Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21

François-Xavier Ajavon, Angoisse : dans un an, “Mai 2008”

Walter Covens #actualités
Angoisse : dans un an, “Mai 2008”     Qu’on se le dise dans les chaumières : le mois de mai 2008 sera peut-être un peu difficile à supporter. En effet, nous fêterons alors — dans une liesse médiatique qu’il faut craindre — les quarante ans des événements anarcho-festifs de 1968.

    D’abord les médias donneront à cet anniversaire un écho démesuré. Le Figaro titrera peut-être : « Génération 68 : pour un droit d’inventaire. » Si Libé est toujours en kiosque (espérons-le !), il nous gratifiera de la photo géante d’une jolie militante trotsko, aux allures baba, avec le titre « 68, année érotique ». L’Huma osera certainement quelque chose dans le genre « 68-08 : la lutte continue ». Plus prudente la Tribune titrera sobrement : « Sarkozy revient de Chine avec une commande ferme pour 300 Airbus. »

    Les médias audiovisuels en feront des tonnes et des tonnes : on sera saturé de ces délicieuses images d’actualité en noir et blanc, siglées INA. On rendra le culte aux idoles en invitant sur les plateaux de télé les anciens combattants de cette drôle de guerre… Oh ! ce seront des moments de télévision émouvants, efficaces, et d’un pouvoir de nostalgie évident. Ils diront que leur AVANT était meilleur que notre AUJOURD’HUI, qu’on aurait du les écouter et changer le monde, que leur génération avait tout compris à la vie et que Mitterrand a brisé les illusions de la gauche. Alors on les écoutera béatement, en se disant que nos parents, et grands-parents, sont en train de tristement rentrer dans l’histoire.

Le sens des illusions

    Daniel Cohn-Bendit, toujours aussi frais et séducteur, en veste de velours côtelée verte, dira dans l’émission spéciale que France 2 consacrera à la question, que ça avait été pour lui une bonne blague, et même peut-être que « Mai » avait été la période de sa vie où il avait le plus baisé, des commentaires dans ce genre, mêlées d’attaques politiciennes perfides contre le président Sarkozy. Il dira des phrases comme « M. Drucker, mais comment voulez-vous que nos petits Français aient, de nos jours, le sens du rêve et de l’utopie ? Comment voulez-vous que les jeunes se passionnent pour la politique ? Pour eux, c’est quoi la politique ? Un petit bonhomme qui prend un Airbus pour aller en Chine, et en vendre trois-cent autres… (rires dans la salle et sourire complice de Michel Drucker). Alors que ma génération avait le sens des illusions… »

    Si tout se passe bien, la réalisatrice Josée Dayan tournera un téléfilm en trois parties pour France 3, sur les événements de mai vus à travers le prisme de plusieurs milieux sociaux. Elle appellera ça « 68 et des poussières », par exemple. Ce sera : « Mai » au lycée Louis Le Grand, « Mai » à l’usine Renault de Boulogne-Billancourt avec Sartre (joué par Lorant Deutsch) sur un tonneau, et « Mai » côté gaullien, avec Philippe Torreton en talonnettes dans le rôle du Général de Gaulle. Ce sera pro. Un peu chiant, un peu vulgaire, mais pro. Il y aura de l’action, des scènes filmées « caméra à l’épaule » de manifs, soulignant la « brutalité policière » (qui n’a pourtant tué personne…), et puis certainement une histoire d’amour transversale et émouvante entre un ouvrier maghrébin en lutte syndicale dans son usine et une petite minette en pull-over cachemire de chez Louis-Le-Grand. Péripétie sentimentale qui facilitera de beaucoup la narration de ce film. Il obtiendra quatre « T » dans Télérama, avec l’approbation « Chrétien media », et ce commentaire élogieux mais banal : « Josée Dayan nous fait toucher du doigt la grande histoire, à travers la petite. Toute la beauté lyrique de Mai est rendue avec vigueur et retenue. »

Le retour de la fête et des fascistes

    On fera des grandes fêtes populaires dans les rues pour commémorer l’anniversaire des émeutes de Mai. On organisera des débats, des concerts, des cafés-philo, des soirées à thème dans des clubs branchés, des bals costumés, des partouzes… Ce sera une année faste pour le monde de l’édition. Tout le monde sortira son bouquin sur Mai 68 : historiens, essayistes, journalistes. Et ils passeront dans des émissions littéraires divertissantes, pour faire leur promotion, et dire en substance que c’était chouette Mai 68, qu’on avait bien rigolé, et qu’on avait fait une vraie petite révolution. Comme des grands. Comme la Russie et la Chine. Évidemment, quelques trublions tenteront de troubler la fête, mais on les traitera partout de fascistes, de révisionnistes, et d’adorateurs de Satan. Par exemple Dantec pondra un petit pamphlet sur la question. Houellebecq aussi commettra un petit bouquin de ce genre. P-A Taguieff écrira une somme, lourdement documentée, de 600 pages, dans laquelle il démontera avec intelligence et perspicacité les mécanismes idéologiques des groupuscules d’extrême-gauche qui ont animé le mouvement de « Mai », et qui ont progressivement viré à l’antisémitisme dans la fascination politico-religieuse du tiers-monde.

    La Ville de Paris, dont la « mairesse » sera alors la charmante Clémentine Autain, rendra des hommages nombreux et tapageurs à l’esprit de « Mai 68 ». L’avenue Montaigne sera rebaptisée « Avenue Pierre-Bourdieu », la place de la Nation deviendra « Place de la Révolution-de-Mai », la voie rapide Georges-Pompidou deviendra un « espace civilisé » Manu-Chao, et la prison de la Santé deviendra « Centre semi-ouvert de rééducation à la citoyenneté Michel-Foucault ». Pour l’occasion on repeindra durablement la Tour Eiffel en rose, et on l’appellera Tour « Mon-plaisir ».

