Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par dominicanus

Comme cela a déjà été démontré, les vaccins contre la grippe de l'hiver, et en fait tous les vaccins, sont maintenant possiblement chargés de nanotechnologies. Il faut donc veiller à demander si votre clergé local prend ces vaccins.

 

 

PRÉCAUTIONS NÉCESSAIRES DANS L'ADMINISTRATION DES SACREMENTS APRÈS LA PANDÉMIE
NECESSARY PRECAUTIONS IN THE MINISTRY OF THE SACRAMENTS AFTER THE PANDEMIC

Écrit par fr Alexis Bugnolo (21/12/2022) - Traduction française autorisée : père Walter Covens

 

 

Depuis la magouille de la "Pandémie", les catholiques, le clergé et les laïcs, doivent veiller à faire preuve de prudence dans l'administration des sacrements en raison du fait que ceux qui ont pris les "vaccins" Covid-19 ont été injectés avec des agents artificiels et non naturels qui font que leur corps développe des composés non naturels et dangereux qui peuvent causer du tort aux autres.

 

C'est la très triste et apocalyptique réalité à laquelle nous devons tous faire face.  Car, comme Notre Seigneur nous l'a prédit, mais ce que le clergé a omis de prêcher, une grande tromperie sera lancée comme un piège sur tous les hommes dans le monde entier, et il sera exigé de tous, comme nous l'a prédit Saint Jean, son disciple bien-aimé, qu'ils reçoivent la marque de la Bête, afin de pouvoir mener leurs affaires en public.

 

Et tous ceux qui ont écouté le faux prophète, qui se fait appeler par le nom d'un des Saints les plus aimés du Christ, mais qui est lui-même un diable et un agent mondialiste, qui adore les idoles et s'adonne à des pratiques rituelles ésotériques, tous ceux qui ont écouté ce prédicateur d'abominations, ont pris la marque.

 

Et c'est ainsi que la queue de la Bête a balayé presque toutes les étoiles du ciel - le clergé - du ciel. Et les laïcs qui les ont suivis, avec eux.

 

Et maintenant, leurs corps produisent la protéine de spicule qui a été modelée sur plus de 50 venins, tout comme un serpent produit du venin dans son propre corps. Et ainsi s'accomplit la parole de l'Écriture.

 

Mais l'apôtre nous avertit encore, de fuir les villes afin de ne pas participer aux fléaux que Dieu déversera sur ceux qui ont pris la marque.

 

Et les scientifiques du monde entier découvrent que ceux qui ont pris ces injections mortelles, comme j'ai l'habitude de les appeler ici à FromRome, font maintenant pousser des choses contre nature et abominables dans leur propre corps, des câbles optiques, des micro-puces, des coagulations blanches à base d'étain dans leurs veines et artères, etc., sans compter qu'ils souffrent de toutes sortes de problèmes médicaux qui entraînent une invalidité permanente ou le syndrome de mort subite.

 

Mais ce qui mérite l'attention de tous, c'est que certains de ces dangers peuvent résulter de la proximité de ceux qui ont pris ces vaccins, que ce soit par des gouttelettes répandues dans l'air, ou de la salive qui est transférée involontairement par les objets touchés.

 

Pour cette raison, nous devons reconnaître qu'à présent, certaines précautions sanitaires doivent être prises. Et que le fait de ne pas les prendre ferait courir à certaines personnes le risque de mourir ou de subir des lésions corporelles permanentes ou, du moins, des situations médicales graves.

 

C'est donc un impératif moral découlant de la véritable charité, que de telles précautions soient prises.

 

 

Qui doit prendre des précautions ?


J'invite les professionnels de la santé qui lisent FromRome.Info à commenter ci-dessous, mais il est clair, même pour les profanes, que tant ceux qui ont pris un ou plusieurs de ces vaccins que ceux qui ne les ont pas pris, doivent prendre des précautions.

 

Ceux qui ont pris ces vaccins ont le devoir formel de prendre des précautions à tout moment, qu'ils soient en présence d'une personne vaccinée ou non.

 

Alors que ceux qui n'ont pas pris ces vaccins, ont le devoir de prudence, de prendre des précautions lorsqu'ils sont en présence de quelqu'un vacciné.

 

Il existe peut-être des recherches médicales qui peuvent déterminer le danger d'entrer en contact ou en présence d'une personne vaccinée. Je demande à ceux qui en ont connaissance de le signaler ci-dessous.

