Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21

Raniero Cantalamessa, Il est vraiment ressuscité ! (5)

dominicanus #La vache qui rumine B 2012

synaxarion.pascha.jpeg

 

La Pâque est une institution préexistante que les chrétiens ont héritée de l'Ancien Testament. Tout son symbolisme tendait à indiquer immolation, sang, sacrifice. C'est pourquoi il ne fut pas difficile, pour les chrétiens, d'opérer le transfert à la passion du Christ. La première fois que le nom est utilisé dans son acception chrétienne, en Première Corinthiens 5, 7, telle est en effet sa signification: immolation, ou encore agneau pascal: Christ, notre Pâque, a été immolé. Quand le christianisme passa dans le milieu hellénistique, nous avons vu que l'extraordinaire ressemblance entre le mot hébreu Pascha et le verbe grec paschein, souffrir, prit au piège les chrétiens qui crurent ingénument que Pâques signifiait passion, et le répétèrent pendant des siècles.

Il est vrai qu'à l'origine, le terme était expliqué avec l'idée que Dieu "passait au-dessus", sautait, épargnait les maisons des Hébreux (cf. Ex 12, 11); mais on ne voyait pas comment ce sens pouvait s'appliquer au Christ; du reste, ce sens s'était perdu dans la traduction de la Bible que la majorité des chrétiens connaissaient, la traduction des Septante. Il est également vrai qu'au temps du Nouveau Testament, quelqu'un (Philon d'Alexandrie) avait expliqué le mot "Pâque" comme un passage, mais avait interprété ce passage en se référant à l'homme qui passe "des vices à la vertu, de la faute à la grâce", ce qui évidemment ne convenait pas au Christ.

Pendant longtemps, la situation dans l'Eglise fut donc celle-ci: ceux qui expliquaient Pâque par passion y voyaient une préfiguration de la mort du Christ; ceux qui l'expliquaient dans le sens de passage y voyaient une référence au passage de la mer Rouge, moins commefigure de la résurrection du Christ que comme figure du baptême, ou du passage de l'âme du péché à la grâce. Il faut attendre le Ve siècle pour trouver quelques rares exemples dans lesquels le terme passage désigne la résurrection du Christ6.

(A suivre)


6. Cf. St Maxime de Turin, Serm. 54, 1; CCL 23, p. 218; Ps. Augustin, Sermo Caillau St-Yves, I, 30; PLS II, p. 962.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
RSS Contact