Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par dominicanus

 

Andrea Cionci
La merlettaia filosofa racconta: l'arte del tombolo fra storia, arte, medicina e moda

Écrit par Andrea Cionci (07/08/2022) - Traduction française autorisée: père Walter Covens

 


L'expression "faire dans la dentelle" fait souvent allusion à quelque chose de superflu et de démodé, mais quand on dit "c'est de la dentelle", on parle aussi de ce qui est précieux, admirable et très raffiné. On sait donc peu de choses sur cet extraordinaire "art appliqué", métaphore de la création du monde et des synapses du cerveau humain. Nous avons donc demandé des explications à Camilla Bertrand, une "dentellière philosophe" originaire de Rome, diplômée avec mention en esthétique à "La Sapienza", qui a passé plusieurs années comme assistante en pédagogie de l'étude jusqu'à ce qu'elle reçoive un coup de foudre sur la voie du "tombolo". Elle était une jeune fille lorsque, lors d'un voyage dans les Abruzzes, elle a été enchantée par le bruit hypnotique des "fuselli" (fuseaux) et les mains très rapides des dentellières : dès la première épingle qu'elle a posée sur le "tombolo", le coussin sur lequel les fils sont tissés, elle a su qu'elle ne s'arrêterait jamais, si bien qu'aujourd'hui elle est professeur de dentelle à l'école historique des arts ornementaux de Rome.

 

D. Docteur, y a-t-il un lien entre la philosophie et la dentelle ?

R. L'étude de la dentelle est comme un entonnoir à l'envers, il commence par être étroit et puis soudain un monde s'ouvre. La plus grande leçon que m'a donnée la philosophie est de demander le pourquoi des choses, de revenir aux principes, et j'ai essayé d'appliquer cette habitude de pensée à la dentelle aux fuseaux et à l'étude de son histoire.

 

D. Peut-on parler d'un art italien ?

R. Probablement : dans le livre Nüw Modelbuch publié à Zurich entre 1561 et 1562, on lit : "La dentelle a été introduite en 1536 par des marchands d'Italie et de Venise", mais dès 1455, Mantegna a peint, dans la Présentation au Temple, un détail de la robe du prêtre qui semble être un point de dentelle aux fuseaux typique. Dans toute l'Europe, la demande toujours croissante de ce produit très précieux et élégant a donné naissance partout à des écoles professionnelles et à une véritable "industrie de la dentelle", un système très complexe qui comprenait la conception de modèles (également par de grands artistes), l'exécution de pièces d'une beauté raffinée et la distribution/vente.

 

D. Non seulement l'art, mais même la médecine... ?

R. La dentelle au fuseau est différente des autres activités manuelles car vous utilisez la main droite et la main gauche sans distinction : cela vous permet de mettre en relation les deux hémisphères cérébraux. Au début du 20e siècle, certains médecins anglais avaient compris le potentiel curatif de la dentelle aux fuseaux et, pendant la Grande Guerre, l'ont introduite dans l'hôpital militaire d'Endell Street pour réhabiliter les soldats blessés, mais elle a également été utilisée pour la rééducation en cas d'accident vasculaire cérébral, permettant de récupérer la mobilité des mains.

 

D. Une thérapie pour le corps, mais aussi pour l'esprit ?

R. La dentelle aux fuseaux soigne également l'âme : j'ai entendu parler de nombreuses femmes dont la vie a été sauvée par la dentelle aux fuseaux, les aidant à surmonter la dépression et le deuil.

 

D. Pourtant, Bergoglio a stigmatisé l'utilisation liturgique de la "dentelle de grand-mère"...

R. Un lapsus : entre le 17e et le 18e siècle, Rome et la papauté ont donné une grande impulsion au commerce de la dentelle, comme en témoignent les nombreux échantillons de démonstration que les marchands de Flandre ont envoyés au pape. La dentelle a toujours joué un rôle de premier plan dans l'Église, en tant qu'ornementation des vêtements liturgiques et linge d'autel.

 

D. Mais, à la fin, quelqu'un a-t-il jamais demandé qui était cette "grand-mère" ?

R. Il y a des grands-mères qui ont demandé dans leur testament de brûler tous leurs dessins parce qu'ils étaient si précieux : avec un beau "dessin", vous pouviez vendre un morceau de dentelle et nourrir vos enfants, mais pas avec un dessin laid. Les grands-mères de la dentelle sont toutes ces femmes qui ont fréquenté les écoles professionnelles féminines, étudiant l'italien, le français, la calligraphie, le dessin ornemental et géométrique appliqué à la couture et à la dentelle : les premières grandes ouvrières. J'ai moi-même trouvé un emploi pour enseigner la dentelle et je mène un projet pour l'introduire également auprès des petites filles.


D. On dit cependant que la dentelle est tombée en désuétude, mais est-ce vrai ?

R. La mode utilise beaucoup la dentelle, mais il s'agit d'un travail industriel et peu coûteux. Nous sommes plus riches que nos arrière-grands-parents, mais les objets dont nous nous entourons sont de plus en plus pauvres, sans identité, standardisés. Récemment, de grands stylistes tels que Christian Dior et Manolo Blahnik ont tenté de donner un nouvel élan à la production manuelle de dentelle : vêtements, bijoux, design, éléments d'ameublement sont autant de domaines où la dentelle peut être utilisée avec de grands résultats esthétiques. Et la beauté n'est réelle que si elle est partagée.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article