Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21

Très belle musique. Mais le chœur chante faux

dominicanus #Il est vivant !

Un point faible de ce pontificat concerne la musique liturgique. Les faits ne correspondent pas à la grande vision qu'en a Benoît XVI ; au contraire, ils vont en sens inverse. Une dernière preuve: l'ostracisme contre l'Institut Pontifical de Musique Sacrée .

 

musique.jpg

 

 

ROME, le 30 mai 2011 – Il y a un siècle, Pie X fut rapide comme la foudre. À peine trois mois après avoir été élu pape, il promulgua le motu proprio "Tra le sollecitudini" : le texte qui bannit les "chansonnettes" des églises et qui marqua une renaissance de la grande musique liturgique, grégorienne et polyphonique.

Peu de temps après, en 1911, il créait à Rome l’école supérieure chargée de cette renaissance : ce qui s’appelle aujourd’hui l’Institut Pontifical de Musique Sacrée, qui célèbre son siècle d’existence par un grandiose congrès international de musicologues et de musiciens.

Benoît XVI est, lui aussi, un pape aux compétences musicales reconnues, plus encore que son saint prédécesseur. Il a dit et écrit des choses mémorables et géniales à propos de la musique en général et de la musique sacrée.

Mais contrairement à Pie X, ce qu’a dit le pape actuel n’a pas été concrétisé par les faits.

Au lieu de le faire renaître, Benoît XVI a laissé dépérir ce qui avait été la gloire musicale des liturgies pontificales : le chœur de la Chapelle Sixtine. Celui-ci fut décapité en 1997 lorsque les responsables des cérémonies du pape Karol Wojtyla congédièrent son très compétent directeur, Domenico Bartolucci, qui ne fut défendu que par un seul haut dirigeant de la curie, celui qui était alors le cardinal Joseph Ratzinger.

En tant que pape, celui-ci a fait Bartolucci cardinal en 2010. Mais jamais, à ce jour, il ne l’a reçu en audience. Jamais non plus il ne l’a consulté pour bénéficier de ses lumières, par exemple à propos de la nomination du nouveau directeur de la Chapelle Sixtine : le poste a été attribué, toujours en 2010, à quelqu’un, le père Massimo Palombella, qui n’est manifestement pas à la hauteur de ce rôle.

Ce n’est pas tout. En tant que cardinal, Ratzinger avait demandé que soit créé un organisme pontifical ayant autorité sur tout ce qui concerne la musique sacrée dans le monde catholique : organisme qui fait défaut à la curie vaticane, ce qui laisse le champ libre au désordre et à la confusion.

Mais, en tant que pape, il n’a rien fait qui corresponde à cette ancienne proposition.

Pour mieux mettre en évidence cet écart entre les mots et les faits, il suffit de revenir – en ce qui concerne les mots – au troisième des trois discours essentiels du pontificat de Benoît XVI : celui qu’il a prononcé le 12 septembre 2008 au Collège des Bernardins à Paris (le troisième après celui qu’il a adressé à la curie romaine le 22 décembre 2005 et celui du 12 septembre 2006 à Ratisbonne).

Au Collège des Bernardins le pape Ratzinger a notamment dit :

"Pour prier sur la base de la Parole de Dieu, la seule labialisation ne suffit pas, la musique est nécessaire. Deux chants de la liturgie chrétienne dérivent de textes bibliques qui les placent sur les lèvres des Anges : le 'Gloria' qui est chanté une première fois par les Anges à la naissance de Jésus, et le 'Sanctus' qui, selon Isaïe 6, est l’acclamation des Séraphins qui se tiennent dans la proximité immédiate de Dieu. Sous ce jour, la Liturgie chrétienne est une invitation à chanter avec les anges et à donner à la parole sa plus haute fonction. [...] À partir de là, on peut comprendre la sévérité d’une méditation de saint Bernard de Clairvaux qui utilise une expression de la tradition platonicienne, transmise par saint Augustin, pour juger le mauvais chant des moines qui, à ses yeux, n’était en rien un incident secondaire. Il qualifie la cacophonie d’un chant mal exécuté comme une chute dans la 'regio dissimilitudinis', dans la ‘région de la dissimilitude’, [...] dans un éloignement de Dieu où l'homme ne Le reflète plus et où il devient ainsi non seulement dissemblable à Dieu, mais aussi à sa véritable nature d’homme. Saint Bernard se montre ici évidemment sévère en recourant à cette expression, qui indique la chute de l’homme loin de lui-même, pour qualifier les chants mal exécutés par les moines, mais il montre à quel point il prend la chose au sérieux. Il indique ici que la culture du chant est une culture de l’être et que les moines, par leurs prières et leurs chants, doivent correspondre à la grandeur de la Parole qui leur est confiée, à son impératif de réelle beauté. De cette exigence capitale de parler avec Dieu et de Le chanter avec les mots qu’Il a Lui-même donnés, est née la grande musique occidentale. Ce n’était pas là l’œuvre d’une 'créativité' personnelle où l’individu, prenant comme critère essentiel la représentation de son propre moi, s’érige un monument à lui-même. Il s’agissait plutôt de reconnaître attentivement avec les 'oreilles du cœur' les lois constitutives de l’harmonie musicale de la création, les formes essentielles de la musique émise par le Créateur dans le monde et en l’homme, et d’inventer une musique digne de Dieu qui soit, en même temps, authentiquement digne de l’homme et qui proclame hautement cette dignité".

Et bien, qu’y a-t-il, dans les faits, qui corresponde à cette hauteur sublime de la pensée du pape ?

