Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21

Père Jacques Fournier, Homélie pour le dimanche 17 juin 2012

dominicanus #Homélies Année B 2011-2012

16 TOA ev
Les textes scripturaires de la liturgie de ce dimanche nous donnent les deux paraboles du Seigneur sur le grain semé qui devient moisson, sur l'arbre où les oiseaux du ciel viennent se reposer.

Nous méditerons cette année, ce geste du semeur que Jésus a tant de fois répété dans ses paraboles du Royaume.
 

Nous cheminons dans la foi

Dans la parabole, le Christ nous demande une lecture du présent autre de celle que nous faisons de ce que nous vivons. Une lecture dans la foi.

Nous avons peine à expliquer les étapes du mystère de la vie. Les constatations scientifiques restent sans certitude dans les affirmations des savants lorsqu'ils en arrivent à parler de ce milieu divin qui est l'origine même de l'être, qui est le monde sidéral, animal, humain.

Le Père jésuite, paléontologue, Pierre Teilhard de Chardin nous rappelle que "le secret de la Terre" est le secret de Dieu. Sa présence incarnée par Jésus-Christ est l'intégration de la divinité en notre humanité. 

Nous le redisons en chaque Eucharistie. "Puissions-nous être unis à la divinité de Celui qui a pris notre humanité.", comme la petite goutte d'eau versée dans le vin du calice et qui disparait à nos yeux, mélée au vin qui est le sang même de la vie d'un homme, le sang même du Fils de Dieu fait homme.

C'est le mystère de chaque Eucharistie ... un mystère à notre portée parce que le Christ nous l'offfre sur nos autels par le geste consécratoire du prêtre par l'intercession de l'Esprit Saint.

Nous ne sommes qu'une goutte d'eau pour la sève qui fait germer la semence divine, fruit de la terre et du travail des hommes.... "Tant que nous habitons dans ce corps; nous cheminons dans la foi, nous cheminons sans voir."

Un mystère qui est "l'originalité entièrement singulière d'un type de présence, de fonction et de divine identité, qui revèle un Dieu dont les chrétiens confessent qu'il s'est incarné." (Teilhard de Chardin) Quelle que soit l'immensité du monde que nous découvrons, nous savons que c'est le Fils de Dieu, Jésus ressuscité qui "couvre" le monde.

 

La terre, la semence, la vie

Par cette parabole du semeur, le secret de la vie en notre humanité, nous est rappelé par le Christ : "Il en est du règne de Dieu comme d'un homme qui jette le grain dans son champ: nuit et jour, qu'il dorme ou qu'il se lève, la semence germe et grandit, il ne sait comment. D'elle-même, la terre produit d'abord l'herbe, puis l'épi, enfin du blé plein l'épi".

Mais nous n'avons pas à rester inactif. Cet homme qui s'en est allé pour y semer a donné respiration à la terre en la cultivant. Puis la germination, et la maturation de ses semailles peuvent se poursuivre sans lui. 

Nous savons aussi que la Parole de Dieu fait son oeuvre dans le coeur et dans la vie, la nôtre comme celle de nos frères, même si l'ivraie s'y mêle.

Un bon jardinier ne peut rester indifférent devant son jardin stérile. Il a une mission, celle de donner à la terre toute sa fertilité. Mais il ne peut la remplacer. Pas plus que nous avons à modifier la Parole de Dieu. 

Dieu nous a confié la semence et c'est sa grâce qui en assure la croissance en nos vies. Comme elle en assure la croissance en celles de nos frères les hommes, si éloignés parfois du Dieu que nous avons découvert en Jésus-Christ.

"A ceux qui, sans faute de leur part, ne sont pas encore parvenus à une connaissance expresse de Dieu, mais travaillent, non sans la grâce divine, à avoir une vie droite, la divine Providence ne refuse pas les secours nécessaires à leur salut." (Concile Vatican II. LG.16)

Nous le redisons en chaque prière eucharistique qui renouvelle le sacrifice de la Croix :" Reçois dans ton Royaume, les hommes dont tu connais la droiture." (PE. 3)

D'ailleurs qui aurait pu imaginer le cheminement de la grâce divine qui ne s'est révélée qu'aux dernières minutes de la crucifixion du "Bon Larron" aux côtés du Christ crucifié.

Tous les hommes et nous-mêmes, "nous cheminons sans voir.. mais nous avons confiance."
 

La Terre des semailles

Dieu nous a confié cette semence, c'est-à-dire sa Parole, le Verbe, le Christ. Il nous faut biner un peu la terre de temps en temps pour éliminer les mauvaises herbes et, si besoin, arroser. Nous ne pouvons rien faire d'autre, et c'est déjà beaucoup. 

Ce qui signifie que le reste se fait par la seule vertu inhérente à la semence. La graine possède la vie en elle-même. Elle ne demande qu'à la déployer, qu'à l'épanouir. La terre n'est qu'un berceau où la semence déposée peut réaliser la vie qui est en elle. La terre est inerte et ne possède pas de vie en elle-même. 

La vie réside, non dans la terre, mais dans la graine divine semée, c'est-à-dire la mort et larésurrection du Christ.

L'homme est semblable à cette terre qui attend la main de Dieu pour y répande sa semence. C'est l'Evangile, et sa Parole, le Verbe de Dieu, le Christ qui est la puissance, vivante et permanente de Dieu, (1 Pierre 1. 23)

Notre réponse sera peut-être modeste, bonne ou exceptionnelle selon les conditions atmosphériques, mais à la condition d'être disponibles à la lumière qui éclaire tout homme, en venant dans ce monde (Jean 1. 9). Alors, "c'est le temps de la moisson." (Marc 4. 29)
 

***
 

Puisque sans Toi l'homme ne peut rien, donne-nous toujours le secours de ta grâce. Ainsi nous pourrons, en observant tes commadements, vouloir et agir de manière à répondre à ton amour." (Prière d'ouverture de ce dimanche) 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
RSS Contact