Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21 LA PLUPART DES ILLUSTRATIONS DE CE BLOG SONT TIRÉES DE https://www.evangile-et-peinture.org/ AVEC LA PERMISSION DE L'AUTEUR 2 968 Articles 1 000 656 Visites 2 502 274 Pages vues

" Marie qui défait les nœuds " : l'image chère à François et les implications ésotérico-maçonniques.

dominicanus #Benoit XVI, #Il est vivant !, #Prières, #actualités
Le commanditaire de l'ex-voto diffusé par Bergoglio dans le monde entier appartenait à une société pro-maçonnique

Le commanditaire de l'ex-voto diffusé par Bergoglio dans le monde entier appartenait à une société pro-maçonnique

Auteur: Andrea Cionci


Historien de l'art, journaliste et écrivain, traite de l'histoire, de l'archéologie et de la religion. Spécialiste de l'opéra, créateur de la méthode "Mimerito" testée par Miur et promoteur du projet à résonance internationale "Plinio", il a été reporter en Afghanistan et dans l'Himalaya. Il vient de publier le roman "Eugénie" (Bibliotheka). A la recherche de la beauté, de la santé et de la vérité - aussi inconfortables soient-elles - il entretient une relation compliquée avec l'Italie, qu'il aime à la folie même si elle lui brise souvent le cœur.

03 juin 2021

 


Le 31 mai, François a confié cinq intentions à "Marie qui défait les nœuds", une image qui connaît une grande diffusion et un grand succès en cette période.

 

Or, si l'on part du principe que la dévotion sincère et amoureuse des croyants - du point de vue de la foi - est certainement entendue et exaucée par la Vierge Marie, au-delà du fait qu'Elle est représentée dans telle ou telle image, il y a des faits objectifs qu'il faut connaître.

 

François est souvent accusé de ne pas briller particulièrement dans sa dévotion mariale. Il a refusé à la Vierge le titre de Corédemptrice ; il a souvent tendance à la définir uniquement comme "mère et disciple" avec une certaine assonance avec le luthéranisme ; il a abrogé la fête de la Translation de la Sainte Maison de Lorette, en déclassant pratiquement le fait surnaturel de la maison de Marie portée par des anges (dont témoigne saint Nicolas de Tolentino) en simple légende et tradition.

 

Sa résistance à parler des dogmes mariaux fondamentaux, comme la virginité perpétuelle, a souvent été enregistrée, toujours dans une perspective apparemment pro-protestante. Nous avons écrit à ce sujet ICI

 

Et pourtant, Bergoglio a, en particulier, une DÉVOTION EXTRAORDINAIRE pour une image mariale. Ni de Notre-Dame de Lourdes, ni de Notre-Dame de Fatima (à laquelle il disait préférer la Marie des Évangiles), ni de Notre-Dame de Pompéi, ni de Notre-Dame de Bon Secours, toutes images très miraculeuses, qui guérissaient des malades en phase terminale, étaient les protagonistes d'apparitions et d'autres phénomènes surnaturels extraordinaires reconnus par l'Église, auxquels croient évidemment ceux qui ont la foi. Non, c'est une image inhabituelle, sans l'enfant Jésus.

 

Dans celle-ci, Marie est dépeinte comme très belle, à tel point qu'elle peut même sembler un peu trop décolletée à cause d'un ourlet de sa robe couleur chair. Dans une reproduction de l'original, le personnage apparaît même avec une épaule découverte.

 

Avvenire écrit que lorsqu'en 1986, le père Bergoglio a vu l'ex-voto de la Vierge déliant les nœuds, dans l'église jésuite de Saint-Pierre, à Augsbourg, en Allemagne, il a été "stupéfait" : il a fait imprimer des centaines de cartes postales de cette image et l'a diffusée en Argentine et dans toute l'Amérique du Sud. Un curé de Buenos Aires, Juan Ramón Celeiro, a également écrit une neuvaine à Marie Knotloeserin, qui est une prière à réciter sur une période de neuf jours, à raison d'un verset par jour.

 

Et voici l'origine de l'image.

 

En 1700, le chanoine allemand Hyeronimus Ambrosius Langenmantel commanda un tableau au peintre Schmidtern comme ex voto pour commémorer une grâce reçue de son grand-père, le noble Wolfgang, qui avait de graves problèmes conjugaux avec sa femme Sophie.

 

Sophie, pour se souvenir de toutes les disputes qu'elle avait eues avec son mari, avait fait plein de nœuds dans le ruban de mariage utilisé par les Allemands à l'époque : un nœud fait dans le ruban symbolisait en fait le lien du mariage.

 

Wolfgang Langenmantel, au seuil de la séparation, a apporté le ruban noué à un jésuite, le père Jakob Rem, qui l'a offert à Marie. La Vierge Marie a miraculeusement défait tous les nœuds du ruban et a rétabli la paix et l'amour entre le mari et la femme.

 

Comparée aux miracles extraordinaires des autres effigies mariales, celle-ci semble bien modeste, et pourtant François en a popularisé un culte tous azimuts. Comment cela ? Qu'est-ce que cette image a de si spécial ?

 

On ne peut dissimuler le fait qu'il existe des recoupements évidents entre le symbole du ruban noué et l'univers alchimique et ésotérique.

 

Un ruban ou une corde pleine de nœuds, en fait, est un symbole maçonnique de première importance, déjà connu des sociétés maçonniques médiévales : il relie les deux colonnes brisées du Temple de Salomon, Jachin et Boaz. Les nœuds du ruban, de type "Savoie", tout comme ceux de l'image du nœud de la Vierge Marie, symbolisent les "nœuds d'amour" qui unissent les Frères, les réunissant en une seule famille à travers la Terre.

