Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21

"Non Prævalebunt." How and Why Benedict XVI Is Standing Up to the Attacks

dominicanus #homilies in English

The crisis of the Church is not resolved with the practical changes requested by its critics, but with a more lively and more real faith. Joseph Ratzinger was absolutely convinced of this as already as a cardinal. A memorable clash between him and a French archbishop helps to explain his current conduct as pope.

 

 

popemobile

 

 

ROME, August 1, 2011 – In the heart of this summer, the attacks against Benedict XVI have suddenly picked up steam again, from outside and inside of the Church.

From the outside, there has been the frontal attack – of unprecedented harshness – of Irish prime minister Enda Kenny, who accused the Catholic hierarchy, even at the highest levels, of protecting pedophile priests from the rigors of earthly justice. Kenny even found a guilty seat for Joseph Ratzinger, because of this statement when he was a cardinal: "Standards of conduct appropriate to civil society or the workings of a democracy cannot be purely and simply applied to the Church."

In an editorial, the "Financial Times" also sided with the Irish prime minister and against the Catholic Church. In Ireland, a law is being considered that would require priests to inform state agencies of any sexual abuse of minors learned about in the sacrament of confession.

From within the Church, meanwhile, a new onslaught of demands has emerged on the part of droves of priests in Austria, the United States, Australia, and little by little in other countries, calling for the abolition of clerical celibacy, the conferral of priestly ordination on women, communion for divorced and remarried persons.

What ties all of these attacks together is the pressure to make the Church conform to the practices of the modern democracies, and imitate the dominant cultural currents. 

At closer inspection, the reform of the Church demanded by these accusers has at its center not doctrinal changes, but the modification of its organization and discipline. Orthodoxy does not matter to them, but orthopraxy does: it is the practical rules of the Church that must be changed and brought into step with the times.

It is precisely of this that Benedict XVI is accused: of insisting on the truth of doctrine, and rejecting the practical innovations that the Church needs.


***



In reality, the current pontificate is also characterized by an important series of normative changes in the areas of liturgy, finance, law, ecumenism, to the point that authoritative scholars of ecclesiastical law dedicated a recent conference precisely to "Benedict XVI, canonical legislator."

The conclusions of the conference are found in this article from www.chiesa:

> Six Years on the Throne of Peter. An Interpretation (1.7.2011)

But in what sense does Benedict XVI see himself as a "legislator"?

To answer this question, it is helpful to go back to before his election as pope: to a talk given by Cardinal Ratzinger in Paris, at the Sorbonne. A talk that was followed by a lively debate between himself and the archbishop of Bordeaux at the time, Cardinal Pierre Eyt, also a member of the congregation for the doctrine of the faith of which Ratzinger was prefect.

It was November 27, 1999. Ratzinger entitled his talk "Truth of Christianity?" And anyone who rereads it will find it in extraordinary harmony with the lecture he gave as pope in Regensburg on September 12, 2006.

In Paris, approaching his conclusion, Ratzinger said:

"Looking at the past, we can say that the power that transformed Christianity into a worldwide religion lies in the synthesis that it achieved among reason, faith, and life, briefly indicated with the expression 'religio vera'."

And he continued: 

"All of the crises within Christianity that can be seen in our day can be reduced only secondarily to problems of an institutional nature. The problems of both an institutional and a personal nature in the Church are derived, in the final analysis, from this question and from its enormous weight."

That is, precisely, from Christianity's "claim of truth," at a time in which for many men there are no longer certainties, but only opinions.


***



Cardinal Eyt reacted to these theses a few days later, in the December 9, 1999 issue of the Catholic newspaper "La Croix."

He objected that the "institutional problems" of the Church are not at all secondary, as Ratzinger had maintained.

Bishops and cardinals, in Eyt's view, must every day "decide and take positions with urgency." They cannot dawdle, because every day "their backs are against the wall." Under the provocations of the sensibility of today, "we must put our conceptions and practices to the test a little bit more."

Which practices? By way of example, Cardinal Eyt cited the remarks of Cardinal Carlo Maria Martini at the synod that year, which had indicated the following questions as requiring change: "the role of women in society and in the Church, the participation of laypeople in some ministerial responsibilities, sexuality, matrimonial discipline, the relationship with the sister Churches of Orthodoxy, the need to revive ecumenical hopes, the relationship between democracy and values, between civil law and morality."


***


Ratzinger counterreplied on December 30, in "La Croix." And the first two points of his reply were the following:

"1. The cardinal [Eyt] says that, in the analysis of the decisions of the ancient Church, I should not only have taken into consideration the relationship between faith and rationality, but should also have highlighted the relationship between faith and Roman law.

"I cannot agree on this point. The relationship between faith and reason, in fact, is an original option of the Christian faith already formulated clearly in the prophetic and wisdom literature of the Old Testament, and then revisited decisively by the New Testament. The claim, in the face of mythical religion and politics, of being a faith in relationship with the truth and thus responsible with respect to reason, belongs to the essential self-definition of the biblical heritage, a heritage that preceded Christian mission and theology and that, even more, made them possible.

"The relationship with human law, instead, was developed only gradually beginning in the fourth century, and, with respect to the decay of the structures of the empire, was never able to attain in the West the same significance that it had in the Church of the Byzantine empire. This is a matter of a secondary option, which was introduced in a particular era and could also disappear again. It is certainly true that there is a fundamental mutual relationship between law and the Church, but this is a question independent of the other.

"2. My confrere of the college of cardinals maintains that I undervalue the meaning of the institutions. It is an indisputable fact that the Christian faith, from its origins, did not want to be only an idea, that it entered into the world endowed with institutional elements (apostolic function, apostolic succession) and that, therefore, the institutional form of the Church belongs by essence to the faith. But the institutions cannot survive if they are not sustained by common fundamental convictions, and if there is not an emphasis of values that establishes its identity.

"The fragility of this emphasis is – I repeat – the specific reason for the current crisis of the Church. Cardinal Eyt is right to remind me of the institutional decisions that I must make on a daily basis. But it is precisely here that the connection becomes clear for me. Wherever the decisions of the magisterium on values decisive for the identity of the ecclesial institution can no longer count on a common conviction, they are necessarily perceived as repressive, and remain, in the final analysis, ineffective.

"Those who defend the Trinitarian doctrine, the Christology, the sacramental structure of the Church, its origin in Christ, the function of Peter or the fundamental moral teaching of the Church etc., and must combat the negation of these as incompatible with the ecclesial institution, are shooting in the dark if the opinion spreads that all of this [truth as a whole] is without importance. In this way, an institution becomes an empty shell and falls into ruin, even if it remains powerful on the outside or gives the appearance of having solid foundations.

