Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21

textes fondateurs de ce blog

Benoît XVI, Sacramentum caritatis

Walter Covens #TEXTES FONDATEURS DE CE BLOG
    Sacrement de l'amour, la sainte Eucharistie est le don que Jésus Christ fait de lui-même, nous révélant l'amour infini de Dieu pour tout homme. Dans cet admirable Sacrement se manifeste l'amour « le plus grand », celui qui pousse « à donner sa vie pour ses amis » (Jn 15, 13). En effet, Jésus « les aima jusqu'au bout » (Jn 13, 1). Par cette expression, l'Évangéliste introduit le geste d'humilité infinie accompli par Jésus: avant de mourir pour nous sur la croix, se nouant un linge à la ceinture, il lave les pieds de ses disciples. De la même manière, dans le Sacrement de l'Eucharistie, Jésus continue de nous aimer « jusqu'au bout », jusqu'au don de son corps et de son sang. Quel émerveillement dut saisir le cœur des disciples face aux gestes et aux paroles du Seigneur au cours de la Cène! Quelle merveille doit susciter aussi dans notre cœur le Mystère eucharistique!

    Dans le Sacrement de l'autel, le Seigneur vient à la rencontre de l'homme, créé à l'image et à la ressemblance de Dieu (cf. Gn 1, 27), se faisant son compagnon de route. En effet, dans ce Sacrement, le Seigneur se fait nourriture pour l'homme assoiffé de vérité et de liberté. Puisque seule la vérité peut nous rendre vraiment libres (cf. Jn 8, 36), le Christ se fait pour nous nourriture de Vérité. Avec une profonde connaissance de la réalité humaine, saint Augustin a mis en évidence que l'homme se meut spontanément, et non sous la contrainte, quand il se trouve en relation avec ce qui l'attire et ce qui suscite en lui du désir. S'interrogeant alors sur ce qui peut en dernier ressort mouvoir l'homme au plus profond de lui-même, le saint Évêque s'exclame: « Qu'est-ce que l'âme désire avec plus de force que la Vérité? ». Tout homme porte en effet en lui le désir inextinguible de la vérité, ultime et définitive. C'est pourquoi le Seigneur Jésus, « le Chemin, la Vérité et la Vie » (Jn 14, 6), s'adresse au cœur désirant de l'homme, qui se sent pèlerin et assoiffé, au cœur qui aspire ardemment à la source de la vie, au cœur quêtant la Vérité. En effet, Jésus Christ est la Vérité faite Personne, qui attire le monde à soi. « Jésus est l'étoile polaire de la liberté humaine: sans Lui elle perd son orientation, puisque, sans la connaissance de la vérité, la liberté se dénature, s'isole et se réduit à un arbitraire stérile. Avec Lui, la liberté se retrouve ». Dans le Sacrement de l'Eucharistie, Jésus nous montre en particulier la vérité de l'amour, qui est l'essence même de Dieu. C'est cette vérité évangélique qui intéresse tout homme et tout l'homme. Par conséquent, l'Église, qui trouve dans l'Eucharistie son centre vital, s'engage sans cesse à annoncer à tous, à temps et à contretemps (cf. 2 Tm 4, 2), que Dieu est amour. C'est justement parce que le Christ s'est fait pour nous nourriture de la Vérité que l'Église s'adresse à l'homme, l'invitant à accueillir librement le don de Dieu.


(Benoît XVI, Sacramentum caritatis, 1-2)

Directoire général pour la catéchèse, Homélie et catéchèse

Walter Covens #TEXTES FONDATEURS DE CE BLOG


52. Les formes importantes du ministère de la Parole sont : la première annonce ou prédication missionnaire ; la catéchèse pré et post-baptismale ; la forme liturgique et la forme théologique. Il arrive souvent que ces formes — pour des raisons pastorales —, doivent assumer plus d'une fonction. La catéchèse, par exemple, en même temps que sa fonction d'initiation, doit accomplir fréquemment des tâches missionnaires. L'homélie elle-même, selon les circonstances, devrait remplir la tâche de convocation et d'initiation organique.


57. Le ministère de la Parole est au service de ce processus de pleine conversion. La première annonce appelle à la foi ; la catéchèse donne un fondement à la conversion et une structure de fond à la vie chrétienne ; l'éducation permanente à la foi — dans laquelle l'homélie tient une place de choix —, est la nourriture dont tout organisme adulte a besoin pour vivre. (170)


70. Dans la communauté chrétienne, les disciples de Jésus s'alimentent à une double table : « tant celle de la Parole de Dieu que celle du Corps du Christ ». (211) L'Evangile et l'Eucharistie sont la nourriture constante du pèlerin dans sa marche vers la maison du Père. L'action de l'Esprit Saint fait que le don de la « communion » et l'engagement pour la « mission » sont vécus de manière toujours plus profonde et intense.