 

 

Comment cela affecte le ministère sacramentel...


Il est clair que dans la distribution des sacrements, le contact humain et la proximité sont nécessaires. Par conséquent, pour le ministre du sacrement qui touche, une extrême prudence doit être prise s'il a été piqué. En toute bonne conscience, il devrait faire tester médicalement sa salive, sa sueur et son haleine pour voir s'il n'excrète rien de non naturel, comme des protéines de pointe ou des nanotechnologies.

 

S'il excrète, il devrait s'abstenir d'exercer le ministère des sacrements, à mon avis. Et je pense qu'un évêque aurait le droit de le suspendre a divinis de toutes fonctions publiques, en raison de son danger pour le public.

 

Quant à ceux qui se font piquer, ils devraient faire particulièrement attention à ne pas se répandre sur les autres catholiques à l'église ou sur le clergé lorsqu'ils reçoivent les sacrements. Ce risque est peut-être moindre s'ils ne font partie que des personnes qui se font piquer.

 

Pour ceux qui ne sont pas touchés par le virus, il est évident que l'on prend des risques extrêmes si l'on reçoit les sacrements dans une église remplie de catholiques touchés par le virus ou d'un prêtre qui l'a été.

 

Et je crois que le risque pour les non vaccinés est si grand, qu'ils n'ont aucune obligation canonique d'assister le dimanche, à une messe dite par un prêtre qui a été vacciné ou célébrée dans une église avec des catholiques qui ont été vaccinés, car il y a simplement trop d'objets dans une église qui pourraient être contaminés par la sueur ou la salive des autres, sans parler de l'air lui-même, normalement maintenant bien ventilé.

 

Tous ces risques doivent être pesés en tenant compte de ce que l'on sait de la campagne de vaccination dans votre pays, qu'elle soit toujours en cours ou non.  Nous devons avoir l'humilité, la sincérité et l'honnêteté d'admettre cette réalité, dont personne ne parle dans l'Église.

 

Quant aux membres du clergé qui ont obéi à leurs supérieurs et ont pris la piqûre, ils ne devraient pas pour autant se mettre en colère contre nous qui ne sommes pas touchés, mais réaliser que leur péché est si grand que leur fausse obéissance est la punition de leur péché.

 

Je ne connais aucun prêtre en communion avec le Pape Benoît XVI qui s'est fait piquer, ni aucun des fidèles qui sont en communion avec lui qui se sont fait piquer.  Peut-être cela a-t-il un rapport avec le scénario apocalyptique que j'ai décrit plus haut. Si c'est le cas, alors nous sommes vraiment à une grande séparation, et le pape Benoît XVI a peut-être été inspiré par le Christ pour renoncer au ministère, précisément pour se préparer à cette grande division.

 

 

Solutions pratiques


Les prêtres qui se font piquer devraient porter quelque chose de distinctif pour montrer qu'ils le sont. Je recommanderais des gants en tissu blanc, qui peuvent être lavés à l'eau, comme le sont toutes les nappes d'autel. Tous les signes de paix qui nécessitent d'être touchés devraient être supprimés. L'Eucharistie ne devrait pas être touchée par les personnes injectées. Les ministres qui ont été injectés ne doivent pas la distribuer aux personnes non injectées. Et ceux qui sont injectés, devraient la recevoir de ceux qui sont injectés. Le mieux serait de désigner des églises et des liturgies pour les injectés et d'autres pour les non injectés.

 

 

Effets canoniques


Jusqu'à présent, la nanotechnologie dans les injections ne semble pas altérer définitivement la raison ou le libre arbitre, mais une fois que cette preuve sera scientifiquement obtenue, je dirais que tous les papes, évêques et membres du clergé qui occupent des fonctions et qui ont cette technologie en eux, devraient être considérés ipso facto comme déchus de leur fonction, au motif qu'ils ne sont plus membres du corps du Christ, mais du corps de l'Antéchrist, et que leur loyauté envers l'Église est mise en doute. De même, lorsque cela se produit, ces personnes ne peuvent être éligibles pour occuper une quelconque fonction dans l'Église. Comme cela a déjà été démontré, les vaccins contre la grippe de l'hiver, et en fait tous les vaccins, sont maintenant possiblement chargés de nanotechnologies. Il faut donc veiller à demander si votre clergé local prend ces vaccins.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article