"Because of this, the institutional decisions of the magisterium can become fruitful only on the condition that they are connected to a serious and determined fight for a new emphasis of the fundamental options of the faith."


***


Returning to today, in seeing Ratzinger at work as "legislator pope," it might seem that he has changed his mind: that is, that the institutions, systems, and canonical norms are no longer something "secondary" for him. 

But that's not the case. Every time that Benedict XVI legislates – for example, by liberalizing the Mass in the ancient Roman rite or reinforcing the norms against the "delicta graviora" – he does everything he can to demonstrate both the foundation of truth of the decisions made, and their specificity with respect to the laws of the earthly city.

Where this "emphasis of the fundamental options of the faith" is lacking, he is careful to avoid complying with the "provocations of today's sensibility."

For him, orthopraxy cannot be separated from orthodoxy, just as "caritas" is such only "in veritate."

The final paragraph of his 1999 talk at the Sorbonne said exactly this:

"The attempt to restore, in this crisis of humanity, a global significance to the notion of Christianity as 'religio vera' must aim simultaneously at orthopraxy and orthodoxy. Its content, now as before, must consist, more profoundly, in the correspondence between love and reason as fundamental pillars of the real: true reason is love, and love is true reason. In their unity, they are the true foundation and the end of all reality."



I owe the inspiration for this analysis to Professor Carlo Fantappiè, a tenured professor of canon law at the university of Urbino and author of important studies on the Church and contemporary law. He has my heartfelt gratitude. (s.m.)

Sandro Magister

www.chiesa


The original text, in French, of Joseph Ratzinger's talk in Paris, at the Sorbonne, on November 27, 1999:

> Verité du Christianisme?


The complete text of the attack against the Catholic hierarchy made on July 20, 2011, in parliament, by the prime minister of Ireland, Enda Kenny:

> Commission of Investigation Report in the Catholic Diocese of Cloyne: Motion


The sentence cited by Kenny to seat the current pope as well among the defendants is taken from paragraph 39 of the 1990 instruction "Donum Veritatis" on the ecclesial vocation of the theologian, signed by then cardinal Ratzinger as prefect of the congregation for the doctrine of the faith:

> Donum veritatis

As can be seen from the entire paragraph 39 of this instruction, the sentence has nothing to do with pedophilia, but concerns the foundation of the truths of faith, which cannot be determined by "democratic" voting:

"39. The Church, which has her origin in the unity of the Father, Son, and Holy Spirit, is a mystery of communion. In accordance with the will of her founder, she is organized around a hierarchy established for the service of the Gospel and the People of God who live by it. After the pattern of the members of the first community, all the baptized with their own proper charisms are to strive with sincere hearts for a harmonious unity in doctrine, life, and worship (cf. Acts 2:42). This is a rule which flows from the very being of the Church. For this reason, standards of conduct, appropriate to civil society or the workings of a democracy, cannot be purely and simply applied to the Church. Even less can relationships within the Church be inspired by the mentality of the world around it (ct. Rom 12:2). Polling public opinion to determine the proper thing to think or do, opposing the Magisterium by exerting the pressure of public opinion, making the excuse of a 'consensus' among theologians, maintaining that the theologian is the prophetical spokesman of a 'base' or autonomous community which would be the source of all truth, all this indicates a grave loss of the sense of truth and of the sense of the Church."


English translation by Matthew Sherry, Ballwin, Missouri, U.S.A.

"Non prævalebunt". Comment et pourquoi Benoît XVI résiste aux attaques

dominicanus #Il est vivant !

La crise de l'Église ne peut pas être résolue par les changements pratiques que demandent ceux qui la critiquent, mais par une foi plus vive et plus authentique. Joseph Ratzinger en était déjà tout à fait convaincu lorsqu'il était cardinal. Un débat mémorable qui avait alors eu lieu entre lui et un archevêque français aide à comprendre sa conduite actuelle en tant que pape.

 

popemobile.jpg

 

ROME, le 1er août 2011 – Au cœur de l’été, les attaques contre Benoît XVI, en provenance de l’extérieur et de l’intérieur de l’Église, ont brusquement repris de la vigueur.

Venant de l’extérieur il y a eu l’attaque frontale – d’une violence sans précédent – du premier ministre irlandais Enda Kenny, qui a accusé la hiérarchie catholique, jusqu’à ses plus hauts niveaux, de protéger les prêtres pédophiles des foudres de la justice terrestre. Kenny a mis au banc des accusés Joseph Ratzinger lui-même pour cette phrase remontant à l’époque où il était encore cardinal : "Des normes de conduite qui sont appropriées à la société civile ou au fonctionnement d’une démocratie ne peuvent pas être appliquées purement et simplement à l’Église".

Même le "Financial Times" s’est rangé, dans un éditorial, aux côtés du premier ministre irlandais contre l’Église catholique. Et en Irlande une loi qui est à l’étude obligerait les prêtres à transmettre aux organismes d’état compétents les informations concernant des abus sexuels commis sur des mineurs dont ils auraient eu connaissance dans le cadre du sacrement de confession. 

Dans le même temps une nouvelle vague de revendications s’est manifestée au sein de l’Église. Elle émane de groupes de prêtres d’Autriche, des États-Unis, d’Australie puis, peu à peu, d’autres pays, qui demandent l'abolition du célibat pour le clergé, l’ordination sacerdotale pour les femmes, ou la communion pour les divorcés remariés.

Ce que toutes ces attaques ont en commun, c’est la pression qui est exercée sur l’Église pour qu’elle s’aligne sur les législations des démocraties modernes et qu’elle se mette en conformité avec les courants culturels dominants.

Lorsque l’on y regarde de plus près, la réforme de l’Église que réclament ces accusateurs est centrée non pas sur des changements de doctrine mais sur le changement de sa législation et de sa discipline. L’important, pour eux, ce n’est pas l'orthodoxie, mais l’orthopraxie : ce sont les règles pratiques de l’Église qui doivent changer et être adaptées à notre époque.

C’est bien de cela que Benoît XVI est accusé : d’insister sur la vérité de la doctrine et de refuser les innovations pratiques dont l’Église a besoin.


***



En réalité, le pontificat actuel est également caractérisé par une importante série de changements normatifs dans les domaines de la liturgie, des finances, du droit pénal, de l’œcuménisme, à tel point que, tout récemment, des chercheurs faisant autorité en matière de droit ecclésiastique ont consacré un colloque précisément à "Benoît XVI législateur canonique".

Les conclusions du colloque se trouvent dans cet article de www.chiesa :

> Six ans sur la chaire de Pierre. Une interprétation (1.7.2011)

Mais en quel sens Benoît XVI se voit-il lui-même comme un "législateur" ?

