Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21

"Italia felix". Voici comment elle est fêtée par l'Église

dominicanus #Évènements

D'après le pape et les évêques, l'Italie est un exemple pour l'Europe et pour le monde. À condition qu'elle renforce son identité catholique. Portrait d'un nouveau leader culturel italien, le professeur Ornaghi. Le cardinal Ruini a-t-il en lui un héritier?

 

 

italia-felix.jpg

 

 

ROME, le 14 mars 2011 – Dans trois jours, le 17 mars, l'unité de l'Italie aura 150 ans. Et l’Église catholique, y compris le pape, tiendra sa place dans les célébrations, tout en regardant au-delà des frontières italiennes.

En effet, d’après l’Église catholique, l'Italie a une mission universelle. Jean-Paul II l’avait affirmé, en termes solennels, dans une lettre aux évêques italiens et dans une grande prière pour ce pays, en 1994 :

"La mission de défendre pour toute l'Europe le patrimoine religieux et culturel introduit à Rome par les apôtres Pierre et Paul est confiée de manière spéciale à l'Italie, conformément à son histoire".

Benoît XVI l’avait redit à Vérone en octobre 2006, devant les états généraux de l’Église d’Italie qui s’y étaient réunis :

"L'Italie constitue un terrain très favorable au témoignage chrétien. En effet l’Église est dans ce pays une réalité très vivante, qui garde une très large présence parmi les gens de tous âges et de toutes conditions".

Mais c’est précisément là que se pose la question : l'Italie catholique est-elle capable, aujourd’hui et dans l’avenir proche, d’accomplir cette mission qui lui vient, entre autres, du fait qu’elle donne, depuis deux millénaires, l’hospitalité au siège de Pierre ?

Une mission qui n’est pas uniquement religieuse, mais également civile et politique. Dans une Europe qui, d’après le pape Benoît XVI, est envahie par une "étrange haine" envers elle-même et envers ses racines chrétiennes.


***


Les Églises d’autres pays d'Europe considèrent que l'Italie catholique constitue une exception enviable, un exemple à imiter.

Une preuve de cette particularité serait, dans le domaine politique, la résistance que l'Italie oppose aux lois et aux décisions de justice qui tendent, partout dans le monde, à libéraliser au maximum l'avortement et l'euthanasie et à pulvériser la structure familiale fondée sur le mariage entre un homme et une femme.

Mais, au plus haut niveau de la hiérarchie de l’Église, il y a également la crainte que la vitalité politique de l'Italie catholique ne diminue et ne s’éteigne. Et que, pour reprendre vie, elle n’ait besoin d’"une nouvelle génération de catholiques engagés en politique", comme Benoît XVI et le président de la conférence des évêques d’Italie, le cardinal Angelo Bagnasco, en ont exprimé le souhait à plusieurs reprises.

C’est aussi pour faire grandir cette "nouvelle génération" que, depuis plus de dix ans, l’Église d’Italie a consacré beaucoup d’énergie à l'animation religieuse et civile du catholicisme italien, à travers ce qu’elle a appelé "projet culturel d’inspiration chrétienne", dont l’inventeur et le guide est le cardinal Camillo Ruini.

Mais, aujourd’hui, un nouveau leader est apparu sur les traces de Ruini et a pris en charge, en Italie, un rôle de guide culturel pour la mise en œuvre de ce projet.

Ce n’est pas un ecclésiastique mais un simple baptisé. Professeur de sciences politiques, il est depuis 2002 recteur de l'Université Catholique du Sacré-Cœur, à Milan. Il s’appelle Lorenzo Ornaghi.

Depuis plusieurs mois, Ornaghi revient sans cesse, avec une insistance croissante, sur l'idée que, pour le catholicisme italien, l’heure est venue d’être de nouveau "guelfe".

Au Moyen Âge, les "guelfes" étaient les citoyens des communes libres qui se battaient pour assurer la défense de leurs libertés et du pape contre les "gibelins" qui étaient partisans de l’empereur. Depuis cette époque, l'Italie "guelfe" est synonyme d’une Italie qui vit avec fierté son catholicisme et qui le met en pratique avec décision, y compris dans les domaines civil et politique, contre les embûches du sécularisme.

Ornaghi soutient que le christianisme n’est pas une valeur supplémentaire, facultative, dans les systèmes démocratiques de l'Occident, mais qu’il est l’origine et le fondement de la démocratie elle-même.

