Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par dominicanus

 

Sede impedita “for dummies”: il grano di Benedetto XVI e il loglio di Bergoglio

Écrit par Andrea Cionci (21/11/2022) - Traduction française autorisée : père Walter Covens

 

"Le Ratzinger code avec lequel Benoît XVI explique le Siège empêché, n'est destiné qu'à "ceux qui ont des oreilles pour entendre". Il s'agit d'un mécanisme ingénieux de purification progressive de l'Église, d'AUTO-SÉPARATION DU BON GRAIN ET DE LA ZIZANIE".

 

 

Même sans avoir lu - ou compris - 'Codice Ratzinger' (éd. Byoblu), il y a, à l'heure actuelle, plusieurs personnages qui, de manière plus ou moins directe, attaquent l'auteur. C'est pourquoi les insultes personnelles, les considérations dévalorisantes, les airs de supériorité caricaturale et le mutisme tétragone de la part de ces pseudo-catho-traditionalistes qui sont inextricablement liés à l'Église actuelle, et qui se gardent bien d'entrer dans le fond de ce tabou très inconfortable, abondent.

 

Certains sont même allés jusqu'à nous qualifier de "donatistes", des hérétiques du 4ème-5ème siècle qui considéraient comme nuls et non avenus les sacrements administrés par des prêtres pécheurs, alors que la Magna Quaestio, tout le monde le sait, est une question exquisément canonique et non théologique. L'approche de l'enquête est donc entièrement laïque : Bergoglio n'est pas le pape, non pas parce qu'il est un hérétique, un pécheur, un apostat ou quoi que ce soit de ce genre, mais parce que Benoît XVI n'a pas abdiqué.

 

Nous ne pouvons que constater les grandes difficultés qui persistent (dans certains cas parce qu'ils sont de mauvaise foi) à comprendre la question nodale, essentielle et fondamentale du SIÈGE EMPÊCHÉ.

 

De quoi s'agit-il ? Le Canon 335 l'explique "pour les nuls" :

"Quand le siège de Rome devient vacant ou TOTALEMENT EMPÊCHÉ, rien ne doit être innové dans le gouvernement de l’Église tout entière ...".  

 

Qu'est-ce qu'un siège empêché ? Canon 412 :

"Le siège épiscopal est dit empêché quand, par suite de captivité, de relégation, d’exil ou d’incapacité, l’Évêque diocésain est dans l’impossibilité totale d’exercer sa fonction (MUNUS) pastorale dans le diocèse de sorte qu’il ne peut pas communiquer même par lettre avec ses diocésains.

(...Episcopus dioecesanus plane a munere pastorali in dioecesi procurando praepediatur,...).

 

Comme vous pouvez le constater, nous parlons de l'empêchement de l'EXERCICE du Munus qui est le titre, l'investiture de pape, d'origine divine, comme le confirme la Constitution Universi Dominici Gregis de Jean-Paul II : Art. 53 -

"...quiconque d'entre nous sera, par DISPOSITION DIVINE, élu Pontife Romain, s'engagera à EXERCER fidèlement le MUNUS Petrinum de Pasteur de l'Eglise universelle...".  

 

Est-ce clair ? Si le Pape ne peut pas EXERCER le Munus, il est dans un siège empêché. L'exercice du Munus s'appelle Ministerium, et il PROVIENT, dépend du Munus. In sede impedita le pape est prisonnier, mais il reste pape, car il CONSERVE le Munus, le titre papal, même s'il est empêché de l'exercer, s'il est donc privé de Ministerium.

 

En fait, pour l'abdication, le Canon 332.2 exige la RENONCIATION AU MUNUS lui-même, le titre, PAS À SON EXERCICE, le Ministerium, qui, par conséquent, devient automatiquement caduc. Lire ici :

"S’il arrive que le Pontife Romain renonce à sa charge (Munus), il est requis pour la validité que la renonciation soit faite librement...". (Si contingat ut Romanus Pontifex MUNERI suo renuntiet...).

