Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par dominicanus

À l'occasion de cet anniversaire, je veux offrir une réflexion sur les erreurs morales commises au Vatican avant et pendant cette controverse, qui pourrait aider à expliquer pourquoi même à ce jour, des membres notables du clergé incardinés au Vatican, tels que les cardinaux Burke et Müller, Brandmuller et Sarah, et même Mgr Viganò, semblent dans l'incapacité d'admettre leur erreur en pensant qu'il a déclaré qu'il abdiquerait du pontificat ce jour-là.

 

Je veux offrir une réflexion sur les erreurs morales commises au Vatican avant et pendant cette controverse, qui pourrait aider à expliquer pourquoi même à ce jour, un clergé notable incardiné au Vatican, tels que Cardinaux Burke et Mueller, Brandmuller et Sarah, et même Mgr Viganò ne semble pas pouvoir admettre leur erreur en pensant qu’il a déclaré qu’il abdiquerait du pontificat ce jour-là.
Fr A. Bugnolo - MÉDITATION POUR LE 11ème ANNIVERSAIRE DE LA RENONCIATION DU PAPE BENOÎT XVI AU MINISTÈRE

 

 

 

 

Il y a 11 ans, le 11 février 2013, peu après 11h30, sa Sainteté le Pape Benoît XVI a lu sa désormais célèbre déclaration "Non solum propter". - Ci-dessus, si vous cliquez sur l'image, vous pouvez accéder à l'index complet de FromRome.Info sur l'histoire, le débat et la controverse sur les événements de ce jour et sur la signification ou l'effet de cette déclaration.


Par cet acte, il avait clairement et manifestement l'intention de conserver le munus pétrinien et de ne renoncer qu'au ministère pétrinien, de sorte qu'en se retirant, mais sans abdiquer, il pouvait conserver la dignité et le mandat pontificaux, tout en concédant à ses adversaires les autres pouvoirs de gouvernement. Bien qu'il existe de très nombreuses opinions sur la moralité, l'intention, la cause, les motifs et le but d'un tel acte, la valeur juridique de celui-ci n'était PAS l'abdication.


Mais, pour l'anniversaire d'aujourd'hui, je souhaite proposer une réflexion sur les erreurs morales commises au Vatican avant et pendant cette controverse, ce qui pourrait aider à expliquer pourquoi, même à ce jour, des membres notables du clergé incardinés au Vatican, tels que les cardinaux Burke et Mueller, Brandmuller et Sarah, et même l'archevêque Viganò, semblent dans l'incapacité d'admettre leur erreur en pensant qu'il a déclaré qu'il abdiquerait du pontificat ce jour-là.


Comme je l'ai montré dans mon Index de la renonciation du pape Benoît XVI, il y a plus de 53 erreurs dans le texte latin que le pape Benoît XVI a lu ce jour-là. Et comme il a été admis par des experts au Vatican que le pape Benoît XVI a écrit le texte sans aucune consultation avec des avocats canoniques ou des latinistes, même Mgr Gänswein admet qu'il y a des erreurs dans le texte - bien qu'il n'ait pas encore eu la charité envers le monde catholique d'admettre celles qu'il reconnaît.


Ainsi, le journal catholique national italien, Avvenire, qui est dirigé par la Conférence des évêques catholiques de ce pays, bien qu'il m'ait traité d'"idiot" pour avoir affirmé qu'il y avait des erreurs dans le texte, doit maintenant s'avouer vaincu. Eh oui, j'attends toujours des excuses pour leur calomnie, afin de remédier au scandale qu'ils ont causé pour des millions d'âmes.


Mais le fait qu'ils aient eu recours aux services d'un prêtre défroqué pour éclairer le monde catholique sur les lacunes du texte montre à quel point ils étaient désespérés de maintenir le récit d'une abdication, et à quel point ils savaient au fond de leur cœur, au moins jusqu'en 2021, que Benoît XVI n'avait jamais abdiqué.


Ce péché collectif, cette culpabilité et cette complicité constituent le principal embarras de la hiérarchie catholique, non seulement en Italie, mais dans le monde entier. Ces hommes sont pragmatiques et se rendent compte que leur autorité morale sur les fidèles sera totalement détruite lorsqu'il apparaîtra qu'ils ont été collectivement incapables de comprendre le fonctionnement du canon 332 §2 et ce qui est nécessaire pour une abdication - une chose qui devrait être un concept de base enseigné dans un cours général de droit canonique sur les actes juridiques.


Les personnes titulaires d'un doctorat en droit canonique, comme Mgr Gänswein, n'ont donc aucune excuse. Et il y en a des milliers comme lui, qui sont restés silencieux. Mais le pire péché a été commis par ceux qui auraient dû savoir et qui ont tenté de défendre l'indéfendable, à savoir qu'une renonciation au ministerium en latin signifiait une renonciation au munus.