Pour répondre à cette question, il est utile de remonter à la période précédant son élection, à une conférence donnée par le cardinal Ratzinger à Paris, à la Sorbonne. Cette conférence avait été suivie d’un vif dialogue entre lui et celui qui était alors l’archevêque de Bordeaux, le cardinal Pierre Eyt, lui aussi membre de la congrégation pour la doctrine de la foi dont Ratzinger était alors le préfet.

Cette conférence, donnée le 27 novembre 1999, Ratzinger l’avait intitulée : "Vérité du Christianisme ?". Quand on la relit, on constate qu’elle est extraordinairement en harmonie avec le discours qu’il prononça à Ratisbonne, en tant que pape, le 12 septembre 2006.

Dans cette conférence de Paris, à l’approche de sa conclusion, Ratzinger avait déclaré :

"En jetant un coup d'œil en arrière, nous pouvons dire que la force qui transforma le christianisme en une religion mondiale, consista en sa synthèse entre raison, foi et vie ; c'est précisément cette synthèse qui est exprimée en abrégé dans le mot de 'religio vera'".

Et d’ajouter :

"Toutes les crises à l'intérieur du Christianisme que nous observons de nos jours ne reposent que tout à fait secondairement sur des problèmes institutionnels. Les problèmes d'institutions comme de personnes dans l'Église dérivent finalement de cette question et du poids énorme qu'elle possède".

C’est-à-dire, justement, de la "prétention à la vérité" qu’a le christianisme, à une époque où, pour beaucoup de gens, il n’y a plus de certitudes, mais seulement des opinions.


***


La réaction du cardinal Eyt à ces thèses parut quelques jours plus tard, le 9 décembre 1999, dans le quotidien catholique "La Croix".

Il objectait que les "problèmes institutionnels" qui existent dans l’Église ne sont pas du tout "secondaires" comme Ratzinger l’avait soutenu.

D’après Eyt, les évêques et cardinaux doivent chaque jour "décider et prendre position dans l’urgence". Ils ne peuvent pas tergiverser parce que quotidiennement "ils ont le dos au mur". Sous les provocations de la sensibilité actuelle "nous devons mettre un peu plus à l’épreuve certaines de nos conceptions et de nos pratiques".

De quelles pratiques s’agissait-il ? À titre d’exemple, le cardinal Eyt citait l'intervention du cardinal Carlo Maria Martini qui, au cours du synode de cette même année, avait indiqué comme nécessitant des changements les questions suivantes : "le rôle de la femme dans la société et dans l’Église, la participation des laïcs à certaines responsabilités de ministère, la sexualité, la discipline matrimoniale, les rapports avec les Églises sœurs du monde orthodoxe, le besoin de relancer l’espérance œcuménique, le rapport entre les démocraties et les valeurs, entre les lois civiles et la morale".


***



Ratzinger répondit à Eyt le 30 décembre, dans "La Croix". Et voici les deux premiers points de sa réponse :

"1. Le cardinal [Eyt] dit que, dans mon analyse des décisions de l’Église ancienne, j’aurais dû non seulement prendre en considération le rapport entre la foi et la rationalité, mais également mettre en évidence la relation entre la foi et le droit romain.

"Je ne peux pas être d’accord avec lui sur ce point. En effet la relation entre la foi et la raison est un choix originel de la foi chrétienne qui était déjà clairement formulé dans les textes prophétiques et sapientiaux de l'Ancien Testament et qui a ensuite été repris résolument par le Nouveau Testament. La prétention, face à la religion mythique et politique, d’être une foi en rapport avec la vérité et donc responsable vis-à-vis de la raison, appartient à l'autodéfinition essentielle de l’héritage biblique, héritage qui a précédé la mission et la théologie chrétienne et qui, plus encore, les a rendues possibles.

"La relation avec le droit humain, au contraire, n’a été développée que progressivement à partir du IVe siècle et, face à la décadence des structures de l'empire, elle n’a jamais pu acquérir en Occident la même signification que dans l’Église de l’empire byzantin. Il s’agit d’un choix secondaire, intervenu à une époque déterminée et qui pourrait aussi disparaître à nouveau. Il est certainement vrai qu’il existe entre le droit et l’Église une relation réciproque de fond, mais il s’agit d’une question indépendante de l’autre.

"2. Mon confrère du collège cardinalice considère que je sous-évalue le sens des institutions. On ne peut contester le fait que la foi chrétienne, depuis les origines, n’a pas voulu être seulement une idée, qu’elle est entrée dans le monde dotée d’éléments institutionnels (fonction apostolique, succession apostolique) et que, par conséquent, la forme institutionnelle de l’Église appartient par essence à la foi. Mais les institutions ne peuvent pas vivre si elles ne sont pas soutenues par des convictions fondamentales communes et s’il n’existe pas une évidence de valeurs qui en fonde l'identité.

"La fragilité de cette évidence est – je le répète – la raison spécifique de la crise actuelle de l’Église. Le cardinal Eyt me rappelle à juste titre les décisions institutionnelles que je dois prendre quotidiennement. Mais c’est justement là que la connexion devient évidente pour moi. Lorsque les décisions du magistère à propos de valeurs déterminantes pour l'identité de l'institution ecclésiale ne peuvent plus compter sur une conviction commune, elles sont nécessairement perçues comme répressives et elles restent, en fin de compte, inefficaces.

"Ceux qui défendent la doctrine trinitaire, la christologie, la structure sacramentelle de l’Église, le fait qu’elle ait son origine dans le Christ, la fonction de Pierre ou l'enseignement moral fondamental de l’Église, etc., et qui doivent en combattre la négation dans la mesure où celle-ci est incompatible avec l'institution ecclésiale, frappent dans le vide si l'opinion se répand que tout cela [cet ensemble de vérités] est sans importance. Dans ces conditions une institution devient une carcasse vide et elle tombe en ruines, même si extérieurement elle reste puissante ou si elle donne l’impression d’avoir des bases solides.

"C’est pour cette raison que les décisions institutionnelles du magistère ne peuvent devenir fécondes qu’à condition d’être liées à une lutte sérieuse et convaincue pour une nouvelle évidence des choix fondamentaux de la foi".


***



Pour en revenir à l’actualité, lorsque l’on voit Ratzinger à l’œuvre en tant que "pape législateur", on peut avoir l’impression qu’il a changé d’idée et que les institutions, la législation et les normes canoniques ne sont plus pour lui quelque chose de "secondaire".

