Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par dominicanus

 

Ni avec Bergoglio, ni avec Benoît XVI : l’incompréhension désastreuse de Mgr Viganò
Né con Bergoglio, né con Benedetto XVI: la disastrosa incomprensione di Mons. Viganò

Écrit par Andrea Cionci (02/11/2022) - Traduction française autorisée : père Walter Covens

 

 

Mgr Carlo Maria Viganò est un archevêque qui a dénoncé plusieurs scandales et dit beaucoup de choses courageuses, la plupart absolument vraies, du moins en ce qui concerne Bergoglio.

 

C'est donc avec un énorme regret que nous devons écrire ce qui suit, mais malheureusement le devoir de défendre la vérité, la légalité, et avec elles le vrai Pape et notre pays, l'exige.   

 

L'archevêque aurait pu être un allié du Petit Reste, il aurait pu diriger un mouvement de résistance catholique pour sauver l'Église et le Vicaire du Christ, à tel point que, étant incardiné dans le diocèse de Rome, il aurait eu le pouvoir de demander la convocation d'un synode provincial pour faire la lumière sur le Siège empêché. Cela ne s'est pas produit et ne se produira pas maintenant.

 

C'est pourquoi nous allons énumérer quelques simples données factuelles pour au moins empêcher les gens de s'égarer davantage.

 

Au cours des deux dernières années, nous avons envoyé directement à Monseigneur Viganò au moins une centaine d'articles de l'enquête au sujet de la Magna Quaestio, et les titres d'environ 350 autres articles écrits sur Libero, sur Byoblu et sur RomaIT consacrés au sujet lui seront facilement passés sous les yeux (NDT : traduits en français ICI). Nous lui avons adressé une lettre ouverte très respectueuse en 2021, ICI , à laquelle - comme il est courant maintenant - nous n'avons reçu aucune réponse. Enfin, nous lui avons envoyé directement le livre de 340 pages "Codice Ratzinger" (éd. Byoblu 2022 - NDT : La parution de la traduction française, "Le Ratzinger Code" sous forme électronique est prévue pour ces prochains jours), qui rassemble le travail journalistique le plus impressionnant, le plus documenté et le plus interdisciplinaire jamais produit au sujet de la Magna Quaestio. Cette enquête est soutenue, sous diverses formes, par des personnes telles que l'avocat Carlo Taormina ; le magistrat anti-mafia Angelo Giorgianni ICI , ancien sous-secrétaire à la justice ; le philosophe Diego Fusaro ICI (qui, par ailleurs, partage de nombreuses autres thèses avec Mgr Viganò) , Andrea Borella, l'un des 5 spécialistes du droit dynastique dans le monde, éditeur de l'Annuario della Nobiltà italiana, par une trentaine de spécialistes (également de niveau universitaire) ICI dans les domaines de la linguistique, du droit, de la psychologie, de l'histoire ecclésiastique ; par des journalistes catholiques renommés comme Patrick Coffin ICI . Une enquête résumée dans un essai qui figure parmi les dix plus lus en Italie, déjà deuxième best-seller pour Mondadori et Rizzoli, et qui se répand également en traduction anglaise et espagnole.

 

Et pourtant, aucune de ces contributions ne semble rendre le dossier digne de l'attention de Monseigneur Viganò, étant donné qu'il n'y a eu aucun moyen d'ouvrir ne serait-ce qu'un dialogue, une confrontation, ni avec lui (nous n'y aspirerions pas), ni même avec les intellectuels proches de lui qui ont systématiquement refusé même l'offre la plus cordiale et amicale d'une confrontation ICI . Ainsi, Monseigneur Viganò va droit au but dans la création factuelle d'un troisième pôle : ni avec Bergoglio, ni avec Benoît XVI.

