Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par dominicanus

Écrit par Andrea Cionci (16/01/2022) - Traduction française autorisée : père Walter Covens

Écrit par Andrea Cionci (16/01/2022) - Traduction française autorisée : père Walter Covens

Quel dommage. Son Excellence Bergoglio, démasqué dans la fausse propagande de la "visite surprise" chez le disquaire, ICI , a tenté hier une manœuvre de couverture qui s'avère, cependant, un "patch" pire que la première gaffe.

 

Appelé en service à cet effet, le vaticaniste Francesco Antonio Grana du Fatto Quotidiano qui a publié hier ICI une véritable bombe émotionnelle-déamicisienne.

 

 

 

 

Ecoutez cette tendre histoire de Libro Cuore : le reporter Javier Martìnez Brocal, celui qui avait pris la photo à la sortie du magasin, a écrit à Bergoglio "en exprimant son mécontentement parce que le Pape est obligé de ne pas pouvoir se promener librement dans les rues de Rome comme il le voudrait parce que chaque fois qu'il le fait, il est photographié et filmé par des caméras". Brocal se justifie toutefois en disant qu'il l'a fait pour nous : "Les bonnes nouvelles comme les sorties surprises du pape parviennent à faire sourire les lecteurs à un moment où l'actualité ne rapporte malheureusement que tant de tragédies". Merci beaucoup, collègue.

 

Ainsi, avec cette correspondance - étrangement rendue publique - Bergoglio peut se justifier en expliquant les détails de l'affaire avec une tragique excusatio non petita :

 

"On ne peut pas nier que ce n'était pas de chance que, après avoir pris toutes les précautions, il y avait à ce moment précis un journaliste qui attendait une personne à la station de taxi à deux pas du magasin de disques".

 

Un journaliste "ordinaire", pas vraiment, comme nous le verrons, mais surtout, où était la malchance si ces sorties à l'improviste ont toujours été un succès médiatique qui fait sourire les lecteurs ?

 

Vaguement assommés par le pic glycémique provoqué par l'article, nous ne reprenons conscience qu'à cause d'un détail vraiment irritant que notre collègue Grana répète avec insistance :

 

"Il n'y aurait probablement pas eu de trace de ce vol papal si Martínez-Brocal ne s'était pas trouvé PAR HASARD devant le magasin au moment même où le Pape partait pour monter dans sa voiture".

 

Ouais ? Eh bien, voyons quelle était la probabilité de cette "chance".

 

Pédagogiquement ancrés dans la pensée logique, nous avons rassemblé des informations et les avons organisées avec l'aide d'un mathématicien*.

 

Donc : il y a environ 200 journalistes accrédités à la salle de presse du Vatican, c'est-à-dire ceux qui vivent à Rome et fréquentent le Vatican. Ils ne sont pas tous vaticanistes, mais soyons généreux.

 

La possibilité que sur les 3 millions de personnes vivant dans la Ville éternelle (avec les touristes), un seul de ces 200 vaticanistes puisse accidentellement rencontrer le "pape François" à Rome est proche de 0,000012%.

 

Combien de temps, au maximum, une personne peut-elle attendre à une station de taxi ? Supposons un retard de 30 minutes.

 

La possibilité qu'un des 200 vaticanistes "romains" mentionnés ci-dessus puisse rencontrer le "Pape François" en l'espace d'une demi-heure, l'intercepter lors d'une visite de 15', sur les 8 heures d'ouverture du magasin, et qu'il puisse être à moins de 10 mètres utiles pour prendre une telle photo, fait chuter les chances d'une rencontre FORTUITE et NON PRÉPARÉE à 0,000000062%.

 

Nous répétons : 0,000000062%.

 

Sans compter que parmi les 200 journalistes généralistes accrédités, Brocal n'est pas un journaliste quelconque, comme le dit Bergoglio, mais un vaticaniste très proche de lui. Le pourcentage est donc encore plus faible. Nous lisons sur LinkedIn :

 

Brocal est directeur de l'agence de presse télévisée ROMA REPORTS, correspondant du Vatican pour les télévisions du Mexique, de Colombie, d'Espagne, et d'autres pays. Il voyage avec le pape François et informe le public sur l'actualité quotidienne du Vatican ; directeur de l'émission hebdomadaire "Le monde vu du Vatican" ; auteur des documentaires "François : le pape du peuple" et d'une biographie sur le pape François, "El Papa de la misericordia" (Planeta, 2015) et "El Vaticano como nunca te lo habían contado" (Planeta, 2018).

