un moderniste", dites-vous. D'accord, quoi que vous disiez, il est peut-être moderniste, même s'il a restauré la messe en latin et a été détesté par les modernistes, mais cela n'enlève rien au fait que le Seigneur l'a peut-être éclairé dans un coin et que lui, frappé par la foudre sur le chemin de Damas, après une vie d'impiétés modernistes, n'a pas abdiqué, mais s'est exilé à la sede impedita, de sorte que Bergoglio est devenu un antipape et que rien de ce qu'il a fait en tant qu'usurpateur pendant huit ans n'est valide.  

 

Et c'est CELA qui pourrait vous intéresser, vous et 1,285 milliard de catholiques, à savoir que Bergoglio n'est PAS le pape mais que SEUL le vieux et inoffensif Joseph Ratzinger l'est. Vous pourriez aussi être intéressé par le fait que l'Église a une dernière chance de se sauver en expulsant enfin, par un schisme libérateur, tous les modernistes, néo-arriens, néo-luthériens et homo-hérétiques qui vous rendent la vie impossible depuis le Concile. La véritable Église sera un peu plus petite, bien sûr, mais au moins elle sera purifiée et ne sera pas jetée du nid pétrinien par le coucou argentin. Au moins, elle n'aura pas à retourner à la cave.

 

La perspective est-elle si noire ? Alors, qu'est-ce qui vous empêche de vous plonger avec gourmandise dans l'enquête sur le Plan B et le Code Ratzinger résumée et réarrangée au bas de cet article ?

 

Il ne fait aucun doute que Benoît XVI était un pape légitime, et donc, en tant que catholiques, vous êtes tenus de croire que le 11 février 2013, le Saint-Esprit était avec lui. Le plan B est cohérent, mais sophistiqué. Il a fallu deux ans à l'auteur pour le comprendre, mais il vous faudra, à vous qui êtes plus instruits et préparés, pas moins d'une demi-après-midi d'application.

 

Je le dis du fond du cœur, sans arrogance : ce n'est qu'en comprenant le plan B que vous pourrez unifier les quatre vrais catholiques restants sous une bannière commune, celle du Maure, de l'ours et de la coquille du VRAI PAPE (que vous l'aimiez ou non n'a aucune importance). Seule cette "Sainte Ligue" vous permettra de mettre l'Église à feu et à sang, de la retourner jusqu'à ce que toute l'imposture soit découverte. Et sachez que la racine de toute imposture est justement cela, tant pour des raisons spirituelles que politiques. Ne pas confondre les effets avec les causes.

 

"C'est une véritable guerre", déclare le professeur Viglione. C'est vrai, mais ce n'est pas seulement une guerre eschatologique, c'est AUSSI ET SURTOUT UNE GUERRE ANTI-PAPALE : si vous, qui êtes parmi les quelques courageux, ne vous battez pas POUR ET AVEC le vrai pape, vous serez mis en déroute. Si vous n'arrivez pas à mettre de côté une minute le nouveau dogme "Ratzinger-moderniste-n'aurait-pas-dû-nous-laisser-dans-un-beau-pétrin" et à vous faire une idée du plan B, les médias et les puissances qui les soutiennent vous massacreront, car vous passerez à côté du seul point faible de votre ennemi. "Dieu ne sera pas avec vous" en ce sens que vous ne serez pas avec Son Vicaire légitime, celui qui a le MUNUS.

 

Comme vous pouvez le constater, vous avez déjà été inclus dans le programme de "novaxination forcée", alors maintenant ils vont vous accuser d'être fous, nazis, racistes, homophobes, négateurs de tout, même de l'Holocauste, tant qu'on y est. Ils enverront des journalistes chez vous, couperont vos interviews et les monteront pour vous faire dire des trucs de GRT. Êtes-vous prêt pour cela ? Ce sont les nouvelles mesures draconiennes : elles vous briseront comme des branches mortes, car c'est ce que font aujourd'hui les médias bien pensants et "libéraux démocrates".

