Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21 LA PLUPART DES ILLUSTRATIONS DE CE BLOG SONT TIRÉES DE https://www.evangile-et-peinture.org/ AVEC LA PERMISSION DE L'AUTEUR 2 968 Articles 1 000 656 Visites 2 502 274 Pages vues

Un autre prêtre dit non : "Je ne peux plus me taire". Don D'Erasmo, la "miséricorde" de François est-elle en route ?

dominicanus #Benoit XVI, #Il est vivant !, #Porta fidei, #actualités

 


Un autre prêtre prend son courage à deux mains et dit ce qu'il "ne peut plus se taire". Nous parlons de Don Francesco D'Erasmo (Tarquinia) qui a récemment confié au blog "Stilum Curiae" du doyen des journalistes du Vatican Marco Tosatti - très populaire dans la sphère ecclésiastique - une lettre au contenu fort que nous reproduisons ICI en entier. Pour d'autres réflexions du prêtre, veuillez consulter son blog personnel ICI .

 

Don D'Erasmo pourrait-il finir comme Don Minutella et Don Bernasconi ICI, excommunié sans procès canonique - et donc sans possibilité de se défendre - par le cardinal Beniamino Stella, nommé par Bergoglio préfet de la Congrégation pour le clergé ?

 

 

 

Le diocèse de Civitavecchia-Tarquinia a jusqu'à présent seulement répondu en disant que "le diocèse se dissocie de ce qui a été dit par le prêtre", mais n'a pas voulu donner de précisions sur les sanctions qui pourraient être prêtes pour le prêtre : "Nous préférons ne pas entrer dans le fond de ce que sont les relations entre l'ordinaire du diocèse (Mgr Gianrico Ruzza ed.) et Don Francesco D'Erasmo."

 

Nous verrons, également parce qu'en mai, cent prêtres en Allemagne ont béni des couples LGBT, approuvant ainsi ce que la doctrine catholique appelle le deuxième "péché qui crie vengeance au Ciel", et n'ont pas été sanctionnés le moins du monde, alors que n'importe quel évêque dans le monde - y compris celui de Civitavecchia-Tarquinia - aurait pu les excommunier.

 

Ainsi, une sanction à l'encontre du père D'Erasmo, qui cite l'Évangile à volonté pour étayer ses affirmations, prendrait encore plus d'importance et serait plus difficile à justifier aux yeux des fidèles. Le diocèse de Civitavecchia dispose en outre d'un bureau pastoral qui s'occupe de "l'accompagnement des familles en situation de lgbt" (de quoi s'agit-il exactement ?), il n'est donc pas irréaliste de prédire des temps difficiles pour le prêtre.

 

Le fait est que dans l'Église d'aujourd'hui, on peut dire ce que l'on veut sur les Saints et la Trinité : il suffit de penser que le célèbre Don Alberto Maggi a des doutes sur la virginité perpétuelle de la Vierge Marie et qu'il est pourtant considéré comme le fer de lance de la mariologie. Mais si l'on touche à la légitimité de Bergoglio comme Pontife - un point très sensible - la "misericordine" se déclenche implacablement.

 

Eh bien, dans sa "Lettre ouverte à tous les vrais catholiques et à tous les hommes de bonne volonté", le P. D'Erasmo dénonce, avec des références évangéliques précises, une crise actuelle de l'Église mise en évidence, en outre, par de nombreux côtés, y compris le monde séculier. Il suffit de dire que le super-catto-progressiste Andrea Riccardi, fondateur de la Communauté de Saint Egidio et véritable bergoglien, vient de publier un livre de Laterza intitulé "La Chiesa brucia" (NDT : L'Église brûle).

 

Nous rapportons donc quelques extraits de la lettre de Don D'Erasmo, avec la permission de l'intéressé.

 

 

"Dans le même champ où le Seigneur a semé les enfants du Royaume, le diable a semé les enfants du malin. Jésus lui-même nous a expliqué la parabole du blé et de l'ivraie qu'il avait annoncée un peu plus tôt (Mt 13)".

Dans son texte d'avril 2019 sur les abus dans l'Église catholique, le pape Benoît XVI a appliqué cette parabole directement à la Sainte Église. La référence directe est aux ministres qui utilisent l'autorité qui leur est donnée au nom de la Sainte Église, au nom de Jésus-Christ, d'une manière contraire à la volonté de Dieu. C'est ce qu'on appelle un abus : un usage de l'autorité qui n'est pas conforme à l'objectif pour lequel cette autorité a été conférée.

Il faut donc apprendre à reconnaître le blé de l'ivraie sans prétendre le déraciner avant son heure, en allant à l'encontre du plan de Dieu.

Dans cette parabole, Jésus dit aux ouvriers impatients, qui demandent la permission d'intervenir immédiatement pour enlever l'ivraie, que la séparation du blé et de l'ivraie aura lieu à la fin du monde.

Nous ne pouvons pas nous faire d'illusions sur le fait qu'avant la fin du monde, une séparation est possible par laquelle les fils du diable sont jetés hors des ouvriers. Nous devons nous rappeler cette vérité si nous ne voulons pas tomber dans un piège.