 

Et pourtant, il y a eu un moment où il a semblé avoir capté quelque chose, lorsqu'il a écrit le 5 avril 22 sur le blog d'Aldo Maria Valli :

"Il est nécessaire de faire la lumière sur l'abdication de Benoît XVI et sur la question de la fraude du conclave de 2013, qui devra tôt ou tard donner lieu à une enquête officielle. S'il y avait des preuves d'irrégularités, le conclave serait nul et non avenu, l'élection de Bergoglio serait nulle et non avenue, ainsi que toutes ses nominations, ses actes de gouvernement et son magistère. Une réinitialisation qui nous ramènerait PROVIDENTIELLEMENT au statu quo ante, avec un Collège des Cardinaux composé UNIQUEMENT DE CARDINAUX NOMMÉS JUSQU'À BENOIT XVI, évinçant tous ceux créés depuis 2013, notoirement ultra-progressistes".

 

Feu, feu. Même à ce moment-là, l'archevêque ne nous avait pas du tout mentionnés, nous laissant supposer que l'idée du reset était la sienne, alors que nous avions déjà écrit ICI le 8 mars 2021, avec le Frère Bugnolo, au sujet du reset catholique préparé par Benoît XVI. Mais peu importe. Ce qui importe vraiment, c'est que Monseigneur Viganò semble s'être ouvert à l'évidente réalité démontrée au-delà de la redondance.

 

Et au lieu de cela, le 5 octobre, l'effondrement. Voici ce qu'il a déclaré au journaliste américain Michael Matt ICI :

"Il faut aussi dire que la renonciation de Benoît XVI et le monstrum canonique qu'il a donné naissance à la "papauté émérite" ont porté un coup fatal à l'Église, rendant possible la réalisation du plan contre elle qui impliquait L'ÉLECTION D'UN PAPE qui se plierait à l'agenda de l'élite".

 

Encore une fois, le trou noir traditionaliste-sédévacantiste. Point final. Vous comprenez pourquoi Don Minutella compte ensuite Monseigneur Viganò dans la catégorie des "confusionnistes", c'est-à-dire de ceux qui sèment la confusion.  

 

Malheureusement, aujourd'hui, nous devons parler franchement - bien qu'avec un extrême déplaisir - car les récents propos de l'archevêque, bien que très corrects à l'égard de Bergoglio, portent un énorme préjudice au vrai pape, divisant en deux sa déjà maigre armée, et empêchant la compréhension du "criant" sede impedita.

 

Le prétendu "monstrum canonique" du pape émérite dont parle l'archevêque Viganò N'EST PAS DU TOUT la cause qui a permis à un vrai pape (François) d'être élu pour se plier à l'agenda de l'élite, comme il le dit. C'EST EXACTEMENT LE CONTRAIRE : la Papauté émérite (en minuscule, par opposition à Évêque Émérite) est une réalité factuelle, purement descriptive et factuellement NON CANONIQUE, (la papauté émérite n'existe pas canoniquement) par laquelle le Pape Benoît, empêché, se décrit comme "celui qui mérite, qui a le droit d'être pape" pour se distinguer dans cette "sorte de ministère élargi" avec un pape contemplatif légitime et un pape actif illégitime ICI . Et le siège papal totalement empêché, clairement envisagé dans le canon 335 comme une alternative à la sede vacante, d'où dérive la description de pape émérite, était exactement le système par lequel Benoît a empêché l'élection de Bergoglio d'être valide, puisqu'un conclave ne peut être convoqué que lorsque le pape est mort ou qu'il abdiqué et non lorsqu'il est empêché. Ainsi, Bergoglio n'est qu'évêque et antipape, et tout ce qu'il a fait sera annulé.

 

Le système mis en place par Ratzinger-Wojtyla en 1983 est très simple : si vous renoncez légalement au munus petrino, il y a abdication, si vous renoncez - en fait - au ministerium, il y a sede impedita, mais les deux entités sont traduites par le mot ministère, alors la mafia de Saint-Gall est tombée dans le panneau des deux pieds.  

