Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21

Le Pape Benoît XVI est toujours Pape - Brian Murphy

dominicanus #Benoit XVI, #actualités

Le but de cette vidéo est de fournir une démonstration claire et irréfutable que le pape Benoît XVI n'a pas renoncé de manière valide à la charge de la papauté en février 2013, et qu'il est donc toujours le Pape. 

Au mois d'octobre dernier, j'avais été invité à Rome pour contribuer à une conférence sur ce sujet:

 

LA RENONCIATION DU PAPE BENOÎT XVI à la lumière du Magistère du Pape Jean Paul II

LA RENONCIATION DU PAPE BENOÎT XVI à la lumière du Magistère du Pape Jean Paul II

 

Suite à cette conférence, j'ai été sollicité pour traduire la vidéo de Brian Murphy qui est en train de faire le tour du monde. Outre la version originale en anglais ont déjà été mises en ligne des versions sous-titrées en espagnol, italien, portugais et allemand. J'ai aujourd'hui la joie de vous présenter la traduction française. Elles se trouvent sur la chaîne Youtube de Brian Murphy. Des traductions en russe et en polonais sont en préparation. D'autres en arabe, hongrois, hindi et/ou swahili sont souhaitées.

Voici donc la transcription de ma traduction française. N'hésitez pas à la partager très largement sur les réseaux sociaux ou par courriel.

***

Bonjour, je suis Brian Murphy et je vous parle depuis mon bureau en Californie du Sud.

Le but de cette vidéo est de fournir une démonstration claire et irréfutable que le pape Benoît XVI n'a pas renoncé de manière valide à la charge de la papauté en février 2013 et qu'il est donc toujours le pape.

En tant que catholiques, nous avons toujours cru et croyons encore qu'il y a un Dieu, qu'il est le Créateur de tous, que son Fils s'est incarné pour sauver l'humanité, qu'il est mort et ressuscité des morts et qu'il a fondé la seule vraie religion pour le salut de tous, l'Église catholique.  Jésus est notre Seigneur et notre Sauveur. Il est le seul chef de l'Église. Cependant, pour protéger Son troupeau des faux bergers et des loups voraces, Il a donné à Simon Bar Jonas un don des plus étonnants, la charge d'être Son Vicaire sur Terre. Et Il a promis à l'homme qui s’acquitte de cette charge qu'il ne perdrait jamais la foi et que tout ce qu'il lierait sur Terre serait lié au Ciel.  Ce sont là des promesses formidables de la part d'un Dieu formidable. La fonction de Pierre, par conséquent, n'est pas quelque chose de coutumier, de traditionnel ou simplement d'utile. C'est un don de la bouche du Dieu vivant incarné pour nous aider à rester fidèles et pour protéger l'Église des portes du monde des ténèbres.  Savoir qui est le Pape est donc une nécessité de foi et de communion. Car si nous nous trompons, nous finirons par suivre un faux berger.  C'est pourquoi l'Église nous donne le Droit Canonique - pour nous dire quand et dans quelles conditions un homme devient le vrai pape, et quand et dans quelles conditions un vrai pape démissionne.

Peut-être le fait qu'il y ait deux papes au Vatican, le fait que Benoît continue à porter du blanc, à porter l'anneau papal, à porter et à signer de son nom papal de Benoît, à vivre au Vatican, à donner des bénédictions apostoliques que seul le pape peut donner, etc., vous laisse-t-il perplexe. En même temps, vous regardez peut-être avec consternation l'homme qui semble être le pape actuel, François (ou le Cardinal Bergoglio), qui conduit l'Église catholique dans un précipice avec son approbation de Communions sacrilèges, son refus de la légitimité de la loi naturelle de la peine de mort, sa promotion de l'idolâtrie païenne, et son programme global de franc-maçonnerie mondialiste, au lieu de l'Évangile de Jésus-Christ.

C'est un problème sérieux !  C'est un grand affront à la Justice Divine, et un danger pour les âmes, de croire que le pape n'est pas le pape, et de suivre quelqu'un d'autre comme s'il était le pape.  Chaque catholique doit savoir à qui il doit obéissance.
  
Il est possible de démontrer à partir du droit canonique que Benoît XVI n'a jamais validement renoncé à sa charge en février 2013.  De son ministère, oui, mais pas de la charge de la papauté. Nous verrons que cette distinction est cruciale pour comprendre pourquoi Benoît est toujours pape, et François (le cardinal Bergoglio) de ce fait un antipape sans aucune autorité dans l'Église.
   
Pourquoi la renonciation du pape Benoît XVI est-elle invalide ?

Pour comprendre cela, nous devons examiner l'Acte de renonciation de Benoît du 11 février 2013.  Le principal problème de cet Acte est qu'à aucun moment Benoît n'annonce qu'il renonce à la charge de la papauté. Le mot latin pour charge est "munus" qui se traduit aussi par honneur ou devoir.  En revanche, il annonce seulement qu'il renonce au ministère.
  