Mais ce n’est pas vrai. À chaque fois que Benoît XVI légifère – par exemple lorsqu’il libéralise la messe selon l’ancien rite romain ou lorsqu’il renforce les mesures contre les "delicta graviora" – il fait tout ce qu’il peut pour mettre en évidence à la fois la base de vérité des décisions qu’il a prises et leur spécificité par rapport aux lois de la cité terrestre.

Lorsque cette "évidence des choix fondamentaux de la foi" fait défaut, il se garde bien de céder aux "provocations de la sensibilité d’aujourd’hui".

Pour lui l'orthopraxie ne peut pas être séparée de l'orthodoxie, de même que la "caritas" n’est telle qu’"in veritate".

Le paragraphe final de sa conférence de 1999 à la Sorbonne disait précisément ceci :

"La tentative pour redonner, en cette crise de l'humanité, un sens compréhensif à la notion de Christianisme comme 'religio vera', doit pour ainsi dire miser pareillement sur l'orthopraxie et sur l'orthodoxie. Son contenu devra consister, au plus profond, aujourd'hui – à vrai dire comme autrefois – en ce que l'amour et la raison coïncident en tant que piliers fondamentaux proprement dits du réel : la raison véritable est l'amour et l'amour est la raison véritable. Dans leur unité, ils sont le fondement véritable et le but de tout le réel".



Je dois l’idée de cette analyse au professeur Carlo Fantappiè, professeur de droit canonique à l'université d’Urbino et auteur d’importantes études sur l’Église et la modernité juridique. Je l’en remercie très vivement.
(s.m.)

Sandro Magister

www.chiesa


Le texte original, en français, de la conférence donnée par Joseph Ratzinger à Paris, à la Sorbonne, le 27 novembre 1999 :

> Vérité du Christianisme?

Le texte intégral de l'attaque contre la hiérarchie catholique prononcée le 20 juillet 2011, au parlement, par le premier ministre irlandais, Enda Kenny :

> Commission of Investigation Report in the Catholic Diocese of Cloyne : Motion

La phrase citée par Kenny pour mettre le pape actuel au banc des accusés est tirée du paragraphe 39 de l'instruction "Donum veritatis" de 1990 relative à la vocation ecclésiale du théologien, signée par celui qui était alors le cardinal Ratzinger, en tant que préfet de la congrégation pour la doctrine de la foi :

> Donum veritatis

Comme on peut le constater en lisant l'intégralité du paragraphe 39 de cette instruction, la phrase n'a rien à voir avec la pédophilie, mais elle concerne le fondement des vérités de foi, qui ne peuvent pas être déterminées par un vote "démocratique" :

"39. Tirant son origine de l'unité du Père, du Fils et de l'Esprit Saint, l'Église est un mystère de communion organisée, selon la volonté de son Fondateur, autour d'une hiérarchie établie pour le service de l'Evangile et du Peuple de Dieu qui en vit. À l'image des membres de la première communauté, tous les baptisés, avec les charismes qui leur sont propres, doivent tendre d'un cœur sincère vers l'unité harmonieuse de doctrine, de vie et de culte (cf. Ac 2, 42). C'est là une règle qui découle de l'être même de l'Église. C'est pourquoi on ne saurait appliquer à celle-ci purement et simplement des critères de conduite qui ont leur raison d'être dans la société civile ou dans les règles de fonctionnement d'une démocratie. Encore moins peut-on, dans les rapports à l'intérieur de l'Église, s'inspirer de la mentalité du monde ambiant (cf. Rm 12, 2). Demander à l'opinion majoritaire ce qu'il convient de penser et de faire, recourir contre le Magistère à des pressions exercées par l'opinion publique, se prévaloir d'un 'consensus' des théologiens, prétendre que le théologien est le porte-parole prophétique d'une 'base' ou communauté autonome qui serait ainsi l'unique source de la vérité, tout cela dénote une grave perte du sens de la vérité et du sens de l'Église".


Traduction française par Charles de Pechpeyrou.

Jean-Côme About, Commentaire de l'évangile du 18ème dimanche du Temps Ordinaire Année A

dominicanus #Homélies Année A 2010-2011

homelie

 

Le Père Jean-Côme About commente l'Évangile du dimanche 31 juillet, dix-huitième dimanche du temps ordinaire. 


Évangile - Matthieu 14, 13 – 21
Épisode de la multiplication des pains. 

Tous mangèrent à leur faim et, des morceaux qui restaient, on ramassa douze paniers pleins. 
Ceux qui avaient mangé étaient environ cinq mille, sans compter les femmes et les enfants.

Écoutez Radio Vatican : >>  RealAudioMP3 

Lire le commentaire :

Ce 18° dimanche du temps ordinaire nous donne d’écouter le récit de la multiplication de pain et de la surabondance que Dieu offre à l’homme. 
Mais il nous faut resituer le contexte pour mieux saisir ce à quoi jésus nous invite. Jean-Baptiste vient d’être décapité et Jésus est sans doute en danger, lui aussi, alors il se retire en un endroit désert. Mais il est poursuivi par la foule et Jésus est encore emporté par la compassion : il les instruit et il les guérit.
Vient alors la recommandation des disciples de renvoyer la foule pour qu’elle puisse s’acheter le pain du soir. Et Jésus est sollicité encore, mais il semble effectuer un second repli en renvoyant les disciples à eux-mêmes : « Donnez-leur vous-mêmes à manger ».
Puisqu’ils ne le peuvent pas, Jésus doit encore à nouveau agir en première ligne et assumer ce que l’humanité n’arrive pas à gérer. Et Jésus opère le miracle de la multiplication des pains et des poissons et le contraste de la scène est saisissant : les révélations de Dieu dans son Fils Jésus sont enchâssées dans les misères de l’humanité. 
Et chaque révélation offre la surabondance. Souvenons-nous : depuis Cana, la première révélation publique, l’homme a trop peu, et Dieu lui offre trop. 
Plus de vin, et puis, pour ainsi dire trop tard, une surabondance. 
Cinq pains, et après le rassasiement de milliers de personnes, douze corbeilles remises aux disciples pour qu’ils les gèrent.

