Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par dominicanus

Andrea Cionci 08 décembre 2021 - traduction française autorisée : père Walter Covens

Andrea Cionci 08 décembre 2021 - traduction française autorisée : père Walter Covens

Le énième, tragique auto-but des pasdaran bergogliens

 

Il est vraiment remarquable de voir comment le trait "dialectique" typique des tifosi bergogliens est l'insulte personnelle, la dérision physique, la diarrhée verbale, l'arrogance méprisante, combinée avec un courage pas exactement "de lion". L'ex-prêtre Gianni Gennari de l'Avvenire nous a traités d' "imbéciles" ICI, mais a ensuite disparu devant notre volonté pacifique de collaborer pour faire la lumière sur la "démission" de Benoît XVI ; un confrère vaticaniste nous a traités d' "idiots" ICI, mais en se cachant derrière un pseudonyme "très indéchiffrable" : "BlogGiornLN". (Qui cela peut-il être ?)

 

 

 

Un écrit haut en couleurs ICI de Don Ariel Levi di Gualdo, un prêtre de la néo-église confusément déchiré entre tradition et modernisme, qui parle toujours des femmes et malmène Don Minutella de manière obsessionnelle, fait désormais partie de la collection.

 

Don Ariel est souvent sujet à une intempérance verbale plutôt imprudente : il y a deux ans, en prévision de ses exploits, nous avons noté ses commentaires postés sur un groupe social moderniste catholique (dont il s'est ensuite retiré) dans lesquels il se moque de la "Lama-donna" et de la messe en latin.

 

Mentionnons toutefois les épithètes dont il nous gratifie : "journaliste idiot", "fou irrationnel" (pour moi), "visage dépressif de croque-mort" (pour notre directeur Sallusti), "âne" pour Don Minutella, tandis que notre journal - auquel, selon lui, il faut préférer Il Manifesto - est défini comme "papier toilette gratuit" et doit servir de "fond pour le panier humide".  

 

Lorsque nous avons envoyé un courriel à Don Ariel, lui demandant respectueusement si par "idiot" il faisait référence à l'écrivain, étant donné qu'il n'avait pas explicitement mentionné son nom et son prénom, le prêtre a habilement éludé la question en citant une histoire mettant en scène une "pute" autoproclamée.

 

Passons. Maintenant, puisque les insultes du révérend nous dérangent autant que les coups de patte des oiseaux sur le dos des rhinocéros, laissons de côté les formules et passons aux choses sérieuses. Avec l'esprit "zolien" des naturalistes, nous vérifions une fois de plus comment la partisanerie bergoglienne conduit souvent à des auto-buts tragicomiques

 

À cet égard, Don Levi, avec ses arguments, entre en plein conflit, bien avant l'écrivain, avec les déclarations de son supérieur autorisé, l'évêque Giuseppe Sciacca, secrétaire de la Signature apostolique et premier canoniste du Vatican, ainsi que le professeur Geraldina Boni, professeur de droit canonique à l'université de Bologne, les principaux légitimistes de Bergoglio.

 

En substance, le Père Levi soutient que Benoît XVI a renoncé au ministerium de pape, mais a conservé le munus d'évêque. Faux, car, pour le pape, munus et ministerium sont INSÉPARABLES, comme Monseigneur Sciacca l'a lui-même expliqué ICI à l'actuel chef du bureau de presse du Vatican Andrea Tornielli. Don Ariel dit ensuite qu'il n'est pas vrai que la renonciation est invalide parce qu'elle a été faite sous pression, puisque Benoît XVI lui-même a déclaré qu'il l'a fait librement. Un autre argument inutile : ce qui est contesté à propos du canon 332.2 n'est pas la liberté de l'acte, mais le fait qu'il demande explicitement la renonciation au MUNUS pétrinien, alors que le Pape Ratzinger, comme on le sait, a annoncé qu'il voulait renoncer seulement au ministerium, en reportant la mesure, sans jamais la ratifier.

