Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par dominicanus

Louis Lurton m'a fait parvenir sa traduction d'un article de E. Pentin, vaticaniste des États-Unis, à propos de la campagne de dénigrement de Benoît XVI qui souligne les soutiens fidèles sur lesquels le Pape peut toujours compter. 

 

N'oublions pas que cette campagne n'est qu'une manœuvre de diversion de la question épineuse de l'implication de Mgr Bergoglio dans les cas de pédophilie en Argentine ICI, ainsi qu'une tentative de manipulation de l'opinion en vue de la fin prochaine de l'actuel usurpateur du Trône de St Pierre et donc, de l'imminence d'un nouveau conclave de l'anti-Église.

 

Et prions pour qu'E. Pentin compte bientôt parmi ceux qui ne participent plus à la conspiration du silence à propos de la Magna Quæstio.

 

***

 

Le « Schülerkreis » prend la défense de Benoît XVI
 

Certains ont critiqué Benoît XVI suite à la publication d'un rapport qui examine la période où il a été archevêque de Munich-Freising, mais d'autres se sont ralliés à sa défense.

Le cardinal Joseph Ratzinger, alors archevêque de Munich-Freising, participe à la 85e édition du Katholikentag à Fribourg, en Allemagne, le 13 septembre 1978. (photo : AFP / AFP via Getty Images)

Le cardinal Joseph Ratzinger, alors archevêque de Munich-Freising, participe à la 85e édition du Katholikentag à Fribourg, en Allemagne, le 13 septembre 1978. (photo : AFP / AFP via Getty Images)

 

Edward Pentin  Blogs February 2, 2022
https://www.ncregister.com/blog/schuelerkreis-defends-benedict-xvi

Traduction française : Louis Lurton

ROME - De nouveaux et d'anciens membres du "Schülerkreis" de Benoît XVI - un groupe de discussion théologique fondé en 1978 par l'archevêque Joseph Ratzinger pour ses anciens étudiants - ont pris la défense du pape émérite à la suite d'un récent rapport qui lui reproche sa gestion des cas d'abus lorsqu'il était archevêque de Munich et Freising de 1977 à 1982.

 

Les membres ont noté dans une déclaration du 31 janvier que depuis la publication, le 20 janvier, du rapport d'un cabinet d'avocats de Munich sur la gestion des cas d'abus dans l'archidiocèse du sud de l'Allemagne entre 1949 et 2019, "beaucoup ont fortement critiqué" l'ancien pape "et l'ont même accusé de mentir".

 

"Cela discrédite non seulement sa personne et sa fonction", écrivent les universitaires, "mais aussi son travail de prêtre et ses grandes réalisations théologiques."

 

"Le Neuer Schülerkreis Joseph Ratzinger/Pape Benoît XVI, dont les membres s'inspirent dans leurs propres écrits de ses travaux théologiques et veulent poursuivre cet héritage, tient à exprimer sa solidarité avec son homonyme également dans cette situation difficile", ont-ils écrit.

 

Le rapport tant attendu critique la façon dont le pape allemand à la retraite a traité quatre cas lorsqu'il était en charge de l'archidiocèse du sud de l'Allemagne, ainsi que le traitement des cas d'abus par ses successeurs, le cardinal Friedrich Wetter et le cardinal Reinhard Marx, qui, selon le rapport, ont traité respectivement 21 et deux cas.

 

Benoît XVI, qui nie fermement les allégations de dissimulation, a envoyé 82 pages d'observations aux enquêteurs chargés de rédiger le rapport. Quatre jours après la publication du rapport, il a présenté ses excuses pour avoir déclaré par erreur qu'il n'avait pas assisté à une réunion contestée en 1980, alors qu'il était archevêque de Munich et Freising.

 

L'ancien pape avait initialement déclaré aux enquêteurs qu'il n'était pas présent à une réunion des responsables de l'archidiocèse le 15 janvier 1980, qui concernait le traitement d'un cas d'abus. Son secrétaire personnel, l'archevêque Georg Gänswein, a déclaré que l'erreur était due à "l'édition de sa déclaration", qu'elle n'était "pas due à la mauvaise foi" et qu'il expliquerait comment elle s'est produite dans une prochaine déclaration.

 

Dans leur déclaration du 31 janvier, signée par trois membres du "Schülerkreis" original et deux membres du conseil d'administration du "Neuer Schülerkreis" que Benoît XVI a fondé en 2008, les universitaires ont attiré l'attention sur les réalisations de Benoît XVI dans la lutte contre les abus sexuels commis par le clergé, à la fois en tant que pape et en tant que cardinal préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi.