Et il l’est d’autant plus, aujourd’hui, que la politique s’introduit, à un degré qui n’avait jamais été atteint dans le passé, dans cette question centrale qu’est la vie, depuis la naissance jusqu’à la mort, depuis la famille jusqu’à l'éducation. Une question centrale à propos de laquelle les catholiques sont particulièrement bien équipés.

Par conséquent, la déchristianisation qui est en cours dans différents pays n’est pas seulement préjudiciable à la foi chrétienne, mais elle est "létale" – affirme Ornaghi – pour les systèmes démocratiques eux-mêmes.

C’est pourquoi les catholiques ne doivent pas se résigner à jouer un rôle périphérique dans le domaine politique. Ils ne doivent pas succomber à ce péché capital qu’est la paresse.

Bien au contraire. À une époque comme la nôtre – affirme Ornaghi – les catholiques doivent être bien conscients qu’ils "sont dans une position de net avantage". Ils disposent d’un patrimoine d’idées et de convictions sur l’être humain, sur la famille, sur les communautés, sur la société, "moins contaminé par ces idéologies qui ont dominé le XXe siècle". Ils ont des compétences et des sensibilités que les autres ne possèdent pas. Ils sont davantage prêts à conduire de manière positive les grands changements.

Ornaghi ne pense pas à un parti catholique, ni à des positions particulières des catholiques au sein des différents partis : tentations qui sont actuellement répandues en Italie. Selon lui, il est plus important que les catholiques, partout où ils opèrent, sachent repérer les endroits et les questions sur lesquels ils peuvent agir avec efficacité, en accord avec d’autres personnes et groupes qui ne sont pas catholiques mais avec lesquels ils ont une vision commune.

Précisément ces jours-ci, l'agenda politique italien comporte la discussion, au parlement, d’une loi limitative contre l'euthanasie. Ce sera un test important pour vérifier la capacité des catholiques, au sein des différents partis, à orienter et à convaincre.


***


Le professeur Ornaghi n’agit pas tout seul. Ses thèses sur la mission exemplaire de l'Italie catholique coïncident avec celles de la présidence de la conférence des évêques d’Italie, assurée hier par le cardinal Ruini et aujourd’hui par le cardinal Bagnasco : thèses qui, elles-mêmes, coïncident avec celles des deux derniers papes, Jean-Paul II et Benoît XVI.

Il est également instructif de regarder où Ornaghi parle et écrit. Il y a les cahiers de la revue officielle de l'Université Catholique du Sacré-Cœur, "Vita e Pensiero" [Vie et Pensée], dont il est le directeur. Il y a les Semaines Sociales des Catholiques Italiens, dont la dernière édition s’est tenue à Reggio de Calabre en octobre dernier. Il y a les Forums du Projet Culturel, dont le dernier a eu lieu à Rome du 2 au 4 décembre.

À ce Forum, le cardinal Ruini a totalement approuvé, dans sa conclusion, les thèses d’Ornaghi et il a de nouveau porté ses regards au-delà des frontières italiennes, vers l'Europe :

"La conviction d’être véritablement et simplement catholiques est la base incontournable pour un engagement qui soit historiquement efficace. J’ose espérer que l'Italie puisse être un laboratoire profitable, afin que soit surmontée cette haine de soi-même dont l'Europe est atteinte et qui tend aussi à éloigner le christianisme de ses réalisations historiques, même si celles-ci sont, certes, 'semper reformandæ'".

Voici maintenant, ci-dessous, le passage de conclusion du manifeste pour une Italie "guelfe" qui a été publié par Ornaghi dans le tout dernier numéro de "Vita e Pensiero".

 

Sandro Magister



 

ITALIENS ET CATHOLIQUES

par Lorenzo Ornaghi



Voici venu le temps, pour le catholicisme italien, de se manifester avec décision comme "guelfe", sinon de créer dès maintenant un "guelfisme "nouveau et énergique.

Il est vraisemblable que l’avenir de l’Italie sera marqué encore longtemps par la persistance de son histoire spécifique et par quelques-uns des nœuds que l'unification du pays n’est pas parvenue à dénouer définitivement et que, dans certaines circonstances, elle a emmêlés encore davantage. Mais l’avenir sera surtout marqué par les grands changements qui sont en train de parcourir le monde entier et, de manière tout à fait particulière, l’Occident.

