Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21 LA PLUPART DES ILLUSTRATIONS DE CE BLOG SONT TIRÉES DE https://www.evangile-et-peinture.org/ AVEC LA PERMISSION DE L'AUTEUR

The gospel: fresh or out of preserves ? - Homily 15th Sunday in Ordinary Time, Year B

Walter Covens #homilies in English
15 TOB ev
 
 
    We enter a new section of the gospel of Marc1. Of this new section the liturgy will make us hear several passages (but not all !) between the 15th and the 24th Sunday of Ordinary Time. Too often we are satisfied to read the Gospel by small pieces. The Sunday liturgy itself cuts out in pieces a coherent text, giving rise to serious misunderstandings if we are satisfied to be only "Sunday Christians". The Word of the gospel is much more than a succession of anecdotic accounts. It is really worth while to quietly read through Mc 6 : 6 – 8 : 30. You will be surprised to notice that these chapters form a beautiful and very coherent unit which challenges our faith highly. You will then have the surprise of those who know pineapple only out of can, in cut sections, and who, may be during their holiday in the West Indies, discover that a pineapple is a beautiful fruit that needs to bend down to be harvested. At the same time, you will not dream any more, like this indeed very badly informed poet, who pretended to take a nap "in the shade of pineapples in flowers".

       What is the main subject of these three chapters of Marc ? The word "breads" occurs eighteen times, as well as the verb "to eat" and "to be satisfied". This is why this section is called "the section of the breads".

       What is also characteristic of this section, is the geography. After being rejected by "his home city", Jesus "circulated in the villages around, while teaching". The sending on mission of the Twelve goes in the same direction of an extension of the Kingdom of God : by sending them, Jesus widens his activity in words and in acts, not only among the Jews, but also among the pagan ones (7 : 24...)

       Through the instructions given to the envoys, Jesus reveals what is true and essential food for the road, by referring to the history of Israel. And it starts by pointing out to them what is the essence of the equipment of the people when it was on the point of eating first Passover of the history, according to the book of the Exodus :
 
And this is how you will eat : with a belt round your waist, sandals on your feet and a staff in your hand… (Ex 12 : 11)


In S. Marc Jesus

 

ordered them to take nothing for the journey except a stick … They were to wear sandals.

Want is essential to a journey in the name of the Lord who can give from day to day what is appropriate, as He formerly did for the people in the desert :

 

(the Lord your God) made you experience hunger, but he gave you the manna to eat which neither you nor your fathers had known, to show you that man lives not on bread alone, but that all that proceeds from the mouth of God is life for man. (Dt 8 : 3)


       The sending of the Twelve is like an Exodus of the ground of Egypt towards the Promised Land, while passing through the Red Sea and the desert. The instructions are the same ones as for the twelve tribes of Israel which, the night, were to eat Passover with haste, ready to leave : a stick with the hand and sandals with the feet (contrary to Matthew and Luke !). The Pascal meal is seen like a food to support the forces of the pilgrims. Their true fatherland, the true Promised Earth, is the Kingdom announced by Jesus :

 

Death found all these people strong in their faith. They had not received what was promised, but they had looked ahead and had rejoiced in it from afar, saying that they were foreigners and travelers on earth. Those who speak in this way prove that are looking for their own country. For if they had longed for the land they had left, it would have been easy for them to return, but no, they aspired to a better city, that is, a supernatural one ; so God, who prepared the city for them is not ashamed of being called their God. " (He 11 : 13-16).

Peter, one of the Twelve, will write after Pentecost :

 

From Peter, apostle of Jesus Christ, to the Jews who live outside their homeland… to those whom God the Father has called, according to his plan, and made holy by the Spirit, to aboy Jesus Christ and be purified by his blood : may grace and peace increase among you. (1 P. 1 : 1-2)

And also :

 

My dear brothers, while you are strangers and exiles, I urge you not to indulge in selfish passions which wage war on the soul. (1 P 2 : 11)


       This is what gives a meaning to poverty. It is not poverty for the sake of poverty, but the disencumberment of oneself to be able to travel without too much burden :

 

I say this, brothers and sisters : time is getting shorter, and those who are married must live as if not married ; those who weep as if not weeping ; those who are happy as if they were not happy ; those buying something as if they had not bought it, and those enjoying the present life as if they were not enjoying it. For the order of this world is vanishing. (1 Co 7 : 29-31)


       This is what gives a meaning, not only to poverty, but also to hunger, tears and persecution :

 

Lifting up his eyes to his disciples, Jesus said : "Fortunate are you who are poor, the kingdom of God is yours. Fortunate are you who are hungry now, for you will be filled. Forunate are you who weep now, for you will laugh. Fortunate are you when people hate you, when they reject you and insult you and number you among criminals, because of the Son of Man. Remember that is how the fathers of this people treated the prophets. But unhappy are you who have wealth, for you have been comforted now. Unhappy are you who laugh now, for you will mourn and weep. Unhappy are you when the people speak well of you, for that is how the fathers of these people treated the false prophets." (Lc 6 : 20-26)


       So they set out to proclaim that this was the time to repent.

       As for the sick in body and heart, they are not forgotten. Oh no ! During their voyage in the search of the fatherland, the Lord grants to the Twelve to do the same as him. But whereas because of the incredulity of his compatriots, Jesus could only heal a few sick people, the Twelve "drove out many demons and healed many sick people by anointing them".

 

Truly, I say to you, he who believes in me will do the same works as I do ; he wil do even greater than these, for I am going where the Father is. (Jn 14 : 12)

The Church is not some insipid dilution of Jesus. The Church is the "full" Jesus "for the multitude".

       Notice that S. Marc is the only among the evangelists to speak about the anointing of the sick in this context. Oil was used to heal wounds. Think of the good Samaritan, also travelling, and seeing another traveller who had fallen on gangsters. Stripped and beaten, he had had been left half dead. 

 

He went over to him and treated his wounds with oil and wine Lc 10 : 30-35).

The Twelve will do "the same" (v. 37). The Council of Trente teaches that in this gesture of the Twelve there is an "allusion" to the sacrament of the anointing of the sick, which will be instituted by the Lord and later "recommended to faithful and promulgated by the apostle James" (cf James 5 : 14...).

       Speaking of the sick, Jean-Jacques Rousseau groaned : "So many people between God and me...". Here is the diagnosis of a certain Josef Ratzinger for those who who have the same desease :

 

It is for us a scandal that God must be communicated by a whole external apparatus : the Church, the sacraments, dogma, or even simply the preaching (kerygma), in which one takes refuge readily to attenuate the scandal, and which however is also something external. Vis-a-vis with all that the question arises : Does God live in the institutions, events or words ? Doesn't the Eternal reach each one of us from the inside ?

And then there are those who spend their time complaining about the bad example given by the popes of the Renaissance. As those of the twentieth century are more presentable, one falls back on the the Vatican. Von Balthasar wrote a book entitled : "The anti-Roman complex". Of this work, he will write later :

 

a work of which the sale was difficult, because none of those who suffered from this disease bought it !
I fully agree with all those who complain about the bad example given by some of the clergy, and who call for a "reform" of the Church,

writes André Manaranche, a french Jesuit,

 

provided that they start with themselves, that they do not destroy the Church from the inside and that they do not leave the Church with insolence !

And he quotes in a footnote a passage of a fictitious letter which Bernanos addressed to Martin Luther, and saying in substance :

 

My dear Martin, you had a lot of trouble with the priests : how I understand you, because so do I ! But you reacted the wrong way. See Fancis of Assisi : he surely leaped with indignation in front of the crested and frivolous clerks of his time, but instead of denouncing them, he was lived in poverty as in a purifying bath. He did not reform anything, except himself. And he succeeded in restoring a Church that was falling in ruins. Whereas you, the smart and virulent reformer, you ended up becoming a man with swollen cheeks and dull eyes. What a mess !


       Let us return to our pineapple for one moment. If you want it natural, what does the Gospel of saint Marc say ? The first words of the Gospel of Marc affirm clearly the divinity of Jesus Christ :

 

This is the beginning of the Good News of Jesus Christ, the Son of God " (Mc 1 : 1)

This assertion of the divinity of Jesus, such as expressed by Marc in the first words of his Gospel, is undoubtedly a summary of the message contained in his book. A summary that, in addition, the evangelist presents as a key necessary to the comprehension of all the things which the reader will discover thereafter : if it is not believed that Jesus is the Messiah and the Son of God, one cannot understand the Gospel. All the heresies, including the errors which relate to the mystery of the Church, finally amount to falling into one from the two extremes : either to deny the divinity of Jesus, or to deny his humanity.

The Holy Spirit allowed the words of a Roman officer present at Jesus’ deayth to be reported as to summarize the Gospel of S. Marc :

 

The captain who was standing in front of him saw how Jesus died and heard the cry he gave, and he said, "Truly, this man was the Son of God". (Mc 15 : 39)

This centurion was ripe to enter the Church.

       The Vatican II Council (LG 8) teaches that this mystery is not without analogy with the mystery of the Church:

 

The one mediator, Christ, established and ever sustains here on earth his holy Church, the community of faith, hope and charity, as a visible organization through which he communicates truth and grace to all men. But, the society structured with hierarchical organs and the mystical Church endowed with heavenly riches, are not to be thought of as two realities. On the contrary, they form one complex reality which comes together from a human and a divine element. For this reason the Church is compared, not without significance, to the mystery of the incarnate Word. As the assumed nature, inseparably united to him, serves the divine Word as a living organ of salvation, so, in a somewhat similar way, does the social structure of the Church serve the Spirit of Christ who vivfies it, in the building up of the body (cf. Eph. 4 :15).

    It is in the Church that we are allowed and enabled to see Jesus today.
    It is in the Church that we are allowed and enabled to hear Jesus today.
    It is in the Church that we are allowed and enabled to touch Jesus today.

    Without the Church, Jesus is a vague memory of twenty centuries ago.

       Long live Jesus !

       Long live the Church !

       And do not forget : eat pineapples but fresh, not out of preserves !