Tout cela arrivera, d’une manière ou d’une autre.

    Souvenons-nous de la commémoration du bicentenaire de la Révolution française en 1989… la gauche de l’époque se voyait héritière des sans-culottes de 1789 et des communards. La dialectique politique sera certainement comparable en mai 2008 : les grands partis de gauche essaieront de nous faire croire que toutes les révolutions se valent, du moment qu’on les « commémore ». Une question me taraude cependant, et je suis plein d’angoisse : quand va t-on enfin cesser de faire de la politique sur le dos de l’histoire ? Devons-nous craindre mai 2008 ?

Pour certains Français, le printemps 2008 sera une belle saison pour mourir…



François-Xavier Ajavon: Né en 1977, philosophe, écrivain, chercheur à l'Université Paris-Val-de-Marne, a publié L'Eugénisme de Platon (L'Harmattan, 2002).

© [DECRYPTAGE ™] sur www.libertepolitique.com

DANIELE LAFFONT ALIBERT 16/06/2007 02:57

J'aime bcp tous vos articles que je trouve remarquables...;malheureusement chaque fois que je veux les imprimer il y a un problème.....on se retrouve avec toutes sortes de colonnes à droite et à gauche de la feuille ......qui défilent pendant des kms de papier..... les caractères sont trop petits ... si on imprime avec des caractères lisibles (n° 12 par exemple) la marge de droite nous mange toutes les finales quand ce n'est pas des mots entiers....c'est très désagréable ... alors que j'apprécie énormément chacun de vos articles, la fait d'avoir tant de difficultés à les copier , me décourage pour les imprimer.... Ne pourriez vous pas faire améliorer l'impression par votre webmaster ?Merci....ici je suis à Notre Dame du Laus et je demande à Marie et à la voyante Benoîte Rencurel de vous bénir ainsi que votre apostolat. Mes respects à Monseigneur Méranville qui est venu nous voir le 8 septembre 2006 et que nous avons bcp apprécié et grâce auquel j'ai découvert votre blog....!Respectueuses salutations à vous aussi et merci pour ces belles homélies sur le net. D. LAFFONT

Walter Covens 16/06/2007 03:33

Bonjour et merci de votre réaction et de vos prières.Voici ce que je peux vous répondre.Première slution: faire un copier-coller dans votre traitement de texte.Sinon... D'abord je vous conseille (comme cela figure sur mon blog) de naviguer avec Firefox, téléchargeable gratuitement. C'est le meilleur navigateur qui soit.Ensuite, si vous voulez imprimer un article de mon blog, il est important de n'afficher à l'écran QUE l'article désiré en cliquant sur le titre.Cela étant fait, vous allez dans le menu Fichier - Imprimer - Aperçu. En cliquant sur aperçu, vous verrez qu'il y a plusieurs pages et que l'article (par exemple 
François-Xavier Ajavon, Angoisse : dans un an, “Mai 2008”)
est à la troisième page. Vous quittez aperçu et vous imprimez la page 3 seulement. Merci de me dire si mes explications vous ont aidées.Que le Seigneur vous bénisse.P.S.:Voici la marche à suivre indiquée par le menu d'aide (mais je travaille sur Mac OS);Utilisation de la zone de dialogue ImprimerLa zone de dialogue Imprimer vous permet de choisir une imprimante, de sélectionner des options de mise en page du document que vous souhaitez imprimer et de choisir si vous souhaitez le prévisualiser, l'enregistrer au format PDF ou le faxer.Ouvrez le document à imprimer.Astuce : si vous souhaitez modifier l'orientation de la page du document, imprimer avec un format de papier différent ou encore réduire ou agrandir la sortie du document, sélectionnez Fichier > Format d'impression.Sélectionnez Fichier > Imprimer.Choisissez l'imprimante que vous souhaitez utiliser dans le menu local Imprimante. Si vous ne voyez pas l'imprimante que vous souhaitez utiliser, choisissez "Ajouter une imprimante".Astuce : pour savoir où se trouve l'imprimante dont vous vous servez, marquez une pause avec le pointeur sur le nom de l'imprimante lorsque vous la choisissez dans le menu local Imprimante.Si vous avez besoin de modifier l'une des options d'impression préréglées, sélectionnez le type d'options à modifier dans le menu local "Copies et pages". (Pour consultez les options de l'application en cours, sélectionnez celle-ci dans le menu local.)Si nécessaire, sélectionnez les options pour le type choisi. (Par exemple, vous pouvez choisir le nombre de copies que vous souhaitez imprimer si vous avez sélectionné "Copies et pages" à l'étape 4.)Astuce : si vous utilisez fréquemment une combinaison d'options lorsque vous imprimez un document, vous pouvez l'enregistrer en tant que "préréglage". Après avoir choisi vos options, sélectionnez Enregistrer sous dans le menu local Préréglages et saisissez un nom pour l'ensemble d'options. Pour utiliser cet ensemble d'options lors de l'impression d'un document, sélectionnez son nom dans le menu local Préréglages.Cliquez sur le bouton approprié si vous souhaitez avoir un aperçu de votre document ou l'imprimer. Si vous souhaitez le télécopier ou produire un PDF, choisissez une option dans le menu local PDF.Les options qui vous sont offertes dans la zone de dialogue Imprimer dépendent de l'application que vous utilisez et de l'imprimante que vous avez choisie dans le menu local Imprimante.Si vous ne voyez pas les options attendues pour une imprimante spécifique, vous devrez peut-être configurer l'imprimante afin d'afficher ses fonctionnalités dédiées.Pour augmenter la taille des caractères : Fichier > Mise en page > échelle.

RSS Contact