Le 1er mai dernier, la messe de béatification de Jean-Paul II a été regardée par des millions de gens dans le monde entier. Du point de vue liturgique, elle a été un modèle, comme toutes les messes célébrées par Benoît XVI. Mais du point de vue musical, non. Les deux chœurs qui l’ont accompagnée, dirigés respectivement par le père Palombella et par Mgr Marco Frisina, faisaient vraiment penser au "mauvais chant" et au "chant mal exécuté" condamnés par saint Bernard, dans le discours du pape que l’on vient de citer.

Et de même que, pour saint Bernard, la mauvaise musique de son temps "n’était en rien un petit incident, secondaire au fond", de même l'insuffisance de la musique liturgique exécutée aujourd’hui à Rome lors des messes du pape a de graves conséquences : elle ne peut que constituer un mauvais exemple pour le monde entier.

L’un des plus célèbres chefs d'orchestre, le maestro Riccardo Muti, n’a pas manqué d’arguments, ces jours-ci, pour demander, pour la énième fois, que "l’on revienne dans les églises au grand patrimoine musical chrétien" et que l’on en bannisse les "chansonnettes".

Heureusement il ne manque pas, dans le monde, d’endroits où la musique liturgique est exécutée de manière adaptée à la liturgie elle-même et avec un niveau élevé de qualité.

On a, par exemple, été impressionné par la très grande qualité du chœur qui a accompagné les vêpres célébrées par Benoît XVI le 17 septembre 2010 à l'abbaye de Westminster, avec une merveilleuse fusion entre chants anciens et modernes.

À Rome aussi il ne serait pas impossible d’élever la qualité des chants qui accompagnent les liturgies pontificales, à condition d’avoir la volonté de repartir du début et de faire appel à des hommes compétents et qui aient la même conception de la musique liturgique que le pape.

L’endroit où cette conception est la plus vivante et la plus présente, à Rome, est justement l’Institut Pontifical de Musique Sacrée qui fête ces jours-ci son centenaire, avec son président Mgr Valentino Miserachs Grau.

Mais, chose incroyable, la curie vaticane fait tout sauf valoriser les hommes et les orientations de cet Institut. Au contraire, on dirait qu’elle fait le maximum pour les boycotter.

Le 14 mars dernier, l'archevêque Fernando Filoni, alors substitut du secrétaire d’État, avait affirmé par écrit que le pape avait "accueilli avec bienveillance la demande d’une audience pontificale et d’une lettre apostolique" à l’occasion des célébrations du centenaire.

Et en effet l'Institut annonçait aussi l'audience du pape sur l'invitation au congrès.

Mais, quelques jours avant l’ouverture du congrès et les invitations étant déjà envoyées, la préfecture de la maison pontificale a fait savoir qu’il n’y aurait pas d’audience, pas plus que de lettre apostolique.

L’une et l’autre seraient simplement remplacées par un message du pape, sous la forme d’une lettre au cardinal Zenon Grocholewski, préfet de la congrégation pour l'éducation catholique et donc grand chancelier de l'Institut.

C’est ce qui a eu lieu le matin du jeudi 26 mai, jour d’ouverture du congrès. Mais avec un camouflet en plus. Contrairement à tous les autres messages pontificaux de ce genre, celui-ci n’a pas été rendu public par la salle de presse du Saint-Siège et il n’a pas été cité par Radio Vatican.

Ce n’est pas tout. "L'Osservatore Romano" imprimé dans l’après-midi du même jour n’a rien dit du tout ni de l’ouverture du congrès du centenaire, ni du message du pape. Pas une ligne. En revanche il y avait, dans les pages consacrées à la culture, un article à propos d’un concert offert à Benoît XVI, le lendemain, par le président de la république de Hongrie, avec, au programme, des œuvres de Franz Liszt...

La préfecture de la maison pontificale a également fait savoir qu’aucune audience pontificale ne serait accordée à l’Institut Pontifical de Musique Sacrée même dans les prochains mois, c’est-à-dire au cours de l'année du centenaire.

Il est désormais évident que Benoît XVI, en sélectionnant de manière drastique ses engagements, a renoncé à agir et à prendre des décisions en ce qui concerne la musique sacrée.

Mais il est également trop clair, désormais, que ceux qui décident à sa place dans ce domaine – à la secrétairerie d’État comme à la préfecture de la maison pontificale ou ailleurs – agissent souvent de manière différente et parfois opposée à ce que pense le pape.

Une fois cet écart constaté, ce qui reste incompréhensible, c’est pourquoi le pape Benoît XVI le tolère.

Autrement dit, ce qui reste incompréhensible, c’est pourquoi il a décidé de renoncer à quelques décisions opérationnelles simples pour lesquelles il était et il est pleinement libre de son choix, dans un domaine comme celui-ci, qu’il considère comme tellement crucial et à propos duquel il a des idées tellement claires. Et pourquoi il a abandonné ces décisions à des hommes qui, au vu de ce qu’ils font, ne l’aident certainement pas dans son effort pour rendre de la lumière et de la "splendeur de la vérité", y compris musicale, à la liturgie catholique.

Sandro Magister
www.chiesa



Le nouveau site web du "conservatoire" du Saint-Siège, inauguré à l’occasion du centenaire de sa fondation :

> Pontificio Istituto di Musica Sacra


Tous les articles de www.chiesa à ce sujet :

> Focus ARTS ET MUSIQUE

Traduction française par Charles de Pechpeyrou.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
RSS Contact