 

En deux mots : si le pape n'a plus le Munus, tout va bien : il n'est plus pape, il a abdiqué, il perd aussi le ministerium et le Siège est vacant.

 

En revanche, si le pape n'a plus le ministerium, mais conserve le Munus, il est prisonnier, le Siège est empêché, et le pape RESTE PAPE À TOUTES FINS. Vous suivez jusqu'à présent ?

 

Et le pape Benoît XVI a fait quoi ? A-t-il renoncé aux MUNUS ? NON, NON et encore NON.

Il a seulement renoncé au MINISTERIUM, c'est-à-dire à l'EXERCICE DU MUNUS. Donc, IL EST EMPÊCHÉ, donc il est resté le SEUL PAPE VIVANT.

Maintenant, si le pape n'est pas abdicataire, mais empêché, et qu'un conclave est convoqué, il est illégal et un ANTIPAPE est élu, un pape illégitime.

 

C'est pourquoi Mgr Gänswein, dans son célèbre discours sur le "ministère élargi", a déclaré :

"Il n'y a qu'un seul pape légitime, mais deux successeurs vivants de saint Pierre. Il existe un ministère élargi avec un membre actif et un membre contemplatif".

 

C'EST LOGIQUE : le pape empêché, Benoît XVI, est le pape légitime captif, qui conserve le Munus, et est le membre CONTEMPLATIF du ministère élargi puisqu'il n'a pas le ministerium. Il est donc défini comme l'"émérite", celui "qui mérite, qui a le droit" d'être pape, même s'il n'exerce pas le pouvoir.

 

Le pape régnant, Bergoglio, par contre, est le membre ACTIF, mais il est le successeur illégitime, l'anti-pape.

le Siège de Rome, le Siège de saint Pierre, sera vacant 

Alors pourquoi Benoît XVI a-t-il écrit dans la Declaratio que le "Siège de Rome, le Siège de Saint Pierre sera vacant" ? Attention : il s'agit de la traduction française du latin, mais en latin (le seul texte qui fait foi) le verbe "vacet" est correctement traduit par "vide, vacant libre". En fait, le 28 février 2013 à 17h00, le Pape Benoît prend l'hélicoptère et laisse le Siège physiquement VIDE, vacant, car EMPÊCHÉ.

 

La Declaratio ressemble à une abdication lorsqu'elle est lue en français et en d'autres langues vernaculaires, car Munus et Ministerium sont tous deux traduits par le même mot "ministerio" (ministry, ministerio, ministére...). MAIS C'EST UNE ERREUR.

 

En fait, lorsque Benoît XVI dit qu'il a "renoncé validement à son ministère", il fait référence au ministère-Ministerium et non au ministère-Munus. C'est pourquoi Benoît dit qu'il a écrit la Declaratio en latin pour ne pas commettre d'erreur (celle d'abdiquer) : car ce n'est qu'en latin qu'il existe une distinction entre Munus et Ministerium. (NDT : ou, plutôt, que cette distinction est bien rendue).

 

C'est ainsi qu'émerge un ingénieux plan anti-usurpation, une retraite stratégique (voir Ticonio ICI) par laquelle le Pape Benoît, afin de défendre l'Église de ceux qui voulaient en faire le sponsor du mondialisme maçonnique, a APPAREMMENT laissé le Siège VACANT à ses ennemis de la Mafia de Saint-Gall, alors qu'il leur a laissé le Siège EMPÊCHÉ. Ceux-là, dévorés par la soif de pouvoir, ont gobé le renoncement au ministère-ministerium et s'y sont étouffés : l'anti-papauté de Bergoglio devra être annulée. Fin : destruction eschatologique des ennemis du Christ et purification de l'Église (au moins sur le plan spirituel).

 

C'est aussi pourquoi sur les 7,5 milliards de personnes dans le monde, les seuls qui, POUR L'INSTANT, ne peuvent pas parler librement du Siège empêché sont le Saint-Père Benoît XVI, le pape empêché qui, non par hasard, conserve sa soutane blanche et son nom pontifical, et son fidèle secrétaire Monseigneur Gänswein.