L'éducation permanente de la foi s'adresse non seulement à chaque chrétien qu'elle accompagne dans sa marche vers la sainteté, mais aussi à la communauté chrétienne qu'elle fait mûrir dans sa vie intime d'amour de Dieu et des frères et dans son ouverture missionnaire au monde. Le désir et la prière de Jésus au Père sont un appel incessant : « Que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi et moi en toi, afin que le monde croie que tu m'as envoyé ». (212) Pour s'approcher peu à peu de cet idéal, la communauté a besoin d'une grande fidélité à l'action de l'Esprit Saint, de s'alimenter sans cesse au Corps et au Sang du Seigneur et d'éduquer sa foi en permanence, dans l'écoute de la Parole.


A cette table de la Parole de Dieu, l'homélie occupe une place privilégiée car « elle reprend l'itinéraire de foi proposé par la catéchèse et le porte à son achèvement naturel ; en même temps, elle pousse les disciples du Seigneur à reprendre chaque jour leur itinéraire spirituel dans la vérité, l'adoration et l'action de grâce ». (213)


207. Parmi les formes les plus aptes à l'inculturation de la foi, il faut signaler la catéchèse des jeunes et des adultes, avec les possibilités qu'elle offre d'unir plus profondément la foi et la vie. L'inculturation de la foi ne peut être négligée lors de l'initiation chrétienne des petits, en raison de ses remarquables implications culturelles: acquisition de nouvelles motivations de vie, éducation de la conscience, apprentissage du langage biblique et sacramentel, connaissance de la valeur historique du christianisme.


La catéchèse liturgique est un moyen privilégié en raison des nombreux signes par lesquels elle présente le message, et pour l'accès qu'elle permet à une si grande part du peuple de Dieu; il faut également revaloriser les contenus des lectionnaires, la structure de l'année liturgique, l'homélie du dimanche et d'autres occasions de catéchèse particulièrement significatives (mariages, obsèques, visite des malades, fêtes des saints patrons, etc.); l'attention à la famille est capitale car c'est elle qui donne le coup d'envoi à une transmission incarnée de la foi; la catéchèse revêt d'autre part un intérêt spécial dans les contextes multi-ethniques et multi-raciaux, car elle porte à mieux découvrir les ressources des divers groupes et à en tenir compte dans l'accueil et dans la nouvelle expression de la foi.


258. Pour être pleinement efficace dans la mission évangélisatrice de la paroisse, la catéchèse doit respecter certaines conditions :


a. La catéchèse des adultes (262) doit devenir de plus en plus une priorité. Il s'agit de promouvoir « une catéchèse post-baptismale sous forme de catéchuménat, consistant à proposer de nouveau certains éléments du Rituel de l'initiation chrétienne des adultes, de façon à faire accueillir et vivre les richesses immenses et extraordinaires du baptême reçu, ainsi que les responsabilités qui en découlent ». (263)


b. Il faut envisager, avec un courage renouvelé, l'annonce pour ceux qui sont loin de la foi ou pour ceux qui vivent dans des situations d'indifférence religieuse. (264) Dans cet engagement, les rencontres de préparation aux sacrements (mariage, baptême et première communion des enfants...) peuvent avoir une importance fondamentale. (265)


c. Comme point de référence solide pour la catéchèse paroissiale, on a besoin d'un noyau communautaire formé de chrétiens mûrs, déjà initiés à la foi, auxquels on réservera une attention pastorale adaptée et différenciée. Un objectif qui sera atteint plus facilement par la promotion, dans les paroisses, de petites communautés ecclésiales. (266)


d. Si ces conditions, rapportées principalement aux adultes, sont respectées, la catéchèse des petits enfants, des adolescents et des jeunes — qui reste indispensable — en tirera de grands bénéfices.


Directoire général pour la catéchèse

Prof. Gary Devery, La relation entre homélie et catéchèse

Walter Covens #TEXTES FONDATEURS DE CE BLOG



 


 Il existe une relation essentielle entre la prédication et la catéchèse. La proclamation a toujours été l’un des principaux moyens pour communiquer la Parole de Dieu. Le kerygma, la proclamation, qui est au cœur de la prédication, précède et accompagne la catéchèse. S’il est vrai qu’il existe de nombreux moyens de communication utilisés par l’Église aujourd’hui, la « folie » de la proclamation demeure essentielle et irremplaçable. Dans cette « folie » (cf. 1Cor 1,23) le témoignage de la force du Verbe incarné, le Christ crucifié, est rendu présent, et les hommes et les femmes entament leur conversion à la foi. Cette rencontre et ce dialogue personnels avec Jésus Christ à travers la proclamation est irremplaçable ; ils provoquent dans la personne un changement du cœur et lui indiquent sa vraie demeure et sa vraie joie dans la Vérité et la Vie. Le cheminement de foi se fait ensuite à travers le catéchuménat.