 

Maintenant, compte tenu également du fait que le Vatican ne l'a jamais nié, que les canonistes de Bologne, immédiatement après cette découverte, ont créé un groupe d'étude "sur le pape émérite et le pape empêché", considérant que Benoît, par l'intermédiaire de l'archevêque änswein, a récemment déclaré : "La réponse se trouve dans le livre de Jérémie", où il est écrit ICI en lettres majuscules "JE SUIS EMPÊCHÉ", vous conviendrez que ce que nous disons, vu de l'extérieur, pourrait même avoir une certaine logique, une cohérence propre. Qu'en dites-vous ? A 1%, on pourrait même imaginer que l'auteur et les autres "impeditistes" aient pu avoir raison ? Et si, juste par hasasard, ceux-ci avaient raison, cette situation providentielle dont parle l'archevêque Viganò à Valli serait configurée.

 

Eh bien : peut-être Monseigneur Viganò s'est-il à peine penché sur la question ? NON.

 

Or, si l'on considère qu'une telle enquête n'a jamais été réfutée par le pape Benoît et qu'elle est désormais répandue dans le monde entier, soutenue par des personnes d'une autorité intellectuelle et spécialisée incontestable, le fait que Monseigneur Viganò ignore complètement l'affaire revient malheureusement - cela me fait mal de le dire - à un 

 

DOUTE OBSTINÉ ET NON ASSISTANCE AU PONTIFE ROMAIN.

 

Le fait que ses associés (Valli, Viglione etc.) n'acceptent même pas de discuter de la question est une énorme responsabilité qui leur restera pour les siècles à venir. Bien sûr, ils ne manquent pas de culture et d'intelligence pour comprendre l'enquête, donc c'est juste une question de MAUVAISE VOLONTÉ.

 

En fait, ce n'est pas comme s'ils avaient analysé la question et s'y étaient opposés en disant : "Cette thèse ne tient pas pour cette raison et cette raison et cette raison. Au moins, nous aurions pu nous débarrasser de cela. Non, ils ne posent tout simplement pas la question. Ils continuent avec des écrans de fumée philosophiques sur le Concile pour tenter de forcer à tout prix leur vision absurdement masochiste et suicidaire d'un Ratzinger "moderniste" qui voulait créer une impossible papauté émérite canonique et qui est donc coupable d'avoir donné au monde un pape légitime destructeur de l'Église comme Bergoglio. Bonne nuit.

 

Peut-être précisément pour tester cette aile tradi-sédévacantiste, le pape Benoît a récemment envoyé une lettre à un séminaire américain dans laquelle il parle de la "puissance positive du Concile", qui "était nécessaire". Évidemment, cette déclaration doit être interprétée de manière organique, comme nous l'avons illustré dans cet article ICI où il est clairement compris que le "pouvoir positif du Concile" - clairement opposé à un pouvoir négatif (l'italien n'est pas une opinion) - était UTILE ET NÉCESSAIRE POUR DÉCLENCHER L'APOSTASIE. C'est-à-dire, effacer cette fausse église du diable dont Ticonio a parlé ICI : une purification finale, qui se produira avec l'officialisation du Siège empêché de Benoît.  Mais Monseigneur Viganò et les autres tradi-sédévacantistes ont tout pris au pied de la lettre, dans l'indifférence totale de ce que nous avions déjà exposé, et ils ont jugé que ce n'était pas vrai, laissant tomber une fois de plus le couperet de la fixation habituelle sur le "Ratzinger moderniste".

 

Dans un article qui n'est pas facile à lire ICI , Monseigneur Viganò cite L'AUGUSTINISME MÉDIÉVAL DONT RATZINGER ÉCRIT EN 1954 (il y a "seulement" 68 ans, quand il avait 25 ans !).

 

On s'oppose à la paille du prétendu hégélianisme et des approches pléistocènes-progressistes du jeune théologien bavarois, sans voir l'énorme poutre du sede impedita d'aujourd'hui, avec les centaines de confirmations au néon en Ratzinger Code criées par le pape lui-même. C'est une blague ?

