Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par dominicanus

 

Saint Vincent Ferrier
SAINT VINCENT FERRER, PATRON FOR THOSE SEEKING THE TRUE POPE

Écrit par Fr. Alexis Bugnolo (20/01/2020) - Traduction française autorisée : père Walter Covens

La crise actuelle dans l'Église, qui consiste à avoir deux papes, n'est pas nouvelle dans l'Église. Il y a eu plus d'une douzaine de cas de ce genre dans l'histoire de l'Église.

 

Bien que presque toutes ces crises aient comporté des rivaux qui étaient soutenus par diverses factions de taille notable (ce qui n'était peut-être pas le cas de Benoît IX en 1046), elles ont néanmoins donné l'occasion à Dieu de nous montrer la voie à suivre pour sortir de ces crises par l'exemple que nous ont donné ses saints au cours de ces crises du passé.

 

L'un de ces saints est saint Vincent Ferrier. Je dois admettre que de tous les saints de l'Ordre des Prêcheurs, il est mon préféré, parce qu'il est un exemple de sainteté si frappant et qu'il était si déterminé dans l'enseignement de ce que signifie être saint.

 

La plupart des catholiques, cependant, n'ont aucune idée de qui il était. Laissez-moi donc vous parler de sa vie, puis vous montrer comment son exemple devrait être imité par tous les catholiques dès maintenant.

 

 


Si remarquable que beaucoup ont pensé qu'il était une légende

 


Saint Vincent est né il y a 670 ans, le 23 janvier, en pleine peste noire.

 

Le monde catholique était bouleversé : des millions de personnes mouraient chaque mois. On estime que plus de 100 millions de personnes sont mortes dans le monde entier, et peut-être jusqu'à 30 millions en Europe seulement, entre 1347 et 1351, date à laquelle la peste s'est déclarée. Il s'agissait d'une souche virulente de la peste bubonique, qui s'était propagée des rats infectés du désert de Gobi aux caravanes transportant des marchandises rares vers le port de commerce génois sur la mer Noire, Kaffa, et de là, par les navires génois, vers la Sicile et l'Europe occidentale.

 

Les effets démographiques, sociologiques, psychologiques et économiques ont été profonds. Les corps s'accumulaient tellement que les gens fuyaient leurs villages, les prêtres locaux fuyaient leurs paroisses par peur de mourir. Les gens se sont réfugiés dans la nature et ont évité tout contact avec les personnes qui toussaient. La souche était si virulente que les personnes exposées le matin étaient mortes avant minuit. Elle se propageait par les puces des rats mais est ensuite devenue pneumonique, c'est-à-dire qu'elle se propage dans l'air par la toux. On l'appelle la peste noire, car les glandes lymphatiques du corps enflaient et devenaient noires, la mort survenant rapidement.

 

Les catholiques pensaient tous que c'était la fin du monde, un accomplissement de l'Apocalypse, qui parlait de l'étoile déchue Absinthe transformant les eaux d'un tiers du monde en poison. Comme il n'existait aucun art médical capable de comprendre précisément les causes, la panique se répandit partout. Le pape de l'époque ne survécut qu'en se séquestrant dans son palais d'Avignon et en faisant allumer un énorme feu dans la cheminée de sa chambre privée, qui resta allumé sans discontinuer pendant de nombreux mois.

 

C'est dans cette horreur qu'est né un saint par lequel Dieu allait rappeler la plupart des pays d'Europe occidentale du désespoir et de l'apostasie, saint Vincent Ferrier. Dès son plus jeune âge, il se consacre à Jésus-Christ et devient un fils de saint Dominique.

 

Saint Vincent, fervent adepte de la vie ascétique, passa rapidement toutes les épreuves spirituelles et fut doté par le Seigneur de dons extraordinaires de prophétie, de prescience, de conversion et de miracles.

 

Un jour, alors qu'il se trouvait dans un port qui souffrait de la famine et de l'inanition, il prêcha aux gens de rester calmes et que le Seigneur leur enverrait le lendemain des navires remplis de céréales. En effet, le lendemain, une flotte chargée de nourriture arriva.

 

Mais sa renommée a commencé avec une fièvre mortelle qu'il a contractée à Avignon, alors qu'il était au service de l'anti-Pape. Vous voyez, saint Vincent était un disciple du cardinal Pedro de Luna, qui était l'un des cardinaux ayant promis d'obéir au pape à Avignon, même si le cardinal savait qu'il était un antipape et qu'il avait menti à saint Vincent. Mais j'y reviendrai plus tard.