1. Traduit du français : 

L’ÉVANGILE : FRAIS OU EN CONSERVES ? (Mc 6, 7-13)

The gospel: fresh or out of preserves ? - Homily 15th Sunday in Ordinary Time, Year B

L'évangile: frais ou en conserves? - Homélie 15° dimanche de Temps Ordinaire B

Walter Covens #homélies (patmos) Année B - C (2006 - 2007)

 

15-TOB-ev.jpeg

 

Nous entrons dans une nouvelle section de l’'évangile de Marc. De cette nouvelle section, la liturgie nous fera entendre plusieurs passages (pas tous !) entre le 15e et le 24e dimanche du Temps Ordinaire. Trop souvent nous nous contentons de lire l'’Évangile par petits morceaux. La liturgie dominicale elle-même découpe en tranches un texte suivi, non sans inconvénient si nous sommes seulement des chrétiens du dimanche. La Parole de l’'Évangile est beaucoup plus qu'’une succession de récits anecdotiques.

Donnez-vous donc la peine (et la joie) de relire tranquillement chez vous Mc 6, 6 –- 8, 30. Vous serez surpris de constater que ces chapitres forment un bel ensemble très cohérent qui interpelle vivement notre foi. Vous aurez alors la surprise de celui qui connaît l’'ananas seulement en boîte de conserve, en tranches coupées, et qui, pendant ses vacances à la Martinique, découvre que l’'ananas est un beau fruit qu'’il faut récolter … ... en se baissant. Du même coup, vous ne rêverez plus, comme les amoureux d'un roman primé ("Fort-de-France" - 1933) de vous promener "à l'ombre des ananas en fleur. 

De quoi est-il surtout question dans ces trois chapitres de Marc ? Il est question de "pains" (dix-huit fois), de "manger" et "être rassasié" (dix-huit fois au total, également). C’'est pourquoi on a appelé cette section "la section des pains".

Ce qui est caractéristique aussi de cette section, c'’est la géographie. Après avoir été rejeté par "sa patrie", Jésus "circulait dans les villages alentour, en enseignant".

L’'envoi en mission des Douze va dans ce sens d’'une extension du Royaume de Dieu : en les envoyant, Jésus élargit son activité en paroles et en actes, non seulement parmi les Juifs, mais aussi parmi les païens (7, 24…). À travers l’'enseignement donné aux envoyés, Jésus va révéler quelle est la vraie nourriture indispensable pour la route, en faisant mémoire de l'’histoire du peuple. Et il commence par leur rappeler l’'essentiel de l'’équipement du peuple quand il s’'apprêtait à manger la première pâque de l’'histoire, selon qu'’il est écrit au livre de l’'Exode :

"C'’est ainsi que vous la mangerez : vos reins ceints, vos sandales aux pieds et votre bâton en main." (Ex 12, 11)

Et dans S. Marc : il leur prescrivit de ne rien prendre pour la route qu'’un bâton seulement, ni pain, ni besace, ni menue monnaie pour la ceinture mais : "allez, chaussés de sandales". Le dépouillement, la pauvreté, sont indispensables pour prendre la route au nom du Seigneur qui sait donner au jour le jour ce qui convient, comme il le fit jadis pour le peuple au désert :

"(Le Seigneur ton Dieu) t’'a rendu humble, il t’a fait sentir la faim, il t’'a donné la manne que ni toi ni tes pères n’'aviez connue, pour te montrer que l’'homme ne vit pas seulement de pain, mais que l’'homme vit de tout ce qui sort de la bouche du Seigneur. " (Dt 8, 3)

L'’envoi des Douze est comme un Exode de la terre d’'Égypte vers la Terre Promise, en passant par la Mer Rouge et le désert. Les consignes sont les mêmes que pour les douze tribus d'’Israël qui, la nuit, devaient manger la Pâque à la hâte, prêts à partir : un bâton à la main et des sandales aux pieds (contrairement à Matthieu et Luc !). Le repas pascal est vu comme une nourriture pour soutenir les forces des pèlerins. Leur véritable patrie, la vraie Terre Promise, c'’est le Royaume annoncé par Jésus :

"C'est dans la foi qu'ils sont tous morts sans avoir connu la réalisation des promesses ; mais ils l'avaient vue et saluée de loin, affirmant que, sur la terre, ils étaient des étrangers et des voyageurs. Or, parler ainsi, c'est montrer clairement qu'on est à la recherche d'une patrie. S'ils avaient pensé à celle qu'ils avaient quittée, ils auraient eu la possibilité d'y revenir. En fait, ils aspiraient à une patrie meilleure, celle des cieux. Et Dieu n'a pas refusé d'être invoqué comme leur Dieu, puisqu'il leur a préparé une cité céleste. " (He 11, 13-16).

Pierre, l’un des Douze, écrira après la Pentecôte :

"Moi, Pierre, Apôtre du Christ Jésus, à vous qui êtes comme en exil, dispersés (...) Que la grâce et la paix vous soient accordées en abondance." (1 P, 1, 1-2)

Et encore :

"Mes bien-aimés, puisque vous êtes ici-bas des gens de passage et des voyageurs, je vous exhorte à fuir les tendances égoïstes de la chair qui mènent leur combat contre l'âme. Ayez au milieu des païens une conduite excellente ; ainsi, alors même qu'ils vous calomnient en vous traitant de malfaiteurs, ils auront devant les yeux vos actions excellentes, et ils rendront gloire à Dieu, le jour où il viendra visiter son peuple." (1 P 2, 11-12)

Voilà ce qui donne un sens à la pauvreté. Ce n'’est pas la pauvreté pour la pauvreté, mais le dépouillement, le désencombrement pour pouvoir voyager léger :

"Frères, je dois vous le dire : le temps est limité. Dès lors, que ceux qui ont une femme soient comme s'ils n'avaient pas de femme, ceux qui pleurent, comme s'ils ne pleuraient pas, ceux qui sont heureux, comme s'ils n'étaient pas heureux, ceux qui font des achats, comme s'ils ne possédaient rien, ceux qui tirent profit de ce monde, comme s'ils n'en profitaient pas. Car ce monde tel que nous le voyons est en train de passer. " (1 Co 7, 29-31)

C'’est ce qui donne sens, non seulement à la pauvreté, mais aussi à la faim, aux larmes, à la persécution :

"Regardant alors ses disciples, Jésus dit : ‘ Heureux, vous les pauvres : le royaume de Dieu est à vous ! Heureux, vous qui avez faim maintenant : vous serez rassasiés ! Heureux, vous qui pleurez maintenant : vous rirez ! Heureux êtes-vous quand les hommes vous haïssent et vous repoussent, quand ils insultent et rejettent votre nom comme méprisable, à cause du Fils de l'homme. Ce jour-là, soyez heureux et sautez de joie, car votre récompense est grande dans le ciel : c'est ainsi que leurs pères traitaient les prophètes. Mais malheureux, vous les riches : vous avez votre consolation ! Malheureux, vous qui êtes repus maintenant : vous aurez faim ! Malheureux, vous qui riez maintenant : vous serez dans le deuil et vous pleurerez ! Malheureux êtes-vous quand tous les hommes disent du bien de vous : c'est ainsi que leurs pères traitaient les faux prophètes. ‘" (Lc 6, 20-26)

"Ils partirent, et proclamèrent qu’il fallait se convertir": Quant aux malades du corps et de l'’âme, ils ne sont pas oubliés. Oh non ! Dans leur voyage à la recherche de la patrie, le Seigneur donne aux Douze de faire la même chose que lui. Mais alors qu'’à cause de l'’incrédulité de ses compatriotes, Jésus ne pouvait que guérir quelques infirmes, les Douze "chassaient beaucoup de démons, faisaient des onctions d'’huile à de nombreux malades, et les guérissaient".

"Amen, amen, je vous le dis : celui qui croit en moi accomplira les mêmes œoeuvres que moi. Il en accomplira même de plus grandes, puisque je pars vers le Père" (Jn 14, 12).

L'’Église, ce n’'est pas Jésus diminué, dilué. L'’Église, c’'est Jésus tout entier "pour la multitude".

Remarquez que S. Marc est le seul parmi les évangélistes à parler des onctions d'’huile. L'’huile était utilisée pour soigner les blessures. Pensez au bon Samaritain, lui aussi en voyage, et qui aperçoit un autre voyageur qui était tombé sur des bandits. Dépouillé, roué de coups, il était resté au bord du chemin à moitié mort. Il verse de l’'huile sur ses plaies (Lc 10, 30-35). Les Douze feront "de même" (v. 37).

Le Concile de Trente enseigne qu'’il faut voir dans ce geste des Douze une "allusion" au sacrement de l’'Onction des malades, qui sera institué par le Seigneur et plus tard "recommandé aux fidèles et promulgué par l’'apôtre Jacques" (cf. Jc 5, 14 s.).

À propos de maladies, Jean-Jacques Rousseau gémissait : "Que d’'hommes entre Dieu et moi…". Voici le diagnostic d'’un certain Joseph Ratzinger pour ceux qui sont atteints de la même maladie :

"Pour nous, hommes d’'aujourd’hui, le scandale fondamental du christianisme consiste tout d’abord simplement dans l’'extériorité dont la réalité religieuse paraît affectée. C'’est pour nous un scandale que Dieu doive être communiqué par tout un appareil extérieur : l’'Église, les sacrements, le dogme, ou même simplement la prédication (kérygme), dans laquelle on se réfugie volontiers pour atténuer le scandale, et qui cependant est aussi quelque chose d'’extérieur. Face à tout cela se pose la question : Dieu habite-t-il donc dans les institutions, des événements ou des paroles ? Est-ce que l’'Éternel n’'atteint pas chacun de nous de l'’intérieur ?" (La foi chrétienne hier et aujourd’hui)

Et puis il y a ceux qui passent leur temps à se plaindre du mauvais exemple donné par les papes de la Renaissance. Comme ceux du vingtième siècle sont plus sortables, on se rabat sur les rouages du Vatican.

Le cardinal von Balthasar a écrit un livre intitulé : "Le complexe anti-romain". De cet ouvrage, il écrira plus tard : "un ouvrage dont la vente a été difficile, car aucun de ceux qui souffraient de cette maladie ne l’'ont acheté !"

"Je suis de tout cœoeur avec ceux qui se plaignent du mauvais exemple donné par des clercs et qui réclament une ‘ réforme ‘ de toute l’Église, écrit André Manaranche, à condition qu'’ils commencent par eux-mêmes, qu'’ils ne détruisent pas l’'Église du dedans et qu'’ils n’'en sortent pas avec insolence !"

