Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par dominicanus

 Écrit par Jules Gomes  •  ChurchMilitant.com (24/01/2022) - Traduction française : Louis Lurton

Écrit par Jules Gomes • ChurchMilitant.com (24/01/2022) - Traduction française : Louis Lurton

BARCELONE, Catalogne (ChurchMilitant.com) - Un grand éditeur catholique impliqué dans une opération de " fact-checking " pro-vaccin insiste sur le fait que son consortium n'a pas reçu de financement du propagandiste d'extrême gauche George Soros, malgré les preuves que son partenaire Verificat soit fortement financé par Soros.

 

Caricature illustrant le soutien de Soros au marxisme et à l'islam


 
Le Sunday Visitor, bien connu pour les salaires mirobolants qu'il verse à ses cadres supérieurs, a publié mardi un éditorial attaquant les révélations de Church Militant, écrivant que les affirmations selon lesquelles l’Open Society Foundations de George Soros aurait financé le consortium étaient "folles" et "absolument fausses".
 
Les propres bilans de Verificat (numéro d'enregistrement 65912) confirment pourtant que le "fact-checker" basé en Catalogne a reçu 21 741,99 euros en 2019 et 52 892,65 euros en 2020 de la part d'Open Society Foundations.
 
Le soi-disant vérificateur de faits, qui n'a aucune expertise médicale et a été créé en 2019 pour vérifier les informations sur les élections municipales de Barcelone, a déclaré sur 2019 20 579,60 euros en fournitures et frais de fonctionnement, et dépend donc presque entièrement de la subvention qui lui a été accordée par Soros.
 
Verificat a également reçu une subvention de 20 007,52 euros de l'International Fact-Checking Network (Institut Poynter) et de YouTube en 2020.
 
Le site Web de l'IFCN indique qu'il a reçu d'importants financements de la Fondation Bill et Melinda Gates, de Google, de Facebook et de l'Open Society Foundations depuis 2015.
 
Début janvier, une enquête de Church Militant a révélé qu'une opération catholique de fact-checking, dirigée par le géant des médias catholiques Aleteia en collaboration avec un consortium de 30 médias catholiques établis, était financée par Google, Bill Gates et George Soros.
 
« C'est un peu la même chose qu’affirmer que quelqu'un fréquente uniquement les services de Planned Parenthood qui ne sont pas financés par des avortements. »
 
"Aleteia, I.Media et Verificat travailleront avec un comité scientifique et deux centres de recherche pour détecter les fausses informations et créer une base de données de vérifications des faits (disponible en sept langues) pour les médias catholiques du monde entier", rapportait Google News Lab.
 
Le groupe catholic fact-checking (International Catholic Media Consortium on COVID-19 Vaccines) nomme OSV comme l'un des "partenaires médias" de son consortium ( https://catholic-factchecking.com/media-partners/ ). Un article de journal révisé par des pairs intitulé "Spanish Fact-Checking Services : An Approach to Their Business Models" (Services espagnols de vérification des faits : une approche de leurs modèles économiques) indique également que l'Open Society Foundations est le principal bailleur de fonds de Verificat.
 
Ironiquement, sans nommer Church Militant ou Verificat dans son éditorial, les rédacteurs de l'OSV ont insisté sur le fait que ni la Fondation Bill & Melinda Gates ni les Fondations Open Society n'ont été "sollicitées pour donner un seul centime aux efforts du consortium, et aucune ne l'a fait".
 
L'éditorial faisait également allusion à la chronique du journaliste chevronné Philip Lawler sur le financement de Catholicfactchecking.com par Google, Soros et Bill Gates. Il critique les journalistes "qui ont pris sur eux de décider que la vérification des faits catholiques ... n'est pas ce dont le monde a besoin".
 
« Les chiens de garde autoproclamés prétendent avoir réfuté une déclaration, alors qu'en fait ils n'ont fait que proposer une autre opinion. »
 
L'éditorial ne nomme pas Lawler, rédacteur en chef de Catholic World News et auteur de 10 livres (dont le récent Contagious Faith : Why the Church Must Spread Hope, Not Fear in a Pandemic).
 
Auparavant, l’article de Lawler, "Just What We Don't Need : Catholic 'Fact-Checkers'", déplorait le phénomène "bruyant" du "fact-checking", dans lequel "des chiens de garde autoproclamés prétendent avoir réfuté une déclaration alors qu'en fait, ils ont simplement proposé une autre opinion".
 
Mais, écrivant aux abonnés menaçant d'annuler leur abonnement à l'OSV, l'éditeur Scott P. Richert a noté : "Je suis attristé d'apprendre que vous et votre famille ne lirez plus Our Sunday Visitor." Il s'est également adressé à la fois à Lawler et à Church Militant.
 
Lawler "répète des affirmations faites par Church Militant qui ne sont tout simplement pas vraies", a ajouté Richert, dans une correspondance obtenue par cet apostolat.
 
