Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21 LA PLUPART DES ILLUSTRATIONS DE CE BLOG SONT TIRÉES DE https://www.evangile-et-peinture.org/ AVEC LA PERMISSION DE L'AUTEUR 2 968 Articles 1 000 656 Visites 2 502 274 Pages vues

Andrea Cionci a déniché un autre message d'une lectrice : inutile de répondre aux Dubia, je suis le Pape

dominicanus #Benoit XVI, #Il est vivant !, #Porta fidei, #actualités

Andrea Cionci, le 27 août 2021

 

 

 

Traduction française autorisée : père Walter Covens

 


Donc, quelque chose est finalement sorti dans la presse. Dagospia ICI et RomaIT ICI ont brisé l'embargo. Hier, même mon collègue Francesco Antonio Grana de Il Fatto Quotidiano a évoqué ICI l'inévitable floraison de théories sur un "pape occulte".

 

Cher Collègue, si vous avez la bonté de lire, ICI et ICI, vous verrez que nous avons une longueur d'avance sur les rumeurs et les théories : il y a des professeurs d'université, des avocats, des magistrats, des théologiens, des latinistes, des canonistes, des juristes qui ont analysé la prétendue renonciation du Pape Benoît et ont confirmé, en utilisant récemment les mêmes catégories de canonistes pro-Bergoglio, que la Declaratio de 2013, interprétée comme une renonciation, n'existe pas et qu'elle correspond précisément à une déclaration de "SEDE IMPEDITA" (NDT: siège empêché) . Ces déclarations n'ont été démenties par personne depuis mars dernier. ICI Il serait intéressant et utile pour nos lecteurs de discuter du bien-fondé canonique de la question au lieu de se contenter de l'effleurer en suggérant que ce ne sont que des "ragots". Nous sommes à votre disposition pour une discussion cordiale.

 

Entre-temps, de nombreux lecteurs sont déjà allés plus loin et, en participant à l'enquête, ont signalé d'autres faits et documents qui confirment encore plus comment Benoît XVI a renoncé de fait - et non juridiquement, car c'est impossible - UNIQUEMENT à l'exercice pratique du pouvoir, du fait que plus personne ne lui obéissait et qu'il ne pouvait plus utiliser son courrier, intercepté et volé (Vatileaks). De cette façon, il est resté le seul pape légitime dont il parle depuis huit ans sans jamais expliquer lequel ICI .

 

Une lectrice - qui souhaite rester anonyme - nous a signalé aujourd'hui un passage de l'interview accordée par le Pape à Peter Seewald dans le volume "Ein Leben" de 2020. Un autre message très clair.

 

En effet, lorsque Seewald demande à Benoît XVI de commenter l'absence de réponse de Bergoglio aux quatre Dubia des cardinaux sur l'encyclique Amoris laetitia, (sur la communion aux divorcés remariés) Benoît XVI ne répond pas directement, mais se réfère à sa dernière audience publique du 27 février 2013, un jour avant l'entrée en vigueur de la sede impedita annoncée dans la Declaratio. Dans le texte de l'audience ICI, il n'y a, en fait, AUCUNE RÉPONSE QUEL QU'ELLE SOIT AU SUJET DES DUBIA des cardinaux : il n'y a aucune mention des divorcés ou de l'Eucharistie, mais il y a un message très clair qu'il n'a JAMAIS ABDIQUÉ. C'est pourquoi vous pouvez trouver une réponse dans cette audience : toutes les questions qui ont surgi plus tard autour de Bergoglio, y compris la question de Dubia, ne comptent pour rien, car François n'est pas le pape, car Benoît est resté LE pape. 

 

 

 

Vous ne nous croyez pas ? Nous le reproduisons intégralement. Faites attention aux phrases en gras que nous allons expliquer ci-dessous.

 

Seewald : "Le cardinal Raymond Burke - l'un des quatre auteurs du Dubia, l'écrit dans lequel certains doutes ont été formulés au sujet de l'exhortation apostolique Amoris laetitia du pontife - a déclaré en novembre 2016 qu'Amoris laetitia avait créé la confusion : "Il y a une énorme division en cours dans l'Église et ce n'est pas la façon dont l'Église a l'habitude d'aller. Le pape François n'a pas répondu aux Dubia. Serait-il préférable pour vous de le faire ?

 

Benoît XVI : "Je préfère ne pas prendre directement position sur cette dernière question, car cela signifierait entrer dans les questions concrètes du gouvernement de l'Eglise et abandonner la dimension spirituelle à laquelle se rapporte exclusivement mon mandat. Si je répondais, je suppose que tous ceux qui m'attaquent constamment pour mes déclarations publiques verraient leurs calomnies confirmées. Je peux donc me limiter à faire référence à ce que j'ai dit le 27 février 2013 lors de ma dernière audience générale publique. Au milieu de tous les tourments qui affligent l'humanité et de la puissance inquiétante et destructrice du mauvais esprit, on pourra toujours reconnaître la puissance silencieuse de la bonté de Dieu dans l'Église. L'obscurité des époques historiques successives ne nous permettra certainement jamais de jouir sans être dérangés de la joie pure d'être chrétien [...] Mais dans l'Église et dans la vie de chaque chrétien, il y a toujours des moments où nous pouvons sentir au fond de nous-mêmes que le Seigneur nous aime, et cet amour signifie la joie, c'est le "bonheur"".

