Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21 LA PLUPART DES ILLUSTRATIONS DE CE BLOG SONT TIRÉES DE https://www.evangile-et-peinture.org/ AVEC LA PERMISSION DE L'AUTEUR 2 968 Articles 1 000 656 Visites 2 502 274 Pages vues

LE LIEN ENTRE LA MAFIA DE SAINT-GALL ET LES GAB DU VATICAN

dominicanus #Benoit XVI, #Il est vivant !, #Porta fidei, #actualités
Traduction française autorisée : père Walter Covens

Traduction française autorisée : père Walter Covens

 

 

***

 

L’un des événements historiques intrigants associés aux événements de la renonciation apparente du pape Benoît XVI a été la décision de la Deutsche Bank de fermer les distributeurs automatiques de billets de banque de la Cité du Vatican avant la destitution du pape Benoît XVI du pouvoir. Le New York Times en a parlé le 4 janvier 2013. C’est un événement historique incontestable.

 

Mais, ce seul événement a été la source de beaucoup de spéculations sur la force ou la coercition possible placé sur le Saint-Père de renoncer. Et la raison de l’importance de ceci, est que le canon 188 déclare toutes les démissions de fonction, invalide, une fois obtenu par la contrainte.

 

Une vieille histoire confirmée sans l'ombre d'un doute


Je suis récemment tombé sur des informations importantes qui m’amènent à dire que cette théorie a une base circonstancielle très forte, et qui nous ramène directement à la mafia de Saint-Gall, qui, même au cours de la cérémonie où Benoît XVI a fait ses adieux aux cardinaux,  le 27 février 2013, semblait déjà en contrôle de l’administration vaticane (cf. lors de la cérémonie, la caméra est tournée vers Bergoglio et Tagle).

 

Voici les éléments de preuve qui appuient ce type d’enquête.

 

 

Les banques Raiffeisen


En 1899, le père Johann Traber, prêtre catholique à Bichelsee, en Suisse, fonde la première banque Raiffeisen en Suisse. Cette banque s’inspire des enseignements d’Hermann Schulze-Delitzsch et de Friedrich Wilhelm Raiffeisen, qui soutiennent que les institutions financières devraient servir la population. Une banque Raiffeisen est une coopérative de crédit rurale, non seulement en Suisse, mais aussi en Autriche, en Roumanie, au Luxembourg et en Allemagne.

 

En 1902, les 10 banques de ce type, en Suisse, fondent le syndicat suisse Raiffeisen.

 

En 1912, le siège non officiel de cette Union est établi à St.-Gall, en Suisse, à 41 km. à l’est de Bichelsee. Cela ferait de St.-Gall un centre bancaire, et un centre important pendant la Seconde Guerre mondiale, parce que les coopératives de crédit rurales ont généralement une sécurité médiocre et sont facilement utilisées pour le blanchiment d’argent. En effet, en 2019, une banque Raiffeisen en Autriche a été impliquée dans un système russe de blanchiment d’argent.

 

St. Gallen : Une Base Arrière de Rampolla


Mais St.-Gall, en Suisse, a également été le diocèse contrôlé pendant près de 70 ans par les alliés et les membres de Rampolla . Voici que l’histoire :

 

Le 26 septembre 1938, le père Joseph Miele devient le nouvel évêque St.-Gall. Il est co-consacré par Mgr Laurenz Matthias Vincenz, évêque de Coire, en Suisse, qui, selon sa lignée épiscopale, est un descendant direct du cardinal Rampolla del Tindaro, dont descend également la lignée des membres de la mafia de Saint-Gall.  Le Père Miele a été consacré principalement par Eugenio Maria Giovanni Cardinal Pacelli, qui allait bientôt devenir le Pape Pie XII et signer le Concordat avec l’Allemagne nazie, qui garantissait la liberté de l’Église catholique en échange de la soumission et de la dissolution du Parti du centre catholique dans le Parti national-socialiste d’Allemagne. Cette union avec le parti nazi a donné à Hitler les votes pour être déclaré Dictateur pour la Vie par l’acte habilitant.

 

En 1957, Mgr Miele est remplacé par Mgr Joseph Hasler, qui a été principalement consacré par un disciple du Bienheureux Alfredo Ildefonso cardinal Schuster, lui-même co-consacré par un évêque de Rampolla et notable dans l’organisation de l’évasion des criminels de guerre nazis des territoires alliés à la fin de la Seconde Guerre mondiale, comme le rapporte le dossier sur le père Albert Hartl.

 

En 1976, le 25 mars, Mgr Hasler est remplacé par Otmar Mäder, qui, comme ses trois prédécesseurs, est prêtre de Saint-Gall, en Suisse, et qui est consacré par Mgr Miele. Cette tradition s’est poursuivie le 29 mars 1995 avec la consécration d’Ivo Fürer, ancien secrétaire de la Conférence épiscopale européenne et promoteur intime et membre de la mafia de St. Gall, comme FromRome.Info l’a déjà rapporté.

 

 

Foyer de la mafia de St.-Gall


Nous savons, d’après ce rapport sur l’évêque Fürer, que le cardinal Kasper et d’autres ont formé le Groupe de Saint-Gall dès 1991, et d’après la biographie du cardinal Daneels, ce groupe s’est réuni à Saint-Gall jusqu’en 2006 et s’est appelé la Mafia de Saint-Gall.

 

Mais pourquoi St.-Gall, en Suisse ?


St.-Gall était un foyer notoire de sympathisants nazis. Il suffit de citer le cas de leur chef de police, Paul Grüninger, qui, pour le « crime » d’avoir aidé des centaines de Juifs à s’échapper de l’Allemagne nazie, a été rétrogradé et renvoyé de son poste. Il a reçu des excuses à titre posthume, étonnamment 55 ans plus tard! (source : ICI)

 

 

Le campus de l’Université de St.-Gall (en bas) se trouve à quelques pas du monastère de St.-Gall (église ci-dessus), où la mafia s’est rencontrée.

 

Mais St.-Gall est également un centre de réseautage d’entreprise en raison des 18.000 anciens élèves d’une école de commerce très influente, située en cette ville

 

En effet, St.-Gall (Suisse) abrite non seulement le siège de la Banque Raiffeisen, mais aussi une École de Commerce de renommée internationale : l’Université de St.-Gall, qui a non seulement des liens avec les Banques Raiffeisen, par l’intermédiaire du PDG depuis 2015 des Banques Raiffeisen, Patrik Gisel, diplômé de l’Université St.-Gall en 1993, mais surtout, par l’entremise du président du conseil d’administration de la Deutsche Bank depuis le 31 mai 2012, Paul Achleitner et son PDG de 2002 à 2012, Josef Ackermann, sont diplômés, et 1977 respectivement de l’Université de St.-Gall.

 

 

Ce n’est peut-être qu’une coïncidence que les deux officiers les plus hauts placés et les plus puissants de la Deutsche Bank, qui ont sans doute pris la décision de fermer les distributeurs automatiques au Vatican, étaient des diplômés d’une université dans la même ville où la mafia de Saint-Gall s’est réunie pendant près de 15 ans?

 

Oh, ... et le 12 février 2013, la Deutsche Bank a débloqué les distributeurs automatiques du Vatican. Le jour même après que Benoît XVI a semblé avoir abdiqué. Comme c’est gentil !

 

C’est la preuve. Je vous laisse tirer les conclusions.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Facebook Twitter RSS Contact