 

C'est à Avignon, alors que les forces de Charles VI assiégeaient la ville pour capturer l'antipape - le roi de France était assez intelligent pour enquêter sur la controverse entre les prétendants rivaux à la papauté, et faire à nouveau allégeance au pape de Rome - que saint Vincent a failli mourir. Mais au milieu de sa fièvre mortelle, Notre Seigneur lui est apparu, ainsi que saint Dominique et saint François d'Assise, et l'a chargé d'être le quatrième ange de l'Apocalypse : prêcher partout la pénitence, en disant aux hommes que s'ils ne se repentaient pas, Dieu viendrait détruire le monde. C'était en septembre 1398. Un an plus tard, convaincu de sa mission divine, l'Antipape nomma le Saint Missionnaire a lateri Christi, c'est-à-dire envoyé par le Christ lui-même. Le Saint a passé les 20 années suivantes dans un apostolat extraordinaire qui a sauvé à lui seul le christianisme en Europe.

 

Il a prêché du nord de la France à l'Italie, puis à l'Espagne. En voyant Bernardin de Sienne en Italie, il a prophétisé que Bernardin convertirait l'Italie à la foi. Les foules qui venaient écouter saint Vincent étaient si grandes qu'il ne pouvait pas prêcher dans les églises, mais devait utiliser les places et les champs ouverts. Et sa mission fut signée par des miracles extraordinaires comme on n'en a plus jamais vu dans la chrétienté.

 

Lorsqu'il prêchait, sa voix avait le pouvoir miraculeux d'être entendue à de grandes distances. Ceux qui ne pouvaient pas entrer dans les villes où il prêchait, grimpaient sur les clochers des villages voisins et entendaient distinctement sa voix à une distance de quatre à cinq kilomètres !

 

Un jour, il entraîna les foules qui l'écoutaient à l'assaut d'une synagogue et se mit immédiatement à prêcher en hébreu aux Juifs. Il était si convaincant dans leur propre langue et à partir de leur propre version des Écritures, qu'il a converti toute la congrégation à la foi catholique et qu'ils ont immédiatement consacré le lieu comme une église catholique !

 

Une autre fois, il a conduit les foules de la place où il prêchait jusqu'au château au-dessus de la ville, en disant qu'il fallait arrêter le grand péché. Il franchit les portes du château et trouva les nobles dans la plus mauvaise débauche. Il les maudit pour leur péché et chacun d'eux se transforma en pierre !  Tous les fonctionnaires de la ville en furent témoins, à la stupéfaction et à la terreur de tous. Après avoir entendu les supplications des parents, il ordonna que les affligés reviennent à la vie, entendit leurs confessions et après leur avoir donné sa bénédiction, ils retombèrent tous morts, mais cette fois, ils entrèrent dans la vie éternelle.

 

Sa prédication de la pénitence était si persuasive que des foules immenses de pénitents le suivaient partout, se battant avec des chaînes, des crochets et des clous jusqu'au sang. La vue de l'arrivée de ces flagellants était le signal que saint Vincent était en route et cette nouvelle vidait les champs et les villages de la région, car tous voulaient l'entendre prêcher. Dans la langue qu'ils pouvaient comprendre, sa voix était miraculeusement entendue, même s'il parlait toujours dans son propre dialecte ou en latin.

 

Il est connu pour avoir ressuscité des morts au moins 7 personnes. En une occasion, d'une manière tout à fait extraordinaire. A un confrère dominicain qui ne croyait pas qu'il était envoyé par le Christ pour prêcher, il a dit : Doutes-tu que je sois un des anges de l'Apocalypse ? Amenez-moi un mort, un homme mort depuis quatre jours et dont le corps pourrit, et je vous prouverai que je dis la vérité. Sur quoi, il ordonna au cadavre en décomposition de se lever et de témoigner. Et l'homme revint à la vie et son corps fut instantanément restauré en parfaite santé !

 

Je pourrais continuer longtemps à parler des merveilles et des vertus de saint Vincent. Mais je vous recommande de trouver une biographie sur lui et de la lire. Cela changera votre vie et vous donnera envie de tout abandonner et de devenir un religieux dévoué. Une chose dont l'Église a vraiment besoin en grand nombre aujourd'hui.

 

 


Les principales reliques de saint Vincent Ferrer, dans l'église de Vannes, en France, où il est mort.