Il est donc tout à fait inutile de continuer à exhorter le pape Benoît ou l'archevêque Gänswein à se prononcer explicitement sur le Siège empêché, puisqu'ils sont eux-mêmes empêchés.

 

C'est comme continuer à téléphoner à une personne kidnappée pour savoir où elle se trouve : elle ne répond pas, qui sait pourquoi ? Le pape et son secrétaire se sont déjà donné beaucoup de mal pour expliquer ce qu'ils peuvent, citant même le livre de Jérémie ICI où il est dit : "JE SUIS EMPÊCHÉ".  

 

Il faut donc, le cas échéant, inciter les cardinaux et les évêques à ouvrir un SYNODE PROVINCIAL pour délibérer sur l'évêque de Rome empêché.  L'un de ceux qui pourraient le faire est Mgr Viganò, mais l'archevêque semble avoir d'autres projets ICI qu'aucun de ses collaborateurs n'a, jusqu'à présent, démentis.

 

Sinon, seul un autre facteur peut libérer le Pape Benoît du Siège entravé. Alors, il y aura une clarté ultime.

 

En attendant, il y a un aspect théologique à ne pas sous-estimer. "Vous pouvez croire ou ne pas croire", dit le pape Benoît. La question canonique est objective, aussi complexe soit-elle, nous l'avons illustrée ad usum pour un garçon de 14 ans, mais TOUTE PERSONNE QUI NE VEUT PAS LA COMPRENDRE ne le fera pas, prétextant un mal de tête, un dégoût pour les "ennuyeuses questions d'ingénierie canonique", ou insultant l'auteur. Ils s'opposeront à des détails secondaires tels que "Mais alors, pourquoi Benoît a t-il appelé François 'Saint-Père' ?". Une fois l'explication reçue, ils diront qu'il s'agit de "conspirations, d'affabulations", oubliant la réalité objective canonique expliquée juste avant. Des systèmes défensifs qui leur permettent de continuer à faire défection, prospérant soit dans la confortable "voie large" bergoglienne, soit dans la professionnalisation de l'attaque du "pape François".

 

D'où la sélection opérée de main de maître par le Ratzinger code : les centaines de messages subtilement logiques, ou amphibologiques, du pape Benoît, avec lesquels il explique le Siège empêché, ne sont destinés qu'à "ceux qui ont des oreilles pour entendre". Il s'agit d'un mécanisme ingénieux de purification progressive de l'Église, d'AUTO-SÉPARATION DU BON GRAIN ET DE LA ZIZANIE : les sceptiques obstinés, les ignorants têtus, les francs-maçons, les modernistes, les anti-logistes, les haineux, les ironistes méprisants, les compromis avec le pouvoir, les corrompus, les traîtres, les avides d'argent, les sédévacantistes, ceux qui ont des intérêts matériels, les paralytiques mentaux, les escrocs, les personnes sans confiance dans le Christ et son Vicaire, tous resteront à la porte, tout en assumant, entre-temps, une responsabilité historique redoutable.

 

En fait, puisque Bergoglio n'est pas le pape légitime, il a nommé une pléthore de cardinaux illégitimes qui, s'ils vont au prochain conclave, éliront un AUTRE ANTI-PAPE. C'est pourquoi celui qui fait semblant de ne pas comprendre, qui joue les gnons à propos du Siège empêché, qui offense les "fous" qui proclament cette vérité, qui s'enferme dans un mutisme dédaigneux, qui traite Ratzinger de "moderniste", prépare le prochain antipape, C'est donc la FIN DE L'ÉGLISE CANONIQUE VISIBLE, forçant la vraie Église à sortir de la "synagogue", préparant les catacombes et les temps clandestins pour le catholicisme, qui devra renaître, purifié, mais en dehors du Siège. Adieu Vatican, chapelle Sixtine, églises, palais, trésors, biens meubles et immeubles : adieu tout. Il recommencera à partir de chiffons. Et vous saurez qui remercier.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article