 

 

Conséquences

 

Ainsi, sur le plan théologique, Monseigneur Viganò, en refusant même de discuter du sede impedita, qui fait que tout devient clair sous tous les aspects, canonique et théologique, historique, prophétique et chronologique, est en fait en train de provoquer un ÉNORME SCANDALE, alors que les fidèles sont anéantis, dévastés et opprimés par l'idée qu'UN VRAI PAPE, assisté par le Saint-Esprit, pourrait être "MAUVAIS" et chef de "l'Église profonde", promoteur du Nouvel Ordre Mondial (comme Mgr Viganò le prétend) et propager les hérésies bien connues. (Tout cela lui est permis précisément en n'étant PAS le pape, en n'ayant pas le MUNUS). La promesse du Christ "infera non praevalebunt", selon Viganò, est passée à la trappe. De plus, ce Saint-Esprit vraiment distrait, en plus d'assister, aujourd'hui, un pape aussi dégénéré, aurait aussi fait des dégâts hier, au tour précédent, en faisant nommer un pape aussi moderniste et rabougri que Benoît XVI, ce qui aurait préparé le terrain pour la destruction bergoglienne. Comprenez-vous le discrédit que l'on jette sur la Troisième Personne trinitaire ?

 

En termes d'image, Monseigneur Viganò rend un immense service à Bergoglio, dont la seule faiblesse est précisément son illégitimité. La preuve en est que seuls ceux qui contestent qu'il soit le pape sont excommuniés dans le sang (le père Minutella, le père Bernasconi, etc.) tandis que Monseigneur Viganò, malgré ses critiques féroces de Bergoglio, d'un autre genre, n'a pas été touché le moins du monde par l'excommunication, ou d'autres sanctions. En fait, grâce à lui, Bergoglio peut dire au monde : "Vous voyez ? Même mes ennemis les plus farouches, comme Viganò, ne remettent pas en cause ma légitimité".

 

D'un point de vue stratégique, Mgr Viganò fait un autre énorme dégât en divisant les forces loyalistes au pape, déjà maigres, en créant un troisième pôle très dangereux, (ni avec Bergoglio, ni avec Benoît) à tel point que le patriarcat byzantin du patriarche Elias (excommunié par Benoît XVI) l'a même élu pape (à son insu). ICI . Il ne manquait plus qu'un troisième pape, comme lors du Schisme d'Occident.

 

L'aspect le plus lunaire de la ligne de l'archevêque est d'ordre méthodologique : Monseigneur Viganò fonde son incompréhension tétragonale et obstinée sur des considérations purement philosophiques complexes, raréfiées et douteuses sur des épisodes d'il y a un demi-siècle, au lieu d'aborder l'hic et nunc, la réalité canonique, les déclarations retentissantes et manifestement vraies de Benoît XVI qui sont à la portée des âmes les plus simples. Dans les discours de Mgr Viganò, en effet, vous ne trouverez pas la moindre objection canonique à la réalité décrite de l'empêchement du Siège, ni aucune contestation de l'avalanche de messages logiques ou amphibologiques en "Ratzinger code" qui font comprendre, même aux pierres, la réalité de l'empêchement. (Et en effet, "les pierres crient").

 

Certains pourraient arguer que Monseigneur Viganò ne dit pas que Bergoglio n'est pas pape pour ne pas se faire excommunier et rester ainsi au sein de l'Église : ce serait une stratégie mesquine, puisque si Bergoglio est antipape, une excommunication de sa part n'est pas valide et constitue un badge d'honneur. Mais une telle perspective, à propos d'une stratégie auto-protectrice et crypto-philoratzingerienne, est complètement démentie par le fait qu'en plus de dire du mal de celui qu'il pense être le vrai pape François, Monseigneur Viganò JETTE LE DISCRÉDIT AUSSI SUR BENOÎT XVI, qui, pauvre (Vicaire du) Christ, victime d'une mutinerie, a été contraint de briser le verre et de tirer le levier rouge du Siège empêché. C'est ainsi qu'il a réussi à sauver l'Église, qui plus est en parvenant toujours à dire la vérité, mais - si ses souffrances ne suffisaient pas - il doit aussi subir des tirs amis.