Et il cite en note un passage d'’une lettre fictive qu’'adressa Bernanos à Martin Luther, et qui disait en substance :

"Mon cher Martin, tu as eu des ennuis avec les curés : comme je te comprends, car j'’en ai moi aussi ! Mais ce n’'est pas ainsi que tu aurais dû t’'y prendre. Vois François d'’Assise : il a sûrement bondi d’'indignation devant les clercs huppés et frivoles de son temps, mais au lieu de les dénoncer, il s’'est enfoncé dans la pauvreté comme dans un bain purifiant. Il n’'a pas réformé : il s'’est réformé lui-même. Et il a réussi à restaurer une Église qui tombait en ruines. Alors que toi, le réformateur pimpant et virulent, tu as fini par devenir un homme aux joues bouffies et aux yeux ternes. Un vrai gâchis !"

Revenons à notre ananas. Si vous le voulez nature, que nous dit l’'évangile de S. Marc ? Les premiers mots de l'’Évangile de S. Marc affirment nettement la divinité de Jésus Christ :

  "Commencement de l’'Évangile de Jésus-Christ, fils de Dieu" (Mc 1, 1).

Cette affirmation de la divinité de Jésus, telle que S. Marc l’'exprime dans les premiers mots de son Évangile, est assurément un résumé du message contenu dans son livre. Résumé que, par ailleurs, l’'évangéliste présente comme une clé nécessaire à la compréhension de toutes les choses que le lecteur va découvrir par la suite : si l’'on ne croit pas que Jésus est le Messie et le Fils de Dieu, on ne peut comprendre l’'Évangile. Au fond, toutes les hérésies, y compris les erreurs qui concernent le mystère de l’'Église, reviennent à tomber dans l’'un des deux extrêmes : ou bien nier la divinité de Jésus, ou bien nier son humanité. L’'Esprit Saint a voulu que soient rapportées les paroles d’'un officier romain présent au Calvaire comme pour résumer l'’Évangile de S. Marc :

  "Le centurion qui se tenait en face de Jésus, voyant qu’il avait expiré en jetant un tel cri, dit : Vraiment cet homme était Fils de Dieu !" (Mc 15, 39)

Ce centurion-là était mûr pour entrer dans l’'Église. Vatican II (LG 8) enseigne que ce mystère n’'est pas sans analogie avec le mystère de l’'Église :

 

"Le Christ, unique médiateur, crée et continuellement soutient sur la terre, comme un tout visible, son Eglise sainte, communauté de foi, d'espérance et de charité, par laquelle il répand, à l'intention de tous, la vérité et la grâce. Cette société organisée hiérarchiquement d'une part et le Corps mystique d'autre part, l'assemblée discernable aux yeux et la communauté spirituelle, l'Eglise terrestre et l'Eglise enrichie des biens célestes ne doivent pas être considérées comme deux choses, elles constituent au contraire une seule réalité complexe, faite d'un double élément humain et divin. C'est pourquoi, en vertu d'une analogie qui n'est pas sans valeur, on la compare au mystère du Verbe incarné. Tout comme en effet la nature prise par le Verbe divin est à son service comme un organe vivant de salut qui lui est indissolublement uni, de même le tout social que constitue l'Eglise est au service de l'Esprit du Christ qui lui donne la vie, en vue de la croissance du corps. (cf. Ep 4,16)"

 

C’'est l’'Église qui fait que nous pouvons voir Jésus aujourd’'hui. C'’est l’'Église qui fait que nous pouvons entendre Jésus aujourd’'hui. C’est l’'Église qui fait que nous pouvons toucher Jésus aujourd’'hui. Sans l'’Église, Jésus, c’'est le vague souvenir d’'un temps révolu. Vive Jésus ! Vive l’'Église ! ... Et vive les ananas nature !

C'’est pour nous un scandale que Dieu doive être communiqué par tout un appareil extérieur : l’'Église, les sacrements, le dogme, ou même simplement la prédication...
C'’est pour nous un scandale que Dieu doive être communiqué par tout un appareil extérieur : l’'Église, les sacrements, le dogme, ou même simplement la prédication...

C'’est pour nous un scandale que Dieu doive être communiqué par tout un appareil extérieur : l’'Église, les sacrements, le dogme, ou même simplement la prédication...

Lectures 15° dimanche du Temps Ordinaire B

dominicanus

1ère lecture : « Va, tu seras prophète pour mon peuple » (Am 7, 12-15)

 

Lecture du livre du prophète Amos

En ces jours-là, 
    Amazias, prêtre de Béthel, dit au prophète Amos :
« Toi, le voyant, va-t’en d’ici, 
fuis au pays de Juda ; 
c’est là-bas que tu pourras gagner ta vie 
en faisant ton métier de prophète. 
    Mais ici, à Béthel, arrête de prophétiser ; 
car c’est un sanctuaire royal, 
un temple du royaume. »
    Amos répondit à Amazias : 
« Je n’étais pas prophète 
ni fils de prophète ; 
j’étais bouvier, et je soignais les sycomores. 
    Mais le Seigneur m’a saisi quand j’étais derrière le troupeau, 
et c’est lui qui m’a dit : 
‘Va, tu seras prophète pour mon peuple Israël.’ »


    – Parole du Seigneur.

 

Psaume : Ps 84 (85), 9ab.10, 11-12, 13-14

 

R/

Fais-nous voir, Seigneur, ton amour,                                                    
et donne-nous ton salut.

 

(Ps 84, 8)

 

J’écoute : que dira le Seigneur Dieu ?
Ce qu’il dit, c’est la paix pour son peuple et ses fidèles.
Son salut est proche de ceux qui le craignent,
et la gloire habitera notre terre.


Amour et vérité se rencontrent,
justice et paix s’embrassent ;
la vérité germera de la terre
et du ciel se penchera la justice.

 

Le Seigneur donnera ses bienfaits,
et notre terre donnera son fruit.
La justice marchera devant lui, 
et ses pas traceront le chemin.

 

2ème lecture : « Il nous a choisis dans le Christ avant la fondation du monde » (Ep 1,3-14)

 

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Éphésiens

    Béni soit Dieu, le Père
de notre Seigneur Jésus Christ !
Il nous a bénis et comblés
des bénédictions de l’Esprit,
au ciel, dans le Christ.


    Il nous a choisis, dans le Christ,
avant la fondation du monde,
pour que nous soyons saints, immaculés 
devant lui, dans l’amour.


    Il nous a prédestinés
à être, pour lui, des fils adoptifs
par Jésus, le Christ.


Ainsi l’a voulu sa bonté,
    à la louange de gloire de sa grâce,
la grâce qu’il nous donne
dans le Fils bien-aimé.


    En lui, par son sang,
nous avons la rédemption,
le pardon de nos fautes.


C’est la richesse de la grâce
que Dieu a fait déborder jusqu’à nous
en toute sagesse et intelligence. 


    Il nous dévoile ainsi le mystère de sa volonté,
selon que sa bonté l’avait prévu dans le Christ :
    pour mener les temps à leur plénitude,
récapituler toutes choses dans le Christ,
celles du ciel et celles de la terre.


    En lui, nous sommes devenus
le domaine particulier de Dieu,
nous y avons été prédestinés 
selon le projet de celui qui réalise tout ce qu’il a décidé :
il a voulu  que nous vivions 
à la louange de sa gloire,
nous qui avons d’avance espéré dans le Christ.


    En lui, vous aussi,
après avoir écouté la parole de vérité,
l’Évangile de votre salut,
et après y avoir cru,
vous avez reçu la marque de l’Esprit Saint.
Et l’Esprit promis par Dieu
    est une première avance sur notre héritage,
en vue de la rédemption que nous obtiendrons,
à la louange de sa gloire.


    – Parole du Seigneur.

 

Evangile : « Il commença à les envoyer » (Mc 6,7-13)

 
Acclamation :

Alléluia. Alléluia. 
Que le Père de notre Seigneur Jésus Christ      
ouvre à sa lumière les yeux de notre cœur,
pour que nous percevions l’espérance que donne son appel.
Alléluia.

 

(cf. Ep 1, 17-18)
 

Evangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là,
    Jésus appela les Douze ; 
alors il commença à les envoyer en mission deux par deux. 
Il leur donnait autorité sur les esprits impurs, 
    et il leur prescrivit de ne rien prendre pour la route, 
mais seulement un bâton ; 
pas de pain, pas de sac, 
pas de pièces de monnaie dans leur ceinture. 
    « Mettez des sandales, 
ne prenez pas de tunique de rechange. » 
    Il leur disait encore : 
« Quand vous avez trouvé l’hospitalité dans une maison, 
restez-y jusqu’à votre départ. 
    Si, dans une localité, 
on refuse de vous accueillir et de vous écouter, 
partez et secouez la poussière de vos pieds : 
ce sera pour eux un témoignage. » 
    Ils partirent, 
et proclamèrent qu’il fallait se convertir. 
    Ils expulsaient beaucoup de démons, 
faisaient des onctions d’huile à de nombreux malades, 
et les guérissaient.


    – Acclamons la Parole de Dieu.

Lectures 15° dimanche du Temps Ordinaire B

Lectures 14° dimanche du Temps Ordinaire B

dominicanus #Liturgie de la Parole - Année B

1ère lecture : Le prophète envoyé aux rebelles (Ez 2, 2-5)

 

Lecture du livre d'Ezékiel

L'esprit vint en moi, il me fit mettre debout, et j'entendis le Seigneur qui me parlait ainsi :
« Fils d'homme, je t'envoie vers les fils d'Israël, vers ce peuple de rebelles qui s'est révolté contre moi. Jusqu'à ce jour, eux et leurs pères se sont soulevés contre moi,
et les fils ont le visage dur, et le coeur obstiné. C'est à eux que je t'envoie, et tu leur diras : 'Ainsi parle le Seigneur Dieu...'
Alors, qu'ils écoutent ou qu'ils s'y refusent - car c'est une engeance de rebelles -, ils sauront qu'il y a un prophète au milieu d'eux. »


 

Psaume : 122, 1-2ab, 2cdef, 3-4

 

R/ Nos yeux levés vers toi, Seigneur, espèrent ta pitié.

 

Vers toi j’ai les yeux levés,
vers toi qui es au ciel,
comme les yeux de l’esclave
vers la main de son maître.

Comme les yeux de la servante
vers la main de sa maîtresse,
nos yeux, levés vers le Seigneur notre Dieu,
attendent sa pitié.