Dans ses commentaires à Church Militant, Lawler a déclaré : Si Scott Richert peut indiquer des déclarations dans mon article qui "ne sont tout simplement pas vraies", je serais reconnaissant pour la correction. Je crois que j'ai présenté les faits avec exactitude. Aleteia et OSV - deux institutions avec lesquelles j'ai eu des relations très amicales - se sont joints à des alliés très douteux pour une cause que je considère comme totalement erronée, voire dangereuse.
 
Dans son courriel Richert a accusé Church Militant de se montrer "au mieux, gravement mal informé et, au pire, prêt à s'engager dans la calomnie et la diffusion délibérée de la désinformation par culpabilité par association".
 
"Church Militant pourrait tout aussi bien prétendre que j'ai conclu une alliance néfaste avec Apple et Microsoft parce que je vous écris cet e-mail dans Microsoft Outlook sur un MacBook Air", a ajouté Richert.
 
« Je déteste vraiment répondre aux menteurs sans scrupules, car ils ne cherchent souvent rien d'autre que de provoquer une réponse. »
 
Les déclarations fiscales de Our Sunday Visitor de 2019 révèlent que ses 10 principaux dirigeants ont reçu 2,25 millions de dollars de salaires annuels à eux tous, avec en tête le PDG Kyle Hamilton à 365 438 dollars, la responsable des produits de compte Joan Lewis à 341 236 dollars et le président de l'édition Joseph B. Wikert à 227 815 dollars.
 
Le mois dernier, un éditorial d'OSV insistait sur le fait que "le vaccin COVID-19 est un cadeau qui sauve des vies" et, malgré le désaccord farouche de certains éminents éthiciens et scientifiques médicaux catholiques, soutenait que les vaccins sont "approuvés médicalement et moralement".
 
Michael Voris, fondateur et président de Church Militant, a dénoncé l'OSV comme étant "un tueur à gages, payé pour faire fi de toute preuve scientifique et, dans cette veine, de toute revendication théologique contre l'efficacité ou la moralité du soi-disant vaccin".
 
Voris a poursuivi :  Ils ignorent aussi, comme par hasard, la myriade d'effets secondaires et de décès qui ont atterri à sa porte. Ils n'évoquent jamais les accords corrompus que Pfizer et sa société ont conclus avec un gouvernement américain corrompu, selon lequel toute personne lésée par le "vaccin" ne peut pas poursuivre les fabricants en dommages et intérêts.
 
Voris a également fait remarquer le silence du consortium de "vérification des faits" sur deux réunions secrètes entre le PDG de Pfizer, Albert Bourla, et le pape François en 2021, en demandant "Pourquoi ce silence, les gars ?".
 
En 2012, le Vatican a choisi OSV pour être le distributeur exclusif de l'édition nord-américaine-anglaise de L'Osservatore Romano, le journal officiel du Vatican. L'éditeur assurera également l'exécution des commandes, le service client et le soutien marketing du journal.
 
« Les milliards de Soros et de l'Open Society Foundations semblent être un flux de financement gauchiste à sens unique. »
 
Church Militant a contacté l'éditeur Scott Richert pour un commentaire mais n'a pas reçu de réponse. Au lieu de cela, Richert a écrit sur sa page Facebook, "Je déteste sincèrement répondre aux menteurs sans scrupules parce qu'ils ne veulent souvent rien de plus que de provoquer une réponse. Mais il est parfois nécessaire de remettre les pendules à l'heure."
 
Lorsque le commentateur Eric Obermeyer a contesté le post Facebook de Richert avec des preuves montrant le financement de Verificat par Soros, l'éditeur a répondu : "Les activités de Verificat financées par d'autres organisations sont distinctes de leurs activités dans le consortium."
 
"C'est un peu comme dire que quelqu'un fréquente uniquement les services de Planned Parenthood qui ne sont pas financés par des avortements", a répliqué Mme Obermeyer.
 
Les catholiques fidèles avaient déjà critiqué OSV pour avoir publié une publicité pour l'Association des prêtres catholiques des États-Unis dans le numéro d'avril 2020 de l'une de ses revues phares, The Priest.
 
L'AUSCP, pro-LGBTQ+, défie les enseignements de l'Église et a officiellement demandé l'ordination des femmes à la prêtrise. En revanche, OSV a refusé un espace publicitaire à Church Militant pour une annonce de fête des mères qui faisait également la promotion d'un prochain pèlerinage à Rome.
 
Alors que les gauchistes décrivent Soros comme le croque-mitaine de la droite politique, l'ancien sénateur et expert australien Cory Bernardi met en évidence "une voie légèrement plus sombre" concernant le magnat des fonds spéculatifs. "Les milliards de Soros et de l'Open Society Foundations semblent être un flux de financement de gauche à sens unique. Il n'y a guère de cause de gauche sur laquelle il n'ait apposé ses empreintes financières."
 
Les organisations financées par Soros soutiennent l'avortement, le programme LGBTQ+, l'ouverture des frontières et l'immigration islamique sans restriction en Europe, Antifa, le gouvernement mondialiste, le mouvement pour le changement climatique et le mouvement marxiste Black Lives Matter. Et en 2016, Soros a aidé à financer l'effort de légalisation de l'avortement dans l'Irlande catholique.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article