Mais il ne s’agit pas seulement de s’arrêter au constat de l’opposition entre la pauvreté de l’homme et la richesse de Dieu, mais de prendre conscience du paradoxe fondamental que Dieu devient pauvre pour nous enrichir tous et que lui, le persécuté, répand devant nous sa richesse inconcevable. Et cela change radicalement notre vie.
Car le rapport humain que Dieu développe avec l’homme n’est pas de l’ordre d’un commerce comme nous le concevons si facilement. Je te donne et tu me donnes…
Non le seul commerce qu’établit Dieu est celui décrit dans la première lecture en Isaïe : « Même si vous n’avez pas d’argent, venez acheter et consommer, venez acheter du vin et du lait sans argent et sans rien payer »
Ce n’est que là où se réalise cette gratuité de ce qui est donné et de ce qui est emporté, que l’homme trouve son compte. Tant qu’il compte et que ses calculs tombent juste de quelque manière, il lui manque quelque chose : comprendre que seule la gratuité de l’amour et de la grâce rassasie la faim insondable de son âme. Il lui faut donc éprouver cette gratuité s’il veut découvrir et vivre pleinement « l’Alliance éternelle » que lui offre Dieu.
Seigneur, écarte tout calcul dans nos rapports avec toi et avec nos frères. Ouvre nos cœurs à ton amour sans prix afin que nous soyons les instruments de ta surabondance divine, gratuitement, pour tous. 

Homélie 18e dimanche du Temps Ordinaire A - Grands vainqueurs !

dominicanus #Homélies Année A 2010-2011

Lectures 18e dimanche du Temps Ordinaire Année A

dominicanus #Liturgie de la Parole - Année A

Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu (Mt 14, 13-21)

 

18-TOA-ev.jpg



14

13i  Jésus partit en barque pour un endroit désert, à l’écart. Les foules l’apprirent et, quittant leurs villes, elles suivirent à pied.
14  En débarquant, il vit une grande foule de gens ; il fut saisi de pitié envers eux et guérit les infirmes.
15  Le soir venu, les disciples s'approchèrent et lui dirent : « L'endroit est désert et il se fait tard. Renvoie donc la foule : qu'ils aillent dans les villages s'acheter à manger ! »
16  Mais Jésus leur dit : « Ils n'ont pas besoin de s'en aller. Donnez-leur vous-mêmes à manger. »
17  Alors ils lui disent : « Nous n'avons là que cinq pains et deux poissons. »
18  Jésus dit : « Apportez-les moi ici. »
19  Puis, ordonnant à la foule de s'asseoir sur l'herbe, il prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux au ciel, il prononça la bénédiction ; il rompit les pains, il les donna aux disciples, et les disciples les donnèrent à la foule.
20  Tous mangèrent à leur faim et, des morceaux qui restaient, on ramassa douze paniers pleins.
21  Ceux qui avaient mangé étaient environ cinq mille, sans compter les femmes et les enfants.



Copyright AELF - 1980 - 2006 - Tous droits réservés

 

Homélie 17e dimanche du Temps Ordinaire A

dominicanus #Homélies Année A 2010-2011

Lectures 17e dimanche du Temps Ordinaire Année A

dominicanus #Liturgie de la Parole - Année A

Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu (Mt 13, 44-52)

 

17-TOA-ev.jpg



13

44i  Jésus disait à la foule ces paraboles : « Le Royaume des cieux est comparable à un trésor caché dans un champ ; l’homme qui l’a découvert le cache de nouveau. Dans sa joie, il va vendre tout ce qu’il possède, et il achète ce champ.
45  Ou encore : Le Royaume des cieux est comparable à un négociant qui recherche des perles fines.
46  Ayant trouvé une perle de grande valeur, il va vendre tout ce qu'il possède, et il achète la perle.
47  Le Royaume des cieux est encore comparable à un filet qu'on jette dans la mer, et qui ramène toutes sortes de poissons.
48  Quand il est plein, on le tire sur le rivage, on s'assied, on ramasse dans des paniers ce qui est bon, et on rejette ce qui ne vaut rien.
49  Ainsi en sera-t-il à la fin du monde : les anges viendront séparer les méchants des justes
50  et les jetteront dans la fournaise : là il y aura des pleurs et des grincements de dents.
51  Avez-vous compris tout cela ? — Oui », lui répondent-ils.
52  Jésus ajouta : « C'est ainsi que tout scribe devenu disciple du Royaume des cieux est comparable à un maître de maison qui tire de son trésor du neuf et de l'ancien. »



Copyright AELF - 1980 - 2006 - Tous droits réservés

China. On the Powers of the Bishops, the Council Saw Far Ahead

dominicanus #homilies in English

It established that without the papal mandate, they cannot govern the dioceses. The young Ratzinger was against it at the time, but soon changed his mind. It is thanks to that norm that today, as pope, he is disarming the illegitimate bishops. And defusing the schism ...

 

chine.pr

 

ROME, July 22, 2011 – "Bishops Or Mandarins? The Dilemma of the Chinese Church." This was the title of an article published forty days ago on www.chiesa.

Since then, in China, the "mandarins" have increased by two, at least. And still others are about to arrive.

"Mandarins" refers to those bishops who instead of being united to the successor of Peter are created and act as officials of the empire. Ordained at the behest of the Chinese authorities, without the mandate of the pope.

Since 2006, no illicit episcopal ordinations had been carried out in China, and every new bishop was consecrated with twofold approval, of both the Chinese authorities and the Holy See.

Not only that. Step by step, those bishops who had been ordained without the mandate of the pope made acts of obedience and obtained approval from Rome.

In the summer of 2010, the reunification of the two branches of the Chinese Church – state-approved and clandestine – seemed almost within reach. The bishops who remained separated from Rome could be counted on the fingers of one hand.

But suddenly, in the autumn of 2010, the harmony was disrupted. The authorities of the regime reinvigorated the two institutions with which they keep the Church at bay, the Patriotic Association and the Council of Chinese Bishops. They put in charge bishops submissive to them, including some in formal communion with Rome. And through these, they resumed the installation of new bishops without the papal mandate.

The first of the new illicit ordinations took place on November 20, 2010 in Chengde, the second on June 29, 2011 in Leshan, and the third last July 14 in Shantou.

Others will follow. The spokesmen of the regime speak of about forty dioceses waiting for new bishops chosen by the authorities, no matter if this is without the papal mandate.

Tainted by these acts of grave rupture with the Church of Rome are not only the newly ordained, but also the bishops who consecrate them.

The code of canon law, at canon 1382, punishes such acts with excommunication "latae sententiae," which goes into effect automatically at the very moment the illicit act is performed.

And this is what the Vatican authorities have reaffirmed, in two statements released following the two most recent ordinations.

Prudently, however, the Vatican authorities have indicated that only the newly ordained have definitely incurred excommunication. For the consecrating bishops, they are suspending judgment until they ascertain whether they acted freely or under constraint.

But for these latter as well, until the suspension is resolved, the sanctions are severe.

In a blog posting in Chinese and English created for this purpose on July 12, the online news agency "Fides" of the Vatican congregation for the evangelization of peoples – in charge of the dioceses in China – recalled that the excommunicated bishops cannot celebrate the Mass, nor administer or receive the sacraments, nor govern their respective dioceses. Even if they were to repent and the excommunication were revoked, they would not be able to exercise the episcopal ministry until Rome authorized them to do so.