Pitié pour nous, Seigneur, pitié pour nous :
notre âme est rassasiée de mépris.
C’en est trop, nous sommes rassasiés
du mépris des orgueilleux !
 
 


 

2ème lecture : La force de l'Apôtre réside dans sa faiblesse (2Co 12, 7-10)

 

Lecture de la seconde lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères, les révélations que j'ai reçues sont tellement exceptionnelles que, pour m'empêcher de me surestimer, j'ai dans ma chair une écharde, un envoyé de Satan qui est là pour me gifler, pour m'empêcher de me surestimer.
Par trois fois, j'ai prié le Seigneur de l'écarter de moi. Mais il m'a déclaré : « Ma grâce te suffit : ma puissance donne toute sa mesure dans la faiblesse. » Je n'hésiterai donc pas à mettre mon orgueil dans mes faiblesses, afin que la puissance du Christ habite en moi.
C'est pourquoi j'accepte de grand coeur pour le Christ les faiblesses, les insultes, les contraintes, les persécutions et les situations angoissantes. Car, lorsque je suis faible, c'est alors que je suis fort.




 

Evangile : Jésus n'est pas accepté dans son pays (Mc 6, 1-6)

Acclamation : Le Seigneur a envoyé Jésus, son serviteur, porter pauvres la Bonne Nouvelle du salut. (Lc 4, 18a)
 
 
 

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

Jésus est parti pour son pays, et ses disciples le suivent.
Le jour du sabbat, il se mit à enseigner dans la synagogue. Les nombreux auditeurs, frappés d'étonnement, disaient : « D'où cela lui vient-il ? Quelle est cette sagesse qui lui a été donnée, et ces grands miracles qui se réalisent par ses mains ?
N'est-il pas le charpentier, le fils de Marie, et le frère de Jacques, de José, de Jude et de Simon ? Ses soeurs ne sont-elles pas ici chez nous ? » Et ils étaient profondément choqués à cause de lui.
Jésus leur disait : « Un prophète n'est méprisé que dans son pays, sa famille et sa propre maison. »
Et là il ne pouvait accomplir aucun miracle ; il guérit seulement quelques malades en leur imposant les mains.
Il s'étonna de leur manque de foi. Alors il parcourait les villages d'alentour en enseignant.

 

 

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris
 

Lectures 14° dimanche du Temps Ordinaire B

Jésus fait toujours scandale ! - Homélie 14° dimanche du T.O. B

Walter Covens #homélies (patmos) Année B - C (2006 - 2007)

 

14-TOB-ev.jpg

 

Jésus vient d’'entraîner les Douze et les autres disciples dans une virée apostolique sur le lac et ses environs. C'’est le prototype de tout séminaire et le modèle de toute école d’'évangélisation, en paroles et en actes (cf. homélie de dimanche dernier).

Toujours accompagné de ses disciples, il revient à Nazareth. C'’était devenu rare. Il avait installé son QG à Capharnaüm, et non pas à Nazareth (Mt 4, 13 ; cf. Mc 2, 1). Ce choix ne manquera pas de susciter des problèmes de jalousie (Lc 4, 23). Ou serait-ce plutôt la jalousie de ses compatriotes, fac-similé de la jalousie du démon, qui aura dicté à Jésus son choix ? L'’un n’empêche pas l’'autre. En tout cas, Jésus citera le proverbe (qui ne s’'applique donc pas seulement à lui) : " Un prophète n’'est méprisé que dans son pays, sa famille et sa propre maison. " v. 4)

À Nazareth, Jésus retrouve sa famille, le monde de son enfance, de son adolescence, de sa jeunesse et de sa vie professionnelle jusqu'’à l'’âge de trente ans. Il ne change rien à ses habitudes. Le jour du sabbat, il se rend à la synagogue, tout comme à Capharnaüm et ailleurs (Mc 1, 21 ; 3, 1). La deuxième lecture de l’'office de la synagogue, le jour du sabbat, est toujours prise dans un livre prophétique de l'’Écriture. Un assistant pouvait se présenter comme volontaire, non seulement pour la proclamer, mais aussi pour la commenter. Jésus ne se fait pas prier.

Quelle est la réaction de l'’auditoire ? S. Marc, ainsi que S. Matthieu dans le passage parallèle, emploient successivement trois termes qui dénotent une évolution significative.

D'’abord, les auditeurs sont " frappés d’étonnement ". En créole, on dirait : " Yo sézi. " À l’'origine de ce "saisissement", il y a un trouble : "D’'où cela lui vient-il ?" Remarquons de nouveau ici l'’insistance sur le couplage : paroles-actes ( "cette sagesse qui lui a été donnée" –- "ces grands miracles qui se réalisent par se mains" ).

Dans un deuxième temps, l’'étonnement fera place au scandale : "Et ils étaient profondément choqués (= scandalisés) à cause de lui." Le scandale, c’'est, au sens littéral, la pierre qui fait trébucher et tomber (cf. Lv 19, 14). Au sens figuré dans la Bible, le scandale, c'’est tout ce qui peut faire "perdre" la foi (par exemple : la souffrance et le mal) ou entraîner au péché (comme un mauvais exemple donné par les grands aux petits).

En fait, au lieu de dire "perdre" la foi, il faudrait dire : "tomber" dans l'’incrédulité. On ne perd pas la foi comme on perd son trousseau de clés ! Quand on met un obstacle sur la route d'’un aveugle, il tombera à coup sûr, il sera "scandalisé" au sens littéral. Ce n'’est pas de sa faute. Dans ce sens, c’'est celui qui scandalise, celui qui fait tomber, qui commet un péché. Mais la cause et la responsabilité de la "chute" peuvent aussi venir de celui qui tombe, s'’il n’a pas l’'excuse de la cécité. Quelqu'’un peut "se laisser tomber" devant la première difficulté venue, en refusant la lumière qui lui est offerte (ou comme un joueur de football, pour que l’'arbitre siffle un penalty, pardon : un tir de réparation…).

Enfin, le troisième terme employé par S. Marc, celui qui traduit l’'issue de l’'évolution, c'’est précisément l'’absence de foi, l’'incrédulité. C’'est ce dont Jésus sera scandalisé, mais sans se laisser arrêter dans sa progression : "Alors il parcourait les villages d’'alentour en enseignant."

  Alors à qui la faute ? À Jésus, ou à ses "nombreux auditeurs" ? Jésus est bien "la pierre d’'achoppement" C'’est la prophétie de Syméon qui, dans le temple, s'’adresse aux parents de Jésus. Eux aussi "s'’étonnaient de ce qu’'on disait de lui", mais "Syméon les bénit, puis il dit à Marie sa mère : ‘ Vois, ton fils qui est là provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël ‘" (Lc 2, 34 ).

Si ses auditeurs trébuchent sur lui, c’'est qu'’ils sont aveugles. Alors, Jésus, en condamnant ceux qui scandalisent les petits, se condamne-t-il lui-même ? Bien sûr que non. Ici, on pourrait citer un autre proverbe : "Il n’'y a point de pire sourd (aveugle) que celui qui ne veut pas entendre (voir)." Les auditeurs ont tout ce qu'’il faut pour être éclairé et pour ne pas tomber, ou pour se relever : tout ce temps que Jésus a vécu avec eux à Nazareth, la lecture du livre des prophètes qui venait de leur être faite, l’'enseignement de Jésus qu'’ils venaient d’'entendre, les signes qu'’il a accomplis "de ses mains" … Si ses compatriotes ne "voient" pas (ne croient pas) la divinité de Jésus en même temps que son humanité, c’'est qu'’ils sont aveuglés par l’'orgueil. C'’est pourquoi ils sont incapables de surmonter l’'obstacle que constitue le paradoxe de la sagesse des paroles et la puissance des miracles de Jésus, en qui ils ne voient que "le charpentier, le fils de Marie". La filiation humaine exclut pour eux la filiation divine.

Autrement dit, l’'obstacle, le scandale, se trouve, non pas en Jésus, mais dans leur orgueil. L’'orgueilleux ne peut pas (ne veut pas) concevoir la Sagesse de Dieu qui "s'’abaisse" jusqu'’à parler par une bouche humaine. Il ne peut pas (ou ne veut pas) non plus concevoir la puissance de Dieu s’'exercer par des mains humaines. Par contre, pour celui qui est humble de cœoeur comme Jésus lui-même, tout s’'éclaire précisément là où les autres tombent.

"L’'amour seul est digne de foi" (von Balthasar).

Or, le propre de l’'amour est justement de s'’abaisser. Cela ne veut pas dire que tout devient toujours évident tout de suite.

Prenons rapidement deux exemples : S. Jean-Baptiste et S. Paul. Jean, un des "frères" de Jésus, le plus grand des prophètes, et à ce double titre, lui aussi, témoin privilégié de l’'abaissement de Dieu. Il avait rendu témoignage à Jésus en disant : "Voici venir derrière moi celui qui est plus puissant que moi. Je ne suis pas digne de me courber à ses pieds pur défaire la courroie de ses sandales. Moi je vous ai baptisés dans l’eau ; lui vous baptisera dans l’Esprit Saint." (Mc 1, 7-8) Mais après son arrestation, alors qu'’il se trouve en prison, il envoie ses disciples demander à Jésus : "Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ?" Il y a bien en lui un combat, le combat de la foi.

Pour S. Paul aussi, il y aura un combat. Il avait eu des visions et des révélations "exceptionnelles"; il avait "entendu des paroles inexprimables, qu'’on n’a pas le droit de redire". Le combat, c'’est la fameuse écharde dans la chair. Là non plus, on ne connaît pas la nature exacte de cette "écharde". On ne sait pas si cette écharde a fait couler beaucoup de sang, mais, en tout cas, elle a fait couler beaucoup d’'encre. La majorité des commentateurs pensent qu'’il doit s'’agir d’'une maladie (cf. Ga 4, 14-15) Certains pensent à une épilepsie, puisque S. Paul parle d’'un "envoyé de Satan" et que l’'épilepsie était considérée dans l’'Antiquité comme une possession diabolique. D'’autres pensent à une crise de dépression. Quelqu’'un qui avait interrogé Marthe Robin sur le sujet me disait qu’'elle avait répondu : "S. Paul était un homme, et il avait la tentation d’'un homme…."