 

 


Le grand schisme

 


Malgré toutes les grâces et tous les dons de saint Vincent, et malgré la grande sagesse et le savoir qu'il possédait grâce à des années d'études - par exemple, il a mémorisé toute la version latine de la Bible et parlait 5 langues : le grec, le latin, l'hébreu, le français et la langue d'óc - le CHRIST A RETIRÉ les grâces du Saint pour voir qui était et qui n'était pas le vrai pape. Notre Seigneur a fait cela, à mon avis, pour nous donner une leçon pour notre époque.

 

Le Saint était un ami proche du Cardinal Pedro de Luna, qui était un partisan de l'Antipape.  Le schisme a commencé en 1378, lorsque le pape précédent, ayant été persuadé par Sainte Catherine de Sienne de revenir à Rome, est mort. Le nouveau pape Urbain VI est élu à Rome. Les cardinaux français n'acceptèrent pas cette élection et élurent immédiatement Clément VII. Le cardinal Pedro savait que son élection était anti-canonique, mais il a caché les faits à saint Vincent pendant 38 ans ! En 1394, le cardinal Pedro a été élu pour succéder à l'antipape, et a pris le nom de Benoît XIII.

 

Saint Vincent fut tellement trompé par le Cardinal Pedro qu'il prêcha pour convaincre le peuple du Royaume d'Aragon de faire allégeance à l'Antipape d'Avignon et de rompre avec Rome ! Ce schisme était si pénible pour l'âme de saint Vincent qu'il disait à d'autres qu'il le rendait souvent malade.

 

Le Grand Schisme d'Occident avait commencé sur une dispute où le mauvais côté faisait des réclamations sur la base de leurs allégations d'avoir été forcé à voter. Ce genre de revendication était vraiment impossible à prouver, elle reposait uniquement sur le témoignage des prétendues victimes. Personne n'a contesté que l'antipape ait été élu en second. Personne ne conteste les lois qui régissent l'élection.

 

Mais s'il était un partisan convaincu de l'antipape d'Avignon, saint Vincent n'en aimait pas moins l'Église plus que son ami personnel, le cardinal, et c'est pourquoi il pressait les conciles de mettre fin au schisme. Et c'est ici que sa vertu est une leçon pour nous.

 

Car au Concile de Perpignan, dans le Royaume d'Aragon, le 6 janvier 1416, lorsque la preuve fut présentée à Saint Vincent par le Roi d'Aragon que la prétention de Benoît XIII n'était pas fondée, les partisans de Benoît ne purent donner aucune réponse et défendre sa prétention contre les accusations. Saint Vincent était venu au concile en tant que partisan de Benoît. Il avait même prêché pour sa défense. Mais lorsqu'aucune preuve n'a pu être apportée pour défendre les prétentions de l'homme qu'il pensait être le pape, saint Vincent a immédiatement changé d'allégeance, car il a reconnu, en tant que maître en logique - un manuel sur lequel il avait écrit - que lorsqu'une partie refuse de répondre ou n'a pas d'argument, cela signifie qu'elle n'a aucune prétention à faire valoir pour sa position.

 

Par honte et en pénitence pour avoir soutenu pendant tant d'années la mauvaise personne, il s'est rendu en France et a passé le reste de sa vie en exil de sa terre natale.

 

 

La "renonciation" du pape Benoît XVI

 


Le Grand Schisme d'Occident a commencé lorsque les cardinaux ont élu le pape Urbain VI et, dès son intronisation, voyant qu'il réduirait leur pouvoir, ont quitté la ville, déclaré qu'ils avaient été forcés de voter pour lui et ont élu à la place Robert de Savoie comme Clément VII.

 

Nous nous trouvons aujourd'hui dans une situation analogue. Les cardinaux, ne voulant plus supporter le pape Benoît XVI, ont prétendu le 11 février 2013 qu'il avait renoncé à la papauté. Mais en vérité, il avait seulement annoncé son retrait du ministère actif. Ils ont publié une fausse nouvelle au monde entier et, grâce à leurs contacts personnels, ont suborné l'ensemble de l'épiscopat et des médias catholiques pour qu'ils croient à ce mensonge. C'est pourquoi ils restent silencieux. Ils sont les criminels de ce grand schisme moderne.

 

Le Pape Benoît XVI, pour sa part, a été ignoré et enfermé au Vatican. Mais la vérité de ce qu'il a fait le 11 février 2013 est devenue connue et maintenant toute la chrétienté peut faire ce que Saint Vincent a fait : demander à la partie qui pense que Bergoglio est le pape son explication. Ann Barnhardt et des centaines d'autres catholiques ont fait cela : elle depuis quatre ans, presque, et d'autres depuis plus ou moins longtemps. Mais il n'y a toujours pas d'explication canonique de l'autre côté.