 

 

Donc, comme nous l'avons déjà vu, le gouvernement de l'Église, le ministerium, ne lui appartient plus, il se l'est abandonné, laissant le Siège LIBRE, VIDE (et non pas vacant comme le Vatican a traduit le verbe "vacet" : il est canoniquement impossible que le Siège reste vacant avec la renonciation au ministerium). Par conséquent, le gouvernement de l'Église est désormais entre les mains d'autres personnes. Récemment, notre collègue Mirko Ciminiello a découvert que Benoît XVI fait clairement savoir ICI qu'il ne reconnaît pas François comme le pape légitime, puisqu'il ne le considère pas comme son successeur dans la liste des papes de Saint Malachie.

 

La dimension spirituelle est précisément le munus petrino, le titre de pape accordé directement par Dieu et qu'il GARDE.

 

Les calomniateurs sont ceux qui critiquent toujours Benoît parce que "même s'il a démissionné de son poste de pape, il continue à intervenir avec ingérence dans le pontificat de François". Elles sont calomnieuses simplement parce qu'IL N'A PAS ABDIQUÉ et continue d'être le pape, avec le plein droit d'intervenir.

 

La puissance silencieuse et l'avertissement profond sont une référence claire au fait que ceux qui ont des oreilles pour entendre et des yeux pour voir comprennent la situation.

 

Et nous arrivons au clou (NDT: en français dans le texte), lorsque Ratzinger renvoie l'intervieweur chercher les réponses aux Dubia des cardinaux lors de sa dernière audience générale - "publique", précise-t-il, peut-être parce qu'ensuite il a continué à donner des audiences privées, toujours en tant que pontife ?

 

Et voici ce qu'il a déclaré lors de la dernière audience, rapporté intégralement par le site du Vatican ICI Comme vous pouvez le lire, on ne peut trouver le moindre indice qu'il pourrait répondre aux Dubia sur le divorce et l'Eucharistie, si ce n'est dans un sens plus général, plus élevé et surtout définitif.   

 

"J'ai fait ce pas en pleine conscience de sa gravité et aussi de sa nouveauté, mais avec une profonde sérénité d'esprit". 

 

Qu'y a-t-il de nouveau ? Dix papes ont abdiqué dans l'histoire, ce qui n'est pas nouveau. A moins qu'il ne fasse référence à ce qu'il a dit ICI : "(Comme moi, ndlr), aucun pape n'a démissionné depuis mille ans et même au premier millénaire c'était une exception". Nous avons vu qu'il fait référence au seul pape qui, au cours du premier millénaire, a été chassé par un antipape, perdant le ministère, comme il l'a fait, mais restant pape à tous égards. La NOUVEAUTÉ réside donc dans le fait qu'il a volontairement et librement abandonné le gouvernement de l'Église à lui-même, en raison de son incapacité à le gérer.

 

"La gravité de la décision résidait aussi dans le fait qu'à partir de ce moment-là, je me suis engagé pour toujours et à jamais envers le Seigneur [...] Le 'toujours' est aussi un 'pour toujours' - il n'y a plus de retour à la sphère privée. Ma décision de renoncer à l'exercice actif du ministère ne révoque pas cela. Je ne retourne pas à la vie privée, à une vie de voyages, de réunions, de réceptions, de conférences, etc. Je n'abandonne pas la croix, mais je demeure d'une manière nouvelle avec le Seigneur crucifié. Je ne porte plus le pouvoir de la fonction pour le gouvernement de l'Église, mais dans le service de la prière je reste, pour ainsi dire, dans la clôture de saint Pierre".

 

De manière plutôt explicite, nous dirions : il reste pape pour toujours, car il n'a pas renoncé au titre de pape, le munus. Il est devenu un "pape ermite" et non émérite, puisque l'institution n'existe pas, comme nous l'avons vu ICI.

 

"Je vous demande de vous souvenir de moi devant Dieu, et surtout de prier pour les cardinaux, appelés à une tâche si importante, et pour le nouveau successeur de l'apôtre Pierre : que le Seigneur l'accompagne de la lumière et de la force de son Esprit."

 

Ici aussi, le pape Ratzinger ne fait pas du tout référence au conclave de 2013, illégitime dans la mesure où il n'avait pas abdiqué, mais au PROCHAIN VRAI CONCLAVE qui, à sa mort, ou à sa renonciation valide, devra élire le prochain vrai pape. Nous avons déjà vu cette spécification en analysant la Declaratio comme "sede impedita" ICI .

 

Les personnes habituelles continueront à dire qu'il s'agit de lectures tendancieuses, que je force les choses, etc. Le problème est que ces lectures tendancieuses comptent aujourd'hui une trentaine de cas, logiquement non exceptionnels, ne sont réfutés par personne et ont des correspondances canoniques précises. Nous publierons bientôt une liste complète avec les avis des spécialistes.

 

Mais ceux qui renoncent a priori à la PENSÉE LOGIQUE ne voudront et ne pourront jamais rien comprendre à cette question.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Facebook Twitter RSS Contact