Quoi qu'’il en soit, la foi est rarement un fleuve tranquille. Je note seulement que le combat de la foi existe, et que, tôt ou tard, sous une forme ou une autre, il est le lot de tout croyant. Jean et Paul ont bien trébuché sur la pierre d'’achoppement, mais le Seigneur les a relevés, et ils ont progressé dans leur foi. Le Seigneur a répondu à Jean : "Allez rapporter à Jean ce que vous entendez (paroles) et voyez (gestes de puissance) : Les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent, et la Bonne Nouvelle est annoncée aux pauvres." Et il ajoute : "Heureux celui qui ne tombera pas (qui ne sera pas scandalisé) à cause de moi !" (Mt 11, 2-6) C'’est une béatitude !

En fait, les paroles de Jésus sont au conditionnel (J. Dupont) : "Heureux celui qui ne serait pas scandalisé", comme pour nous suggérer que cela est loin d’'être une fatalité. Saint Marc exprime cette nuance par l'’observation : "(Jésus) s’'étonna de leur manque de foi." Tout comme l'’orgueil ne peut comprendre l'’humilité, l'’humilité est incapable de comprendre l’'orgueil…. À Paul, qui le prie d’'écarter de lui cet envoyé de Satan, le Seigneur répondra : "Ma grâce te suffit : ma puissance donne toute sa mesure dans la faiblesse."

  Dans les deux réponses de Jésus se retrouvent les deux éléments : la puissance et la faiblesse, ou mieux : la puissance dans la faiblesse. Or, ces deux éléments, pris ensemble, sont justement ce qui caractérise, selon S. Paul, Jésus de Nazareth : "il a été crucifié à cause de sa faiblesse, mais il est vivant à cause de la puissance de Dieu" (2 Co 13, 4). Parce qu'’il est le fils de Marie, il est faible ; parce qu'’il est le Fils de Dieu, il est puissant. Et c’'est la même personne qui est faible et puissante. "Heureux celui qui ne serait pas scandalisé !"

Puisque nous sommes dans les proverbes, en voici un en créole de la Martinique : "Fok ou mété difé an pay pou’w tann langaj kritjet." (Il faut mettre le feu à la paille pour connaître le cri du criquet). Il a fallu le feu pour faire aboutir le cri de foi de Jean-Baptiste : "Lui, il faut qu'il grandisse ; et moi, que je diminue." (Jn 3, 30 ) Il a fallu le feu pour que nous puissions entendre cri de la foi de S. Paul : "Je n’'hésiterai pas à mettre mon orgueil dans mes faiblesses, afin que la puissance du Christ habite en moi." (2 Co 12, 9)

"Ainsi seront dévoilées les pensées secrètes d’un grand nombre." (Lc 2, 35)

Nous, croyants du troisième millénaire, que devons-nous retenir surtout de tout ceci ? "Celui qui veut croire au Christ est obligé de devenir son contemporain dans l'’abaissement" , écrit Kierkegaard. Ce qui met le feu à la paille de notre foi, c’'est le scandale de l’'Incarnation du Verbe (selon S. Jean). Ce scandale ne nous est pas épargné. Même si nous sommes plus habitués à l’'entendre dans l’'abstrait, dans le concret, c’'est autre chose : il est toujours vrai que quand Jésus vient parmi les siens, que les siens ne le reçoivent pas. Mais à tous ceux qui le reçoivent et qui croient en lui, il leur est donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu (cf. Jn 1, 11-12).

Ce qui met le feu à la paille de notre foi, c’'est aussi le scandale de la croix (selon S. Paul). Ce scandale ne nous est pas épargné non plus ; et il demeure toujours vrai que le Christ crucifié est scandale pour les croyants d'’aujourd’hui, folie pour les non-croyants. Mais pour ceux qui sont appelés, c’'est le Christ, puissance de Dieu et sagesse de Dieu (cf. 1 Co 1, 22-24). "Jésus Christ, hier et aujourd'hui, est le même, il l'est pour l'éternité" (He 13, 8). C'’est toujours le même feu, le même scandale : "Cent, trois cents, ou mille huit cents ans ne lui ajoutent ou ne lui retirent rien ; ils ne le changent pas, ni ne révèlent qui il était, parce que seule la foi peut manifester qui il est." (Kierkegaard)

Seul ce double scandale peut faire entendre au monde d’'aujourd’'hui le cri de la foi. Nous sommes contemporains du Christ par le mystère de l’'Église, par les sacrements. Nous sommes scandalisés, moi autant que vous, par le pouvoir que Dieu donne aux hommes de dire : "Tes péchés sont pardonnés" (cf. Mt 9, 2-3). Nous sommes scandalisés, moi comme vous, par le pouvoir que Dieu donne aux hommes de dire : "Prenez et mangez en tous : ceci est mon Corps, livré pour vous." (Mc 14, 22-24 ; cf. Jn 6, 60-62) Nous sommes scandalisés par la prédication de l’'Église, qui comme celle de S. Paul est puissance de Dieu et sagesse de Dieu (1 Co 1, 23-24).

Si le feu de ce scandale, sous sa forme "contemporaine", nous heurte, ce n’'est pas pour que nous nous taisions, ou pour qu’'après avoir vu ou lu le "Da Vinci Code" nous perdions notre temps dans des doutes stériles. Oui, Jésus est toujours étonné de notre manque de foi, aujourd’hui autant que jadis ! C'’est pour nous faire proclamer le cri de la foi, à temps et à contretemps (cf. 2 Tm 4, 2).

"Soumettez-vous donc vous-mêmes à l'épreuve, écrit S. Paul, pour savoir si vous êtes dans la foi, vérifiez votre propre authenticité. Mais peut-être ne reconnaissez-vous pas que le Christ Jésus est en vous (après l'’Ascension) : alors votre foi n'est pas authentique." Et il poursuit : "Ce que nous demandons dans notre prière, c'est que vous avanciez vers la perfection." (2 Co 13, 5.9)

Quant à Jésus, loin de se laisser décourager, "il parcourait les villages d'’alentour en enseignant." Faire comme les "nombreux auditeurs de la synagogue de Nazareth, ou faire comme les disciples de Jésus : à nous de choisir aujourd’'hui… Suivons-le, et avançons, nous aussi, vers la perfection. AMEN !

Dieu veut des amis, et non des esclaves - Homélie 14° dimanche du T.O. B

dominicanus #Homélies Année B (2008-2009)
Et il s’étonna de leur manque de foi.

Et il s’étonna de leur manque de foi.

Saint Marc fait deux observations déroutantes dans le passage de l'évangile de ce jour.

D'abord il fait mention des frères et des sœurs de Jésus. Comment Jésus peut-il avoir des frères et des sœurs si Marie est « toujours vierge » ? A cette question il est assez facile de répondre : dans la tradition hébraïque, c'est tout simplement une référence à la parenté de Jésus, cousins, neveux et nièces, etc.

 

La seconde difficulté est la suivante. Saint Marc nous raconte que quand Jésus prêche pour la première fois dans son pays (Nazareth), il s'étonne du manque de foi de ses compatriotes. Ceux-ci étaient étonnés par son éloquence, mais peu enclins à croire et à obéir. Ils avaient, comme le peuple d'Israël dans la première lecture de ce dimanche, « le visage dur, et le cœur obstiné ». Dans les deux cas, par les prophètes de l'Ancien Testament et par Jésus dans le Nouveau Testament, Dieu parlait clairement à son peuple, mais le peuple a refusé d'écouter.

 

Ceci est assez étonnant, car, après tout, Dieu est tout-puissant, et il nous a créés pour vivre en communion avec lui. L'on serait donc en droit de penser que nous pouvons répondre automatiquement et correctement quand Dieu nous parle, et que nous sommes attirés par lui comme le fer par l'aimant. Pourquoi les choses ne se passent-elles pas comme ça ? Pour la raison toute simple que Jésus ne s'impose à qui que ce soit. En lui, Dieu met volontairement un frein à sa toute-puissance par respect de la liberté humaine. Il multiplie les signes et les indications pour attester qu'il est digne de foi, qu'il est ce qu'il dit être, mais il se refuse à nous donner des preuves qui ne laisseraient aucune place à la confiance, à la foi. Dieu invite, il ne contraint pas. Il est comme un roi qui mène des guerres en faisant appel à notre cœur, en montrant son amour, et en disant la vérité. Mais si nous refusons ses avances, il nous laisse libres de choisir notre propre chemin. Il veut des disciples qui soient des amis, et non pas des esclaves, un royaume de liberté, et non pas de servitude.

 

Voilà pourquoi l'Eglise a publiquement fait repentance, demandant solennellement pardon pour toutes les fois où des catholiques ont essayé de contraindre des non-catholiques à se convertir. Cette repentance publique a été faite par saint Jean Paul II au nom de tous les catholiques lors du Grand Jubilé de l'An 2000. La cérémonie eut lieu le 12 mars 2000 sur la Place Saint-Pierre. On avait placé un grand crucifix et allumé un cierge chaque fois que le Saint-Père implorait le pardon de Dieu pour les péchés passés des membres de l'Eglise. Certains de ces péchés ont été commis pour avoir oublié que Dieu respecte la liberté de chacun et de chaque peuple, et que Dieu ne veut pas des disciples qui soient des esclaves, mais des amis.

Cependant, le fait de forcer des gens à devenir catholiques n'a jamais été la politique officielle de l'Eglise. Mais au cours de l'histoire, il est arrivé qu'individuellement, des catholiques, et même des évêques et des prêtres, ont adopté cette politique, lors de l'Inquisition espagnole au Moyen Age, par exemple. Certains membres des Chevaliers Teutoniques, un ordre de soldats chrétiens qui florissait au Moyen Age, commirent également ce péché.

 

Quand le Saint-Père a fait repentance pour ces péchés, il ne les a pas énumérés les uns après les autres. Au lieu de cela, après que le cardinal Ratzinger eut invité chacun à la repentance, saint Jean Paul II est allé droit à l'essentiel. Voici ce qu'il a dit :

 

Cardinal Ratzinger: 

Prions pour que chacun de nous, 
reconnaissant que des hommes d'Eglise 
au nom de la foi et de la morale, 
ont parfois eu recours, eux aussi, 
à des méthodes non évangéliques 
en accomplissant leur devoir de défendre la vérité, 
sache imiter le Seigneur Jésus, doux et humble de coeur. 

Prière en silence. 

