Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21 LA PLUPART DES ILLUSTRATIONS DE CE BLOG SONT TIRÉES DE https://www.evangile-et-peinture.org/ AVEC LA PERMISSION DE L'AUTEUR

À PROPOS DE LA RESTAURATION PROCHAINE DU PAPE BENOÎT XVI

dominicanus #Benoit XVI, #Il est vivant !, #Porta fidei, #actualités

 

Traduction française: père Walter Covens

 

"Le récit qui a propulsé Bergoglio dans la papauté et soutenu ses prétentions est maintenant totalement détruit. Comme la santé déclinante de l'arriviste argentin, plus rien ne s'oppose à la restauration complète du pape Benoît : L'appel de Dieu à Bergoglio de quitter cette vie mettra fin à son imposture et laissera un vide dans lequel il ne pourra y avoir aucune base rationnelle ou canonique pour ne pas reconnaître que Benoît XVI a toujours été le seul vrai pape."

 

 

9 juillet 2021. : Alors que les choses semblent de plus en plus sombres chaque jour, les faits et les événements confirment un processus inexorable qui a démontré que l'élection du Cardinal Jorge Mario Bergoglio est une fraude canonique complète et que sa prétention à la papauté ne vaut pas un morceau de papier toilette usagé.

 

Bien que ses prétentions apparentes à la papauté semblent irréfutables, les doutes n'ont cessé de croître, depuis les aveux indiscrets de ses propres alliés tels que le cardinal Danneels et Austin Ivereigh jusqu'aux enquêtes persistantes sur l'invalidité canonique de la Declaratio de février 2013 du pape Benoît XV.

 

Les principaux points de passage de ce processus ont été la déclaration de guerre d'Ann Barnhardt contre l'erreur substantielle implicite dans la Declaratio, qu'elle a lancée en juin 2016. Bien que de nombreux commentateurs notables aient précédemment signalé des problèmes, Barnhardt a été la première à qualifier sans équivoque et de manière notoire l'acte d'invalidité visant à retirer la fonction papale (munus) au pape Benoît.

 

Lorsque Mgr Niccolo Bux a affirmé publiquement en octobre 2018 qu'il serait plus facile de démontrer l'invalidité de la Renonciation que de déterminer canoniquement que Bergoglio était un hérétique, un débat houleux et vivace a éclaté dans le monde anglophone de novembre 2018 à février 2019.

 

Ce débat s'est terminé par une victoire haut la main du parti du pape Benoît, lorsque toutes les objections canoniques, logiques, linguistiques, philosophiques et théologiques possibles à l'affirmation de l'invalidité ont été réfutées. J'ai rassemblé les arguments dans ma Question scolastique, qui n'a jusqu'à présent jamais été réfutée par quiconque, où que ce soit, avec ou sans diplôme en droit canonique, en théologie ou en philosophie.

 

Depuis février 2019, une série d'objecteurs et de journalistes ont ressassé ces arguments sous une forme diluée, mais ils ont été battus encore et encore par des faits, des lois et des témoignages publics. Ici, sur FromRome.Info, qui a documenté ces faibles tentatives de contre-attaque, les lecteurs ont l'occasion, presque chaque semaine, de lire les critiques de tous les principaux interlocuteurs sur cette question, qui soutiennent que Bergoglio est le pape.

 

À la suite de ce débat, en 2020, il est devenu publiquement connu, dans le monde entier, que l'archevêque Lenga et l'évêque Gracida soutenaient que Benoît XVI est le pape et que Bergoglio est un hérétique pertinace manifeste. Pourtant, aucun de ces évêques n'a été canoniquement censuré ou suspendu.