 

La prédication précède la catéchèse

Le Directoire général pour la Catéchèse, constatant la situation socio-religieuse du monde d’aujourd’hui, déclare : « Dans les grandes villes… il faut faire face à la situation qui requiert une mission ad gentes et à celle qui requiert une nouvelle évangélisation » (n. 59). La proclamation, qui déclenche le cheminement de foi du catéchuménat, demeure essentielle pour l’Église, et continue à s’adresser aux milieux où la Bonne Nouvelle n’a jamais été annoncée.

 

De même, la proclamation conserve une place importante dans les pays d’ancienne tradition chrétienne où le christianisme est « culturé » et où l’on rencontre nombre de baptisés qui n’ont jamais reçu de catéchèse, restant ainsi privés d’une rencontre personnelle avec Jésus Christ et rattachés seulement marginalement à l’Église. Tant le Directoire général pour la Catéchèse au n. 258 que le Catéchisme de l’Église catholique au n. 1231 reconnaissent la nécessité d’un catéchuménat post-baptismal.

 

La prédication accompagne la catéchèse et la vie chrétienne

La vie chrétienne est un cheminement de foi. Le Directoire général pour la Catéchèse dit que le ministère de la Parole doit accompagner tout le cheminement par « la première annonce ou prédication missionnaire ; la catéchèse pré et post-baptismale ; la forme liturgique et la forme théologique ». En raison des liens étroits qui existent, dans certaines situations, entre mission ad gentes et nouvelle évangélisation, la prédication doit parfois assumer plus d’une fonction. Le Directoire constate ainsi que « la catéchèse… en même temps que sa fonction d’initiation, doit accomplir fréquemment des tâches missionnaires. L’homélie elle-même, selon les circonstances, devrait remplir la tâche de convocation et d’initiation organique » (n. 52).

Même lorsque la catéchèse a déjà conduit la communauté chrétienne à une foi mure, la prédication demeure essentielle. Le Directoire n. 57 souligne en particulier l’importance de l’homélie, qui est « la nourriture dont tout organisme adulte a besoin pour vivre ».

 

Benoît XVI, L'homélie

Walter Covens #TEXTES FONDATEURS DE CE BLOG

L'homélie

46. En relation avec l'importance de la Parole de Dieu, il est nécessaire d'améliorer la qualité de l'homélie. En effet, elle « fait partie de l'action liturgique »; (139) elle a pour fonction de favoriser une compréhension plus large et plus efficace de la Parole de Dieu dans la vie des fidèles. C'est pourquoi les ministres ordonnés doivent « préparer l'homélie avec soin, en se basant sur une connaissance appropriée de la Sainte Écriture ». (140) On évitera les homélies générales et abstraites. Je demande en particulier aux ministres de faire en sorte que l'homélie mette la Parole de Dieu proclamée en étroite relation avec la célébration sacramentelle (141) et avec la vie de la communauté, en sorte que la Parole de Dieu soit réellement soutien et vie de l'Église. (142) Que l'on garde donc présent à l'esprit le but catéchétique et exhortatif de l'homélie. Il paraît opportun, à partir du lectionnaire triennal, de proposer aux fidèles, avec discernement, des homélies thématiques qui, tout au long de l'année liturgique, traiteront les grands thèmes de la foi chrétienne, puisant à ce qui est proposé avec autorité par le Magistère dans les quatre « piliers » du Catéchisme de l'Église catholique et dans le récent Abrégé: la profession de foi, la célébration du mystère chrétien, la vie dans le Christ, la prière chrétienne. (143)

(139) Présentation générale du Missel romain, n. 9; cf. Conc. œcum. Vat. II, Const. Sacrosanctum Concilium, nn. 7; 33; 52.

(140) Proposition 19.

(141) Cf. Conc. œcum. Vat. II, Const. Sacrosanctum Concilium, n. 52.

(142) Cf. Conc. œcum. Vat. II, Const. dogm. Dei Verbum, n. 21.

(143) Le Synode a exhorté à ce sujet à élaborer des documents pastoraux, basés sur le lectionnaire triennal, qui aident à lier de manière intrinsèque la proclamation des lectures prévues à la doctrine de la foi: cf. Proposition 19.