 

Le résultat sera que, une fois Bergoglio hors jeu, il y aura un beau non-conclave avec 80 non-cardinaux nommés par l'antipape qui élira un antipape Zuppi, ou un antipape Maradiaga qui portera le nom du successeur - comme par hasard - de l'antipape Baldassarre Cossa et du pape de votre cher Concile. Jean XXIV va ainsi répandre du sel sur ce qui restera du catholicisme. Et si, par un hasard très rare et absurde, les 80 non-cardinaux du bergoglianisme élisent un vrai cardinal traditionaliste, il sera lui aussi antipape et le Saint-Esprit restera dans les catacombes avec le successeur de Benoît, élu par le peuple de Rome. La véritable Église, cependant, germera à nouveau, mais elle devra repartir des guenilles, tandis que l'Église putschiste, cette Communion à laquelle vous tenez tant, la fera passer pour une pizza de bienvenue pour les gens de diverses religions : ils la jetteront avec des pinces, parmi de joyeuses éclaboussures d'eau de Javel, ils la distribueront à tous, baptisés ou non, saints et pécheurs, assaisonnée d'ail et de tomate, avec de la porchetta, avec du cardinal Sepe en tablier servant les migrants aux tables, à l'église, comme c'est son habitude.

 

Est-ce vraiment ce que vous voulez ? Ou peut-être pourrions-nous aussi nous réserver un moment pour un thé, en mettant de côté toute question secondaire, toute sympathie/antipathie personnelle, tout retranchement, toute rivalité professionnelle, pour ne traiter que des documents réels et très sérieux... Qu'en dites-vous ?

 

A votre disposition.

 

 

CI-DESSOUS, TOUTE L'ENQUÊTE DEPUIS LE DÉBUT :

 

 

L'ENQUÊTE EXTRAORDINAIRE SUR LE PAPE QUI A SAUVÉ L'ÉGLISE - VOICI LES RÉSULTATS DE DEUX ANS DE TRAVAIL

 

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - POURQUOI LE "RENONCEMENT" À LA PAPAUTÉ DE BENOÎT XVI EST INVALIDE - 1ère partie

 

PAPE ET ANTI-PAPE : L'ENQUÊTE - BENOÎT XVI N'A PAS ABDIQUÉ, MAIS A ANNONCÉ LE SIÈGE EMPÊCHÉ " - 2ème Partie

 

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - FLORES D’ARCAIS : LE MONDE ENTIER ÉTAIT CONTRE LE PAPE RATZINGER - 3ème partie

 

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - LES ENNEMIS DE BENOÎT XVI DANS L’ÉGLISE - 4ème partie

 

PAPE ET ANTIPAPE – L'ENQUÊTE : LE SCHISME PURIFICATEUR CRÉE PAR BENOÎT XVI – 5ème partie

 

PAPE ET ANTIPAPE - L’ENQUÊTE : LE "RATZINGER CODE" PAR LEQUEL BENOÎT XVI COMMUNIQUE DEPUIS HUIT ANS - 6ème partie

 

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - 2ème MESSAGE DE BENOÎT XVI : "NE VOUS MÉPRENEZ PAS, JE N’AI PAS ABDIQUÉ" - 7ème partie

 

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - "DÉCODER" LES DEUX LETTRES DE BENOÎT XVI AU CARD. BRANDMÜLLER - 8ème partie

 

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - DÉCODER LA NOUVELLE LETTRE DE BENOÎT XVI AU CARD. ROUCO ET LA 2e AU CARD. BRANDMÜLLER - 9ème partie

 

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - BENOÎT XVI : "JE POURRAIS ÊTRE LE DERNIER PAPE". ET FRANÇOIS QUI EST-IL ALORS? - 10ème partie

 

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - RÉSOLUTION DE L’ÉNIGME DE LA MOZETTE ROUGE EN "RATZINGER CODE" : POURQUOI BERGOGLIO EST-IL VÊTU DE BLANC? - 11ème partie

 

1PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - L’EXCELLENT LATINISTE RATZINGER FIT EXPRÈS DES ERREURS DANS LE LATIN DE LA "DECLARATIO" - 12ème partie