Saint Jean Paul II: 

Seigneur, Dieu de tous les hommes, 
à certaines époques de l'histoire, 
les chrétiens se sont parfois livrés à des méthodes d'intolérance 
et n'ont pas observé le grand commandement de l'amour, 
souillant ainsi le visage de l'Eglise, ton épouse. 
Montre ta miséricorde à tes enfants pécheurs 
et accueille notre ferme propos 
de chercher et de promouvoir la vérité dans la douceur de la charité, 
sachant bien que la vérité 
ne s'impose qu'en vertu de la vérité elle-même. 
Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. 

R. Amen.

 

Jésus veut donc des amis, et non des esclaves. Ceci nous permet de comprendre une autre difficulté de l'évangile de ce jour. Saint Marc nous dit que le manque de foi des compatriotes est la raison pour laquelle Jésus ne pouvait accomplir que peu de miracles. Parfois nous pensons que les miracles, les grâces, les consolations spirituelles nous sont donnés pour nous permettre de croire, comme pour neutraliser le risque que comporte le fait de suivre Jésus. Or, c'est tout le contraire. Au début, Jésus nous adresse la parole à un niveau personnel, comme un ami, nous invitant à le suivre, pour nous engager à travailler au Royaume de Dieu et à le laisser travailler dans nos cœurs. Ensuite, dès que nous avons fait ce premier pas, dans la confiance, il nous montre des signes qui confirment notre foi et des grâces qui stimulent notre confiance. Demander à Dieu des assurances avant même de le suivre, cela reviendrait à vouloir traiter avec lui comme des commerçants avant de signer un contrat, et  non comme des amis au moment de conclure une alliance, un pacte d'amitié. Si Dieu voulait des disciples qui soient des esclaves, il les convaincrait en faisant étalage de sa puissance. Mais, au lieu de cela, il désire que nous le suivions pas amour, et non par peur.

 

Aujourd'hui nous devrions donc nous demander quelles sont les invitations que Dieu nous a adressées, et comment nous y avons répondu. A-t-il parlé à notre conscience, pour nous inviter à nous débarrasser de tel péché, de telle mauvaise habitude de péché, pour accepter son pardon dans le sacrement de la confession ? Nous a-t-il parlé par certaines circonstances de notre vie, ou par des inspirations, pour nous inviter à le suivre plus étroitement dans un vocation sacerdotale ou consacrée ? Nous a-t-il suggéré de faire quelque chose pour l'Eglise ou pour notre prochain ?

 

Aujourd'hui, au moment où Jésus renouvelle son engagement envers nous au cours de cette Eucharistie, écoutons attentivement sa voix dans nos cœurs, et suivons-le courageusement où que ce soit, étant certains qu'il nous y conduira par la puissance de sa grâce.

 

L'Évangile de la Vie tout terrain - Homélie 13° dimanche du T.O. B

Walter Covens #homélies (patmos) Année B - C (2006 - 2007)
« Si je parviens à toucher seulement son vêtement, je serai sauvée. »

« Si je parviens à toucher seulement son vêtement, je serai sauvée. »

13-TOB-ev.jpg

 

Entre l’'évangile du 12e dimanche du Temps Ordinaire de l'année C  et celui d’'aujourd’'hui, un passage a été sauté. C'’est celui du possédé dans le pays des Géraséniens. Retenons simplement que le combat contre les démons fait partie de la formation des Apôtres à l’'évangélisation. Car c’est bien de cela qu'’il s’agit : Jésus est en train de préparer les Douze à leur premier envoi en mission. (Ce sera l’'évangile du 15e dimanche du Temps Ordinaire.) Avec ce passage qui a été sauté, et celui du 12e, l’'évangile d’'aujourd'’hui nous présente un éventail très ramassé, mais très dense, de toutes les situations auxquelles ceux que Jésus à l’'intention d’'envoyer en mission, seront confrontés : les tempêtes, suggérant toutes les angoisses qui assaillent le coeœur de l’'homme ; le combat contre les puissances du mal ; la maladie et la mort.

Les "échantillons" servant d’'exemples type sont aussi très suggestifs : les Apôtres eux-mêmes dans leur barque avec Jésus ; le Gérasénien possédé ; la fille de Jaïre déjà morte ; et une femme qui avait des pertes de sang et qui ne bénéficie guère des progrès de la médecine. C'’est plutôt la médecine qui profite de son porte-monnaie. Bref, un homme, une femme, une enfant : c'’est la mission universelle tout-terrain ! Situons bien ce passage de l’'évangile dans son contexte (cf. introduction de l'’homélie du 12e dimanche : "De l’'angoisse à la foi : quelle croisière !").

J'’insiste encore sur l'’importance du couplage de l’'enseignement de Jésus en paroles (en paraboles) et de son enseignement en actions. Le Père Tardif, qui avait un charisme évident de guérison, insistait beaucoup sur l’'importance de l’'enseignement. Il faudrait peut-être que ceux qui enseignent insistent pareillement sur l’'importance des guérisons. C'’est une vérité souvent oubliée que nous a rappelée pourtant le Concile :

"Cette économie de la révélation se fait par des actions et des paroles si étroitement liées entre elles, que les œoeuvres accomplies par Dieu dans l'’histoire du salut rendent évidentes et corroborent la doctrine et l’'ensemble des choses signifiées par les paroles, et que les paroles proclament les œoeuvres et font découvrir le mystère qui s'’y trouve contenu. " (Dei Verbum 2)

Ce rappel est dans la droite ligne de ce qu'enseignait déjà S. Cyrille d’'Alexandrie. Même dans les oeuvres, il y a toujours un geste et une parole :

"Dès lors que le Christ est entré en nous par sa propre chair (l’'Eucharistie), nous ressusciterons entièrement ; il est impossible que la Vie ne fasse pas vivre ceux chez qui elle s'’introduit. Ce n’'est donc pas à sa seule parole qu'’il donne d’'opérer la résurrection des morts ; pour montrer que son corps donne la vie, comme nous l’'avons dit, il touche les cadavres et donne par lui la vie aux corps déjà décomposés. Si le seul contact de sa chair sacrée rend la vie à la pourriture, quel profit ne trouverons-nous pas à sa vivifiante Eucharistie quand nous la recevons."

(Nous reviendrons sur l'eucharistie un peu plus loin.) Que ce soit pour guérir la femme hémorroïsse ou pour ressusciter la fille de Jaïre, il y a bien, en même temps qu'’une parole, un contact physique avec Jésus. Jésus "SAISIT la main de l’'enfant, et lui DIT : Talitha koum." La femme se disait : "Si je parviens à TOUCHER seulement son vêtement, je serai sauvée." Et voici la PAROLE : "Ma fille, ta foi t’'a sauvée. Va en paix et sois guérie de ton mal."

Ce n’'est donc pas de la superstition. La femme touche avec foi. C’'est, dans toute sa simplicité et sa grandeur, la foi en l'’Incarnation. Cette foi, ne la désincarnons pas ! Nous sommes disciples du Christ, pas de Platon, ni de Descartes ! Pourquoi avoir peur des miracles ? "Ceux qui craignent les prodiges du Seigneur ont peur du Seigneur des prodiges !", disait le Père Tardif avec la logique désarmante d’e l'enfant. Peut-être ce ne sont pas les miracles qui nous font peur, mais plutôt les moqueries des autres, la peur de perdre la face. C’'est vrai : si on s'’est moqué de Jésus, on se moquera aussi de nous. Mais si ce sont les moqueries qui nous arrêtent pour aller vers Jésus, alors nous ne sommes pas dignes de lui…

Mais revenons à l'’eucharistie. "Si le seul contact de sa chair sacrée rend la vie à la pourriture, quel profit ne trouverons-nous pas à sa vivifiante Eucharistie quand nous la recevons." Ne diluons pas le réalisme de la foi de l'’Église au mystère de l’'Eucharistie en une croyance éthérée ! Celui qui a guéri la femme qui souffrait des pertes de sang depuis douze ans, celui qui a ressuscité la fille de Jaïre, est présent dans l’'Eucharistie. Pourquoi ne croyons-nous pas qu'’il guérit encore aujourd'’hui ? Le Christ de l'’Eucharistie serait-il moins puissant que le Christ de l’'Évangile ?

Écoutons S. Jean Chrysostome :

"Voilà son Corps en ce moment devant nous. Non pas son vêtement, mais son Corps. Nous pouvons non seulement le toucher, mais nous en nourrir…. Approchons donc avec foi, chacun avec ses maladies."

Nos démarches de communion à la messe sont souvent trop compassées, trop stéréotypées. Aurons-nous aujourd’'hui l’'audace de la foi de cette femme, ou celle de Jaïre, quand, tout à l’'heure, nous nous avancerons pour la procession de communion ?

Ste Thérèse d’Avila nous rappelle quelle était sa foi à elle :

"Nous savons que tant que la chaleur du corps n'’a pas consumé les accidents du pain, le Bon Jésus reste avec nous, afin que nous nous rapprochions de lui. Puisque quand il vivait en ce monde il suffisait que les malades touchent ses habits pour être guéris, comment douter, lorsqu'’il est en moi, qu'’il fasse des miracles, si nous avons la foi et qu'’il nous donne ce que nous lui demandons, puisqu'’il habite notre maison ? Sa Majesté ne paie pas chichement notre hospitalité, si nous lui offrons bon gîte."

Voilà la question : à l’'Hôte divin, offrons-nous bon gîte ? Quelle est la qualité de notre accueil, de notre hospitalité, de notre foi ?… S. Paul dit qu'’à cause des communions indignes et sacrilèges "il y a parmi vous beaucoup de malades et d'’infirmes, et que bon nombre sont morts" . (1 Co 11, 31). N’'est-il pas vrai aussi, qu'’une bonne communion peut donner la guérison de n’'importe quelle maladie, et même la ressusciter les morts ?

"(L'’Église), dit le Catéchisme, croit en la présence vivifiante du Christ, médecin des âmes et des corps. Cette présence est particulièrement agissante à travers les sacrements, et de manière toute spéciale par l’'Eucharistie, pain qui donne la vie éternelle (cf. Jn 6, 54. 58) et dont S. Paul insinue le lien avec la santé corporelle (cf. 1 Co 11, 30). " (CEC 1509)

À Lourdes, les malades débarquent par milliers chaque semaine, grâce aux soins et aux sacrifices des brancardiers. Que faisons-nous pour amener les malades qui le pourraient à la messe du dimanche ou aux expositions du S. Sacrement dans nos paroisses ? Il n'’y a aucune raison pour que les malades qui guérissent à Lourdes lors de la messe ou pendant la procession du S. Sacrement, ne puissent pas guérir ailleurs. Je vous garantis que le jour où nos assemblées dominicales seront aussi ferventes que celles de Lourdes, le Seigneur y fera les mêmes guérisons.