Puisque l’on constate les progrès de la technique et l’élargissement démesuré de ses champs d’application, il convient de se demander quelle sera la propension à l’innovation technologique.

Dans le cadre des nouvelles grandes vagues de l’évolution historique du capitalisme, on peut se demander par quels rapports les régimes politiques et leur système international vont être liés aux dynamiques et au pouvoir de marchés qui se mondialisent de plus en plus.

Face aux représentations sociales qui sont modelées sans arrêt par les moyens de communication de masse anciens ou tout récents, il est nécessaire de se demander quelles sont les valeurs culturelles et les pratiques éducatives qui sont le plus en mesure d’orienter de manière positive les pensées, les convictions et les actions.

Être à nouveau "guelfes" de manière décidée, cela implique d’affirmer l’idée et la réalité de l’italianité en tant que donnée historique – tout à la fois culturelle et populaire – dont les éléments essentiels et les plus durables sont religieux, catholiques.

Et surtout cela demande d’être conscient que la pérennité de l’Italie catholique et son exemplarité par rapport à d’autres pays dépendent - beaucoup plus que d’une disposition naturelle - de l’énergie et du succès de l’action des catholiques d’aujourd’hui.

Par comparaison avec d’autres identités culturelles qui ont été des protagonistes de l’histoire de l'Italie unie, nous autres catholiques disposons d’idées qui sont plus adaptées à la résolution des problèmes d’aujourd’hui. Et nous disposons également de moyens d’action moins obsolètes ou moins improvisés.

Mais même cette position, que l’époque actuelle nous fait percevoir comme meilleure et plus avantageuse par comparaison avec d’autres identités, ne peut pas être considérée comme étant par nature un bien pérenne. Pas plus qu’elle ne pourrait rester longtemps une ressource inépuisable, au cas où la vision catholique de la réalité délaierait ses éléments constitutifs en les mélangeant et en les uniformisant avec ceux des conceptions idéologiques du XXe siècle ou de leurs formes actuelles.

Être "guelfes", aujourd’hui, cela implique que nous soyons conscients que notre position d’avantage culturel doit être consolidée de jour en jour.

En la consolidant, nous serons déjà prêts pour chacune des nombreuses actions nouvelles que le proche avenir nous demande déjà, surtout en ce qui concerne l’importance et la capacité d’attraction de notre participation à la vie politique actuelle.


> Immigration, unité italienne : le Pape exprime sont point de vue

 

 

La revue de l'Université Catholique de Milan dans laquelle a été publié l'éditorial de Lorenzo Ornaghi partiellement reproduit ci-dessus :

> Vita e Pensiero

L'intervention d’Ornaghi au dernier Forum du "projet culturel" de l’Église d’Italie, à Rome, le 2 décembre 2010 :

> Sul presente e il futuro dell'Italia

Le discours d’Ornaghi lors de la dernière Semaine Sociale des Catholiques Italiens, à Reggio de Calabre, le 15 octobre 2010 :

> Lo stato dell'Italia : il presente che c'è, il futuro che ancora possiamo costruire


Un précédent éditorial d’Ornaghi, dans le numéro 4 de 2010 de "Vita e Pensiero" :

> I cattolici e la politica : da dove ripartire 

Et cet article d’Ornaghi dans le même numéro de la même revue :

> Il disimpegno dei credenti, un rischio per la democrazia



À propos du discours de conclusion prononcé par le cardinal Camillo Ruini au Forum du Projet Culturel de l’Église d’Italie qui s’est tenu du 2 au 4 décembre 2010 :

> Ruini premier. E questo è il suo programma



Un article de www.chiesa à propos de la présence des catholiques dans la politique italienne, avec une analyse du professeur Pietro De Marco :

> Peu pratiquants et peu virtuoses. Mais ce sont eux qui forment "L'Eglise du peuple" 
(11.9.2008)


Dans la photo en haut de la page, un détail de la galerie des cartes géographiques du Vatican, qui a été peinte en 1581.

Voici comment elle est commentée par le professeur Antonio Paolucci, directeur des Musées du Vatican :

> Anche la Chiesa festeggia l'unità d'Italia. Con la sua geografia


www.chiesa
Traduction française par Charles de Pechpeyrou.
 

RSS Contact