Nous ne pouvons pas non plus tomber dans l'erreur inverse : ignorer que tout dans ce domaine n'est pas du bon grain. C'est Jésus lui-même qui nous avertit de nous méfier des faux prophètes. Et il nous donne les critères pour les distinguer.

Le Catéchisme de l'Église catholique lui-même, au paragraphe 675, nous dit clairement que "l'apostasie de la vérité" ébranlera la foi de nombreux croyants.

Pour cette raison, se souvenir de la Vérité est évidemment une aide que nous pouvons nous donner dans l'épreuve, pour soutenir notre foi et soutenir ceux qui risqueraient de tomber dans l'erreur. C'est l'une des œuvres de miséricorde. "Jésus dit alors aux Juifs qui avaient cru en lui : "Si vous restez fidèles à ma parole, vous serez vraiment mes disciples ; vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres"". (Jn 8, 31-32).

Dieu permet qu'il y ait des "faux prophètes au sein de la Sainte Église catholique, mais ce n'est pas une contradiction avec la promesse de Jésus, "les portes de l'enfer ne prévaudront pas". (Mt 16, 18).

Il est donc évident que la tromperie réside dans ceux qui identifient la promesse de Jésus, "non praevalebunt", avec une promesse de non trahison.

En fait, le véritable danger n'est pas que les vrais chrétiens soient livrés aux mains des ennemis de Dieu. Le plus grand danger est qu'ils ne soient pas capables de distinguer le Bien du Mal, la Vérité du mensonge, la Lumière des ténèbres. S'ils tombent dans la voie du mensonge, parce qu'ils sont convaincus à tort qu'ils suivent les vrais ministres de Dieu, ils risquent d'être damnés. "Veillez et priez, afin de ne pas entrer dans la tentation" (Mt 26, 41).

Il est donc du devoir de tout pasteur de l'Église de mettre en garde les fidèles contre les faux pasteurs".

 

 

Après cette longue introduction, le père D'Erasmo en vient à un point crucial, la récente abolition de la messe en latin par François.

 

" La récente Lettre apostolique " Traditionis custodes ", publiée par le Vatican le 16 juillet 2021, affirme : " Art. 1. Les livres liturgiques promulgués par les Saints Pontifes Paul VI et Jean-Paul II, en conformité avec les décrets du Concile Vatican II, sont l'unique expression de la lex orandi du Rite Romain".

Il s'agit de l'un des piliers de la doctrine chrétienne depuis l'époque patristique. L'expression utilisée est "lex orandi". Cette formule indique la "règle de la prière". Mais l'utilisation de ce terme, dans la Sainte Doctrine, l'identifie avec le "lex credendi", "la règle de la foi". En termes simples : l'Église affirme que l'on prie d'une manière conforme à la foi. Cette identité profonde a également été la voie de la reconnaissance des tout premiers dogmes christologiques de la Sainte Église. Si, par conséquent, ce document récent identifie la "lex orandi" exclusivement avec le nouveau rite de 1970, une distance et une différence sont créées entre cette "lex orandi" et celle du rite précédent. Cela signifie qu'une distance et une différence sont insinuées entre la foi exprimée par le rite qui doit être affirmée comme unique, et celle qui doit être reléguée dans la sphère des concessions. Par conséquent, par le biais de la législation, on affirme que la seule vraie foi de l'Église serait celle de ceux qui peuvent éventuellement accorder son expression en conformité avec celle de toujours dans certains cas très limités, mais qui croient qu'elle s'exprime "uniquement" sous la forme du Nouveau Missel de Paul VI. Si, toutefois, le "lex credendi" d'avant est différent, parce que l'actuel est le "seul", tout comme le "lex orandi" est unique, alors ceux qui ont émis ce document n'ont plus une foi "une" avec la foi apostolique (Eph 4, 5).

 

En bref : la foi de tous les temps n'est plus chez elle dans l'église gouvernée par ceux qui ont publié ce document !

Monsieur Jorge Mario Bergoglio, je vous appelle ainsi parce que, bien que personne n'ait le pouvoir de vous juger, vous ne cachez pas vos hérésies renouvelées et vos apostasies de la Foi catholique quasi quotidiennes, perdant par le fait même votre Office (munus) ; Messieurs tous ceux qui collaborent avec votre gouvernement de la Sainte Eglise : rappelez-vous que vous signez votre condamnation. C'est vous qui déclarez de manière de moins en moins voilée que votre foi n'est pas la même que celle de Pierre, sur laquelle Jésus a fondé son Église. "Que chacun prenne garde à la manière dont il construit. Car personne ne peut poser un autre fondement que celui qui est déjà là, c'est-à-dire Jésus-Christ" (1 Co 3, 10-11)".

 

 

Une seule chose pourrait être objectée à Don D'Erasmo : François ne devrait pas avoir le Munus Petrino, car celui-ci est conservé - jusqu'à preuve du contraire - par le Pape Benoît XVI, qui a en revanche renoncé au ministerium. ICI pour les dernières informations sur la question.

 

Une question : mais qui leur fait faire ça à tous ces prêtres pour qu'ils s'exposent au "martyre" s'il n'y avait pas de raison sérieuse ?

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Facebook Twitter RSS Contact