Tout le monde n’'a pas le charisme de guérison. Mais nous pouvons être certains d’'une chose : Jésus l’'a, ce charisme ! Pourquoi ne pas l’'enseigner dans les séminaires ? Les malades et les enfants sont les invités de marque de l’'Eucharistie ! Et pour les malades qui ne peuvent pas venir à la messe, où sont les ministres extraordinaires de la communion pour aller leur apporter le Seigneur ?

Voici une confidence de Ste Bernadette :

"J'’ai eu le bonheur de le recevoir tout le temps de ma maladie, trois fois par semaine, dans mon pauvre et indigne cœoeur. La croix devenait plus légère et les souffrances douces, quand je pensais que j’'avais la visite de Jésus."

Mais alors, que cette communion ne soit pas expédiée, mais vraiment célébrée ! Que pourrions-nous faire de plus beau pour les malades que nous aimons ? Et les parents, que peuvent-ils faire de mieux pour leurs enfants, que de venir avec eux à la messe ? Quand ils les en empêchent, c’'est de la non-assistance à personnes en danger. Ces personnes, ce sont leurs propres enfants ! Et que dire du Sacrement de Pénitence et de Réconciliation et du Sacrement des malades ? Ce sont, parmi les sept sacrements, les deux "sacrements de guérison".

"Le Seigneur Jésus-Christ, médecin de nos âmes et de nos corps, Lui qui a remis les péchés au paralytique et lui a rendu la santé du corps (cf. Mc 2, 1-12), a voulu que son Église continue, dans la force de l’'Esprit Saint, son oeœuvre de guérison et de salut, même auprès de ses propres membres. C’'est le but des deux sacrements de guérison : du sacrement de Pénitence et de l’'Onction des malades." (CEC 1421)

Jésus a vaincu la mort et il donne la santé de l’'âme ET du corps, non pas à UN pays, mais à TOUS les pays du monde. Et pour la messe du dimanche : des églises à moitié vides ! Trouver des lecteurs, ou des volontaires pour animer les chants de la messe pendant les vacances : un vrai casse-tête ! Les fils du sport sont plus enthousiastes que les fils de la vie éternelle….

Que ce soit pour guérir la femme hémorroïsse ou pour ressusciter la fille de Jaïre, il y a bien, en même temps qu'’une parole, un contact physique avec Jésus.

Que ce soit pour guérir la femme hémorroïsse ou pour ressusciter la fille de Jaïre, il y a bien, en même temps qu'’une parole, un contact physique avec Jésus.

Lectures 13° dimanche du Temps Ordinaire B

dominicanus

1ère lecture : « C’est par la jalousie du diable que la mort est entrée dans le monde » (Sg 1, 13-15 ; 2, 23-24)

Lecture du livre de la Sagesse

Dieu n’a pas fait la mort,
il ne se réjouit pas de voir mourir les êtres vivants.
Il les a tous créés pour qu’ils subsistent ;
ce qui naît dans le monde est porteur de vie :
on n’y trouve pas de poison qui fasse mourir.
La puissance de la Mort ne règne pas sur la terre,
car la justice est immortelle.


Dieu a créé l’homme pour l’incorruptibilité,
il a fait de lui une image de sa propre identité.
C’est par la jalousie du diable
que la mort est entrée dans le monde ;
ils en font l’expérience,
ceux qui prennent parti pour lui.


– Parole du Seigneur.

 

Psaume : 29 (30), 2.4, 5-6ab, 6cd.12, 13

R/

Je t’exalte, Seigneur : tu m’as relevé.

 

(29, 2a)

Je t’exalte, Seigneur : tu m’as relevé,
tu m’épargnes les rires de l’ennemi.
Seigneur, tu m’as fait remonter de l’abîme
et revivre quand je descendais à la fosse.

 

Fêtez le Seigneur, vous, ses fidèles,
rendez grâce en rappelant son nom très saint.
Sa colère ne dure qu’un instant,
sa bonté, toute la vie.

 

Avec le soir, viennent les larmes,
mais au matin, les cris de joie.
Tu as changé mon deuil en une danse,
mes habits funèbres en parure de joie.

 

Que mon cœur ne se taise pas,
qu’il soit en fête pour toi,
et que sans fin, Seigneur, mon Dieu,
je te rende grâce !

 

2ème lecture : « Ce que vous avez en abondance comblera les besoins des frères pauvres » (2Co 8, 7.9.13-15)

Lecture de la deuxième lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens

Frères,
puisque vous avez tout en abondance,
la foi, la Parole, la connaissance de Dieu,
toute sorte d’empressement et l’amour qui vous vient de nous,
qu’il y ait aussi abondance dans votre don généreux !
Vous connaissez en effet le don généreux
de notre Seigneur Jésus Christ :
lui qui est riche, il s’est fait pauvre à cause de vous,
pour que vous deveniez riches par sa pauvreté.
Il ne s’agit pas de vous mettre dans la gêne
en soulageant les autres,
il s’agit d’égalité.
Dans la circonstance présente,
ce que vous avez en abondance comblera leurs besoins,
afin que, réciproquement, ce qu’ils ont en abondance
puisse combler vos besoins,
et cela fera l’égalité,
comme dit l’Écriture à propos de la manne :
Celui qui en avait ramassé beaucoup
n’eut rien de trop,
celui qui en avait ramassé peu
ne manqua de ri
en.


– Parole du Seigneur.

 

Evangile : « Jeune fille, je te le dis, lève-toi ! » (Mc 5, 21-43)

Alléluia. Alléluia.
Notre Sauveur, le Christ Jésus, a détruit la mort ;
il a fait resplendir la vie par l’Évangile.
Alléluia.

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là,
Jésus regagna en barque l’autre rive,
et une grande foule s’assembla autour de lui.
Il était au bord de la mer.
Arrive un des chefs de synagogue, nommé Jaïre.
Voyant Jésus, il tombe à ses pieds
et le supplie instamment :
« Ma fille, encore si jeune, est à la dernière extrémité.
Viens lui imposer les mains
pour qu’elle soit sauvée et qu’elle vive. »
Jésus partit avec lui,
et la foule qui le suivait
était si nombreuse qu’elle l’écrasait.


Or, une femme, qui avait des pertes de sang depuis douze ans…
– elle avait beaucoup souffert
du traitement de nombreux médecins,
et elle avait dépensé tous ses biens
sans avoir la moindre amélioration ;
au contraire, son état avait plutôt empiré –
… cette femme donc, ayant appris ce qu’on disait de Jésus,
vint par-derrière dans la foule et toucha son vêtement.
Elle se disait en effet :
« Si je parviens à toucher seulement son vêtement,
je serai sauvée. »
À l’instant, l’hémorragie s’arrêta,
et elle ressentit dans son corps qu’elle était guérie de son mal.
Aussitôt Jésus se rendit compte qu’une force était sortie de lui.
Il se retourna dans la foule, et il demandait :
« Qui a touché mes vêtements ? »
Ses disciples lui répondirent :
« Tu vois bien la foule qui t’écrase,
et tu demandes : “Qui m’a touché ?” »
Mais lui regardait tout autour
pour voir celle qui avait fait cela.
Alors la femme, saisie de crainte et toute tremblante,
sachant ce qui lui était arrivé,
vint se jeter à ses pieds et lui dit toute la vérité.
Jésus lui dit alors :
« Ma fille, ta foi t’a sauvée.
Va en paix et sois guérie de ton mal. »


Comme il parlait encore, des gens arrivent de la maison de Jaïre,
le chef de synagogue, pour dire à celui-ci :
« Ta fille vient de mourir.
À quoi bon déranger encore le Maître ? »
Jésus, surprenant ces mots,
dit au chef de synagogue :
« Ne crains pas, crois seulement. »
Il ne laissa personne l’accompagner,
sauf Pierre, Jacques, et Jean, le frère de Jacques.
Ils arrivent à la maison du chef de synagogue.
Jésus voit l’agitation,
et des gens qui pleurent et poussent de grands cris.
Il entre et leur dit :
« Pourquoi cette agitation et ces pleurs ?
L’enfant n’est pas morte : elle dort. »
Mais on se moquait de lui.
Alors il met tout le monde dehors,
prend avec lui le père et la mère de l’enfant,
et ceux qui étaient avec lui ;
puis il pénètre là où reposait l’enfant.
Il saisit la main de l’enfant, et lui dit :
« Talitha koum »,
ce qui signifie :
« Jeune fille, je te le dis, lève-toi! »
Aussitôt la jeune fille se leva et se mit à marcher
– elle avait en effet douze ans.
Ils furent frappés d’une grande stupeur.
Et Jésus leur ordonna fermement
de ne le faire savoir à personne ;
puis il leur dit de la faire manger.


– Acclamons la Parole de Dieu.

 

 

Association Épiscopale Liturgique pour les pays Francophones - 2008

« Talitha koum »

« Talitha koum »

Journal d'un curé de campagne. Jésus n'a jamais dit : "Vous êtes le miel de la terre" (solennité Saint Pierre et Saint Paul)

dominicanus
Journal d'un curé de campagne. Jésus n'a jamais dit : "Vous êtes le miel de la terre" (solennité Saint Pierre et Saint Paul)

La solennité des saints Pierre et Paul, le 29 juin, est traditionnellement la date à laquelle beaucoup de prêtres sont ordonnés. À cette occasion je vous propose un texte de Bernanos, tiré de son 'Journal d'un Curé de Campagne' ... Attention ! Ça décoiffe ...

