Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21

La médiation de l'Esprit dans la Trinité et dans le Salut 06

dominicanus #La vache qui rumine B 2012

L'Esprit-Saint remolit l'UniversLes considérations faites ci-dessus regardent Dieu "en soi". Mais dans l'histoire du salut aussi, la Trinité se manifeste comme "mystère de communion", ce qui veut dire que "la Sainte Trinité tout entière s'unit avec l'esprit (de l'homme) tout entier" (Grégoire de Nazianze, Discours, XVI, 9; cf. CEC 2565). Et même si, comme l'affirme saint Augustin (430), "les opérations de la Trinité sont indissociables" (Discours, 71, 16), cela ne signifie pas qu'elles soient du même coup indistinctes. Chaque Personne divine, justement parce qu'elle est distincte, possède par appropriation une activité propre dans l'histoire du salut, a une relation avec la création, et par-dessus tout avec l'homme.

La différenciation de l'action des Trois Personnes pourrait se décrire de la manière suivante. Tout provient du Père, tout est accompli et actualisé par le Fils, tout atteint l'homme et se fait présence et expérience en lui à travers l'Esprit Saint. Tandis que le retour à Dieu suit le processus inverse: dans l'Esprit, à travers le Fils, on accède au Père. D'où la prière liturgique: "ad Patrem, per Filium, in Spiritu Sancto" ("au Père, par le Fils, dans l'Esprit Saint"). En ce sens, c'est toujours le Père qui a l'initiative dans l'histoire du salut: tout procède de Lui, qui veut communiquer à l'homme sa vie trinitaire. Le Fils consent à, ou bien veut ensemble ave le Père, être Celui "dans lequel" et "par lequel" se réalise le projet ou le plan du Père, c'est-à-dire l'union de Dieu avec l'homme (et, dans l'homme, avec tout le créé). L'Esprit, de son côté, est celui qui libère la création de ses limites créaturales et la rend "capax Dei" (capable de recevoir Dieu) (cf. saint Augustin, De Trinitate, 14, 8, 11). Plus simplement, on peut affirmer que l'Esprit Saint est celui qui rend efficace et actualise l'action du Père et du Fils tout au long de l'arc que déploie l'histoire du salut. Tout cela est exprimé par les Pères avec la formule classique: "Tout bien descend du Père à travers le Fils, (et nous rejoint) dans l'Esrit Saint" (saint Athanase, Lettre à Sérapion, I, 24). Pour autant, si le mouvement qui va de Dieu vers l'homme est descendant, parce que passant par le Christ il atteint son objectif dans l'Esprit, celui qui vient de l'homme est mu par une dynamique inverse, ascendante: vivant dans l'Esprit, il s'élève, s'approche de Dieu et, par le moyen du Fils, a accès au Père.

À cette vue des choses, comme le montre saint Irénée (155), porte témoignage l'antique Tradition de l'Église: "Les prêtres, disciples des Apôtres, disent que tels sont l'ordre et le rythme de progression de ceux qui se sauvent; ils progressent selon ces degrés: à travers l'Esprit, ils s'élèvent au Fils et, à travers le Fils, au Père" (Contre les hérésies, V, 36, 2). Et saint Basile le Grand (379), synthétisant le double mouvement trinitaire, du Père jusqu'à nous et de nous jusqu'au Père, affirme: "Le chemin de la connaissance de Dieu va donc de l'unique Esprit, à travers l'unique Fils, à l'unique Père. Et, à l'inverse, la bonté naturelle et la sainteté selon la nature et la dignité royale se répandent du Père, par l'unique engendré, à l'Esprit Saint" (De Spiritu Sancto, XVIII, 47).

En définitive, l'économie divine est oeuvre commune des Trois Personnes divines, impliquées dans la même mission: accompagner l'homme dans la découverte de l'amour et dans la compréhension de ce qu'est Dieu, fondement du réel et vérité de l'être. "Oeuvre à la fois commune et personnelle, toute l'économie divine fait connaître et la propriété des personnes divines et leur unique nature. Aussi, toute la vie chrétienne est-elle communion avec chacune des personnes divines, sans aucunement les séparer. Celui qui rend gloire au Père e fait par le Fils dans l'Esprit Saint; celui qui suit le Christ, le fait parce que le Père l'attire et que l'Esprit le meut" (CEC 259).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
RSS Contact