Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21

Cardinal Carlo M. Martini, Jean: l'Évangile des 'gnostiques' (2)

Walter Covens #la vache qui rumine (Années B - C)
17 TOB evLe texte qui reprend peut-être le mieux ce que représente le message de Jean dans l'’esprit néotestamentaire est la première lettre aux Corinthiens (2, 6-16), surtout les versets 6, 7 et 8. Lisons-le rapidement, en indiquant ce qui me semble être le rythme méditatif des versets, que chacun pourra s'’appliquer à soi-même : Entre parfaits (c’'est-à-dire téléioi) parlons de sagesse (c’'est donc là un discours pour chrétiens avertis), mais d’'une sagesse qui n’'est pas de ce monde, ni des puissances de ce monde, qui sont réduites à rien. Parlons d’'une sagesse divine, mystérieuse, qui est restée cachée et que Dieu a préordonnée avant les siècles pour notre gloire. Aucun des puissants de ce monde n’'a pu la connaître...… Quelles sont alors les indications fondamentales qui ressortent de ces versets?

1. Avant tout qu'’il existe une sagesse dont Paul a l'’intention de parler, qui est propre au disciple fervent et éclairé. C'’est bien cette sagesse qui est à notre disposition en ce sens que Dieu veut nous la donner.

2. Cette sagesse n'’est pas de ce monde. C'’est une sagesse qui ne s'’acquiert pas, fût-ce au prix de lectures, conversations, études, recherches, parce qu'’elle n’'est pas le produit de l’'action humaine. Elle n’'est pas de ce monde et elle ne sert pas pour ce monde. C'’est-à-dire qu'’elle n'’est pas non plus une sagesse que nous acquérons pour ensuite dire de belles paroles devant les autres, en prêchant ou en donnant des retraites. C'’est une sagesse qui est au-delà des calculs que nous pourrions être tentés de faire. C’'est une sagesse pour nous, mais non une sagesse de ce monde, ni des puissants de ce monde, c’'est-à-dire de toutes les forces –- de profit, d’'acquisition, et d'’efficience - –qui la voudraient en nous pour s'’en servir comme de toutes les autres choses dont nous pouvons user.

3. Nous parlons au contraire d'’une sagesse divine, mystérieuse, cachée. Et ici nous pouvons faire attentivement réflexion sur ces attributs, mystérieuse et cachée, ils veulent dire qu'’il existe dans la vie chrétienne une sagesse qui souvent demeure cachée à nos yeux, parce qu'’elle ne s'’identifie pas avec les actions que nous faisons ni aucune des pensées que nous pourrions mettre en œoeuvre. Elle est au-delà de toutes ces choses; une sagesse mystérieuse et cachée, mais que Dieu nous offre, pauvres que nous sommes.

       Voilà une sagesse chrétienne qui est la source de toute plénitude de vie, de la sérénité de l’'esprit, de la capacité de juger en des situations délicates, du courage de vivre en chrétien quelle que soit la situation où l’'on se trouve. Cette sagesse, que Dieu a préordonnée avant les siècles en vue de notre gloire et qui nous vient de lui-même, elle nous est révélée par son Esprit.

       La discipline spirituelle du IVe évangile ne veut donc pas expliquer, parce que ces réalités ne sont pas celles qui s’'expliquent par des mots, mais montrer une voie de pénétration au coeœur de cette sagesse, au-delà de toutes les règles ascétiques, de toutes les pratiques, de toutes les idées. Voilà le coeœur, la moelle d’'une vie chrétienne mûrie.

       Nous prenons ce IVe évangile comme une sorte de manuel qu’'on pourrait appeler "le troisième cycle" de l'’initiation chrétienne. Nous pouvons en effet appeler "premier cycle" le catéchuménat, auquel est spécialement adapté l'’évangile de Marc. On appellera "deuxième cycle" l’'enseignement des obligations de la vie en Église, auquel correspond bien l'’évangile de Matthieu; on y joindra l’'enseignement sur le fait chrétien dans l’'histoire du monde, l’'insertion du christianisme dans la société et la culture suivant le temps et le milieu, qui se trouve dans Luc et les Actes des Apôtres. De là, prenant Marc comme premier cycle, Matthieu-Luc-les Actes comme deuxième cycle de l'’initiation chrétienne (la catéchèse), le troisième cycle est celui qui consiste en la formation intérieure et mystique du chrétien, l'’introduction à la familiarité vécue avec le mystère de Dieu. Dans le Nouveau Testament peut-être est-ce là une des taches de Paul; certainement c'’est celle de Jean, et, à un autre point de vue, de la lettre aux Hébreux.

       Le troisième cycle suppose l’'exercice des précédents et l'’acquis d’'un certain nombre de choses; il faut maintenant passer outre et voir le sens le plus profond des choses en question. C’'est dans ce sens que nous voulons nous laisser guider par l'’évangile de Jean.

       Ici affleure une nouvelle question : de quel point précis part la prédication de Jean?

