Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par dominicanus

 

 

 

SAINTS OF THE CHURCH OF ROME — SAINT PETER OF ANAGNI

Écrit par fr Alexis Bugnolo (16/12/2022) - Traduction française autorisée : père Walter Covens

 

 

Il y a de nombreux Saints à Rome qui sont inconnus du monde, mais dont les vertus, l'exemple, l'héroïsme et la sainteté brillent dans le Ciel et sur la Terre jusqu'à ce jour. Dans le cadre de la couverture de FromRome.info, je serais donc malvenu de négliger de couvrir la vie de certains d'entre eux, qui sont des exemples importants d'unité pour l'Église catholique.

 

Le premier d'entre eux, je veux parler de Saint Pierre d'Anagni, également connu sous le nom de San Pietro da Salerno (à ne pas confondre avec l'homonyme précepteur et prince lombard, mort en 855 après J.-C., qui usurpa le trône de Salerne à Sico II). On trouve peu de choses en ligne sur ce saint, que ce soit en anglais ou en italien. Je publie donc ici la biographie en ligne la plus complète de ce grand homme, pour le bien des catholiques du monde entier.

 

 

Naissance et jeunesse

 

 

La Vierge trônant entre saint Pierre d'Anani, saint Benoît, les saints Constantin et Hélène, chapelle Gaetani, cathédrale d'Anagni.

 


Pierre était de la maison princière de Salerne, une famille de Lombards qui était venue en Italie au 6ème siècle en tant que conquérants. Au cours des derniers siècles, ils avaient régné sur divers États mineurs du sud de l'Italie, dont le principal était la principauté de Salerne.

 

On ne sait pas exactement de quelle branche de la famille descendait Saint Pierre, ni l'année précise de sa naissance ou le nom de ses parents. Sa biographie se contente de dire que dans sa petite enfance, il est resté orphelin, et qu'il a donc été confié à l'Abbaye des Saints Marie et Saint Benoît, à Salerne, en accord avec la Règle de Saint Benoît, qui, au chapitre 59, prévoyait la subsistance des orphelins de la noblesse.

 

L'abbaye elle-même, fondée en 793 après J.-C. par les princes de Salerne, a été nommée par l'empereur Otto III à la tête de tous les monastères bénédictins de la région en 990. En 1023 A. D., cependant, il fut saisi par les princes lombards Guaiferio, Maione et Maginolfo, neveux de Guiamario IV, qui le gardèrent jusqu'en 1043 A. D., fournissant ainsi un motif solide pour abandonner les orphelins aux soins des moines de retour.

 

 

Au service des papes


C'est à cette période turbulente de l'histoire de l'abbaye que Saint Pierre est connu dans les annales, lorsque quelque temps après 1049 et avant 1062, Saint Hildebrand, en sa qualité de légat du Pape visita le monastère, et prit Pierre dans son entourage. Selon les archives historiques, saint Hildebrand était dans la région en 1059, accompagnant le pape Nicolas II au concile de Melfi (qui s'est tenu du 3 au 25 août), organisé par l'abbé de Monte Cassino et auquel l'abbé des Sainte Marie et de Saint Benoît, à Salerne, aurait sans doute assisté. Cependant, les saints auraient pu se rencontrer en 1050, lorsque le pape saint Léon IX a tenu un synode à Salerne, auquel saint Hildebrand a très probablement assisté.

 

À partir de ce moment, saint Pierre d'Anagni était au service du pape, avec le titre officiel d'aumônier papal, et très probablement en tant que proche collaborateur de saint Hildebrand, qui, dans sa jeunesse, avait étudié à l'abbaye bénédictine de Sainte-Marie, sur l'Aventin, à Rome, sous la direction de l'archevêque Laurent d'Amalfi, une ville située à quelques kilomètres au nord de Salerne, sur la côte.