 

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - LES JEUX DE MOTS DU "RATZINGER CODE" PAR VALENTIN ET LE CARNAVAL ALLEMAND - 13ème partie

 

LE PAPE ET L’ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - LA FARCE DU PAPE BENOÎT AU VATICANISTE : "JE M’HABILLE EN BLANC FAUTE D’AUTRES HABITS" - 14ème partie

 

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - LE "PLAN B" ANTI-USURPATION PRÉPARÉ PAR WOJTYLA ET RATZINGER DEPUIS 1983 - 15ème partie

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - "MARIE QUI DÉFAIT LES NŒUDS" : UN CULTE BERGOGLIEN RICHE D’ÉSOTÉRISME - 21ème partie

 

Andrea Cionci - La mauvaise et la bonne nouvelle. Réponse à Mascarucci - 22ème partie de l'enquête

 

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - "FRATELLI TUTTI" = ITALIE FINIE. LA LÉGITIMITÉ DE BERGOGLIO CONCERNE AUSSI LES LAÏCS - 23ème partie

 

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - POURQUOI BENOÎT NE RÉCLAME PAS LE TRÔNE. UN CONTE MILITAIRE POUR EXPLIQUER "LE PLAN B" - 24ème partie

 

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - SA CROIX MAÇONNIQUE VIENT D’ÊTRE DÉCOUVERTE, BERGOGLIO LA CHANGE. APRÈS 29 ANS - 25ème partie

 

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - BERGOGLIO : UN GÉANT AUX PIEDS D’ARGILE. UN SOUFFLE SUFFIRA - 26ème partie

 

Pape et antipape: l'enquête - L'anti-logique de l'antipape infecte également les vrais catholiques - 28ème partie

 

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - LES JOURNALISTES ET L’ESQUIVE DE LA "MAGNA QUAESTIO" SUR LA NON-RENONCIATION DE BENOÎT XVI - 29ème partie

 

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - LA TRISTE FIN D’ENZO BIANCHI ANTICIPATION "IN VITRO" DE L’EFFONDREMENT BABELIQUE DE L’ANTIQUITÉ - 30ème partie

 

LE PAPE ET L’ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - LES 226 ÉVÊQUES ITALIENS NE RÉPONDENT PAS À UNE FIDÈLE ET SNOBENT LA MAGNA QUÆSTIO - 31ème partie

 

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - LE "RATZINGER CODE" EST UNE RÉALITÉ : INTELLECTUELS COURAGEUX VS. ÉVÊQUES - 32ème partie

 

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - CONTRE LA PLUS GRANDE IMPOSTURE, DITES LA PLUS GRANDE VÉRITÉ : "LE PAPE EST BENOÎT XVI" - 33ème partie

 

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - CE QU’AURAIT ÉTÉ UNE VÉRITABLE RENONCIATION DE BENOÎT XVI - 34ème partie

 

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - LES MILLE EXCUSES DE DON ABBONDIO : POURQUOI ON NIE/ON ÉVITE LA "MAGNA QUAESTIO" - 35ème partie

 

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - L’EXEMPLE DU COUCOU : LES VRAIS CATHOLIQUES SERONT JETÉS DU "NID PÉTRINIEN" - 36ème partie

 

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - L’ANTI-MESSE DE BERGOGLIO POUR LES "GOUMIERS" MAROCAINS : 60.000 VIOLS ET MEURTRES D’ITALIENS - 37ème partie

 

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - LA TRAGÉDIE DES 30 MINUTES. LETTRE À ALDO MARIA VALLI - 38ème partie 

 

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - COMMENT AGIT LA "FORCE D'ÉGAREMENT" AVEC LE SABOTAGE DU NOTRE PÈRE - 39ème partie

 

PAPE ET ANTIPAPE : L’ENQUÊTE - PRÊTRES ET ÉVÊQUES QUI ONT DIT "NON" À L’ANTIPAPE - 40ème partie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Facebook Twitter RSS Contact