As for the consecrating bishops, until they have demonstrated that they acted under constraint, they will nevertheless find themselves in the state of "presumed imputability." Therefore they as well will be unable to exercise their episcopal ministry, and the priests and faithful will have to avoid receiving the sacraments administered by them.

If to the definitely excommunicated are added the "presumed imputable" and the bishops without papal recognition, there are now a couple of dozen Chinese bishops in a state of schism with Rome today.

The ordination of these "mandarin" bishops is sacramentally valid. Also sacramentally valid are the Masses celebrated by them. What they lack is hierarchical communion with the see of Peter. And it is this that renders them devoid of authority over their respective dioceses, over the clergy and the faithful.

They are in fact bishops, but devoid of that power of governance which only the pope can give. The declarations and instructions that the Holy See released following the latest illicit episcopal ordinations in China insist on this. 

This is a point that saw a highly charged clash of positions at Vatican Council II.

There were in fact some who held the position according to which sacramental ordination is sufficient to confer on the new bishop the fullness of his powers, including that of governance, without the need for a further mandate from the pope: that is, precisely the position that is so agreeable to the Chinese authorities today.

An active part in that conciliar clash was also played by a young theologian named Joseph Ratzinger.

On which side of the fence did he stand?


*



To answer this question, one must go back to the middle of November 1964, to what has been called the "black week" of Vatican Council II.

That week began, on Monday, November 16, with the unexpected reading in the basilica of Saint Peter, on the part of the secretary general of the Council, Archbishop Pericle Felici, of a "Nota explicativa praevia" desired by the "highest authority," meaning Pope Paul VI.

At the behest of the pope, the note was to be received as "explanation and interpretation" of chapter three of the constitution on the Church "Lumen Gentium": the chapter dedicated to the role of the bishops, submitted for voting in those same days.

In point number 2, the note affirmed that one becomes a bishop by virtue of episcopal consecration. But in order that a bishop may exercise the "power" that has been conferred on him with sacred orders, he must receive the "iuridica determinatio" from the supreme authority of the Church.

The note raised protests from the progressives. Even the theologian who had drafted it, the Belgian Gérard Philips, was complaining two years later about its excessive "legalism," which ended up "suffocating and extinguishing the communion of charity."

Among the conciliar periti, one of the most determined in criticizing the note was the young Ratzinger, who was the trusted theologian of German cardinal Joseph Frings.

In an essay that will soon be published by Libreria Editrice Vaticana and has recently been previewed in issue number 61 of the Notiziario of the Paul VI Institute, the author, Belgian canon Leo Declerck, reconstructs Ratzinger's position at that juncture, on the basis of the diaries of other protagonists of the Council.

In order to clear the way for the note and its interpretation of the powers of the bishops, Ratzinger met with Professor Giuseppe Alberigo, a representative of Fr. Giuseppe Dossetti, who was the leader of the progressives. Together they wrote the draft of a speech by which Cardinal Frings would downgrade the note to a simple commission text and would ask that it be submitted for discussion in the assembly. At the same time, groups of bishops, including about a hundred Africans, would sign petitions to the pope. The objective was the removal of the entire third chapter of "Lumen Gentium."

But that's not what happened. The third chapter was approved by a large majority, and the note entered among the conciliar documents as a supplement to "Lumen Gentium."

Ratzinger recognized afterward that the note had had the merit of defeating the "maximalism" of the progressives and appeasing the Council's traditionalist minority, getting "Lumen Gentium" approved almost unanimously.

But he was careful to point out that the note did not bear the signature of the pope or of the Council fathers, but only that of Archbishop Felici.

And he wrote, shortly after the Council had ended, that in any case the note left "a bitter taste," both for the way in which it had been imposed and for its content, expressive "of a legal-systematic mindset that has as its standard the present-day juridical figure of the Church," in contrast with "an historical approach that would be based on the full extent of Christian revelation."

Today, a few decades later, having become pope, Joseph Ratzinger takes a more critical view of the conviction that "the Church should not be a Church of law, but a Church of love," free from juridical restraints.

He has criticized this position on a number of occasions. And with an important series of normative provisions, he has shown that he sees the role of canon law as essential in governing the Church.

If today Benedict XVI does not recognize the authority of the Chinese bishops ordained without his mandate, and also thanks to this rule "is confirming the faith" of Catholics in China, he owes this precisely to that "Nota explicativa praevia" which had seemed so unpalatable to him when it was promulgated. 

Sandro Magister

www.chiesa


The essay of Leo Declerck previewed in issue number 61 of the Notiziario of the Paul VI Institute is entitled: "Les réactions de quelques 'periti' du Concile Vatican II à la 'Nota explicativa praevia' (G. Philips, J, Ratzinger. H. De Lubac, H. Schauf)."

It will be published soon in the volume by E. Ehret, "Papstlicher Primat und Episkopat," being printed by Libreria Editrice Vaticana.


The "Nota explicativa praevia" on the powers of the bishops is found at the end of the text of the dogmatic constitution on the Church promulgated by Vatican Council II:

> Lumen gentium


On Benedict XVI as "canonical legislator":

> Six Years on the Throne of Peter. An Interpretation



The declaration of the pontifical council for the interpretation of legislative texts published in "L'Osservatore Romano" on June 11, 2011, on the canonical effects of the illicit episcopal ordinations:

> Illicit ordinations in China: the Holy See explains what is to be done with excommunicated bishops

The declaration of the Holy See of July 4, 2011, in English, Chinese, and Italian, on the illicit ordination of the bishop of Leshan:

> "With regard to the episcopal ordination..."

The blog posting in Chinese and English created on July 12, 2011 by the online agency "Fides" of the congregation for the evangelization of peoples, with twelve questions and answers on what to do in the case of illicit episcopal ordinations:

> Being Catholic in China


The statement by the Holy See of July 16, 2011, in English, Chinese, and Italian, on the illicit ordination of the bishop of Shantou:

> "The following clarifications..."

On the resistance of Chinese bishops, priests, and faithful in communion with Rome to the illicit episcopal ordinations backed by the regime:

> Chinese Church "resists" excessive power of Government and Patriotic Association


Two Catholic news agencies that specialize in the Church in China, with continually updated news:

> Asia News

> UCA News


English translation by Matthew Sherry, Ballwin, Missouri, U.S.A.

Chine. Le Concile avait vu loin en ce qui concerne les pouvoirs des évêques

dominicanus #Il est vivant !