 

En tant que préfet, écrivent-ils, il a entrepris "de combattre et de faire face aux abus dans l'Église et a fait adopter de nouvelles mesures décisives, qu'il a développées davantage en tant que pape".

 

"Ce faisant, il a cherché à plusieurs reprises, et avec une grande sensibilité, à rencontrer les personnes touchées par les abus, en particulier lors de ses voyages à l'étranger, et n'a laissé aucun doute sur la honte qu'il éprouve face aux crimes commis dans l'Église catholique", ont-ils ajouté.

 

Les signataires de la déclaration, parmi lesquels le père Vincent Twomey, missionnaire irlandais du Verbe Divin, l'un des premiers étudiants du "Schülerkreis" du professeur Ratzinger, ont recommandé à ceux qui souhaitaient en savoir plus sur l'approche du pape émérite face à la crise des abus de lire la "lettre sensible de Benoît XVI aux catholiques d'Irlande du 19 mars 2010". "Ils ont également recommandé la lecture d'un dossier en langue allemande qui résume son plaidoyer contre les abus, compilé par la branche caritative du journal catholique allemand Die Tagespost, ainsi que d'autres références trouvées sur le site web Neuer Schülerkreis.

 

"Lors de nos rencontres personnelles avec Joseph Ratzinger/Pape Benoît XVI, nous avons pu constater à maintes reprises à quel point il est resté fidèle à la devise qu'il a choisie, 'collaborateur de la vérité', dans toutes ses actions", ont-ils ajouté. "Pour cela, nous lui sommes reconnaissants".

 

Depuis 2008, le groupe d'anciens élèves de Joseph Ratzinger se réunit chaque année à la fin de l'été dans la traditionnelle résidence d'été du pape à Castel Gandolfo, près de Rome. De plus jeunes théologiens qui souhaitaient explorer sa théologie et se sentaient connectés à sa spiritualité y ont également participé. En 2017, le "Neuer Schülerkreis Joseph Ratzinger/Papst Benedikt XVI" est devenu une association enregistrée à la demande de Benoît XVI.

 

 

Autres réactions

 

Bien qu'un certain nombre de critiques, y compris des prélats allemands et le président de la conférence épiscopale du pays, aient critiqué Benoît XVI suite à la publication du rapport, d'autres se sont ralliés à la défense de Benoît XVI.

 

Parmi eux, Andrea Tornielli, directeur éditorial du Dicastère pour la communication du Vatican, qui, comme les membres du "Schülerkreis", a également souligné "les normes très sévères contre les abuseurs cléricaux, les lois spéciales pour combattre la pédophilie" que Benoît XVI avait mises en place, ainsi que sa sensibilité lors des rencontres avec les victimes d'abus.

 

"Les reconstructions contenues dans le rapport de Munich, qui - il faut le rappeler - n'est pas une enquête judiciaire ni une sentence finale, aideront à combattre la pédophilie dans l'Eglise si elles ne sont pas réduites à la recherche de boucs émissaires faciles et de jugements sommaires", a écrit Tornielli.

 

Le cardinal Gerhard Müller, préfet émérite de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, a déclaré qu'il était "carrément grotesque" de laisser entendre que Benoît XVI mentait en lui attribuant un "événement unique 42 ans plus tard, l'une des centaines de réunions auxquelles il a pu ou non participer".

 

S'exprimant sur le site catholique autrichien Kath.net le 1er février, le cardinal allemand a fait remarquer que ceux qui se sont moqués du cardinal Ratzinger en le qualifiant de "Panzerkardinal" pour sa ténacité à défendre la doctrine de l'Eglise en tant que préfet de la CDF, le critiquent aujourd'hui pour son manque de sévérité dans le traitement des cas d'abus, en particulier compte tenu de ses antécédents en matière de remise en vigueur d'une loi pénale ecclésiastique négligée.

 

Il a déclaré que la question de savoir si l'archevêque de l'époque, Mgr Ratzinger, avait participé en tout ou en partie à la réunion de 1980 n'était "pas décisive" pour le traitement de l'affaire. "Ce n'est qu'une perfide autosatisfaction que de jeter la liste de présence sur sa tête et de la lui présenter cyniquement comme un trophée", a déclaré le cardinal Müller.

 

"Chaque jour, je rencontre de nombreuses personnes de différentes nations qui me demandent comment il est possible qu'en Allemagne, un pape originaire de leur pays soit traité de menteur", a-t-il ajouté. "Au vu de ces événements, on ne peut qu'avoir honte d'être Allemand, surtout parce que tant de personnes de bonne volonté se laissent prendre à la propagande anti-catholique."

 

Edward Pentin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article