 

 

Évêque d'Anagni

 

 

Reliquaire en argent et or de Saint Pierre d'Anagni (Musée de la Cathédrale)

 


Ce qui est certain, en revanche, c'est que le pape Alexandre II a nommé saint Pierre évêque d'Anagni en 1062 de notre ère. Cette nomination a eu lieu pendant la rivalité (28 octobre 1061 - 31 mai 1064) du pape Alexandre avec l'antipape Otton II (Pierre Caldalo 1010-1072), au cours de laquelle le vrai pape a cherché à placer des évêques qui lui étaient fidèles dans les sièges épiscopaux vides de la province romaine.

 

Saint Pierre devait donc être un collaborateur de confiance du pape et un homme au caractère bien trempé, dont on pouvait être sûr qu'il ne céderait pas aux menaces et aux pots-de-vin - des vertus rares dans les nombreux tumultes et controverses du 11ème siècle.

 

Environ dix ans après sa consécration en tant qu'évêque, le Pontife romain l'envoie en mission diplomatique auprès de l'empereur romain, Michel VII Doukas (1er octobre 1071- au 31 mars 1078 A. D.). Le motif formel de cette mission semble être suggéré par les circonstances historiques, dans lesquelles la papauté, ayant conclu une forte alliance avec les Normands dans le sud de l'Italie, a trouvé nécessaire d'envoyer quelqu'un de la maison princière des Lombards de Salerne, les rivaux des Normands, en tant que légat papal à Constantinople ; et matériellement, dans le fait que le récent schisme de 1054 après J.-C., exige que la papauté envoie quelqu'un qui parle le grec et qui peut traiter avec compétence des questions théologiques et juridiques. L'occasion de la mission semble toutefois liée au rôle central joué par l'abbé de Monte Casino dans la négociation du mariage d'Olipiade (Hélène), fille de Robert le Guiscard, avec le fils de l'empereur Michel VII, Constantino Profirogenito, qui a permis de faire la paix entre les Normands et les Grecs. Leur mariage a eu lieu en 1074.

 

Au cours de cette mission "pro concordia fidei", les biographes de saint Pierre d'Anagni affirment qu'il a eu une vision céleste de la Vierge, qui lui a dit de demander l'intercession de saint Magnus, le saint patron d'Anagni, pour guérir l'empereur de sa maladie chronique et mortelle ; ce que saint Pierre s'est empressé de faire, probablement avec l'application d'une relique du saint. En remerciement, l'empereur grec fit au Saint de riches présents qu'il utilisa pour embellir la reconstruction de la cathédrale d'Anagni, un travail impressionnant qui mérita au Saint d'être représenté pendant de longues années par la suite avec une cathédrale dans sa main droite.

 

 

Saint Pierre reconstruit la cathédrale de Notre-Dame, à Anagni

 

Autel de la Sainte Vierge avec 2 saints arméniens, Crypte de Saint Magnus, Cathédrale d'Anagni

 


L'œuvre la plus durable de saint Pierre sur terre est la reconstruction de la cathédrale d'Anagni, commencée en 1072-74 après Jésus-Christ. Lorsqu'il arriva dans le diocèse, l'église était en complète ruine. Il la reconstruisit sur le point le plus élevé de la ville, en style roman et l'orna des plus beaux sols en mosaïque incrustés, qui existent encore aujourd'hui. La construction commença par la Crypte dédiée aux restes nouvellement redécouverts de Saint Magnus en 1068, toutes deux ne furent achevées qu'en 1104, bien qu'au cours des décennies et siècles suivants, divers travaux mineurs furent entrepris.

 

La Crypte de Saint Magnus, qui abrita les restes mortels, également de Saint Pierre, fut appelée la "Chapelle Sixtine du Moyen-âge" en raison de ses merveilleuses peintures à fresque d'inspiration biblique sur tous les murs et plafonds, parmi lesquelles une série dédiée à la vie et au martyre de Saint Magnus.