 

La question de la Mafia de Saint-Gall est donc citée par nous, NON PAS comme une preuve canonique définitive de l'invalidité de l'élection de Bergoglio, mais comme une éventualité justifiant le libre choix du Pape Ratzinger d'appliquer un plan B préparé de longue date ICI .

 

Benoît XVI, le 11 février 2013, a ainsi sauvé et purifié l'Église - même des différents Don Ariel - avec une Declaratio qui annonçait candidement (mais pas légalement) l'auto-exil in sede impedita, un statut dans lequel il pourrait rester ce pape unique dont il parle toujours sans jamais préciser lequel : une "énigme" qui, comme nous l'avons expérimenté, même avec la confirmation d'un pédagogue autorisé, est compréhensible par un ENFANT de HUIT ANS.

 

Une Declaratio, donc, que seuls "les autres" ont voulu interpréter (en manipulant les traductions) comme une renonciation, alors qu'ils avaient 17 jours pour y réfléchir. Cela a ensuite confirmé le pape dans l'empêchement, l'autorisant à jouer complètement le jeu et le conduisant à communiquer, pendant huit ans, sa situation canonique de manière subtilement allusive avec le désormais bien connu et "certifié" Ratzinger Code ICI. (En effet, il ne peut pas parler "en clair" précisément pour ne pas faire tomber la sede impedita, situation dans laquelle il est impossible de communiquer),

 

L'argumentation de Don Levi, émaillée de gargouillis embarrassants de haine et de mépris, se distingue comme un fouillis savamment instrumentalisé de considérations latérales et de déformations canoniques.

 

Pour son profit, nous lui proposons la lecture de ce qui est écrit par les canonistes légitimistes cités de Bergoglio qui non seulement réfutent ses affirmations, mais offrent eux-mêmes la preuve de l'invalidité totale de la Declaratio de Benoît XVI comprise comme abdication. Et donc, de l'anti-papauté automatique de François.

 

Comme vous le lirez, c'est précisément ce qui ressort des déclarations publiées de Monseigneur Sciacca et du Professeur Boni :

 

1) il n'y a pas deux papes, ni de "papauté élargie".

2) il n'y a qu'un seul pape,

3) le pape émérite n'existe pas,

4) munus et ministerium ne sont pas synonymes au sens juridique.

5) Le pape Ratzinger a utilisé le munus au sens juridique, sans jamais y avoir renoncé.

6) il a séparé les deux entités, qui sont pourtant inséparables dans le cas du Pape,

7) il a déclaré qu'il veut aussi renoncer à la mauvaise entité, à savoir le ministerium,

8) il a reporté l'entrée en vigueur de la mesure, ce qui est impossible tant pour l'élection que pour la renonciation, qui doivent toutes deux être simultanées puisque le munus est conféré (ou retiré) par Dieu en personne.

 

Nous reproduisons l'intégralité de l'argumentation d'un article précédent ICI.

 

1) LE "PAPE ÉMÉRITE" N'EXISTE PAS
 

Le professeur Sànchez explique : "J'ai lu une interview donnée à Andrea Tornielli par Monseigneur Giuseppe Sciacca ICI .

Tout d'abord, Monseigneur Sciacca admet lui-même que l'institution du "pape émérite" n'existe pas : "C'est un exercice jamais défini dans aucun document doctrinal", et encore : "(L'émérite) ne peut pas être référé à la fonction de Pontife". Tout le monde est d'accord sur ce point, même les canonistes Boni, Fantappié, Margiotta-Broglio, l'historien de Mattei et d'autres".

 

 

2) LA "PAPAUTÉ ÉLARGIE" N'EXISTE PAS ET LE PAPE NE PEUT ÊTRE QU'UNIQUE.
 

"Sciacca admet ensuite - poursuit Sànchez - qu'il n'y a même pas une " papauté élargie " où Benoît XVI pourrait conserver le munus et François le ministerium. Un seul peut être pape, jamais deux en même temps : ceci est vrai et conforme au droit canonique et à la tradition. Il n'y a donc pas deux papes : l'un actif et l'autre passif, il n'existe pas de "papauté élargie" à deux têtes".

