Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par dominicanus

Il arrive qu’une personne qui vit en prison ne puisse demander de l’aide explicitement, elle le fait avec un langage codé, le Ratzinger Code

 

Accade che una persona che vive in prigionia non possa chiedere aiuto esplicitamente, lo fa con un sottotesto, il Codice Ratzinger
Perché l’unico, vero papa, Benedetto XVI, si esprime in “Codice Ratzinger”

Écrit par Andrea Cionci (21/02/2022) - Traduction française autorisée : père Walter Covens

L'un des événements les plus extraordinaires de l'histoire se déroule sous nos yeux, dans l'indifférence quasi-totale des grands médias : personne n'ose aborder le sujet parce qu'il est vraiment "trop gros" et qu'il ferait tomber un système général d'impostures dont de nombreux citoyens ont déjà eu un aperçu. Mais peu importe : nous avons au moins la facilité de vous l'expliquer calmement et précisément, sans que tout le monde s'en mêle.

 

 

Le pape "émérite" est Benoît XVI.

 


Comme nous l'avons déjà illustré dans des articles précédents, il n'y a qu'un seul pape, et c'est Benoît XVI, le pape "émérite" : un statut qui n'existe pas d'un point de vue canonique, mais simplement une qualification qui, parmi les "deux papes" indique le seul qui "a le droit d'occuper cette fonction", du verbe latin "emereo", c'est-à-dire le seul qui "mérite d'être pape". En fait, en 2013, le pape Ratzinger n'a pas du tout abdiqué, mais s'est exilé en "sede impedita", (canon 412), où le pape est formellement prisonnier et n'est pas libre de communiquer. Et comme par hasard, les canonistes de l'Université de Bologne - qui ne nous ont jamais contredit - viennent d'organiser un groupe d'étude sur le pape émérite et le pape empêché.

 

Toute la Magna Quaestio repose sur son renoncement au ministerium, l'exercice pratique du pouvoir, l'une des deux entités par lesquelles, avec le munus (titre papal d'origine divine) en 1983, la fonction papale a été brisée. Si le munus est renoncé simultanément et ratifié, il y a abdication. Si l'on renonce au ministère de manière différée et non ratifiée, comme Benoît XVI l'a fait en 2013, il y a la sede impedita.

 

 

Origine du système anti-usurpation

 


Comme cela a été récemment confirmé avec l'aide de l'un des cinq experts mondiaux en droit dynastique, il s'agit d'un système anti-usurpation emprunté à l'ancien droit princier allemand et inséré dans le Code de droit canonique par le cardinal. Ratzinger en 1983. Ainsi, aujourd'hui, alors que le vrai pape est empêché, nous avons, en fait, un "ministère élargi" avec un pape légitime et un pape illégitime, selon un dessein théologico-eschatologique que nous avons détecté.

 

Pensez-vous que ce sont nos fantasmes ? Pas du tout, car, en plus de divers canonistes, théologiens et latinistes, c'est le pape Benoît lui-même qui confirme précisément cette situation, dans des dizaines et des dizaines de "messages en Ratzinger code". Qu'est-ce que c'est ? C'est un système de communication logique et subtil que le vrai pape utilise dans une myriade de ses discours, livres, interviews, lettres publiques et privées.

 

 

Les "messages en Ratzinger code"

 


Pour comprendre le raisonnement qui sous-tend cette démarche, rappelons un cas rapporté par le Corriere della Sera il y a quelques années. Il y avait une jeune femme qui avait été kidnappée et battue par son ex-petit ami. Alors, pour appeler à l'aide sans être découverte par l'homme, elle a fait semblant de commander deux pizzas chaque fois qu'elle téléphonait, mais au lieu de la pizzeria, elle a appelé les Carabinieri, qui ont rapidement compris qu'il ne s'agissait pas d'une erreur téléphonique : ils ont envoyé une voiture de police et ont arrêté l'énergumène.