 

Ce travail de restauration a été véritablement inspiré de Dieu, comme en témoigne le rôle important que cette cathédrale allait jouer dans l'histoire de l'Église au cours des générations suivantes. En elle furent canonisés Saint Bernard de Clairvaux, Saint Clair d'Assise, Saint Edouard II Roi et Confesseur et Saint Pierre l'Hermite. Ici, le pape Alexandre III a excommunié l'antipape Victor IV ainsi que l'empereur Hohenstaufen Frédéric Barberousse, le 24 mars 1160 A. D.. Ici, le pape Grégoire IX a imposé l'excommunication à Frédéric II et l'a réconcilié avec l'Église le 1er septembre 1230 après JC.  Ici, les Cardinaux ont élu le Pape Boniface VIII, après la renonciation à la papauté par Saint Célestin V. Ici, Boniface a promulgué la Bulle Unam Sanctam. Ici, les adhérents de la famille de Colonna, au service du roi de France, giflent le pape Boniface, avec une telle force, qu'il meurt du traumatisme un mois plus tard.

 

 

Saint Pierre réforme le diocèse d'Anagni

 

Fresque de Saint Pierre d'Anagni, tenant la Cathédrale d'Anagni dans sa main droite, avec Sainte Oliva, patronne du Diocèse, du Narthex de la Cathédrale, Anagni

 


Notre Saint, cependant, devint célèbre en tant qu'adhérent zélé de la réforme grégorienne que le Pape Saint Grégoire VII (Hildebrand), son patron, allait mener du 23 avril 1073 jusqu'à sa mort le 25 mai 1085 après J.-C., dans l'un des pontificats les plus stupéfiants de toute l'histoire de l'Église romaine, qui mit le Pape en conflit ecclésiastique et civil avec les principales règles de son temps, et qu'il poursuivit par de nombreux conciles, synodes, excommunications et guerres.

 

La réforme grégorienne consistait à éradiquer la simonie, le concubinage et la vie dissolue parmi le clergé et les religieux de l'Église, à défendre les droits de l'Église sur ses propriétés et ses biens, et à insister pour que les supérieurs ecclésiastiques soient nommés et désignés uniquement par l'Église. Ce dernier conflit, appelé Controverse de l'Investiture, mettait le pape et ses fidèles partisans aux prises avec le clergé laxiste et mondain de son époque, qui voulait collaborer pleinement avec les pouvoirs civils au détriment des institutions de l'Église et de la damnation des âmes.

 

Saint Pierre mit cette réforme en pratique dans le diocèse d'Anagni en réformant le clergé, en reprenant le contrôle des champs, des vignobles, des vergers et des territoires, qui appartenaient à l'Église, mais qui, par une longue négligence, étaient passés sous le contrôle de facto de laïcs, de princes et de clercs individuels. En cela, il était un proche partisan de Saint Bruno de Segni (1045-1123 après J.-C.), dont le zèle à cet égard était si fort qu'il réprimanda publiquement le pape Pascal II pour avoir concédé un privilège à l'empereur d'Allemagne, et le força à se rétracter au premier concile du Latran de 1116, où après la rétractation, Saint Bruno se leva et dit : "Je remercie Dieu que mon seigneur et pape ait abjuré son hérésie !".

 

 

Saint Pierre lors de la première croisade

 

Le Christ et ses apôtres, Crypte de Saint Magnus, Cathédrale d'Anagni.

 


À la fin de sa vie, saint Pierre a participé à la première croisade avec Bohémond d'Altavilla (m. 1111). Le bienheureux pape Urbain II, lors du concile de Clermont en 1095, avait invité les évêques de toute la chrétienté à accompagner les croisés comme aumôniers et conseillers militaires. Saint Bruno, l'ami intime de Pierre, avait déjà fait preuve de zèle en accompagnant le Bienheureux Urbain II en France et en revenant, afin de promouvoir la première croisade et de mettre sur pied une armée pour délivrer Rome des griffes de l'antipape Clément III, un exploit accompli en 1097 par l'un des contingents français de la croisade sous le commandement du comte Hugues de Vermandois, frère du roi capétien de France, Philippe Ier. Comme Philippe, Hugues était le fils d'Anne de Kiev (1033-1075 A. D.), qui avait épousé son père, Henri Ier.