 

En fait, ajoutons-nous, même le pape Benoît XVI répète depuis huit ans qu'IL N'Y A QU'UN SEUL PAPE (sans jamais expliquer lequel) comme l'admet ICI son secrétaire, Mgr Gänswein .

 

 

3) LE PAPE NE PEUT PAS SÉPARER MUNUS ET MINISTERIUM
 

"Pourtant, commente M. Sànchez, la conclusion qu'en tire Mgr Sciacca est que seul Jorge Maria Bergoglio est le pape, qui a été élu lors du conclave du 13 mars 2013.

 

Il s'agit d'une ERREUR dramatique : pour qu'un pontife soit validement élu, le pape précédent doit être DÉCÉDÉ ou avoir validement ABDIQUÉ. Et Benoît n'a pas abdiqué EXACTEMENT à cause de ce que Mgr Sciacca a dit à Tornielli, à savoir que (pour le pape) le munus et le ministerium sont inséparables : "Le fait que le Code de droit canonique, au canon 332, parle de munus petrinum - écrit Mgr Sciacca - ne peut en aucun cas être interprété comme une volonté du législateur d'introduire, en matière de droit divin, une distinction entre munus et ministerium petrinum. Cette distinction est impossible".

 

 

4) BENOÎT A PLUTÔT SÉPARÉ ET DISTINGUÉ MUNUS ET MINISTERIUM.
 

"Monseigneur Sciacca a raison - poursuit Sànchez - quand il dit que la papauté ne peut pas être divisée en munus et ministerium. Une seule personne peut maintenir les deux à la fois : le pape.

 

Comment est-il donc possible que Ratzinger les ait au contraire distingués et séparés, renonçant au ministerium et non au munus ?

 

Par conséquent, la renonciation de Benoît XVI à une partie présumée de la papauté (le ministerium) et non à la totalité de la fonction papale (le munus) N'EST PAS VALIDE parce que la "Declaratio" de la renonciation commet une erreur substantielle, dans la mesure où elle affecte la condition "sine qua non" préalable à l'élection papale : la constitution de sede vacante. Le canon 126 dit : "Un acte fait par ignorance ou par erreur, qui concerne la substance de l'acte, ou qui tombe sous la condition sine qua non, est nul et non avenu".

 

EN RÉSUMÉ : la renonciation était invalide en raison d'une erreur substantielle (séparation munus/ministerium) qui ne pouvait pas produire un siège vacant et donc le conclave de 2013 ne pouvait pas avoir lieu et donc l'élection de Jorge Mario Bergoglio est nulle et non avenue.

 

 

5) MUNUS ET MINISTERIUM SONT-ILS DONC SYNONYMES ?

 

La seule "faille" qui subsiste est que cette utilisation nonchalante du munus et du ministerium par Benoît XVI est purement linguistique. En d'autres termes, Ratzinger aurait cité ces deux entités "pour ne pas répéter le même mot", comme une bizarrerie littéraire, malgré la catastrophe juridique que cela aurait entraînée. Rappelons qu'il explique lui-même dans le livre-interview "Ein Leben" (2020), que son texte a été écrit en une quinzaine de jours et transmis à la Secrétairerie d'État pour correction des erreurs juridiques et formelles, mais SOUS LE SCEAU DU SECRET PONTIFICAL : lire ICI .

 

Admettons toutefois que munus et ministerium peuvent être synonymes et que, par conséquent, l'un peut valoir l'autre. Voyons si cela est vrai.

 

6) BONI EXPLIQUE QU'ILS NE SONT PAS SYNONYMES AU SENS JURIDIQUE DU TERME.

 

"Le professeur Geraldina Boni, explique l'avocate Estefania Acosta, soutient en effet, dans son livre "Sopra una rinuncia" (2015), que munus et ministerium ont parfois été désignés comme des synonymes, par exemple dans l'exhortation "Pastor Gregis" de Jean-Paul II en 2003.