SACRAMENTUM CARITATIS, N° 46


Synode des évêques sur l’Eucharistie, L'homélie

Walter Covens #TEXTES FONDATEURS DE CE BLOG

La meilleure catéchèse sur l’Eucharistie est l’Eucharistie elle-même, bien célébrée. On demande pour cela aux ministres ordonnés de considérer la célébration comme leur principal devoir. Ils doivent en particulier préparer l’homélie avec soin, en se basant sur une connaissance appropriée des Saintes Ecritures. L’homélie doit mettre la Parole de Dieu proclamée dans la célébration en relation étroite avec la célébration sacramentale (cf. SC 52) et avec la vie de la communauté, afin que la Parole de Dieu soit réellement le soutien et la vie de l’Eglise (DV 21) et se transforme en nourriture pour la prière et pour la vie quotidienne.


L’homélie basée sur les enseignements des Pères de l’Eglise, est une vraie mystagogie, c’est-à-dire une vraie initiation aux mystères célébrés et vécus.

La possibilité de recourir, en partant du lectionnaire triennal, à des homélies « thématiques » qui, tout au long de l’année liturgique, puissent traiter les grands thèmes de la foi chrétienne : le Credo, le Notre Père, les parties de la messe, les dix commandements et autres thèmes, a également été suggérée. Ces homélies thématiques correspondront à ce qui a été reproposé, de manière autorisée, par le Magistère de l’Eglise dans les quatre « piliers » du Catéchisme de l’Eglise catholique et dans le récent Compendium. Il a également été proposé, à cet effet, d’élaborer une aide pastorale basée sur le lectionnaire triennal, qui lie la proclamation des Ecritures aux doctrines de la foi qui en sont issues.


Synode des évêques sur l’Eucharistie, source et sommet de la vie et de la mission de l’Église (octobre 2005) – Propositions finales, n° 19


HET WOORD ALS EEN LOPEND VUUR !

Walter Covens #TEXTES FONDATEURS DE CE BLOG
Het Woord als een lopend vuur !

Hier volgen een paar teksten die me hebben geïnspireerd bij de opvatting van deze blog.

Ik betuig u nadrukkelijk voor God en Christus Jezus, die levenden en doden zal oordelen, met beroep zowel op zijn verschijning als op zijn Koningschap: verkondig het woord, dring erop aan, gelegen of ongelegen, wederleg, bestraf en bemoedig met alle lankmoedigheid en onderrichting. Want er komt een tijd dat de mensen de gezonde leer niet (meer) zullen verdragen, maar omdat hun gehoor verwend is, naar hun eigen begeerte zich (tal van) leraars zullen bijeenhalen, dat zij hun oor van de waarheid zullen afkeren en zich naar de verdichtsels keren. Blijf gij echter nuchter onder alles, aanvaard het lijden, doe het werk van een evangelist, verricht uw dienst ten volle.
2 Tm 4, 1-5


De lammeren zijn koppig. Want wanneer men op zoek gaat naar zij die verdwaald zijn, zeggen ze (...): "Waarom roept u ons? Waarom zoekt u ons?" (...) Het is omdat je verdwaald bent, dat ik je wil terugroepen; omdat je in je verderf loopt, wil ik je vinden. (...) Ja, ik durf te zeggen: ik ben opdringerig. Ik hoor de Apostel me zeggen: Verkondig het woord, dring erop aan gelegen of ongelegen. Gelegen voor wie? Ongelegen voor wie? Gelegen voor zij die willen, ongelegen voor zij die niet willen. Ja, ik ben opdringerig, ik durf te zeggen: "Je wilt verdwalen, je wilt omkomen; ik daarentegen wil dat niet". En tot slot, diegene die niet wil, die maakt me bang. Als ik zou willen, zou hij me het volgende zeggen, dan zou hij me het volgende verwijten: U heeft het verdwaalde schaap niet teruggebracht; u heeft het verloren schaap niet gezocht. Zou ik meer angst voor je hebben dan voor hem? We moeten allen verschijnen voor de rechtbank van Christus.
H. Augustinus

Laten we ons klaarmaken voor de strijd op de dag des Heren, want nu komt er een tijd vol beproevingen en angst. Laat ons sterven, als dat Gods wil is, voor de heilige wetten van onze Vaders, zodat we het verdienen om samen met hen de eeuwige erfenis te delen. Laat ons geen sprakeloze honden zijn, stille wachters, huurlingen op de vlucht voor wolven, maar laten we oplettende herders zijn, wakend over de kudde van Christus, de wil van God verkondigend aan groot en klein, aan rijk en arm, aan mensen van allerlei slag en van alle leeftijden, gelegen en ongelegen, in die mate waartoe God ons de kracht geeft.
H. Bonifacius

