Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21

Le pape a-t-il changé d'avis au sujet du préservatif? (Mise à jour)

dominicanus #actualités

Le Pape a-t-il changé d'avis au sujet du préservatif? C'est ce qui est répété à volonté dans les médias depuis hier.

 

Voici exactement ce qu'il écrit dans son livre « Lumière du monde. Le pape, l’Eglise et les signes des temps », un ouvrage sous forme d’entretien entre Benoît XVI et le journaliste allemand Peter Seewald. Le livre sera présenté mardi 23 novembre en salle de presse du Saint-Siège  

 

Extrait publié dans l'Osservatore Romano de ce dimanche:


"Es mag begründete Einzelfälle geben, etwa wenn ein Prostituierter ein Kondom verwendet, wo dies ein erster Schritt zu einer Moralisierung sein kann, ein erstes Stück Verantwortung, um wieder ein Bewusstsein dafür zu entwickeln, dass nicht alles gestattet ist und man nicht alles tun kann, was man will.


(Dies sei aber nicht die) "eigentliche Art, das Übel der HIV-Infektion zu besiegen. Sich auf Kondome zu konzentrieren bedeutet eine Banalisierung der Sexualität. Diese Banalisierung ist genau die gefährliche Ursache für viele Personen, die Sexualität nicht mehr als Ausdruck ihrer Liebe zu sehen, sondern nur noch als eine Art Droge, die sich selbst verabreichen."

 

Traduction:

 

"Il peut y avoir certains cas justifiés, par exemple, quand un prostitué utilise un préservatif, cela peut être un premier pas vers une moralisation, un début de responsabilisation pour re-développer une prise de conscience que tout n'est pas permis et que l'on ne peut pas faire tout ce que l'on veut.  

 

(Mais ce n'est pas)  "la manière appropriée pour vaincre le mal de l'infection du VIH. Se focaliser sur le préservatif signifie une banalisation de la sexualité. Cette banalisation est justement la cause dangereuse de ce que de nombreuses personnes ne voient plus la sexualité comme expression de leur amour, mais uniquement comme une sorte de drogue qu'ils s'administrent eux-mêmes."

 

Ce dimanche le père Federico Lombardi a publié une note au sujet d’un des passages de ce livre qui a suscité un grand intérêt dans les média. A la fin du chapitre 10 du livre, le Pape répond en effet à deux questions sur la lutte contre le SIDA et l’usage du prophylactique. Dans ses réponses, le Pape rappelle la position de l’Eglise à ce sujet, mais admet que dans certaines situations exceptionnelles, quand l’exercice de la sexualité représente un véritable danger pour la vie de l’autre, alors l’utilisation du prophylactique pour réduire le risque de contagion est un premier acte responsable et un premier pas sur la voie vers une sexualité plus humaine. Ce raisonnement ne peut être considéré comme une révolution relève le père Lombardi, porte parole de Benoît XVI.

 

"De nombreux théologiens de la morale et des personnalités ecclésiastiques ont soutenu déjà des positions similaires",


indique le directeur de la Salle de Presse, tout en admettant que


"jusqu'à présent nous n'avions jamais entendu ces propos avec autant de clarté venant de la bouche d'un pape, même si c'était de façon informelle et non officielle".

 

(Radio Vatican)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
RSS Contact