Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21 LA PLUPART DES ILLUSTRATIONS DE CE BLOG SONT TIRÉES DE https://www.evangile-et-peinture.org/ AVEC LA PERMISSION DE L'AUTEUR 2 968 Articles 1 000 656 Visites 2 502 274 Pages vues

LE PAPE BENOÎT XVI A-T-IL REÇU DES INSTRUCTIONS DE ST. HILDEGARDE DE BINGEN POUR SA FAUSSE DÉMISSION ?

dominicanus #Benoit XVI, #Il est vivant !, #Porta fidei, #actualités

 

20 JUIN 2021
par le Frère Alexis Bugnolo

Traduction française: père Walter Covens

 

Dans la quête pour comprendre les événements qui ont entouré le 11 février 2013, de nombreux auteurs ont jusqu'à présent exploré presque tous les aspects des événements qui ont précédé et suivi. Mais un événement qui n'a pas encore été exploré pourrait avoir eu une influence cruciale sur la prise de décision du Pape Benoît XVI.

 

Il s'agit de l'événement suivant.

 

Le 7 octobre 2012, quatre mois et quatre jours avant la lecture de sa Declaratio, le pape Benoît XVI a déclaré sainte Hildegarde de Bingen docteur de l'Église.

 

Le fait qu'il ait choisi de le faire le jour de la fête de Notre-Dame des Victoires, alias la fête de Notre-Dame du Rosaire, qui commémorait cette année-là le 441e anniversaire de la victoire catholique à la bataille de Lépante, ne peut être un simple détail administratif.  Non, elle montre que la doctrine et l'enseignement de sainte Hildegarde, pour le pape Benoît XVI, sont intimement associés à la médiation et à l'intervention de la Vierge dans l'histoire.

 

En outre, le 10 mai 2012, au mois de mai, deux jours après la fête de Saint Michel Archange et trois jours avant la commémoration de la première apparition de la Vierge à Fatima, 95 ans auparavant, le pape Benoît XVI a étendu la fête de sainte Hildegarde à toute l'Église, faisant d'elle une sainte de facto.

 

Mais il convient de s'interroger sur la nature exacte de ce lien.

 

 

Qui était sainte Hildegarde de Bingen ?


Saluée même par les laïcs comme la femme la plus érudite du Moyen Âge, sainte Hildegarde est née vers 1098, l'année précédant la prise de Jérusalem par les croisés, sur ordre du bienheureux Urbain II, lors de la première croisade. Elle est morte à l'âge de 81 ans, en 1179, le 17 septembre, environ 7 ans avant la naissance de saint François d'Assise.

 

Sa fête, le 17 septembre, est donc la même que la fête de la stigmatisation de saint François, qui est célébrée ce jour-là, bien qu'elle ait eu lieu le 14 septembre.

 

À l'âge de 14 ans, elle prononça ses vœux de religieuse bénédictine au monastère de Disibodenberg, en 1112. Vingt-quatre ans plus tard, ses collègues moniales l'ont élue abbesse, titre et fonction qu'elle a occupés jusqu'à la fin de sa vie.

 

Sainte Hildegarde était une mystique, c'est-à-dire que dès son plus jeune âge, elle a fait l'expérience de grâces mystiques extraordinaires. La sienne était une participation habituelle à la vision béatifique, c'est-à-dire au niveau inférieur de connaissance des affaires humaines présentes et futures.  Notre Seigneur, en tant qu'Homme, avait aussi cette habitude, mais rares sont les Saints qui ont partagé ce charisme avec Son Humanité Sacrée. L'autre, que je connais, est la Bienheureuse Anna Maria Taïgi, membre du troisième ordre des Trinitaires.

 

Grâce à cette vision habituelle, sainte Hildegarde a pu devenir l'une des femmes les plus érudites de son époque et a écrit sur une grande variété de sujets, même si elle n'en parlait jamais et avait honte que les autres la trouvent étrange si elle admettait l'avoir.

 

 

Les visions de la fin des temps de sainte Hildegarde


Mais le sujet qui semble avoir le plus de rapport avec le pape Benoît XVI est le suivant : elle a écrit plus que tout autre saint de son époque sur l'Antéchrist et sa venue, et semble relater ce qu'elle a vu de l'avenir.  Le fait qu'elle ait fait cela il y a quelque 800 ans ajoute à la crédibilité de ses prophéties, car il est absolument impossible qu'elle ait pu connaître ou deviner les événements de notre époque, par simple sagesse humaine.