Pourquoi cette distinction est-elle importante ? Parce que ce à quoi vous ne renoncez pas, vous le gardez.  Pour que la renonciation à la papauté soit valide, l'homme qui est pape doit renoncer explicitement à la charge par son nom. C'est ce qui est dit en toute lettre dans le Code de droit canonique de 1983 (canon 332.2)

L'acte de renonciation de Benoît ne remplit donc pas les conditions d'une démission de la papauté et est donc invalide. Étant invalide, Benoît reste pape jusqu'à ce qu'il renonce à la charge ou bien quitte cette vie.

Vous vous demandez peut-être maintenant, pourquoi parler ainsi en 2019 ?  Pourquoi personne n'en a parlé en 2013 avant l'élection de Bergoglio ?  Notre affirmation est-elle peut-être une manière de se débarrasser des horreurs d'un pape mauvais mais valide ?

Non. En fait, dès que l'Acte de renonciation de Benoît XVI est sorti le 11 février 2013, la presse italienne et française ont publié par écrit en moins d'une journée des doutes sur la validité du texte de renonciation. De plus, le professeur Radaelli en Italie a écrit à Benoît pour l'avertir qu'un antipape serait élu à sa place s'il franchissait cette étape.  Notre affirmation n'est donc en aucun cas un recul artificiel par rapport à la réalité, comme l'accuseraient les défenseurs du régime bergoglien.

Examinons quelques objections courantes à notre affirmation de nullité, avancées en défense de la validité de la démission de Benoît.

L'erreur la plus fréquente que l'on fait pour affirmer que Benoît a validement démissionné est probablement l'affirmation que « munus » (charge) est à toutes fins utiles synonyme de « ministerium » (ministère). Ainsi dira-t-on que Benoît a en fait démissionné de manière valide.

Cet argument est de toute évidence en contradiction avec le droit canonique, qui définit le ministère et la charge dans deux canons distincts.  Nous ferons remarquer que les défenseurs de Bergoglio ne font jamais état de ces définitions canoniques, faisant plutôt appel aux dictionnaires latins populaires. Cependant, les seules définitions valables sont celles définies dans le Droit Canon.

Une autre objection à notre revendication est de dire que le Pape est au-dessus du Droit Canonique et peut démissionner comme bon lui semble. Il y a ici deux erreurs. La première erreur est de ne pas tenir compte de l'esprit du législateur dans la promulgation du droit canonique. Le canon couvrant la renonciation papale a été codifié par le pape Jean-Paul II en 1983.  Maintenant, il est vrai que Benoît en tant que pape est le législateur suprême de l'Église, mais pour cela il doit d'abord légiférer. Puisque dans ce cas il ne l'a pas fait, le canon 332.2 reste valide. Benoît aurait pu déroger à ce canon en démissionnant, mais là encore il ne l'a pas fait, et en tant que tel il reste soumis au droit en l'état. Notez aussi que l'acte de renonciation était l'acte de Benoît en tant qu'homme qui est pape, et non un acte juridique du pape.

La deuxième erreur est le mépris de la nature de la Charge tel qu'il a été établi par le Christ. Le Fils de Dieu a confié la charge pétrinienne à un seul homme, pour qu'il ne soit pas divisé ou partagé entre plusieurs. Le Droit Canon, basé comme il l'est sur la Loi Divine, doit pour être valide, refléter la volonté du Christ. Benoît a créé la situation où il y a deux papes, l'un qui occupe la charge, et l'autre qui est délégué au ministère.  Ceci est contraire à la volonté du Christ.

Donc, le Pape ne peut pas démissionner comme il veut.

Des explications canoniques détaillées sont disponibles pour tous ceux qui sont intéressés, à ce site web. ppbxvi.org (ce sera affiché à l'écran).

En contraste avec ces objections, la tradition canonique fait clairement état d'une mention de munus (ou un de ses synonymes) dans la renonciation à une charge, mais d'aucune mention de ministère.
  
Compte tenu de cette information, un catholique est tenu de se soumettre au droit canonique et de présumer que Benoît n'a en fait jamais renoncé à la charge de pape et qu'il est donc toujours pape.
  
Une autre objection à notre affirmation est de dire que les cardinaux agissent comme si la démission était valide.  Cependant, agir comme si elle était valide ne la rend pas valide.  Agir comme si un canon (ici, le canon 332.2) était respecté ne signifie pas qu'il a été respecté.

Une objection similaire à notre affirmation affirme que le fait qu'un conclave ait eu lieu en mars 2013 est la preuve que la démission de Benoît était valide.