 

Il est vrai que de nombreux symboles maçonniques sont empruntés au christianisme, mais nous avons effectué des recherches supplémentaires sur le commanditaire, Hyeronimus Langenmantel.

 

Il était un érudit et appartenait à la Fruchtbringenden Gesellschaft, (Société des Carpophores) qui avait un but éducatif : l'usage impeccable de l'allemand. Selon les historiens de la franc-maçonnerie Ludwig Keller et Wolfstieg, cette académie a déterminé les lignes d'influence de la franc-maçonnerie, qui a vu le jour peu après, en 1717. La Fruchtbringende Gesellschaft était quelque chose de plus qu'une simple société linguistique - nous citons l'encyclopédie maçonnique - mais plutôt une association qui poursuivait certains intérêts religieux ou du moins moraux et sociaux, notamment la pénétration de l'Allemagne dans la tolérance et la paix et l'éducation de la jeunesse adulte. Les membres cultivent des secrets visant à la création d'un christianisme pacifiste, syncrétiste et "inclusif", puisque la société accueille de nombreux protestants mais aussi des catholiques "dialoguants".

 

Membre de la société et ami de Langenmantel était le jésuite Athanasius Kircher, grand scientifique, égyptologue et alchimiste.

 

Il est donc factuel que l'ex-voto de Marie Knotloeserin soit né dans un contexte culturel jésuitique, catholique-protestant, proto-maçonnique, syncrétiste, pas du tout étranger aux intérêts alchimiques et ésotériques.

 

Ainsi, l'image qui dénoue et/ou noue le ruban (nous ne savons pas si Marie, dans la scène, dénoue l'un des nœuds "ajoutés" ou renoue le nœud conjugal) évoque inévitablement la devise alchimique "SOLVE ET COAGULA", le cycle de la mort et de la renaissance qui sera si cher aux francs-maçons.

 

Ce n'est pas suffisant. L'utilisation de cordes ou de rubans noués à des fins purement magiques est très ancienne, au point de se retrouver même dans les tablettes cunéiformes mésopotamiennes qui traitaient de la sorcellerie.

 

Il existe également un RITE DES NEUF NŒUDS qui rappelle de manière troublante la NEUVAINE de la Vierge qui défait les nœuds : chaque jour, pendant neuf jours, il faut faire un nœud en un point précis d'une ficelle, puisque :  

 

"Avec le 1er noeud, le sort commencera.

Avec le 2ème noeud, le sort se réalisera.

Avec le 3ème nœud, il en sera ainsi.

Avec le 4ème noeud, le pouvoir sera révélé.

Avec le 5ème nœud, le sort sera vivant.

Avec le 6ème nœud, le sort devient fixe.

Avec le 7ème nœud, le changement se produira.

Avec le 8ème nœud, le destin va agir.

Avec le 9ème nœud, ce qui est fait sera fait".

 

"Les nœuds seront défaits UN PAR UN pendant NEUF JOURS CONSÉCUTIFS, dans l'ordre numérique dans lequel ils ont été attachés.  Lorsque le dernier sera détaché, la puissance sera à son maximum, et l'énergie sera libérée dans un cri."

 

Ce n'est pas la première fois qu'un élément iconographique-liturgique promu, ou introduit, ou approuvé par François trouve une correspondance fortuite (?) avec le monde magique-ésotérique-maçonnique.

 

Un exemple flagrant a été, il y a peu, le changement inexplicable de la deuxième prière eucharistique dans le missel (italien). Nous en avons parlé longuement ICI

 

Le texte a été changé de :

 

"Sanctifie ces dons par l'effusion de ton Esprit."

à :

"Sanctifie ces dons par la "RUGIADA" (rosée) de ton Esprit".

 

Outre le fait que, selon la langue, l'"effusion" est une action dont l'Esprit Saint est le protagoniste à la première personne et n'est pas un "produit" de celle-ci comme la rosée (qui est donc un objet différent de l'Esprit Saint), cette dernière a été insérée en référence au fait que, au IIIe siècle, les premiers chrétiens, avec la métaphore de la rosée, préfiguraient l'Esprit Saint qui serait "codifié" un peu plus tard, au IVe siècle.

 

On ne comprend donc pas pourquoi récupérer une métaphore désormais obsolète, qui existait avant la théologie du Saint-Esprit, si dès le IVe siècle la personne trinitaire était déjà bien définie. Quel est l'intérêt ?

 

Par une étrange coïncidence, nous avons découvert que la rosée est un ELEMENT MAÇONNIQUE ÉSOTÉRIQUE de grande importance, à tel point que, même dans les années 1970, le dernier alchimiste français, Armand Barbault, les nuits de printemps, recueillait la rosée avec des feuilles pour en faire diverses concoctions. 

 

À toutes ces coïncidences, ajoutons les 67 lettres d'appréciation reçues par Francis de la part de loges maçonniques du monde entier ; la lettre "To Dear Brother Masons" publiée par le cardinal Ravasi dans Sole 24 ore et les appels continus de François à la Fraternité universelle ICI 

 

Ce n'est pas un peu trop ? Nous sommes donc forcés de reconnaître que la nouvelle église de Bergoglio, que ce soit par hasard, par coïncidence malheureuse ou par volonté directe, fait souvent et volontairement des clins d'œil à la franc-maçonnerie (et à son attirail ésotérique) excommuniée par l'Église dans 586 déclarations, sur trois siècles, comme étant complètement antithétique au Catholicisme.

"Maria che scioglie i nodi": l'immagine cara a Francesco e i risvolti esoterico-massonici

Traduit de l'italien par le Père Walter Covens avec l'aimable autorisation de l'auteur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Facebook Twitter RSS Contact