 

Attention toutefois : Benoît XVI a certainement réussi à sauver l'Église catholique spirituelle, puisqu'il conserve le munus, mais le sort de l'Église physique, canonique et visible n'est pas encore décidé. S'il va à un conclave avec les 83 pseudo-cardinaux électeurs nommés par Bergoglio, un autre anti-pape en résultera. La véritable Église devra renaître "en sortant de la Synagogue", en repartant depuis catacombes et des haillons, en perdant tout : le Vatican, les trésors, les biens meubles et immeubles, etc. Et cela est également dû à Monseigneur Viganò, qui tentera probablement de trouver un accord politique suicidaire et impossible lors d'un prochain faux conclave dans l'indifférence la plus absolue à l'aspect sacré de l'investiture du Pape.  En fait, même s'il réussit la mission impossible de faire élire un traditionaliste, il serait toujours un antipape, puisqu'il serait élu par des cardinaux invalides et n'aurait pas le munus pétrinien que Benoît a conservé.

 

Comme vous l'avez lu, la ligne de Monseigneur Viganò est tellement désastreuse que, malheureusement, elle fait soupçonner à beaucoup que l'archevêque fait consciemment et volontairement le jeu de Bergoglio, ce que NOUS REFUSONS de croire, du moins dans ses intentions, même si, dans ses effets pratiques, c'est exactement ce qui se passe.

 

Et maintenant, soyez assuré que, s'il y a une réponse à cet article, elle portera soit sur une insulte personnelle, soit sur le déterrement de pamphlets de Ratzinger datant de 1950. À présent, nous avons fait la paix.

 

Mais attention, nous le répétons pour la énième fois : ne vous faites pas surprendre du mauvais côté lorsque tout sera enfin révélé.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
Cher Monsieur Cionci,<br /> <br /> Juste pour vous exprimer que je soutiens pleinement votre raison concernant le comportement de Mgr Vigano envers Benoît XVI, et pour vous encourager à continuer. Et je souhaite vivement, j’espère qu’un grand nombre fera de même car vos écrits sont empreints de précision et de concision, de logique, de sérieux et de sincérité, de réalisme et d’intégrité, d’honnêteté intellectuelle et de soucis d’être complet (ce qui n’est pas complet est toujours faux). De la sorte personne ne saurait vous contester valablement.<br /> <br /> Tous les textes de Mgr Vigano révèlent le haut degré de son intelligence, de son esprit et de ses connaissances. Il est donc tout à fait étonnant et anormal que cet évêque ne soutienne pas publiquement Benoît XVI et son pontificat mais tend plutôt à le discréditer. Et on ne voit pas du tout les raisons qui pourraient le justifier d’agir de la sorte.<br /> <br /> Jusqu’à présent, j’ai lu tous les textes connus de Mgr Vigano. Mais à présent, après avoir lu vos deux articles le concernant, je doute de la sincérité de cet évêque et je vais cesser de le lire.<br /> <br /> Merci beaucoup pour votre dévouement et votre engagement qui nous sont très utiles. Toute la Sainte Ecriture vous donne raison quant à vos affirmations concernant le faux pape Bergoglio et la démission forcée de notre vrai pape Benoît XVI (épître 2TH2/7 : ”Dès maintenant, oui, le mystère de l'impiété est à l'œuvre. Mais que seulement celui qui le retient soit d'abord écarté.”. Mais aussi le livre du prophète Daniel et l’évangile Mt 24/15-18 et l’Apocalypse chapitre XIII, ....). Certainememt que l’Esprit Saint d’amour et de vérité est à vos côtés. <br /> <br /> Bien à vous dans la foi en Jésus-Christ.
Répondre