Non. Premièrement, le fait que les cardinaux se soient rencontrés en mars 2013 ne signifie pas que le conclave était valide. En effet, selon le droit canonique, un conclave ne peut être convoqué tant que le siège de Pierre est encore occupé. Ainsi, le simple fait d'avoir un groupe de cardinaux réunis en secret ne signifie pas que le conclave est valide, et évidemment un conclave de validité douteuse ne peut pas être utilisé pour valider la démission de Benoît car il s'agit d'un raisonnement circulaire.  « La démission de Benoît était valide parce qu'il y a eu un conclave, et le conclave était valide parce que Benoît a démissionné. »  Nous devons plutôt nous tourner vers le droit canonique.  Le Canon 188 dit que la démission de Benoît était invalide, à cause d'une erreur substantielle, et donc tout conclave, convoqué alors qu'il est encore en vie, est invalide.

Une autre objection à notre affirmation : Benoît a demandé un conclave dans son acte de renonciation, donc il a dû démissionner.

Non. Pour être valable selon le droit canonique, Benoît devait renoncer au munus (charge), ce qu'il n'a pas fait. Lui aussi, étant toujours l'occupant du siège de Pierre, ne pouvait par la loi divine demander la tenue d'un conclave de son vivant.

Oui, il y a consenti, mais cela n'a pas d'incidence sur la validité de sa renonciation, puisque le munus a été omis dans la déclaration de la renonciation.

Nous signalons ici une autre erreur des apologistes bergogliens qui disent que Benoît a démissionné de telle manière qu'un conclave soit convoqué, montrant ainsi son intention de le faire.  Or, une chose aussi importante qu'une renonciation ne peut être jugée de manière fiable sur la base de l'intention.  Qui jugera de l'intention ?  Le droit canonique ne prévoit pas que l'on puisse juger de l’intention de quelqu'un.  Un tel processus serait malicieusement invisible pour l'Église universelle.  L'intention ne rend pas le siège vacant. Les mots sont nécessaires.  De même, l'intention de renoncer au ministère actif ne rend pas le siège vacant non plus.

Beaucoup de gens se demandent avec quelle rigueur le Droit Canon devrait être appliqué.  Ils pensent: oh… et bien, Benoît avait l'intention de démissionner.  Le Saint-Esprit était là...  Tout s'est arrangé...  Nous avons un nouveau Pape et tout va bien...  Il ne faut pas s'embarrasser des détails rigoureux de la loi.  Nous répondons: Attention!  Le Saint-Esprit ne cautionne pas les infractions à la loi.  Contourner la loi est un acte de l'homme - pas du Saint-Esprit.

 

Une question fondamentale se pose donc : quel degré de rigueur juridique doit être appliqué aux processus qui modifient la papauté ?  Nous pouvons nous faire une idée de cette question en examinant un exemple parallèle provenant d'un tout autre domaine.  Je suis un entrepreneur qui travaille dans une entreprise qui gère des essais cliniques pour de nouveaux médicaments fabriqués et testés par une société pharmaceutique.  Le principal document d'orientation de tout essai clinique est le protocole clinique.  Tout comme le droit canonique a été édité et ajusté pendant des siècles, le protocole est édité et ajusté pendant des mois par de nombreux experts en la matière, des médecins, des docteurs, des statisticiens et divers professionnels.  Il est considéré comme crucial par tous ceux qui sont impliqués que le protocole soit suivi rigoureusement pendant l'essai clinique.  Avant et pendant l'exécution de l'essai clinique, nous envoyons des moniteurs sur les sites cliniques dont le travail consiste à s'assurer que ces sites respectent chaque détail du protocole.  Un moniteur passera un, deux ou trois jours sur un site, à passer au crible les dossiers pour vérifier la conformité.  Tout écart mineur par rapport au protocole est consigné par écrit en toute transparence.  La société pharmaceutique doit vérifier l'impact et refaire certaines parties de l'essai clinique si elle le juge nécessaire.  Toutes ces informations sont minutieusement documentées en vue d'un éventuel audit par la Food and Drug Administration (FDA).  L'intention, ou l'acceptation universelle par le personnel du site clinique n'est jamais acceptée comme un substitut à un travail bâclé.  Si la FDA constate des irrégularités graves, l'approbation du médicament peut être refusée, ce qui peut coûter au promoteur 100 millions de dollars ou plus en coûts irrécupérables.