 

Pour démontrer la validité de ses pouvoirs de prévision, elle a prédit avec exactitude les événements suivants qui ont secoué le monde catholique :

 

  1. la dissolution du Saint Empire romain germanique
  2. l'abolition des monarchies catholiques par une secte diabolique qui s'est consacrée à la destruction de l'Église
  3. La perte des États pontificaux et le confinement des papes dans un petit territoire à Rome avec un certain nombre de petites juridictions dispersées autour.
  4. La révolution industrielle, au cours de laquelle l'approvisionnement en nourriture, en médicaments et en lois saines améliorera la vie quotidienne des pauvres dans le monde entier.
  5. L'émergence d'un empire mondial dirigé par les rois d'Angleterre.
  6. La montée d'États-nations dirigés par leurs propres leaders qui ne sont pas des monarques.

 

Ces prophéties sont contenues dans son traité sur l'Antéchrist, dans la partie III, Vision 5, de son œuvre monumentale, le Livre des œuvres divines, ou Liber Divinorum Operum.

 

Mais ce qu'elle dit de l'Antéchrist est complètement stupéfiant, et A. J. Baalman, qui a un exemplaire de ce livre en main, et moi-même, en discuterons dans une série d'émissions sur Ordo Militaris Radio, cette semaine.

 

 

Sainte Hildegarde a prophétisé les deux Papes


Mais pour l'instant, je ne veux parler que d'une seule de ses prophéties, dont personne n'a parlé jusqu'à présent : la prophétie de 2 papes, dont l'un serait un serviteur trompé de Satan et un antipape.

 

Cette prophétie est fondée dans le livre cité, dans l'édition publiée par la Catholic University Press, à la page 464, n. 29, et les mots en sont les suivants :

 

Prenez garde aussi que personne ne vous dispose à être trompé en quelque circonstance que ce soit par des actes illusoires ou fantaisistes. Car ce n'est que lorsque le temps sera venu où la sublimité de l'Église aura été dilapidée et la foi de la vérité écrasée sous les pieds - c'est ce que l'on entend par la révolte qui se produira au temps du fils maudit dont la mère est impure, puisqu'elle ne sait pas de qui elle (ici commence la p. 465) a conçu - alors sera révélé celui qui sera l'homme du péché, car il sera entièrement infusé dès le début par le péché, de sorte que, pécheur, il collectionnera et ensuite se vantera de ses péchés. ...
... En effet, au temps du fils de la perdition, la foi, qui a déjà perdu sa force, sera renversée et affaiblie. Car celui qui garde la sublimité de l'Église en Dieu et qui tient la foi droite garde quelque chose de grand, car c'est par ces choses qu'il entrera dans le royaume céleste. Mais celui qui ne garde pas la foi ne garde rien, car il ira à la perdition.

 

Je vais donner ici un exposé, ou une explication.

 

Lorsque sainte Hildegarde de Bingen parle de l'avenir, elle le fait de manière très abrégée, en mettant l'accent sur les vertus et les vices. Bien qu'elle parle dans l'ordre chronologique, elle s'intéresse ainsi davantage aux causes spirituelles.

 

Dans ce passage, elle utilise une phrase qu'il faut bien comprendre pour dégager le sens de son texte. Il s'agit de l'expression "sublimité de l'Église". En latin, ce qui est sublime est ce qui est le plus exalté, le plus haut et le plus supérieur. En tant que tel, c'est un terme qui fait référence à l'ordre suprême de la dignité dans une mesure ou une fonction quelconque.

 

Ainsi, dans un sens, ce terme peut faire référence à la nature exaltée de la vertu ou de la grâce de l'Église. Mais dans un autre sens, il peut se référer à la plus haute fonction hiérarchique, celle de la papauté.

 

Dans le passage ci-dessus. Sainte Hildegarde explique le texte de la Lettre de Saint Paul dans sa Seconde Lettre aux Thessaloniciens, chapitre 2, versets 2 à 4, qui concerne la propre prophétie de Saint Paul concernant l'Antéchrist et sa venue. Ainsi, puisque sainte Hildegarde commente ce passage précis de saint Paul, nous pouvons être sûrs qu'elle fait référence à la fin des temps et qu'elle ne se contente pas de commenter la corruption de l'Église à tout moment.

 

Ainsi, dans ce sens, lorsque la Sainte parle de "la sublimité de l'Eglise" qui "a été dilapidée et la foi de la vérité écrasée sous les pieds", on peut comprendre qu'elle parle de la saisie de la fonction papale, puisque dilapider une chose, c'est faire un mauvais usage d'une chose précieuse, et que tous ceux qui n'ont aucun droit sur une chose, en font un mauvais usage dans la mesure où ils l'utilisent sans avoir le droit de la détenir, de la posséder et de l'exercer.

 

La Sainte établit ensuite un lien avec la grande révolte dont parle saint Jean dans l'Apocalypse, lorsque la queue du Dragon frappera dans le ciel un tiers des étoiles qui s'y trouvent - un passage que les Pères de l'Église rapportent à l'apostasie massive du Clergé à la fin des temps.