 

Enfin, en cette année de Notre Seigneur 2021, dans les semaines précédant le 70e anniversaire de l'ordination sacerdotale du Saint-Père, la bataille ici à Rome a commencé sérieusement, avec les nombreux articles d'Andrea Cionci parus au début du mois de mars et qui n'ont pas cessé jusqu'à aujourd'hui : tous n'ont jamais été réfutés par quiconque au Vatican ou en Italie, cardinal, évêque, monseigneur ou canoniste, théologien ou philosophe.  Tout cela prouve sans aucun doute que Benoît XVI est toujours le pape.

 

 

Le fait crucial qui ressort de ces articles et enquêtes de Cionci est le suivant :

 

  1. Benoît XVI a toujours dit : "Il n'y a qu'un seul pape", mais n'a jamais identifié Bergoglio comme cet homme.
  2. Benoît XVI a nié qu'il avait abdiqué.
  3. Benoît XVI se comporte toujours comme le pape et personne au Vatican ne peut le dissuader ou oser l'arrêter.
  4. Benoît XVI a entrepris un plan de manœuvre très sage, intelligent et discret pour sauver la papauté de la mafia saint-galloise : le Plan B.

 


En termes de préséance canonique, ces faits et arguments publiés dans les journaux ici à Rome et ne recevant aucune réfutation pendant les 90 jours suivants, constituent une preuve canonique des faits et conclusions et un consentement tacite canonique de tous les opposants.

 

En même temps, on trouve de plus en plus de voix qui acceptent d'être citées dans les journaux et qui insistent sur le fait que Bergoglio n'est pas le pape et que Benoît XVI n'a jamais renoncé à la papauté. C'est un changement radical. La tendance est maintenant à la vérité, et non plus aux fausses nouvelles.

 

Les révélations selon lesquelles le cardinal Burke a douté de la validité de la renonciation dès les premiers jours qui ont suivi le 11 février 2013 et qu'il en a parlé ouvertement à toutes ses connaissances au moins jusqu'en 2016 sont également étonnantes.

 

Le film documentaire indépendant, Il Messaggio nella Bottiglia, qui explique en détail la fraude historique commise en février 2013, est également significatif.  Il a maintenant été publié avec des sous-titres en italien, anglais, espagnol et français, et est distribué dans le monde entier à la hiérarchie sacrée et sur de multiples plateformes.

 

Mais le coup de grâce final a été donné l'autre jour, lorsqu'il a été rapporté que même l'archevêque Gänswein, le secrétaire personnel du Saint-Père, ne peut se résoudre à déclarer publiquement que Benoît XVI a jamais identifié Bergoglio comme "le seul et unique pape", alors que lui-même, appelle les deux papes, et insiste sur le fait que Bergoglio est le seul vrai pape.

 

Le récit qui a propulsé Bergoglio dans la papauté et soutenu ses prétentions est maintenant totalement détruit. Comme la santé déclinante de l'arriviste argentin, plus rien ne s'oppose à la restauration complète du pape Benoît : L'appel de Dieu à Bergoglio de quitter cette vie mettra fin à son imposture et laissera un vide dans lequel il ne pourra y avoir aucune base rationnelle ou canonique pour ne pas reconnaître que Benoît XVI a toujours été le seul vrai pape.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Louis Lurton 10/07/2021 11:24

Le travail du Fr. Bugnolo est extraordinaire et devrait avoir un public beaucoup plus large.
Il est vrai que les preuves accumulées détruisent complètement la légitimité de François.
Mais le système est en place et il tient, surtout par le silence. La grande majorité des catholiques ne veulent surtout pas jeter un œil sur cette terrible réalité, attachés-aveuglés qu'ils sont à une fausse conception de la fidélité au Magistère. C'est "cachez ce lieu Saint que je ne saurais voir". Seul un choc violent aidera une minorité à ouvrir les yeux, et il vient. Mais ne nous faisons pas d'illusions, la plupart continueront à suivre le faux prophète et ses séides, et la porte de nos églises promises au pillage nous restera fermée. Un optimisme démesuré dans la raison et le droit ne doit pas nous masquer la profondeur de l'apostasie en cours.

RSS Contact