Les processus pour gouverner l'Église de Dieu ne devraient-ils pas être encore plus rigoureux que ceux requis pour les essais cliniques ?  Le droit canonique n'a-t-il pas évolué à partir de douloureux échecs historiques ?  S'il y a une renonciation papale, une commission d'experts en Droit Canonique ne devrait-elle pas être immédiatement convoquée pour analyser le document de renonciation et les événements qui l'entourent afin de détecter toute irrégularité ?  Ne devraient-ils pas signaler toute irrégularité avec transparence à l'Église universelle ?  Lorsque Benoît XVI a démissionné, pourquoi cela n'a-t-il pas eu lieu ?  Lorsque le cardinal Godfried Danneels a rapporté dans son autobiographie qu'un groupe de cardinaux qu’eux-mêmes ont appelé la Mafia de Saint Galien a fait du porte-à-porte pour obtenir des votes et s'est entendu pour faire élire le cardinal Jorge Bergoglio, en stricte violation des procédures connues pour les conclaves, avec une peine d'excommunication pour les contrevenants, pourquoi cela a-t-il pu se produire sans correction ?  Où était la commission de surveillance ?

Les prophéties de Notre-Dame du Bon Succès, approuvées par l'Église, ont fourni la réponse cruciale.  Au début du 17ème siècle, elle a dit à Mère Mariana que vers la fin du 20ème siècle, qui est notre époque, « la Franc-maçonnerie, qui sera alors au pouvoir, promulguera des lois iniques dans le but de supprimer ce Sacrement (en se référant au Sacrement du mariage), de rendre facile pour tous de vivre dans le péché et d'encourager la procréation d'enfants illégitimes nés sans la bénédiction de l’Église ».  Enfin, ce message s'accorde parfaitement avec son message dans le Troisième Secret de Fatima où elle disait : « Satan régnera dans les plus hautes sphères et réussira à s'infiltrer jusqu'au sommet de l’Eglise. »  Il est donc raisonnable de conclure que les francs-maçons sont au pouvoir au Vatican et qu'ils ont délibérément ou négligemment renoncé aux contrôles canoniques pour faire élire leur homme.  Pourquoi se préoccuper des irrégularités ?  Il suffit d'avancer comme si tout était et est normal.  C'est pourquoi, malgré les divers appels à tenir compte de ces questions, nous ne voyons aucune tentative sérieuse de le faire.  Pour répondre à l'avertissement de Marie, deux lois iniques qui suppriment le sacrement du mariage sont 1) l'acceptation par Bergoglio du remariage après le divorce dans Amoris Laetitia et 2) l'acceptation par Bergoglio de la contraception, le grand destructeur du mariage.

En tant que chrétiens, nous sommes obligés de lire les signes des temps. Nous savons par la Foi que Jésus sera toujours fidèle et nous donnera toujours un berger fidèle comme son Vicaire. Mais il n'est pas exagéré de dire que ce que nous voyons est un signe fort que cet homme que beaucoup pensent être le Pape, n'est pas le Pape, parce qu'il n'agit pas comme quelqu'un qui a reçu le don de la charge pétrinienne.

Les événements qui entourent la papauté continueront à s'aggraver.  À un moment donné, quand tout semble perdu, Marie a promis de restaurer l'Église « de façon merveilleuse ».  Alors que ce régime désastreux se déploie, des millions de personnes prient pour que cela se produise bientôt.  Elle peut la réparer.  Nous ne pouvons pas le faire seuls.  Cependant, nous pouvons jeter les bases de son intervention éventuelle par la prière, en particulier le chapelet et des actes courageux.  En attendant, il faut rester fidèle au vrai Pape. L'allégeance à un hérétique et à un schismatique fait d'une personne un hérétique et un schismatique.

Nous terminons par une prière pour le Pape Benoît XVI - au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, Amen.  Dieu éternel et tout-puissant, aie pitié de Ton serviteur, Benoît, Ton Vicaire sur la terre, et dirige-le, selon Ta bienveillance, sur le chemin du salut éternel pour toute l'Église. Par ta grâce, qu'il désire toujours ce qui te plaît et qu'il l'accomplisse de toutes ses forces, par le Christ notre Seigneur. Amen.

Question : envoyez-moi un courriel à brian@godsplanforlife.org

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Willy EBONDO 05/01/2020 14:09

Je crois que vous n'avez pas totalement tord... c'est quand même très sérieux ce que vous dites. Le seul problème pour nous autres c'est que nous n'avons jamais vu l'acte de renonciation de Benoît pour l'analyser au regard de vos arguments.

dominicanus 06/01/2020 05:41

Bonjour. J'ai pourtant reproduit l'acte de renonciation en latin ici :
http://www.homelie.biz/2019/10/la-renonciation-du-pape-benoit-xvi-a-la-lumiere-du-magistere-du-pape-jean-paul-ii.html

Pour la traduction française: http://www.vatican.va/content/benedict-xvi/fr/speeches/2013/february/documents/hf_ben-xvi_spe_20130211_declaratio.html

Mais c'est le texte latin qui fait foi. Il pose néanmoins problème, tout comme les traductions.
Voir : http://www.homelie.biz/2019/10/la-renonciation-du-pape-benoit-xvi-a-la-lumiere-du-magistere-du-pape-jean-paul-ii.html

RSS Contact