Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21

Les ordinations épiscopales illicites constituent un acte grave

dominicanus #actualités

Au cours des dernières décennies, des évêques ont été ordonnés dans certains pays sans mandat pontifical, c’est-à-dire de manière illicite. Le Saint-Siège publie à ce sujet une déclaration du Conseil pontifical pour les Textes législatifs, rappelant les normes prévues par le Code de droit canon. 


Le document, qui répond à des demandes d’éclaircissements, rappelle les peines encourues par l’évêque ou les évêques qui ordonnent sans autorisation comme par celui qui reçoit cette ordination illicite, à savoir l’excommunication automatique ; il rappelle que les fidèles du diocèse concerné sont autorisés à ne pas obéir à un évêque « illégal » ; mais il souligne aussi que des circonstances atténuantes sont prévues, en particulier quand ceux qui commettent un tel délit agissent sous le coup d’une crainte grave, d’une nécessité ou d’un fort désagrément, comme la violence physique. Ces circonstances atténuantes doivent toujours être vérifiées au cas par cas. Quoiqu’il en soit, étant donné le scandale, la division et le trouble que de telles situations engendrent parmi les fidèles, les évêques concernés ont le devoir rétablir leur autorité grâce à des signes de communion et de pénitence appréciés de tous, faute de quoi leur gouvernement pourra difficilement être perçu par le Peuple de Dieu comme la manifestation de la présence active du Christ dans son Église. 


En clair, le texte invite à saisir la gravité d’une ordination épiscopale sans mandat pontifical qui blesse profondément la communion dans l’Église catholique et qui doit donc être sanctionnée. Il reconnaît que certaines situations personnelles peuvent constituer des circonstances atténuantes qui doivent être vérifiées, et que de toute manière, les conséquences d’un tel geste exigent des actes significatifs de reconstruction de la communion ecclésiale et de pénitence. Les personnes excommuniées et qui en sont conscientes, ne peuvent pas participer à l’Eucharistie, administrer les sacrements et accomplir des actes de gouvernement. Enfin, si la situation l’exige, afin de réparer le scandale et de rétablir la communion, le Saint-Siège peut infliger des censures ou des sanctions. De telles mesures ont toujours comme objectif de favoriser le repentir et la réconciliation. L’excommunication est levée dans les cas de repentir sincère. Pour les ordinations épiscopales, l’absolution ne peut être donnée que par le Saint-Siège. 

Éclairage Olivier Tosseri (Radio Vatican) : >> RealAudioMP3 

RSS Contact