Dwing hen binnen te komen (Lc 14, 23). Als er in de genade geen soort dwang zat, dan zou Jezus Christus niet zeggen: Niemand komt tot mij als mijn Vader hem niet zou trekken. Of nog: Als ik van de aarde verhoogd ben, zal Ik allen tot Mij trekken (Jn 6, 44; 12, 32).
De predikers van het Evangelie moeten bovenmenselijke krachten gebruiken: Dring aan, bid, bestraf, verbeter, niet enkel met geduld en leer, maar ook met dwang: spreek gelegen en ongelegen; niemand mag u verachten (2 Tm 4, 2); Tt 2, 15). Deze kracht is weldoend en de menselijke zwakheid heeft ze nodig.
Trouwe volgelingen, groot en klein, moeten gebruik maken van de macht die ze hebben, maar met voorzichtigheid en met mate, om de schandalen af te schaffen en het koninkrijk van onrechtvaardigheid af te breken Mensen willen in zekere mate worden gedwongen, en een zachte dwang bereidt de geesten voor op luisteren.
Bossuet

Het verhaal van de Kerk is dat van het woord van God, van hetzelfde woord dat, net zoals het het licht en de wereld heeft geschapen met als bekroning van de schepping het ontstaan van de mens, de doden laat opstaan uit het graf, de winden en de stormen beheerst; en daar de wereld, volgens het woord van de Apostel, in de wijsheid Gods door haar wijsheid God niet gekend heeft, heeft het God behaagd door de dwaasheid der prediking te redden hen, die geloven (1 Co 1, 21). Dit woord weerklinkt tot in de eeuwen der eeuwen, doorheen de eeuwen; gelukkig zijn zij die luisteren, want het is een woord van het eeuwige leven! Het is een woord dat het Woord van de verrezen God van zijn lippen overbrengt naar die van zijn apostelen, zoals een woord van verzoening tussen de hemel en de aarde wanneer hij hen zegt: Gaat heen en verkondigt het evangelie aan de ganse schepping. (Mc 16, 15). Dit woord weerklonk in de hele wereld, het weerklonk in Rome, in de ketenen van Petrus en Paulus, want het woord van God is niet geketend door het ijzer van de heersers van de wereld. En ik hoor Paulus, de grote prediker van het geloof en de waarheid, die op de wereld werd gezet als de apostel der heidenen, dit woord van Christus doorgeven aan Timotheüs, zijn geliefde leerling, en hem zeggen: Verkondig het woord.
Maar de visie van de grote prediker der Heidenen wekt in onze geest de visie op van andere predikers van het woord van God; aan het hoofd van een heldhaftige en schitterende falanx aanbidden wij Domenicus Guzman. In het licht van Paulus zien wij de patriarch van de Predikers die, in navolging van Paulus, ons zegt: Wordt mijn navolgers, gelijk ook ik Christus navolg (1 Co 11, 1). Zo toont God zich bewonderenswaardig in zijn heiligen; de ene krijgt het licht van Christus en geeft het door aan de andere; en doordat de ene de andere verlicht, groeien allen op in een zelfde goddelijk licht, op dezelfde manier als de zon de planeten verlicht, waarvan de stralen glimlachen naar de sterren om de sereniteit van onze nachten nog mooier te maken. Net als Paulus ondervindt ook Domenicus de onophoudelijke drang van de inzet en de toewijding voor al wie trouw is aan de Kerk; hij verzamelt rond zich een kudde volgelingen van zijn apostelroeping, die voorbestemd zijn om zich te verspreiden over de hele wereld, in versterking en in inspanning, in vrolijke en in droevige tijden: dring erop aan, gelegen en ongelegen. Net als Paulus onderricht ook Domenicus met autoriteit iedere wetenschap en iedere deugd, weerlegt hij valse doctrines, zet en spoort hij aan tot het goede, bestraft en verbetert hij slechte gewoontes, steeds met een onwankelbaar geduld, met een hemelse wijsheid: Wederleg, bestraf, en bemoedig met alle lankmoedigheid en onderrichting (2 Tm 4, 2).
Pius XII