Mais ce n'est pas moi, mais le cardinal Burke lui-même qui a immédiatement reconnu que la déclaration ne contenait pas ce qu'elle devait contenir pour effectuer une abdication valide. Il en a parlé lui-même à ses amis et connaissances de Rome à l'Arizona. Mais il a par ailleurs caché son opinion à la presse. Et je suppose que s'il a tenté de parler au pape Benoît XVI avant le 28 février 2013, il a échoué dans sa demande, parce que le pape Benoît XVI n'avait pas l'intention de parler avec lui de "détails canoniques". Les autres cardinaux et membres du clergé au Vatican ont également échoué, soit par respect humain, soit par complicité avec le complot d'Hilary Clinton visant à écarter le pape Benoît XVI du pouvoir et à créer un nouveau "printemps" dans l'Église catholique.


Je suppose également, sans aucune preuve, que si un groupe de cardinaux et d'évêques s'est rendu compte des erreurs dans le texte en février 2013, ils sont entrés en conflit dans leurs conseils privés, parce qu'ils considéraient qu'il était en quelque sorte erroné de demander au pape Benoît XVI de faire une renonciation correcte et appropriée le 28 février 2013, pour corriger les erreurs de son texte du 11 février. En effet, pour des hommes comme le cardinal Burke, il était de son grave devoir de se rendre à Castel Gandolfo le 28 février, avec le texte correct écrit sur papier et porté à la main, pour obtenir une audience et insister pour que le pape Benoît XVI signe le document en présence de deux autres évêques ou archevêques. Peut-être était-il trop inapte pour grimper au balcon à l'aide d'une échelle de corde ou pour se jeter par terre devant la porte principale, pour se donner en spectacle, afin d'obtenir cette rectification juridique. Nous ne pouvons pas juger l'homme sur ses sentiments personnels, mais tous ceux qui connaissaient le défaut auraient dû avoir un tel zèle.


Cependant, la déclaration officielle canonique et juridique selon laquelle "le pape Benoît XVI est resté pape jusqu'à sa mort" est une question sur laquelle les évêques catholiques de la province romaine sont compétents pour juger lors d'un concile provincial. Tout le monde peut leur demander de le faire. Et l'honnêteté exige qu'eux, qui en ont connaissance, fassent une telle demande. De plus, s'ils ne rectifient pas le dossier historique et juridique, ceux qui en ont connaissance et qui pourraient être influents pour l'obtenir, iront dans leur tombe rencontrer un Juge très terrible et impitoyable, dont l'Épouse immaculée a été violée et souillée par une si grande injustice.


Et pourtant, tous ceux qui insistent sur le fait que Bergoglio n'a jamais été pape, ne se prévalent pas de la confirmation la plus importante de l'invalidité du Conclave de 2013, qu'ils pourraient obtenir par la convocation d'un tel Concile. Pourquoi en est-il ainsi ? Ceux qui insistent sur le fait qu'il a toujours été le pape ne recherchent pas non plus cette solution. Pourquoi ?


Alors que nous commémorons et nous souvenons de ce jour fatidique il y a 11 ans, nous devrions redoubler d'efforts pour admettre la vérité, tirer les conclusions et étudier les sources, si nous n'avons pas encore compris ce qui s'est réellement passé ce jour-là et qui en est responsable.


Et j'encourage tous les catholiques qui ont eu la grâce de l'Esprit Saint de le faire et d'accomplir cette tâche nécessaire, à prier pour tous ceux qui vivent dans les limites idéologiques imposées par les clubs de garçons et les cercles magiques dans lesquels ils évoluent, qui par respect humain ont préféré ne pas poser la question ou pire dénigrer les messagers de la vérité que Dieu a envoyés à son Église au cours des 11 dernières années.


Beaucoup m'ont poussé à écrire un livre sur la renonciation du pape Benoît XVI, mais je mets gratuitement à disposition tous les articles et les vidéos, parce que, en tant que frère franciscain, je sais que ma vocation est de donner gratuitement, quand on a reçu gratuitement, et de travailler à la réparation de l'Église du Christ. - De tout ce que j'ai écrit et mentionné ici, vous pouvez trouver des références et des articles dans l'index ci-dessus. Il vous suffit de cliquer sur l'image en haut de ce billet.

 

 

 

FromRome.info est un journal électronique qui relate les événements de l'Église sans passer sous silence le devoir des catholiques de réagir par une action remplie de foi, plutôt que d'être de simples spectateurs. Cet article est l'un des plus de 10 000 publiés depuis septembre 2013 A. D.. Pour plus d'informations sur notre revue, consultez notre page "À propos".

 


La censure mondialiste augmentant chaque jour, personne n'aura jamais connaissance de l'article ci-dessus si vous ne le partagez pas.
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article