       Jean prêche, il veut éduquer le chrétien déjà instruit, celui qui connaît les choses de la foi, riche de sagesse. Mais dans le concret où est le véritable point de départ? Ce n'’est certainement pas les chrétien déjà en possession de la perfection, car celui-là n'’aurait plus besoin d’'être instruit. Son point de départ, c’'est l’'homme d’'âge mur, c’'est-à-dire celui qui après avoir acquis l’'instruction, connaissance et expérience fondamentale des vertus courantes de la vie, ou même un peu plus, se trouve maintenant pris en des situations plus délicates et plus laborieuses.

Voici votre roi, Cerf, 1981, p. 14-18 (2e partie)

Robert 03/08/2006 10:38

             Père,        Je vous ai laissé un commentaire peu clair, mais je voulais témoigner de l\\\'oeuvre de l\\\'Esprit Saint qui nous conduit continuant la grâce qu\\\'Il a donné à Ses prêtres.Il inspire chaque sermon, et cela nous dépasse, comme nous dépasse les grâces qu\\\'Il nous donne ainsi : de guérison, de connaissance...Seulement,le partage est absent, partage entre les fidèles et entre les prêtres et les fidèles, ce retour de l\\\'homélie et des lectures dont je parlais. Car  chaque messe est le lieu de notre guérison où le Seigneur va nous parler si nous l\\\'associons à la confession).Ce partage (humble),Internet le permet dans la modération, car il ya un recul et en même temps une certaine instantanéité : c\\\'est un bon terreau pour l\\\'Esprit Saint...Mais il a ses limites :surtout celle de monopoliser notre temps, alors on ne peut pas toujours y avoir accés, on doit faire des choix...mais je reste confiante dans l\\\'Oeuvre de l\\\'Esprit qui guide chacun où il en est , s\\\'il se fait petit et à l\\\'écoute. Ce que le Seigneur ne peut que bénir c\\\'est cette ouverture et ce partage que vous permettez. Vous nous offrez tout de votre temps et de vos richesses. c\\\'est là un sacrifice qui en soit porte beaucoup de fruits... dans la confiance.      Florence  (Vous n'êtes pas obligé de publier mes commentaires si quelque chose vous dérange, c'est dans l'Amour.)

Robert 03/08/2006 09:34

          Cela prend déjà beaucoup de temps pour nous lecteurs...Je crois qu\\\'il faut vivre nos limites dans la foi, car Dieu s\\\'accorde avec nos possibilités et Il recherche en premier notre intention.C\\\'est Lui toujours Lui qui nous nourrit, et Il nous donne ce qu\\\'Il nous faut par jour. Il a dit à Ses apôtres :" Je ne vous ai pas tout dit parce que vous ne pouvez pas le porter, mais l\\\'Esprit Saint, Lui, vous rappellera tout, vous enseignera tout".Nous sommes petits devant le don de Sa Parole, mais,quand notre coeur s\\\'ouvre à Lui dans un abandon total, et que nous Lui remettons tout : notre esprit (et ses boulets), nos actions ...c\\\'est Lui qui vient dans notre profondeur nous parler au-delà de nos lectures,dans un coeur à Coeur intime et nous donner cette connaissance parfaite dont st Jean parle (texte de Mgr Carlo Bartoli) qui n\\\'est pas notre oeuvre.Je vous remercie pour toute la richesse que vous nous avez déjà donné et parce que vous nous portez dans vos prières.Que le Seigneur vous donne des traducteurs et un(e) secrétaire, ainsi que du repos, voilà ma prière. Florence

Walter Covens 03/08/2006 14:47

Amen;

Robert 02/08/2006 22:04

     Je trouve aussi -et par votre manière de mettre à profit le blog- que c'est un outil excellent qui permet comme vous le dites l'évangélisation, mais en même temps une interaction, un retour de l'homélie personnel, un échange qui n'est pas possible en paroisse, la plupart du temps.Peut'être votre exemple fera des émules auprés d'autres prêtres?, je le souhaite!  Florence

Walter Covens 03/08/2006 00:52

Vous avez bien compris mon intention. Mais il faut ajouter que cela prend énormément de temps que tous les prêtres ne peuvent peut-être pas investir. Priez pour que je puisse continuer avec la grâce de Dieu.

Robert 02/08/2006 10:26

                     Père Covens,     Ne vous méprenez pas sur mon intention (pure) qui m'a fait vous recopier ce texte (qui n'est pas destiné à être publier).Si je ne lle faisais pas, c'est comme si je choisissais toujours la solution de la tiédeur ou de la fausse humilité, est-ce ainsi que l' Eglise se fortifiera (si tout le monde fait ainsi !)  ?Je suis trés peinée par ce qui se passe au Liban, mais non pas étonnée, car je reconnais la fausseté des grands de ce monde leur hypocrisie sans nom, leur lâcheté, la fauuse paix dont ils veulent nous draper, leurs faux accords...dont ils auront à répondre devant Dieu qui Seul peut nous sauver.Mais je demande pardon et Miséricorde pour tous (moi y compris). Merci père! P.S : je pense,comme vous qu'une direction spirituelle n'est pas possible à distance. A vrai dire je ne sais pas trop où elle est possible... je ne la trouve que chez le prêtre trés agé que je vais voir, n'étant pas pris par les contraintes, il est plus disponible et m'a aidé, à chaque confession.Je me suis engagé cependant vis à vis de vous , cela vient de mon cheminement personnel, dans la foi personnelle.

RSS Contact