« – Je me demande ce que vous avez dans les veines aujourd’hui, vous autres jeunes prêtres ! De mon temps, on formait des hommes d’église – ne froncez pas les sourcils, vous me donnez envie de vous calotter – oui, des hommes d’Église, prenez le mot comme vous voudrez, des chefs de paroisse, des maîtres, quoi, des hommes de gouvernement. Ça vous tenait un pays, ces gens-là, rien qu’en haussant le menton. Oh ! je sais ce que vous allez me dire : ils mangeaient bien, buvaient de même, et ne crachaient pas sur les cartes. D’accord ! Quand on prend convenablement son travail, on le fait vite et bien, il vous reste des loisirs et c’est tant mieux pour tout le monde. Maintenant les séminaires nous envoient des enfants de chœur, des petits va-nu-pieds qui s’imaginent travailler plus que personne parce qu’ils ne viennent à bout de rien. Ça pleurniche au lieu de commander. Ça lit des tas de livres et ça n’a jamais été fichu de comprendre – de comprendre, vous m’entendez ! – la parabole de l’Époux et de l’Épouse. Qu’est-ce que c’est qu’une épouse, mon garçon, une vraie femme, telle qu’un homme peut souhaiter d’en trouver une s’il est assez bête pour ne pas suivre le conseil de saint Paul ? Ne répondez pas, vous diriez des bêtises ! Hé bien, c’est une gaillarde dure à la besogne, mais qui fait la part des choses, et sait que tout sera toujours à recommencer jusqu’au bout. La Sainte Église aura beau se donner du mal, elle ne changera pas ce pauvre monde en reposoir de la Fête-Dieu. J’avais jadis – je vous parle de mon ancienne paroisse – une sacristaine épatante, une bonne sœur de Bruges sécularisée en 1908, un brave cœur. Les huit premiers jours, astique que j’astique, la maison du bon Dieu s’était mise à reluire comme un parloir de couvent, je ne la reconnaissais plus, parole d’honneur ! Nous étions à l’époque de la moisson, faut dire, il ne venait pas un chat, et la satanée petite vieille exigeait que je retirasse mes chaussures – moi qui ai horreur des pantoufles ! Je crois même qu’elle les avait payées de sa poche. Chaque matin, bien entendu, elle trouvait une nouvelle couche de poussière sur les bancs, un ou deux champignons tout neufs sur le tapis de chœur, et des toiles d’araignées – ah, mon petit ! des toiles d’araignées de quoi faire un trousseau de mariée. « Je me disais : Astique toujours, ma fille, tu verras dimanche. Et le dimanche est venu. Oh ! un dimanche comme les autres, pas de fête carillonnée, la clientèle ordinaire, quoi. Misère ! Enfin, à minuit, elle cirait et frottait encore, à la chandelle. Et quelques semaines plus tard, pour la Toussaint, une mission à tout casser, prêchée par deux Pères rédemptoristes, deux gaillards. La malheureuse passait ses nuits à quatre pattes entre son seau et sa vassingue – arrose que j’arrose – tellement que la mousse commençait de grimper le long des colonnes, l’herbe poussait dans les joints des dalles. Pas moyen de la raisonner, la bonne sœur ! Si je l’avais écoutée, j’aurais fichu tout mon monde à la porte pour que le bon Dieu ait les pieds au sec, voyez-vous ça ? Je lui disais : « Vous me ruinerez en potions » – car elle toussait, pauvre vieille ! Elle a fini par se mettre au lit avec une crise de rhumatisme articulaire, le cœur a flanché et, plouf ! voilà ma bonne sœur devant saint Pierre. En un sens, c’est une martyre, on ne peut pas soutenir le contraire. Son tort, ça n’a pas été de combattre la saleté, bien sûr, mais d’avoir voulu l’anéantir, comme si c’était possible. Une paroisse, c’est sale, forcément. Une chrétienté, c’est encore plus sale. Attendez le grand jour du Jugement, vous verrez ce que les anges auront à retirer des plus saints monastères, par pelletées – quelle vidange ! Alors, mon petit, ça prouve que l’Église doit être une solide ménagère, solide et raisonnable. Ma bonne sœur n’était pas une vraie femme de ménage : une vraie femme de ménage sait qu’une maison n’est pas un reliquaire. Tout ça, ce sont des idées de poète. » Je l’attendais là. Tandis qu’il rebourrait sa pipe, j’ai maladroitement essayé de lui faire comprendre que l’exemple n’était peut-être pas très bien choisi, que cette religieuse morte à la peine n’avait rien de commun avec les « enfants de chœur », les « va-nu-pieds » qui « pleurnichent au lieu de commander ». – Détrompe-toi, m’a-t-il dit sans douceur. L’illusion est la même. Seulement les va-nu-pieds n’ont pas la persévérance de ma bonne sœur, voilà tout. Au premier essai, sous prétexte que l’expérience du ministère dément leur petite jugeote, ils lâchent tout. Ce sont des museaux à confitures. Pas plus qu’un homme, une chrétienté ne se nourrit de confitures. Le bon Dieu n’a pas écrit que nous étions le miel de la terre, mon garçon, mais le sel. Or, notre pauvre monde ressemble au vieux père Job sur son fumier, plein de plaies et d’ulcères. Du sel sur une peau à vif, ça brûle. Mais ça empêche aussi de pourrir. Avec l’idée d’exterminer le diable, votre autre marotte est d’être aimés, aimés pour vous-mêmes, s’entend. Un vrai prêtre n’est jamais aimé, retiens ça. Et veux-tu que je te dise ? L’Église s’en moque que vous soyez aimés, mon garçon. Soyez d’abord respectés, obéis. L’Église a besoin d’ordre. Faites de l’ordre à longueur du jour. Faites de l’ordre en pensant que le désordre va l’emporter encore le lendemain parce qu’il est justement dans l’ordre, hélas ! que la nuit fiche en l’air votre travail de la veille – la nuit appartient au diable. »

Lectures Solennité saint Pierre et saint Paul

dominicanus #Liturgie de la Parole - Année A
Livre des Actes des Apôtres (Ac 12, 1-11)

12
01  A cette époque, le roi Hérode Agrippa se mit à maltraiter certains membres de l'Église.
02  Il supprima Jacques, frère de Jean, en le faisant décapiter.
03  Voyant que cette mesure était bien vue des Juifs, il décida une nouvelle arrestation, celle de Pierre. On était dans la semaine de la Pâque.
04  Il le fit saisir, emprisonner, et placer sous la garde de quatre escouades de quatre soldats ; il avait l'intention de le faire comparaître en présence du peuple après la fête.
05  Tandis que Pierre était ainsi détenu, l'Église priait pour lui devant Dieu avec insistance.
06  Hérode allait le faire comparaître ; la nuit précédente, Pierre dormait entre deux soldats, il était attaché avec deux chaînes et, devant sa porte, des sentinelles montaient la garde.
07  Tout à coup surgit l'ange du Seigneur, et une lumière brilla dans la cellule. L'ange secoua Pierre, le réveilla et lui dit : « Lève-toi vite. » Les chaînes tombèrent de ses mains.
08  Alors l'ange lui dit : « Mets ta ceinture et tes sandales. » Pierre obéit, et l'ange ajouta : « Mets ton manteau et suis-moi. »
09  Il sortit derrière lui, mais, ce qui lui arrivait grâce à l'ange, il ne se rendait pas compte que c'était vrai, il s'imaginait que c'était une vision.
10  Passant devant un premier poste de garde, puis devant un second, ils arrivèrent à la porte en fer donnant sur la ville. Elle s'ouvrit toute seule devant eux. Une fois dehors, ils marchèrent dans une rue, puis, brusquement, l'ange le quitta.
11  Alors Pierre revint à lui, et il dit : « Maintenant je me rends compte que c'est vrai : le Seigneur a envoyé son ange, et il m'a arraché aux mains d'Hérode et au sort que me souhaitait le peuple juif. »




Psaume (Ps 33, 2-3, 4-5, 6-7, 8-9)

R/ De toutes leurs épreuves, Dieu délivre ses amis.
02  Je bénirai le Seigneur en tout temps,
sa louange sans cesse à mes lèvres.
03  Je me glorifierai dans le Seigneur :
que les pauvres m'entendent et soient en fête !

04  Magnifiez avec moi le Seigneur,
exaltons tous ensemble son nom.
05  Je cherche le Seigneur, il me répond :
de toutes mes frayeurs, il me délivre.

06  Qui regarde vers lui resplendira,
sans ombre ni trouble au visage.
07  Un pauvre crie ; le Seigneur entend :
il le sauve de toutes ses angoisses.

08  L'ange du Seigneur campe à l'entour
pour libérer ceux qui le craignent.
09  Goûtez et voyez : le Seigneur est bon !
Heureux qui trouve en lui son refuge !



Deuxième lettre de saint Paul Apôtre à Timothée (2Tm 4, 6-8.16-18)

4
06i  Me voici déjà offert en sacrifice, le moment de mon départ est venu.
07  Je me suis bien battu, j'ai tenu jusqu'au bout de la course, je suis resté fidèle.
08  Je n'ai plus qu'à recevoir la récompense du vainqueur : dans sa justice, le Seigneur, le juge impartial, me la remettra en ce jour-là, comme à tous ceux qui auront désiré avec amour sa manifestation dans la gloire.
16  La première fois que j'ai présenté ma défense, personne ne m'a soutenu : tous m'ont abandonné. Que Dieu ne leur en tienne pas rigueur.
17  Le Seigneur, lui, m'a assisté. Il m'a rempli de force pour que je puisse annoncer jusqu'au bout l'Évangile et le faire entendre à toutes les nations païennes. J'ai échappé à la gueule du lion ;
18  le Seigneur me fera encore échapper à tout ce qu'on fait pour me nuire. Il me sauvera et me fera entrer au ciel, dans son Royaume. A lui la gloire pour les siècles des siècles. Amen.



Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu (Mt 16, 13-19)
12 TOC


16
13  Jésus était venu dans la région de Césarée-de-Philippe, et il demandait à ses disciples : « Le Fils de l'homme, qui est-il, d'après ce que disent les hommes ? »
14  Ils répondirent : « Pour les uns, il est Jean Baptiste ; pour d'autres, Élie ; pour d'autres encore, Jérémie ou l'un des prophètes. »
15  Jésus leur dit : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? »
16  Prenant la parole, Simon-Pierre déclara : « Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant ! »
17  Prenant la parole à son tour, Jésus lui déclara : « Heureux es-tu, Simon fils de Yonas : ce n'est pas la chair et le sang qui t'ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux.
18  Et moi, je te le déclare : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et la puissance de la Mort ne l'emportera pas sur elle.
19  Je te donnerai les clefs du Royaume des cieux : tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux. »



Copyright AELF - 1980 - 2006 - Tous droits réservés






Afficher plus d'articles

RSS Contact