De Kerk in uw land staat voor uitdagingen die te maken hebben met de culturele en pastorale situatie die grotendeels de situatie is van heel West-Europa. De oprukking van de secularisatie en het relativisme leidt niet alleen tot een daling in de deelname aan de sacramenten, vooral in de zondagsmis, maar ook tot het in vraag stellen van de morele waarden die de Kerk voorstelt. Ik denk dan in het bijzonder aan de diepe crisis waarin het instituut van het huwelijk en het gezinsleven zich bevinden, en aan het stijgende aantal echtscheidingen, aan de talloze abortussen, aan de mogelijkheid van huwelijken tussen personen van hetzelfde geslacht: dit alles zijn duidelijke tekenen van ontkerstening. Veel van onze tijdgenoten leven alsof God niet bestaat. In zo een samenleving is uw stem als Bisschop meer dan ooit vereist. U bent geroepen om het Woord van God en de christelijke boodschap uit te dragen, die de mens en de reden van zijn bestaan vooruithelpen. Daarbij moet u ervoor zorgen dat u eensgezind en unaniem bent over theologische en morele kwesties, waarover u noodgedwongen een standpunt moet innemen.
Zelfs bij de praktiserende katholieken merken we een geloofsverslapping. Het is voor u een pijnlijke ervaring om trouwe volgelingen, en jammer genoeg in bepaalde gevallen ook priesters, de punten van de leer en de discipline van de Kerk in vraag te zien stellen. Sommigen eigenen zich zelfs het recht toe om wat betreft het geloof te kiezen welke leer, volgens hen, toelaatbaar is en welke mag worden verworpen. De fundamentele taak van de Bisschop, Herder en Meester van het Geloof, is om trouwe volgelingen uit te nodigen de leer van de Kerk volledig te aanvaarden. Met de hulp van Christus spoor ik u aan om het Evangelie te verkondigen met moed en sereniteit, "gelegen en ongelegen" (2 Tm 4, 2).
Benedictus XVI aan de Zwitserse bisschoppen,
bezoek ad limina, 7 november 2006

TEXTES FONDATEURS DE CE BLOG

Walter Covens #TEXTES FONDATEURS DE CE BLOG
Devant Dieu, et devant le Christ Jésus qui doit juger les vivants et les morts, je te le demande solennellement, au nom de sa manifestation et de son Règne : proclame la Parole, interviens à temps et à contretemps , dénonce le mal, fais des reproches, encourage, mais avec une grande patience et avec le souci d'instruire. Un temps viendra où l'on ne supportera plus l'enseignement solide ; mais, au gré de leur caprice, les gens iront chercher une foule de maîtres pour calmer leur démangeaison d'entendre du nouveau. Ils refuseront d'entendre la vérité pour se tourner vers des récits mythologiques. Mais toi, en toute chose garde ton bon sens, supporte la souffrance, travaille à l'annonce de l'Évangile, accomplis jusqu'au bout ton ministère.
2 Tm 4, 1-5


Les brebis sont rétives. Car lorsqu'on cherche celles qui sont égarées, elles disent (...): "Pourquoi nous appelez-vous? Pourquoi nous cherchez-vous?" (...) C'est parce que tu t'es égarée que je veux te rappeler; parce que tu vas à ta perte, que je veux te trouver. (...) Oui, j'ose le dire: je suis importun. J'entends l'Apôtre me dire: Annonce la parole, insiste à temps et à contretemps. A temps envers qui? A contretemps envers qui? A temps envers ceux qui veulent, à contretemps envers ceux qui ne veulent pas. Oui, je suis importun, j'ose dire: "Tu veux t'égarer, tu veux périr; moi, je ne veux pas". Et finalement, celui qui ne veut pas, c'est celui qui me fait peur. Si je voulais, voici ce qu'il me dirait, voici ce qu'il me reprocherait: Vous n'avez pas ramené la brebis égarée; vous n'avez pas cherché celle qui était perdue. Est-ce que je te craindrais davantage que lui? Nous sommes tous à comparaître devant le tribunal du Christ.
Saint Augustin

Redressons-nous pour le combat au jour du Seigneur, car voici venir un temps d'épreuves et d'angoisses. Mourons, si Dieu le veut, pour les saintes lois de nos Pères, afin de mériter de partager avec eux l'héritage éternel. Ne soyons pas des chiens muets, des sentinelles silencieuses, des mercenaires fuyant les loups, mais soyons des bergers aux aguets, veillant sur le troupeau du Chirst, proclamant la volonté de Dieu au petit et au grand, au riche et au pauvre, aux hommes de toutes conditions et de tous âges, à temps et à contretemps, dans la mesure où Dieu nous en donnera la force.
Saint Boniface

Forcez-les d'entrer (Lc 14, 23). S'il n'y avait pas dans la grâce une espèce de violence, Jésus Christ ne dirait pas: Personne ne vient à moi que mon Père ne le tire. Et encore: Quand j'aurai été élevé de terre, je tirerai tout à moi (Jn 6, 44; 12, 32).
Les prédicateurs de l'Evangile doivent user au dehors d'une espèce de force: Pressez, priez, reprenez, corrigez, non seulement avec toute patience et toute doctrine, mais encore avec tout empire: parlez à propos et hors de propos; ne souffrez pas qu'on vous méprise (2 Tm 4, 2); Tt 2, 15). Cette force est salutaire, et la faiblesse humaine en a besoin.
Les fidèles, grands et petits, se doivent servir du pouvoir qu'il ont, avec prudence toutefois et modération, pour réprimer les scandales et abattre le règne de l'iniquité. Les hommes veulent quelquefois être forcés, et une douce violence prépare les esprits à écouter.
Bossuet