 

L'astuce est claire, n'est-ce pas ? Autrement dit, il existe des situations dans lesquelles une personne vivant en captivité ne peut pas demander de l'aide de manière EXPLICITE, mais est obligée de le faire de manière codée, en espérant que ses interlocuteurs soient suffisamment intelligents pour comprendre.

 

En mars déjà, le professeur Carlo Taormina, le juriste le plus célèbre d'Italie, avait fait la déclaration suivante à l'auteur :

 

"Ce qui est frappant, c'est l'ambivalence continue et étudiée, pendant huit ans, attribuée aux déclarations de Ratzinger qui, en substance, semblent toujours répéter la même chose, c'est-à-dire que le pape, c'est lui, Benoît, et personne d'autre". 

 

Plus récemment, le professeur Rocco Quaglia, professeur de psychologie dynamique à l'université de Turin, explique :

 

"Le Dr Cionci a fait un travail très raffiné pour décrypter les écrits et le comportement du pape Benoît ; les interprétations qu'il a fournies donnent un sens à ce qui semble être un manque de logique". 

 

 

Comment interpréter le Ratzinger code

 


Le professeur Quaglia a également signé cette synthèse avec d'autres professionnels estimés :

 

"Les ambiguïtés objectives et étranges du langage de Benoît XVI identifiées comme le "Ratzinger Code", également relevées par d'autres journalistes, voire par des lecteurs, ne sont pas accidentelles et ne sont pas dues à l'âge de l'auteur ou, encore moins, à son impréparation. Il s'agit de messages subtils, mais indubitables, qui ramènent à la situation canonique décrite dans l'enquête. Le pape Benoît communique de manière subtile parce qu'il est empêché et donc incapable de s'exprimer librement.

Le "Ratzinger Code" est sa propre forme de communication logique et indirecte qui utilise des incohérences apparentes qui n'échappent pas à l'œil des personnes entraînées. Ces phrases, "décodées" avec l'analyse approfondie nécessaire des références du Pape à l'histoire, à l'actualité et au droit canonique, cachent un langage codé logique parfaitement identifiable avec des significations précises et sans ambiguïté. À d'autres moments, Benoît XVI opte pour des phrases "amphiboles" - non dénuées d'humour - qui peuvent être interprétées de deux manières différentes.

Ces techniques de communication lui permettent de faire comprendre, "à ceux qui ont des oreilles pour entendre", qu'il est toujours le pape et qu'il est en situation d'empêchement. Par conséquent, quiconque prétend que les messages du Ratzinger Code sont des interprétations fantaisistes n'a pas compris ou nie l'évidence".

 

Antonio Sànchez Sàez, professeur de droit à l'université de Séville ; Gian Matteo Corrias, professeur de matières littéraires et essayiste historico-religieux ; Alessandro Scali, professeur de littérature classique, écrivain et essayiste ; Gianluca Arca, professeur de latin et de grec, philologue, chercheur, essayiste ; Giuseppe Magnarapa, psychiatre, essayiste et écrivain.

 

 

Maintenant, comment reconnaissez-vous ces messages ?

 


Habituellement, le style parfaitement adamantin du Pape Ratzinger devient soudain peu clair : constructions de phrases originales, utilisation de termes inhabituels et apparition, après une réflexion plus approfondie, d'erreurs ou d'incohérences apparentes.

 

Ces "avertissements" révèlent trois types de messages : 1) les amphibologies, c'est-à-dire les phrases qui peuvent être interprétées de deux manières différentes et opposées ; 2) les messages voilés, mais non ambigus, c'est-à-dire les références culturelles précises et révélatrices ; 3) les messages dits "à 0 km", qui sont si simples et intuitifs qu'ils ne nécessitent même pas d'interprétation.

 

Commençons par quelques exemples d'amphibologie : la plus connue est la phrase que Benoît XVI répète depuis huit ans "il n'y a qu'un seul pape", sans jamais expliquer lequel : il s'agit évidemment de lui-même, mais il ne peut pas le dire ouvertement, à cause de l'empêchement du Siège. Ou, plus subtilement, la phrase "J'ai validement renoncé à mon ministère" : les deux entités clés munus et ministerium étant traduites en italien par le même mot "ministero", on ne sait pas si le pape se réfère au ministero-munus, qui entraînerait son abdication, ou au ministero-ministerium, qui l'amène au Siège empêché.

