Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21

Divo Barsotti, La prédication de Jonas est une prophétie pour l'Eglise

dominicanus #La vache qui rumine B 2012

 

divo-barsotti-jonas.jpg

 

Vraiment, Dieu demande beaucoup: lui répondre est une gageure. Et Jonas le savait! Je dois aller à Ninive, moi, et parler de cela? C'est moi qui dois y aller? Dis-le toi-même, s'il te plaît... Tu choisis entre mille cette pauvre créature humaine que je suis, pour des choses aussi graves? Pour annoncer des nouvelles aussi lourdes de conséquences et aussi douloureuses? Voilà ce que Jonas semble dire au Seigneur.

Le Seigneur est vraiment trop gênant. Il lui serait si facile de ne pas nous jeter dans de si grands dangers, de ne pas trop exiger de nous! Pourquoi veut-il absolument faire par nous des choses que nous ne ferions jamais, même si nous le pouvions, et nous sommes d'autant moins inclinés à les faire, quand nous prévoyons ce qui nous attend.

Le livre de Jonas n'est pas seulement un livre qui résume tout l'Ancien Testament en nous disant quelle est la mission de l'Israël au milieu des peuples; il est encore un livre prophétique: il nous apprend quelle sera la mission de l'Eglise, et aussi la mission même du Christ.

De même que le séjour de Jonas dans le ventre du poisson et sa réapparition sur le rivage de la mer sont une prophétie de ce qui devait se réaliser avec le Christ, la prédication de Jonas, elle aussi, est une prophétie de la "Bonne Nouvelle" qui sera portée non plus seulement à Israël, mais à toutes les nations. Quelle nouvelle? Celle d'une possibilité de salut, par une conversion qui sera la réponse du monde au message de Dieu. C'est donc la vie de l'Eglise qui est annoncée prophétiquement dans ce chapitre.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
RSS Contact