 

C'est alors, alors que des groupes de croisés filtrent leur chemin le long de la péninsule italienne, que Bohémond d'Altavilla, prend note de leur sainte quête et se joint à eux en levant 35 500 soldats. C'est cette armée que Saint Pierre d'Anagni a rejoint, en tant qu'aumônier et gardien. Il resta en Terre Sainte jusqu'en 1102, sans que l'on sache exactement s'il rejoignit Bohémond en 1097 lors de son départ, ou en 1099 après qu'il soit devenu prince d'Antioche.

 

Bohémond était de loin le général militaire le plus compétent de son époque, et son rôle dans la Première Croisade a été essentiel à sa victoire. Ayant eu une longue expérience de la lutte contre les empereurs grecs pour le contrôle du sud de l'Italie et de la Grèce occidentale, il avait une connaissance approfondie des terres d'Orient et des méthodes de combat dans ces régions lointaines. En tant que tel, il était l'un des rares chefs principaux à refuser de prêter serment de fidélité à l'empereur grec et c'est sous sa direction qu'il a mené l'attaque d'Antioche ainsi que sa défense réussie contre une armée de Turcs beaucoup plus nombreuse qui était venue en soulager le siège. En conséquence, il se proclame Prince d'Antioche et est confirmé dans cette fonction par le légat papal. Bohémond a ouvert la voie dans les relations avec les chrétiens d'Orient en épousant une princesse arménienne.

 

Saint Pierre aurait accompagné Bohémond à Jérusalem, pour le Noël de 1099 A. D., où ce dernier a accompli ses vœux de croisé pour se rendre à Jérusalem (il n'avait pas participé à son siège et à sa prise) et a assisté avec Pierre à la consécration du patriarche latin de Jérusalem, Dagobert de Pise. Arrivé le 21 décembre, Bohémond conteste immédiatement l'élection non canonique d'Arnulf de Chocques, et procède à sa déposition après Noël. Il promut ensuite Dagobert au siège de Jérusalem, avec l'accord de tous les princes croisés. Saint Pierre fut ensuite témoin de l'investissement de Godefroid duc de Bouillon avec le titre de Protecteur du Saint Sépulcre et de Bohémond d'Altavilla comme Prince d'Antioche. Après que les affaires soient devenues encore plus controversées dans les États croisés, saint Pierre d'Anagni est retourné dans son diocèse vers 1102.

 

 

La mort et la glorification de saint Pierre


Saint Pierre a quitté cette vie le 3 août 1104 de notre ère. Alors qu'il le faisait, Saint Bruno de Segni, du haut de sa montagne, voyant de l'autre côté de la vallée, vit une lumière splendide illuminer la ville d'Anagni. Comprenant sa signification, il se précipita dans la ville et présida les funérailles de Saint Pierre. Immédiatement, de nombreux miracles s'accomplirent en présence de ses reliques et à son intercession, provoquant un tel émerveillement parmi les catholiques de la Province romaine, que le pape Pascal II, le 4 juin 1109 après J.-C., décréta sa canonisation dans la bulle Dominum Excelsum et autorisa son culte public. Saint Bruno a lui-même rédigé la postulatio et présidé la cérémonie de canonisation en tant que légat du pape. Les reliques de saint Pierre furent transférées par son successeur l'évêque Pierre II, dans la crypte même de saint Magnus qu'il avait fait construire de son vivant. La cathédrale a ensuite reçu l'honneur d'être consacrée par le pape Alexandre III en 1179 après J.-C., à l'occasion du 75ème anniversaire de la mort du saint.

 

 

CRÉDITS : Toutes les photographies sont copyright FromRome.Info 2022.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article