Il avait décidé que, s'ils n'obtenaient pas l'accord du pape, ils ne pouvaient pas gouverner les diocèses. À l'époque, le jeune Ratzinger était opposé à cette décision, mais il changea rapidement d'avis. C'est grâce à cette règle qu'aujourd’hui, en tant que pape, il désarme les évêques illégitimes. Et qu'il endigue le schisme ...

 

chine.pr

 

ROME, le 22 juillet 2011 – "Évêques ou mandarins ? Le dilemme de l'Église chinoise". C’est le titre d’un article publié, il y quarante jours, par www.chiesa.

Depuis ce moment-là, il y a en Chine au moins deux "mandarins" supplémentaires,. Et il va y en avoir encore d’autres.

Ce terme de "mandarins" désigne les évêques qui, au lieu d’être unis au successeur de Pierre, sont nommés et agissent en tant que fonctionnaires de l'empire. Ils sont ordonnés parce que les autorités chinoises l’ont voulu, sans que le pape ait donné son accord.

Depuis 2006 on n’avait pas enregistré d’ordinations épiscopales illicites en Chine et tous les nouveaux évêques y étaient consacrés avec la double approbation, celle des autorités chinoises et celle du Saint-Siège.

Ce n’est pas tout. Petit à petit, même les évêques qui, au cours de la période précédente, avaient été consacrés sans l’accord du pape faisaient acte d’obéissance et obtenaient l'approbation de Rome.

À l’été 2010, la réunification des deux branches de l’Église chinoise – l’Église reconnue par l’État et l’Église clandestine – semblait sur le point de se réaliser. Les évêques qui restaient séparés de Rome se comptaient sur les doigts d’une seule main.

Mais brusquement, à l’automne 2010, le ton s’est durci. Les dirigeants chinois ont redonné de la vigueur aux deux institutions à travers lesquelles ils tiennent l’Église en laisse : l'Association patriotique et le Conseil des évêques chinois. Ils ont placé à la tête de ces deux institutions des évêques qui leur sont soumis, dont certains sont officiellement en communion avec Rome. Et grâce à eux ils ont recommencé à introniser de nouveaux évêques qui n’ont pas obtenu l’accord du pape.

Les nouvelles ordinations illicites ont eu lieu la première le 20 novembre 2010 à Chengde, la deuxième le 29 juin 2011 à Leshan et la troisième le 14 juillet dernier à Shantou.

D’autres vont suivre. Les porte-parole du régime disent qu’une quarantaine de diocèses attend de nouveaux évêques choisis par les autorités et que peu importe si le pape ne donne pas son accord.

Ce ne sont pas seulement les nouveaux ordonnés qui se rendent coupables de ces actes de rupture grave avec l’Église de Rome mais aussi les évêques qui les consacrent.

Le code de droit canonique, au canon 1382, punit de tels actes de l’excommunication "latæ sententiæ", celle qui s’applique automatiquement au moment même où l'acte illicite est commis.

C’est ce que les autorités vaticanes ont réaffirmé dans deux communiqués qui ont été publiés à la suite des deux dernières ordinations.

Toutefois les autorités vaticanes, avec prudence, n’ont mentionné que les nouveaux ordonnés comme étant certainement frappés d’excommunication. En ce qui concerne les évêques consécrateurs, elles se réservent de vérifier si ceux-ci ont agi librement ou sous la contrainte.

Mais pour ces derniers aussi, en attendant que cette question soit résolue, les sanctions sont sévères.

Dans un blog rédigé en chinois et en anglais qu’elle a créé dans ce but le 12 juillet, l'agence de presse en ligne "Fides" de la congrégation vaticane pour l'évangélisation des peuples – congrégation dont dépendent les diocèses de Chine – a rappelé que les évêques excommuniés ne peuvent ni célébrer la messe, ni administrer ou recevoir les sacrements, ni gouverner leurs diocèses respectifs. Même dans le cas où ils se repentiraient et où l’excommunication serait levée, ils ne pourraient pas exercer leur ministère épiscopal avant que Rome ne les ait autorisés à le faire.

En ce qui concerne les évêques consécrateurs, tant qu’ils n’auront pas démontré qu’ils ont agi sous la contrainte, ils se trouveront de toute façon en situation de "responsabilité présumée". Par conséquent eux non plus ne pourront pas exercer leur ministère épiscopal ; les prêtres et les fidèles devront éviter de recevoir les sacrements qu’ils administreront.

Aujourd’hui, si l’on ajoute aux évêques qui sont certainement excommuniés ceux qui sont "présumés responsables" et ceux qui n’ont pas été reconnus par le pape, il y a désormais une vingtaine d’évêques chinois qui se trouvent en état de schisme vis-à-vis de Rome.

Le sacrement qui a ordonné évêques ces "mandarins" est valide. De même les messes qui sont célébrées par eux sont sacramentellement valides. Ce qu’il leur manque, c’est la communion hiérarchique avec le siège de Pierre. Et c’est cela qui les prive d’autorité sur leurs diocèses respectifs, sur le clergé et les fidèles.

Ils sont évêques, oui, mais ils sont dépourvus de ce pouvoir de gouverner qui ne peut être donné que par le pape. Les déclarations et instructions que le Saint-Siège a publiées à la suite des dernières ordinations épiscopales illicites en Chine insistent sur ce point.

C’est d’ailleurs un point sur lequel une très vive opposition d’opinions s’était manifestée au cours du concile Vatican II.

Il y avait en effet des gens qui soutenaient la thèse selon laquelle l'ordination sacramentelle suffit à conférer au nouvel évêque la plénitude de ses pouvoirs, y compris celui de gouverner, sans qu’il y ait besoin d’un accord supplémentaire du pape : c’est précisément la thèse qui plaît tellement aux autorités chinoises d’aujourd’hui.

Un jeune théologien prit une part active à ce débat conciliaire. Il s’appelait Joseph Ratzinger.

De quel côté de la barricade se trouvait-il ?



*



Pour répondre à cette question il faut revenir à la mi-novembre 1964, à ce que l’on a appelé la "semaine noire" du concile Vatican II.

Cette semaine commença de manière inattendue, le lundi 16 novembre, par la lecture que fit dans la basilique Saint-Pierre le secrétaire général du concile, l'archevêque Pericle Felici, d’une "Nota explicativa praevia" voulue par l’"autorité supérieure", c’est-à-dire par le pape Paul VI.

Selon la volonté du pape, la note devait être reçue comme l’"explication et interprétation" du chapitre 3 de la constitution sur l’Église "Lumen gentium", consacré au rôle des évêques, qui était mis au vote ces jours-là.