L'histoire de l'Eglise est l'histoire de la parole de Dieu, de cette parole qui, de même qu'elle a créé la lumière et l'univers et couronné la création en formant l'homme, fait sortir les morts du tombeau, commande aux vents et aux tempêtes; et parce que, selon le mot de l'Apôtre, le monde n'a pas connu, par le moyen de la sagesse, Dieu dans la Sagesse de Dieu, il a plu à Dieu d'opérer par la folie de la prédication le salut des croyants (1 Co 1, 21). Cette parole retentit d'éternité en éternité, à travers les siècles; bienheureux ceux qui l'écoutent, car c'est une parole de vie éternelle! C'est une parole que le Verbe de Dieu incarné fit passer de ses lèvres sur celles des apôtres, comme une parole de réonciliation entre le ciel et la terre, lorsqu'il leur dit: Allez, prêchez l'Evangile à toute créature (Mc 16, 15). Cette parole a retenti dans le monde, elle a retenti à Rome, dans les chaînes des Pierre et de Paul, car la parole de Dieu n'est pas enchaînée par le fer des souverains de la terre. Et j'entends Paul, le grand prédicateur de la foi et de la vérité, placé dans le monde comme le Docteur des Gentils, transmettre cette parole, reçue du Christ, à Timothée, son disciple bien-aimé, et lui dire: Proclame la parole.
Mais la vision du grand prédicateur des Gentils suscite en notre esprit la vision d'autres prédicateurs de la parole de Dieu; à la tête d'une phalange héroïque et sprlendide nous admirons Dominique de Guzman. Dans la lumière de Paul, nous contemplons le patriarche des Prêcheurs qui, imitant Paul, nous cire: Devenez mes imitateurs, tout comme je le suis moi-même du Christ (1 Co 11, 1). Ainsi Dieu se montre admirable dans ses saints; l'un reçoit la lumière du Christ et la transmet à l'autre; et, s'éclairant l'un l'autre, tous croissent en une même lumière divine, de même que le soleil éclaire les planètes, dont les rayons sourient à ceux des étoiles pour embellir la sérénité de nos nuits. Comme Paul, Dominique, lui aussi, éprouve les poussées incessantes du zèle et de la sollicitude pour tous les fidèles de l'Eglise; il réunit autour de lui une troupe de compagnons de son apostolat, destinés à répandre à travers le monde, dans la consolation et dans la peine, en des temps joyeux ou tristes: Insiste à temps et à contretemps. Comme Paul, Dominique, lui aussi, enseigne avec autorité toute science et toute vertu, réfute les fausses doctrines, excite et exhorte au bien, reprend et corrige les mauvaises moeurs, toujours avec une patience inaltérable, avec une sagesse céleste: Réfute, menace, exhorte, avec une patience inlassable et le souci d'instruire (2 Tm 4, 2).
Pie XII

Des faits douloureux se produisent aujourd'hui:  le processus de sécularisation actuellement toujours plus important en Europe a également franchi les portes de l'Autriche catholique. L'identification avec l'enseignement de l'Eglise diminue chez de nombreux fidèles, entraînant la perte de la certitude de la foi et faisant disparaître la crainte révérentielle pour la loi de Dieu. (...)

Que pouvons-nous donc faire? Existe-t-il un instrument saint que Dieu a préparé pour l'Eglise de notre temps, afin que vous puissiez affronter avec courage les défis que vous rencontrerez le long de votre chemin dans le troisième millénaire chrétien? Il est sans aucun doute nécessaire, d'une part, de professer de manière claire, courageuse et enthousiaste la foi en Jésus Christ qui vit ici et aujourd'hui dans son Eglise et en qui, selon son essence, l'âme humaine tournée vers Dieu peut trouver son bonheur. D'autre part, de nombreuses mesures missionnaires, petites et grandes, sont nécessaires et devront être prises pour apporter un "changement de cap".

Comme vous le savez bien, la confession de la foi est l'un des premiers devoirs de l'Evêque. "Je ne me suis pas soustrait - dit saint Paul à Milet aux pasteurs de l'Eglise d'Ephèse - à la tâche de vous annoncer toute la volonté de Dieu" (Ac 20, 27). Il est vrai que nous, Evêques, devons agir avec pondération. Toutefois, cette prudence ne doit pas nous empêcher de présenter la Parole de Dieu dans toute sa clarté, également ce que l'on écoute le moins volontiers ou qui suscite des réactions de protestation, voire de dérision.

