Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21

Bartholomaios Ier, Homélie à Saint-Pierre le 29 juin 2008

dominicanus #Homélies Année A (2007-2008)

Texte intégral


ROME, Lundi 7 juillet 2008 (ZENIT.org) - Le patriarche Bartholomaios Ier annonce qu'il fera un grand pèlerinage sur les pas de Saint Paul, à l'occasion de l'année paulinienne qu'il a également lancée pour marquée le bimillénaire de la naissance de saint Paul.

Le pape Benoît XVI a célébré l'eucharistie du 29 juin 2008, en la solennité de saint Pierre et saint Paul, en la basilique vaticane, avec la participation du patriarche œcuménique de Constantinople, Bartholomaios Ier. Le pape a remis le pallium aux archevêques métropolitains nommés au cours de l'année et ils ont concélébré avec le pape.

Le patriarche œcuménique a été accueilli par le pape sur le parvis de la basilique vaticane. Ils sont entrés ensemble, et ont revêtus les ornements liturgiques. La procession était ensuite précédéé du diacre orthodoxe et du diacre latin portant l'Evangéliaire.

Au cours de la messe, selon la tradition romaine, l'Evangile a été lu en latin et en grec, et après la présentation du patriarche à l'assemblée par le pape, Benoît XVI et Batholomaios Ier ont donné chacun une homélie.

Le pape et le patriarche ont prié ensemble le credo selon le Symbole de Nicée-Constantinople, en grec, selon l'usage des Eglises byzantines.

Au terme de la célébration, le pape et le patriarche ont béni l'assemblée ensemble.


Benoît XVI introduit l'homélie du patriarche

Frères et sœurs,

La grande fête des saints Pierre et Paul, patrons de cette Eglise de Rome, et placés comme fondements, avec les autres apôtres, de l'Eglise une, sainte et apostolique, nous apporte chaque année la présence appréciée d'une délégation fraternelle de l'Eglise de Constantinople, qui, cette année, en raison de la coïncidence avec l'ouverture de l'année paulinienne, est guidée par le patriarche lui-même, sa sainteté Bartholomaios Ier. Je lui adresse une salutation cordiale et j'exprime ma joie d'avoir une fois encore l'occasion heureuse d'échanger avec lui le signe de paix, dans l'espérance commune de voir s'approcher le jour de l' « Unitatis redintegratio », le jour de la pleine communion entre nous.

Je salue aussi les membres de la délégation patriarcale, ainsi que les représentants des autres Eglises et communautés ecclésiales, qui nous honorent de leur présence, en offrant ainsi un signe de leur volonté d'intensifier le chemin vers la pleine unité entre les disciples du Christ. Disposons-nous maintenant à écouter les réflexions de Sa Sainteté le patriarche œcuménique, paroles que nous voulons accueillir le cœur ouvert, parce qu'elles viennent de notre Frère bien-aimé dans le Seigneur.


Homélie de Batholomaios Ier

Sainteté,

En ayant encore vivante la joie et l'émotion de la participation personnelle et bénie de Votre Sainteté à la fête patronale de Constantinople, en la mémoire de l'apôtre Saint André, le Premier appelé, en novembre 2006, nous nous sommes mis en route « d'un pas exultant », du Phanar à la Nouvelle Rome, pour venir vers vous, pour participer à votre joie lors de la fête patronale de l'Antique Rome. Et nous sommes arrivés auprès de vous « avec la plénitude de la bénédiction de l'Evangile du Christ » (Rm 15,29), en vous rendant honneur et amour, en fêtant ensemble avec notre Frère bien-aimé sur la terre d'Occident « les hérauts sûrs et inspirés, les coryphées des disciples du Seigneur », les saints apôtres Pierre, frère d'André, et Paul, - ces deux immenses colonnes centrales de toute l'Eglise, élevées vers le Ciel, et qui, en cette ville historique, ont aussi offert leur dernier témoignage lumineux au Christ, et qui ont rendu leur âme au Seigneur par le martyre, la sanctifiant, l'un par la croix, et l'autre par l'épée.