 

Toutefois, admet-elle, cette synonymie ne se produit QUE DANS UN SENS NON JURIDIQUE, c'est-à-dire lorsque le mot munus est compris dans le sens de "fonction", "tâche", "service" ou "activité", lié à une certaine "qualification ontologique" (indélébile) déterminée par le sacrement de l'Ordre. Au contraire, comme Boni l'admet elle-même (pp. 180-181). En revanche, comme Boni l'admet elle-même, il existe un DEUXIÈME SENS ATTRIBUABLE AU MOT MUNUS, un sens qui n'est plus ontologique ou sacramentel mais plutôt "JURIDIQUE", équivalent à "charge" et "presque équivalent à "officium", qui résulte du canon 145 du Code de droit canonique, qui indique que tout munus (ou "charge") institué de manière stable dans un but spirituel par la loi divine ou ecclésiastique est aussi un "office ecclésiastique" - naturellement, le munus pétrinien, ayant été institué de manière stable dans un but spirituel par la loi divine (Mt 16,18-19 et Jn 21,15-17), est aussi un office ecclésiastique.

 

Ceci étant, on peut voir que, pour Boni aussi, CE SECOND SENS DU MOT MUNUS SUPPRIME TOUTE SYNONYMIE POSSIBLE AVEC LE MOT MINISTERIUM. Jusqu'à présent, rien à objecter au "professeur".

 

 

7) ALORS POURQUOI BONI DÉFEND-IL LA LÉGITIMITÉ DE BERGOGLIO ? L'ERREUR FINALE
 

"L'erreur (grossière) de Boni", poursuit Acosta, "réside dans l'affirmation gratuite et erronée que Benoît XVI a renoncé à la MUNUS précisément dans sa deuxième signification juridique, alors que le texte de la Declaratio n'affirme jamais une telle chose. En effet, le Professeur Boni écrit : "En résumé, à la lumière de CETTE DOUBLE ACCEPTATION DU MUNUS, Ratzinger, avec sa Declaratio, n'a peut-être voulu que rappeler, et non pas déterminer, comment, en DÉPRIVANT LE MUNUS EN TANT QU'OFFICE, il ne s'est pas départi du munus sacramentel (celui qui n'est pas juridique, n. d.r.) : ce qui, d'ailleurs, ne relèverait nullement de sa faculté de disposition, comme preuve que celle du pontife n'est pas un pouvoir absolutiste ou totalitaire, s'écoulant surtout dans les limites délimitées par le ius divinum".

 

ET AU LIEU DE CELA LE PAPE S'EST ATTENTIVEMENT ABSTENU DE RENONCER AU MUNUS PETRINUM renonçant au MINISTERIUM : "... declaro me MINISTERIO Episcopi Romae ... commisso renuntiare" !

 

 

 

EN RÉSUMÉ : Le professeur Boni admet que munus et ministerium ne sont pas du tout synonymes au sens juridique du terme. Elle admet que Ratzinger cite munus au sens juridique. Boni dit que Ratzinger a renoncé au munus juridique, en maintenant le munus non juridique, ET CE N'EST PAS VRAI car il a renoncé au ministerium.

 

 

Comme nous l'avons vu, la Declaratio est une véritable bombe atomique d'invalidités canoniques : on y trouve tout ce qui peut rendre une renonciation invalide, même l'utilisation des termes inexistants " Siège de Rome et Siège de Saint-Pierre ", comme l'a souligné le juriste Arthur Lambauer, sans parler des deux graves erreurs de latin bien connues et des 20 autres imperfections linguistiques relevées par le philologue Wilfried Stroh.

 

Certains citeront, la doctrine de Universalis Ecclesiae Adhaesio, l'acceptation de l'Église universelle qui pourrait remédier a posteriori à une erreur ou à une lacune dans la mesure canonique de l'élection du Pape, une fois commencée, mais JAMAIS la condition préalable à l'application de cette mesure.

 

Meilleures salutations Don Ariel.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article