Chers frères dans l'épiscopat, vous savez bien qu'il existe des thèmes relatifs à la vérité de la foi, et surtout à la doctrine morale qui, dans vos diocèses, ne sont pas assez présents dans la catéchèse et dans l'annonce. Parfois, par exemple dans la pastorale pour les jeunes dans les paroisses ou les groupes, ils ne sont pas du tout affrontés, ou pas de la façon claire voulue par l'Eglise. Grâce à Dieu, il n'en est pas ainsi partout. Les responsables de l'annonce craignent peut-être que les personnes puissent s'éloigner si l'on parle trop clairement. Toutefois, l'expérience révèle en général que c'est précisément le contraire qui se produit. Ne vous faites pas d'illusions! Un enseignement catholique qui est offert de manière incomplète, est une contradiction en soi et ne peut être fécond  à  long terme. L'annonce du Royaume de Dieu va de pair avec l'exigence de la conversion et avec l'amour qui encourage, qui connaît le chemin, qui enseigne à comprendre que même ce qui semble impossible devient possible par la grâce de Dieu.

Pensez à la façon dont, peu à peu, l'enseignement de la religion, la catéchèse aux divers niveaux et la prédication peuvent être améliorés, approfondis et pour ainsi dire complétés! Utilisez avec ardeur, je vous le demande, le Compendium et le Catéchisme de l'Eglise catholique! Faites en sorte que tous les prêtres et les catéchistes adoptent ces instruments, qu'ils soient présentés dans les paroisses, dans les groupes et dans les mouvements, et qu'ils soient utilisés dans les familles comme lecture importante! Face à l'incertitude de cette période historique et de cette société, offrez aux hommes la certitude de la foi intégrale de l'Eglise! La clarté et la beauté de la foi catholique rendent la vie de l'homme lumineuse aujourd'hui également! Et cela en particulier si elle est présentée par des témoins enthousiastes et enthousiasmants.

Benoît XVI aux évêques autrichiens, visite ad limina,
message du 5 novembre 2005


L'Église dans votre pays fait face à des défis liés à la situation culturelle et pastorale qui est en grande partie celle de toute l'Europe occidentale. Le progrès de la sécularisation et du relativisme entraîne non seulement une diminution de la fréquentation des sacrements, surtout de la participation à la Messe dominicale, mais aussi une mise en question des valeurs morales proposées par l'Église. Je pense en particulier à la crise profonde de l'institution du mariage et de la famille, et au nombre croissant de divorces, aux nombreux avortements, à la possibilité d'unions entre personnes de même sexe: tout cela constitue un signe évident de déchristianisation. Beaucoup de nos contemporains vivent comme si Dieu n'existait pas. Dans une telle société, on a plus que jamais besoin de votre voix d'évêques. Vous êtes appelés à faire entendre la Parole de Dieu et le message chrétien, qui aident à comprendre l'homme et le sens de son existence, prenant soin qu'il y ait entre vous, dans les prises de position nécessaires sur les questions théologiques et morales, unité et unanimité.
Même parmi les catholiques pratiquants, on note un affaiblissement de la foi. C'est pour vous une expérience douloureuse de voir des fidèles, et malheureusement dans certains cas des prêtres, mettre en question des points de la doctrine et de la discipline de l'Église. Certains s'arrogent même le droit de choisir, en matière de foi, les enseignements qui, selon eux, seraient admissibles et ceux qui peuvent être refusés. Le devoir fondamental de l'Évêque, Pasteur et Maître de la Foi, est d'inviter les fidèles à accepter pleinement l'enseignement de l'Église. Avec l'aide du Christ, je vous exhorte à annoncer l'Évangile avec courage et sérénité, "à temps et à contretemps" (2 Tm 4, 2).
Benoît XVI aux évêques suisses, visite ad limina,
message non prononcé, 7 novembre 2006


Enseigner, mon petit, ça n'est pas drôle! Je ne parle pas de ceux qui s'en tirent avec des boniments... La vérité, elle délivre d'abord, elle console après. D'ailleurs, on n'a pas le droit d'appeler cela une consolation. Pourquoi pas des condoléances? La parole de Dieu! C'est un fer rouge. Et toi qui l'enseignes, tu voudrais la prendre avec des pincettes, de peur de te brûler, tu ne l'empoignerais pas à pleines mains? Laisse-moi rire... Je prétends simplement que lorsque le Seigneur tire de moi, par hasard, une parole utile aux âmes, je la sens au mal qu'elle me fait.
G. Bernanos, Journal d'un curé de campagne
 

Afficher plus d'articles

<< < 1 2
RSS Contact