Dans son point 2, la note affirmait que l’on devient évêque en vertu de la consécration épiscopale. Mais que, pour qu’un évêque puisse exercer le "pouvoir" qui lui a été conféré avec les ordres sacrés, il faut l’intervention de la "juridica determinatio" venant de l’autorité suprême de l’Église.

La note souleva les protestations des progressistes. Le théologien qui l’avait rédigée, le Belge Gérard Philips, regrettait lui-même, encore deux ans après, son excès de "légalisme", qui finissait par "étouffer et éteindre la communion de la charité".

Parmi les experts conciliaires, l’un de ceux qui critiquèrent le plus vivement la note fut le jeune Ratzinger, qui était le théologien de confiance du cardinal allemand Josef Frings.

Le chanoine belge Leo Declerck a reconstitué - dans un essai qui sera publié prochainement par la Libreria Editrice Vaticana et qui a été présenté ces jours-ci en avant-première dans le numéro 61 du bulletin d’information de l'Institut Paul VI - le point de vue de Ratzinger dans cette affaire, en s’appuyant sur les journaux intimes d’autres acteurs du concile. 

Pour barrer la route à la note et à son interprétation des pouvoirs des évêques, Ratzinger rencontra le professeur Giuseppe Alberigo, émissaire du père Giuseppe Dossetti qui était le chef de file des progressistes. Ils rédigèrent ensemble l’ébauche d’un discours dans lequel le cardinal Frings rabaisserait la note au rang de simple texte de commission et demanderait qu’elle soit soumise à une discussion en assemblée. Simultanément, des groupes d’évêques, dont une centaine d’Africains, signeraient des pétitions destinées au pape. L'objectif était le rejet de la totalité du chapitre 3 de "Lumen gentium".

Mais les choses ne se passèrent pas ainsi. Le chapitre 3 fut approuvé à une large majorité et la note fut intégrée aux documents conciliaires en tant que complément de "Lumen gentium".

Ratzinger reconnut par la suite que la note avait eu le mérite de vaincre le "maximalisme" des progressistes et de rassurer la minorité conciliaire traditionaliste, en obtenant que "Lumen gentium" soit approuvé à la quasi unanimité.

Mais il tint à faire remarquer que la note ne portait ni la signature du pape ni celle des pères conciliaires, mais seulement celle de Mgr Felici.

Et il écrivit, alors que le concile venait de s’achever, que la note laissait en tout cas "un goût amer", d’une part à cause de la manière dont elle avait été imposée, d’autre part en raison de son contenu qui était l’expression "d’une pensée juridico-systématique ayant comme référence la configuration juridique actuelle de l’Église", par opposition à "une approche historique partant de toute l'ampleur de la révélation chrétienne".

Aujourd’hui, plusieurs décennies plus tard, Joseph Ratzinger, devenu pape, porte un regard beaucoup plus critique sur la conviction que "l’Église ne doit pas être une Église du droit, mais une Église de l’amour", libre des liens juridiques.

Il a critiqué cette opinion à plusieurs reprises. Et, en prenant une série importante de mesures à caractère normatif, il a montré qu’il considérait comme essentiel le rôle du droit canonique dans le gouvernement de l’Église.

Si aujourd’hui Benoît XVI ne reconnaît pas d’autorité aux évêques chinois ordonnés sans son accord et si, grâce notamment à cette règle, il "confirme la foi" des catholiques de Chine, il le doit précisément à cette "Nota explicativa praevia" qui lui avait paru si indigeste au moment de sa promulgation.

Sandro Magister

www.chiesa



L’essai de Leo Declerck, présenté en avant-première dans le numéro 61 du bulletin d’information de l'Institut Paul VI, a pour titre : "Les réactions de quelques 'periti' du Concile Vatican II à la 'Nota explicativa praevia' (G. Philips, J, Ratzinger. H. de Lubac, H. Schauf)".

Il paraîtra prochainement dans le livre d’E. Ehret, "Papstlicher Primat und Episkopat", en cours d’impression à la Libreria Editrice Vaticana.


La "Nota explicativa praevia" concernant les pouvoirs des évêques se trouve à la suite du texte de la constitution dogmatique relative à l’Église promulguée par le concile Vatican II :

> Lumen gentium

À propos de Benoît XVI en tant que "législateur canonique" :

> Six ans sur la chaire de Pierre. Une interprétation


La déclaration du conseil pontifical pour l'interprétation des textes législatifs, publiée dans "L'Osservatore Romano" du 11 juin 2011, à propos des effets canoniques des ordinations épiscopales illicites :

> Ordinazioni illecite in Cina. La Santa Sede spiega cosa fare con i vescovi scomunicati


La déclaration du Saint-Siège en date du 4 juillet 2011, en anglais, en chinois et en italien, à propos de l'ordination illicite de l’évêque de Leshan :
    
> "Riguardo all'ordinazione episcopale..."


Le blog en chinois et en anglais créé le 12 juillet 2011 par l’agence de presse en ligne "Fides" de la congrégation pour l'évangélisation des peuples, comportant douze questions et réponses concernant la marche à suivre face à des ordinations épiscopales illicites :

> Being Catholic in China

La déclaration du Saint-Siège en date du 16 juillet 2011, en anglais, en chinois et en italien, relative à l'ordination illicite de l’évêque de Shantou :
    
> "Riguardo all'ordinazione episcopale..."


À propos de la résistance que les évêques, les prêtres et les catholiques chinois en communion avec Rome opposent aux ordinations épiscopales illicites voulues par le régime :

> Chiesa cinese che “resiste” allo strapotere del governo e dell’Associazione patriottica


Deux agences de presse catholiques spécialistes de l’Église en Chine, qui proposent des informations constamment mises à jour:

> Asia News

> UCA News


Les précédents articles de www.chiesa à ce sujet :

> Focus CHINE


Traduction française par Charles de Pechpeyrou.


Les évêques de France consternés par un article outrancier pour la foi chrétienne

dominicanus #actualités

mgr-bernard-podvin.jpg

 

En France, le porte-parole de la Conférence des évêques a exprimé son indignation à la suite d’un article du quotidien Libération intitulé « tous en cène ». Des lignes « inqualifiables » - écrit Mgr Bernard Podvin – à l’encontre du cœur de la foi chrétienne. La liberté d’expression – ajoute-t-il – s’honore quand elle respecte ceux qu’elle offense.

Dans cet article, sous prétexte de commenter la dernière Cène, deux journalistes font leur propre récit de la vie de Jésus en des termes outranciers et blessants. L’article a suscité des réactions consternées y compris de la part de personnes qui ne sont pas de foi chrétienne. Interrogé par Charles-François Brejon (Radio Vatican), Mgr Podvin fait part de sa tristesse : >> RealAudioMP3 

Afficher plus d'articles

RSS Contact