 

Or, c'est ce que nous avons vu précisément au cours de ces 8 années et plus manifestement au cours de ces 15 derniers mois. Parce que tout le clergé a suivi l'antipape, en étant trompé volontairement ou non par des menteurs, qui sont les fils du Dragon.  En effet, dans les exorcismes, Satan a appelé les francs-maçons ses "enfants bien-aimés", et donc les francs-maçons de la Hiérarchie peuvent à juste titre être compris comme étant sa queue. En outre, à la demande de Bergoglio, tout le clergé du monde a cessé d'offrir la messe publique, ce qui est le signe des temps de l'antéchrist prédit par le prophète Daniel lorsqu'il parle de la cessation des sacrifices publics.

 

Et la vérité de la Foi a très certainement été écrasée sous les pieds pendant cette période où Bergoglio a dilapidé la sublimité de la Foi.

 

Puis, après avoir parlé de l'Antéchrist et de sa mère, la Sainte parle clairement de notre époque, lorsqu'elle dit : "Au temps du fils de la perdition, la foi, qui a déjà perdu sa force, sera renversée et affaiblie". - C'est une description très précise de l'ère post-Vatican II.  Le verbe "renverser" signifie "renverser" ou "frapper", et c'est clairement ce que Vatican II a fait. Et l'Aggiornamento a clairement affaibli la foi partout.

 

Ensuite, elle parle de 2 papes, le vrai et le faux.  D'abord du vrai :

 

Car celui qui garde la sublimité de l'Eglise en Dieu et tient la foi droite garde quelque chose de grand, car c'est par ces choses qu'il entrera dans le royaume céleste.

 

Elle parle ici, à mon avis, du pape Benoît XVI, qui, en tant que pape, se trouve au sommet de l'ordre hiérarchique terrestre de l'Église. Il garde la bonne foi, pas la fausse prêchée par d'autres, et garde quelque chose de grand, c'est-à-dire le munus pétrinien. Et sa douce souffrance de la persécution et de l'emprisonnement comme Pape, lui méritera le salut éternel.

 

Mais ensuite elle parle de l'antipape :

 

Mais celui qui ne garde pas la foi ne tient à rien, car il ira à la perdition.

 

Ici, en identifiant Bergoglio avec le masculin singulier, "celui qui" et "ne garde pas la foi" - comme cela est évident pour tous ceux qui croient - ne détient PAS le munus pétrinien, ("ne tient à rien"), et ira à la damnation pour son usurpation.

 

 

Le Pape Benoît XVI et Sainte Hildegarde


Il est clair que le pape Benoît XVI était conscient que la foi avait été gravement affaiblie et endommagée après Vatican II. En fait, il en a parlé précisément le 14 février 2013, trois jours seulement après avoir lu sa Declaratio.

 

Il a déclaré Sainte Hildegarde Docteur de l'Église, pour laquelle nous pouvons être certains qu'il avait non seulement lu ces paroles de la Sainte que nous venons de lire, mais qu'il les appréciait au plus haut point.

 

Enfin, en tant que théologien ayant écrit de nombreux articles sur le munus pétrinien, en tant que chose détenue, et le ministère pétrinien en tant que chose à faire, nous pouvons dire avec une forte probabilité que le Pape Benoît XVI a pu comprendre ce même passage de la manière que j'ai proposée, comme faisant référence à un temps futur dans lequel il y aurait 2 papes. L'un avec le Munus Pétrinien et la Foi Catholique qui a été promis par Dieu à travers St. Hildegarde au salut éternel, et l'autre sans le Munus et la Foi, qui irait à la perdition.

 

Ainsi, en déclarant Sainte Hlidegarde de Bingen Docteur de l'Eglise en la fête de Notre Dame des Victoires, le Pape Benoît XVI envoie-t-il un signe au monde catholique tout entier - dans cette distinction entre munus et ministerium, d'un Pape qui reste fidèle et conserve le premier, et d'un faux Pape qui n'a ni l'un ni l'autre - qu'il a trouvé dans ses écrits le grand stratagème par lequel il renversera l'œuvre de la franc-maçonnerie ? de la démasquer au monde entier ? de protéger la Sainte Mère l'Église dans sa vérité, et de la séparer du collège corrompu de cardinaux et d'évêques qui s'est attaqué aux enfants et aux fidèles pendant de nombreuses décennies ?

 

Étant donné que le pape Benoît XVI, en tant que théologien, était un ferme partisan de la nécessité pour l'Église à la fin des temps de se séparer de l'Église de l'Antéchrist, cette possibilité semble être quelque chose que nous ne pouvons plus ignorer.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Facebook Twitter RSS Contact