Nous saluons aussi, avec un amour profond et dévoué, de la part de la Très sainte Eglise de Constantinople, et de ses enfants dispersés dans le monde, Votre Sainteté, désiré Frère, en souhaitant de tout cœur à « ceux qui sont à Rome, aimés de Dieu » (Rm 1,7), de jouir d'une bonne santé, de la paix, de la prospérité, et d'avancer jour et nuit vers le salut, « fervents dans l'Esprit, en servant le Seigneur, heureux dans l'espérance, forts dans la tribulation, persévérants dans la prière » (Rom. 12, 11-12).

Dans les deux Eglises, Sainteté, nous honorons dûment et nous vénérons à la fois celui qui a donné une confession salvifique à la Divinité du Christ, Pierre, et le vase d'élection, Paul, lequel a proclamé cette confession et cette foi, jusqu'aux confins de l'univers, au milieu des difficultés et des périls les plus inimaginables.


Nous fêtons leur mémoire, depuis l'année du salut 258, le 29 juin, en Occident et en Orient, alors que, les jours précédents, selon la tradition de l'Antique Eglise, en Orient nous nous sommes préparés aussi par le jeûne, observé en leur honneur. Pour souligner davantage leur valeur égale mais aussi leur poids dans l'Eglise et dans son œuvre de régénération et de salut au cours des siècles, l'Orient les honore habituellement aussi par une icône commune, dans laquelle ils tiennent entre leurs mains un petit voilier, qui symbolise l'Eglise, ou ils s'embrassent et échangent un baiser dans le Christ.

C'est justement ce baiser que nous sommes venus échanger avec vous, sainteté, en soulignant l'ardent désir du Christ et l'amour, choses qui nous touchent de près les uns et les autres.

Le Dialogue théologique entre nos Eglises « dans la foi, la vérité et l'amour », avance grâce à l'aide de Dieu, au-delà de difficultés notables qui subsistent et aux problématiques connues. Nous désirons vraiment et nous prions beaucoup pour cela : que ces difficultés soient surmontées et que les problèmes disparaissent, le plus rapidement possible, pour atteindre l'objet du final désiré, à la gloire de Dieu.

Nous savons bien qu'un tel désir est aussi le vôtre, comme nous sommes aussi certains que Votre Sainteté ne négligera rien en travaillant personnellement, avec vos illustres collaborateurs, en aplanissant parfaitement le chemin, pour compléter positivement, à Dieu plaise, les travaux du dialogue.

Sainteté, nous avons proclamé l'année 2008, « Année de l'apôtre Paul », comme vous le faites aussi en ce jour jusqu'à l'an prochain, pour les deux mille ans de la naissance du Grand apôtre. Dans le cadre des manifestations relatives à cet anniversaire, où nous vénérons aussi le lieu précis de son martyre, nous programmons entre autres choses un saint pèlerinage à certains monuments de l'activité évangélique de l'apôtre en Orient, comme Ephèse, Pergée, et d'autres cités d'Asie mineure, mais aussi Rhodes, la Crète, dans la localité nommée « Bons Ports ». Soyez sûr, Sainteté, que sur cet itinéraire, vous serez présent vous aussi, marchant avec nous en esprit, et que de chaque lieu nous élèverons une prière ardente pour vous et pour nos frères de la vénérable Eglise catholique romaine, en adressant pour vous une supplique et une intercession fortes du divin Paul, au Seigneur.

Et maintenant, nous vénérons les souffrances et la croix de Pierre, et nous embrassons la chaîne et les stigmates de Paul, en honorant la confession et le martyre et leur mort vénérable à tous les deux, pour le Nom du Seigneur, [mort] qui conduit vraiment à a Vie, en glorifiant le Dieu trois fois Saint et nous le supplions afin que par l'intercession de ses apôtres Proto-coryphées, il nous donne ainsi qu'à tous ses enfants partout dans le monde, de l'Eglise orthodoxe et de l'Eglise catholique romaine, ici-bas, « l'union de la foi et de la communion de l'Esprit saint », dans le « lien de la paix », et là-haut, au contraire, la vie éternelle et la grande miséricorde. Amen.

Traduction Anita S. Bourdin pour Zenit

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
RSS Contact