 

Je pense que vous pouvez voir à quel point le choix est facile, qui est le vrai pape. Faites ce que Vincent a fait !

 

Le Grand Schisme dans ses causes éclaire également les principes de discernement de qui est aujourd'hui le vrai pape et qui ne l'est pas.  Sur le plan juridique, la solution de l'élection contestée de 1378 était simple : la possession est le principe des 9 dixièmes de la loi, c'est-à-dire que le premier élu est toujours présumé être le prétendant légitime, le second élu doit prouver que les lois ont été violées lors de la première élection, et pas seulement prétendre qu'elles l'ont été. Ceci est particulièrement vrai pour les Cardinaux qui ont voté pour le premier prétendant. Leurs votes constituent un consentement explicite à la validité et à la légalité de cet acte. - Aujourd'hui, le même principe s'applique : Benoît doit être présumé demeurer le vrai pape, jusqu'à ce qu'il y ait une preuve sous forme canonique que sa renonciation - pas ce qu'il a dit avant ou après, ou ce qu'il a fait avant ou après - est conforme aux termes du Canon 332 §2. Aucune preuve n'a jamais été donnée ! Donc ceux qui soutiennent que Bergoglio est le pape, n'ont aucun argument !

 

Saint Vincent, malgré tous ses dons surnaturels, a erré pendant de nombreuses années, parce qu'il a fait confiance à son cardinal préféré, qui lui mentait. Et il n'a jamais pris la peine d'examiner le cas calmement selon les principes de la loi. - Il n'était pas un juriste canonique, et ce manquement est donc compréhensible chez un homme qui était si humble qu'il ne pensait jamais du mal des autres. Mais c'était néanmoins une erreur de droit si grave, que Dieu lui-même ne lui a pas donné la grâce de la voir par des moyens surnaturels. La vérité lui est venue par le témoignage de ses semblables.

 

En novembre, j'ai demandé au cardinal Burke, par l'intermédiaire du chanoine Lenhart, une audience pour discuter de la renonciation. En décembre, je suis revenu et j'ai redemandé et on m'a promis une audience en janvier. Janvier est arrivé et est maintenant passé. Toujours pas d'audience ou de réponse à ma Question Scolastique, contenant 39 arguments qui concluent que le Pape Benoît XVI est le vrai Pape.

 

En novembre, j'ai partagé cette même Question avec 700 membres du Clergé du Diocèse de Rome. Mais je n'ai reçu aucun argument canonique en réponse pour la réfuter. En décembre, j'ai distribué 500 copies de la même Question aux étudiants en théologie et en droit canonique de la Ville de Rome, dans les Universités Pontificales. Je n'ai reçu aucune réponse en retour.

 

Je dis cela pour vous donner un témoignage personnel. Je pense que vous devriez maintenant comprendre ce que cela signifie. Saint Vincent nous montre le chemin.

 

POST SCRIPTUM : Saint Vincent est mort à Vannes, France, le 5 avril 1419. Il a été canonisé par le pape Calixte III en 1455. Il est enterré dans la cathédrale de Vannes, mais vous pouvez trouver des reliques de son bras droit dans son église à New York, ou dans l'église paroissiale du château Umberto, dans la province de Messine, en Sicile, où je m'arrête chaque fois que je suis en ville, pour les vénérer.

 

__________

CREDITS : L'image d'en-tête et l'image de Saint Vincent sont de Giovanni Bellini et sont conservées à Venise. Elle fait partie du domaine public en tant qu'œuvre d'art de plus de 200 ans.

Saint Vincent Ferrier, le saint patron de ceux qui veulent savoir qui est le vrai Pape
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Un bel exemple de de foi, de zèle apostolique, mais aussi d'enfermement psychologique.<br /> Ce qu'a vécu St Vincent Ferrier, beaucoup de bons prêtres actuels le vivent aussi, prisonniers d'une illusion et empêchés de regarder le droit canonique tel qu'il est et non tel que les traîtres leur disent qu'il est.<br /> Prions pour que leurs yeux s'ouvrent et qu'ils puissent se rendre à l'évidence.<br /> Prions pour que de plus en plus de messes soient dites "una cum papa Benedicto".<br /> Prions en ce temps de Pâques pour que la Vérité fasse son chemin et qu'elle triomphe enfin.
Répondre