 

Mais c'est ce dernier car dans la Declaratio de 2013, il a seulement renoncé au ministerium. Puisque Benoît XVI a perdu de facto le pouvoir pratique, personne ne peut douter qu'il a librement décidé de se priver du pouvoir pratique (et non d'abdiquer). C'est donc lui seul qui est le pape.

 

2) L'un des messages voilés/non ambigus les plus célèbres est la réponse donnée au journaliste Peter Seewald dans Dernières Conversations (Arthème Fayard:Pluriel, 2016), en référence à sa propre " démission " : "Ce n'est pas si simple. Aucun pape n'a démissionné depuis mille ans et même au premier millénaire, c'était une exception". Étant donné que six papes ont abdiqué au cours du premier millénaire et quatre au cours du second, cette phrase apparaît d'abord à nos yeux comme une grave erreur historique.

 

Mais non : parce que Benoît XVI a renoncé au ministerium, à l'exercice pratique du pouvoir, exactement comme cela s'est produit avec deux papes du premier millénaire, Grégoire V et Benoît VIII, qui ont été chassés par des antipapes puis rétablis sur le trône avec l'aide des empereurs. Le pape nous dit : j'ai renoncé au pouvoir pratique comme ces papes qui n'ont jamais abdiqué, donc je reste pape, et Bergoglio est un antipape.

 

3) Parmi les messages dits "0 km", une phrase toujours contenue dans Dernières Conversations : la question de Seewald : "On imagine que le pape, vicaire du Christ sur Terre, doit avoir une relation particulièrement étroite, intime avec le Seigneur".

 

Réponse du Pape Ratzinger : "Oui, il doit en être ainsi, et ce n'est pas que j'ai l'impression qu'Il est loin. Je peux toujours Lui parler dans mon cœur".

 

Il n'y a rien à comprendre ici : dans sa réponse, le pape assume les prémisses de la question : un parfait "syllogisme rhétorique". Plus immédiat encore est le message contenu dans la lettre de réponse à une dame qui lui avait écrit, envoyée par l'intermédiaire d'un fonctionnaire de la Secrétairerie d'État :

 

"Chère Madame, LE PAPE ÉMÉRITE Benoît XVI a reçu la lettre courtoise du 21 octobre dernier par laquelle vous avez souhaité lui adresser des témoignages d'affection filiale. Reconnaissant les sentiments de dévotion exprimés, le Souverain Pontife vous encourage à tourner votre regard avec une confiance toujours plus grande vers le Père céleste".

 

Vous voyez ? Le pape émérite est le même sujet que le souverain pontife.  

 

Nous sommes conscients que nous illustrons une réalité folle et choquante, mais vous pouvez lire des dizaines et des dizaines d'autres exemples dans l'enquête réorganisée à la fin de cet article, aux chapitres 6 à 14. L'explication canonique est plutôt résumée aux chapitres 1,2,5. ICI

 

Le vrai pape demande de l'aide depuis huit ans, mais la classe intellectuelle traditionaliste - bien que nous ayons été largement incités à réfléchir à l'affaire - n'en a cure et, de fait, l'attaque en le traitant de "moderniste" et, ces derniers temps, même de "gnostique". Pendant ce temps, le clergé allemand, désormais complètement converti à une autre religion moderniste, l'attaque avec une enquête médiatico-judiciaire spécieuse visant à détruire son image.

 

Et donc, tout comme Celui dont il est le Vicaire, le Pape Benoît a été laissé SEUL (à l'exception de don Minutella et de quelques fidèles) dans son Jardin des Oliviers.

Perché l’unico, vero papa, Benedetto XVI, si esprime in “Codice Ratzinger”

Perché l’unico, vero papa, Benedetto XVI, si esprime in “Codice Ratzinger”

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article