 

Par conséquent, nous sommes désolés, mais les mathématiques ne se discutent pas et nous pouvons affirmer sans crainte d'être contredits que BERGOGLIO, à 99,999938%, MENT et A PRÉPARÉ D'UN COMMUN ACCORD avec son vaticaniste-photographe-reporter Javier Martìnez Brocal non seulement le cliché de la fausse visite surprise chez le disquaire, mais aussi, par voie de conséquence, la mise en scène de la correspondance avec la "noble et belle lettre" du journaliste, ce qui revient à offenser davantage l'intelligence du public.

 

Mais voyons maintenant selon quels critères astucieux de psycho-manipulation ce "patch" maladroit est organisé.

 

Dans la correspondance, le récit du "pape de la rue, un peu indiscipliné, un peu rebelle" est d'abord dépoussiéré : "J'ai toujours été une personne de la rue. [...] Sortir dans la rue me manque, je le désire, la tranquillité de marcher dans la rue, ou d'aller dans une pizzeria pour manger une bonne pizza. J'ai toujours été dans la rue".  (Ce clin d'œil gastro-italophile à la pizza revient sans cesse, même dans le film "Les deux papes" ICI : un modeste expédient de la stratégie du consensus). 

 

Ensuite, Bergoglio se moque subtilement de ceux qui soulèvent des objections : "Nous ne devons pas perdre notre sens de l'humour" et, enfin, le sentiment de culpabilité + le poids de l'autorité sont habilement utilisés : Bergoglio, en effet, encourage solennellement le vaticaniste à "accomplir sa vocation de journaliste, même si cela signifie mettre le PAPE en difficulté".

 

Mais en difficulté à cause de quoi, si tous les journaux étaient là pour chanter les louanges du "pape informel, simple, facile à vivre, "un des nôtres", qui se déplace en Fiat 500, qui fait des improvisations" etc. ? ? Ils ne l'ont pas découvert dans un restaurant, il visitait la boutique d'un ami.

 

Les seuls à s'être opposés et à avoir découvert le charabia, c'est nous, ici, sur Cose dell'altro mondo. Est-il possible que Bergoglio ait été choqué par cet humble blog minuscule ?

 

Certainement pas, mais en tout cas nous ne nous sentirions pas coupables d'avoir mis "le pape" en difficulté, puisque l'archevêque Bergoglio n'est pas le pape.

 

En fait, le vrai Saint Père Benoît XVI, en 2013, s'est retiré in SEDE IMPEDITA, et n'avait pas renoncé au trône, comme nous l'avons montré en 60 chapitres d'enquête ICI en bas de l'article.

 

C'est lui, uniquement, qui est Pape. Techniquement, Monseigneur Bergoglio, est un évêque, puisque celui qui devient pape ou antipape perd son statut de cardinal.

 

Comme vous pouvez le constater, dans la lutte entre Logos et Pathos, dont Bergoglio est maître, le Pathos ne gagne jamais. Nous aimerions donc suggérer : pourquoi ne pas en finir ici ? Mais toute l'affaire, pas seulement ce petit et triste épisode. 

 

 

*Le calcul complet des probabilités :

 

Si l'on considère qu'il y a 3 000 000 de personnes à Rome (résidents + touristes), la probabilité que cette photo soit prise par une personne ordinaire (pas un vaticaniste) est de 0,0009 %.

Qu'il s'agisse de l'un des 200 vaticanistes est une probabilité de 0,000012 %.

La zone autour de Bergoglio d'où la photo a pu être prise est définie comme un demi-cercle d'un rayon de 10m (sortie du magasin). Sa surface est donc de 157 m2.

La superficie de la municipalité de Rome est de 1285 km2, soit 1285 000 000 m2.

La probabilité de se trouver dans ce demi-cercle devant le magasin (indépendamment de l'aspect temporel) est donc de 100 X 157/1 285 000 000 = 0,000 012 %.

Si l'on considère que le magasin est ouvert 8 heures par jour, 300 jours par an, cela signifie qu'au cours des 8 années du "pontificat" bergoglien, le magasin a été ouvert au total 38 400 demi-heures.

La probabilité spatio-temporelle qu'un des 200 vaticanistes résidant à Rome se trouve au bon endroit au bon moment est donc de 0,0000062 %.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article