Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21

Suivre l’exemple de Marie - Homélie Sainte Marie, Mère de Dieu

dominicanus #Homélies Année A 2010-2011

mariemeredieua

 

Les enfants ressemblent à leurs parents. L’exemple des parents leur apprend à devenir des hommes et des femmes à part entière. C’est la même chose dans notre vie spirituelle. Saint Paul (2e lect.) nous rappelle que, par la grâce de Dieu, nous sommes devenus les frères et les sœurs du Christ, et donc les enfants de Dieu. C’est le fruit du baptême. Quand nous avons été baptisés, nous sommes re-nés, surnaturellement. Dieu a infusé son ADN dans nos âmes. La vie spirituelle consiste à progressivement développer cet ADN, pour devenir des disciples adultes de Jésus Christ qui portent du fruit.

 

La solennité de ce jour nous rappelle que si nous sommes devenus spirituellement des frères et sœurs du Christ, nous sommes devenus également les enfants spirituels de Marie. La Vierge Marie est la mère de Jésus selon la chair, et elle est notre mère selon la grâce. Et tout comme nous apprenons de nos mamans selon la chair à devenir de bons adultes, ainsi nous apprenons de Marie à devenir de bons chrétiens. Elle est l’école "maternelle" vivante qui nous enseigne toute vertu qui conduit au bonheur et à la sainteté.

 

Dans l’évangile de ce jour elle nous enseigne l’une des vertus les plus importantes : la sagesse. Saint Luc nous dit comment Marie a répondu aux merveilles que Dieu a opérées en elle et autour d’elle : 

« Marie, cependant, retenait tous ces événements et les méditait dans son cœur. »

 

Tout comme les entrailles de Marie se sont ouvertes pour recevoir le Verbe du Dieu vivant au moment de l’Incarnation, ainsi son cœur était constamment ouvert pour accueillir ce que Dieu voulait lui dire à travers les événements de sa vie. Cette capacité et cette habitude de réfléchir dans notre cœur à l’action de Dieu dans notre vie est à la fois le signe et la source de la sagesse. Développer cette capacité est la condition indispensable pour devenir des disciples du Christ adultes, courageux et joyeux.

 

Nous avons tendance à nous laisser envahir par le bruit, les divertissements, le stress, les soucis égoïstes et les préoccupations matérielles du monde. A tout instant de la journée, si nous pouvions faire le scanner de notre âme, ce que nous verrions ressemblerait sans doute à un garage encombré de toutes sortes d’idées, de désirs, de regrets, d’espoirs et de pensées éparses, traînant par terre comme des vêtements sales, des jouets cassés et des magazines jamais lus.

 

La chambre intérieure de Marie n’était pas comme cela. Elle avait une vie bien remplie – après tout elle ne disposait pas d’un four à micro-ondes, d’une machine à laver le linge, d’un téléphone et d’autres moyens qui permettent à la ménagère moderne de gagner du temps. Et pourtant elle veillait à maintenir sa cellule intérieure propre et en ordre. Cela lui permettait d’entendre les messages que Dieu lui envoyait discrètement par les événements de sa vie. Elle « retenait tous ces événements et les méditait dans son cœur ». Son cœur était comme la surface tranquille d’un lac profond : limpide et calme, capable de refléter fidèlement le ciel, le soleil et les arbres. Si quelqu’un lançait un caillou dans le lac de son cœur, elle l’absorbait par une profonde méditation, et bientôt, les remous momentanés et les grosses vagues disparaissaient, et son cœur était de nouveau dans la clarté et la lumière.

 

Son cœur était comme le caisson d’un violon : bien formé par sa foi et son amour, harmonieux et donc toujours prêt à reproduire en haute-fidélité les notes que Dieu voulait jouer sur les cordes de sa vie quotidienne.

 

Son cœur était comme un canoë parfaitement construit, solide et capable d’absorber les chocs par sa maîtrise d’elle-même, mais en même temps léger et flexible, exempt de soucis égoïstes et d’ambitions démesurées, pour pouvoir accueillir le Verbe de Dieu, et avancer agilement dans les courants de la vie.

 

Voilà à quoi ressemblait la vie intérieure de Marie, le secret de sa sagesse :

« Marie retenait tous ces événements, et les méditait dans son cœur ».

 

Mais Marie savait qu’il est difficile de désencombrer son cœur. Nous avons tendance à nous laisser absorber par les multiples soucis de la vie, à nous laisser distraire par les objets clinquants du monde, alors que ce ne sont pas les choses les plus importantes. Marie sait que nous avons besoin d’aide pour apprendre à méditer assidûment sur l’action de Dieu dans notre vie, et c’est cette aide qu’elle nous propose. Elle nous fournit l’outil pour développer notre vie intérieure, et cet outil est assorti d’une garantie de succès à 100%. Tous ceux qui se sont servi de cet outil se sont rapprochés de Dieu et ont grandi en sagesse, en courage et en joie. Cet outil, la Vierge Marie l’a donné à saint Dominique dans une vision au 13e siècle. Depuis lors, une multitude d’hommes et de femmes s’en sont servi, que ce soient des paysans sans culture ou des reines raffinées, des papes ou des évêques, des mamans ou des veuves, des marins ou des soldats.

 

Cet outil, nous le connaissons tous, mais nous ne nous en servons pas assez. Il s’appelle le Rosaire.

 

Le Rosaire est la clé qui nous permet d’entrer dans le cœur de Marie. Nous pouvons nous y asseoir comme pour prendre le thé avec elle dans son parloir, dans l’intimité d’un tête à tête. Nous pouvons nous entretenir avec elle en laissant la lumière du Christ éclairer nos ténèbres, et dissiper les nuages et les orages de notre cœur, en permettant à sa grâce de guérir et de fortifier ce qui est blessé et malade dans notre vie et dans le monde.

 

Il y a une tradition qui consiste à prendre une bonne résolution le jour du Nouvel An. Pourquoi ne pas prendre celle de passer cette année pour apprendre de notre mère spirituelle comment mettre de l’ordre, de la paix, de la sagesse dans notre vie, en gardant "toutes ces choses" pour les méditer dans notre cœur par le Rosaire. Si nous faisons ce petit pas pour nous rapprocher du Christ, lui fera certainement un pas de géant pour se rapprocher de nous.

 

Marie retenait tous ces événements, et les méditait dans son cœur

Marie retenait tous ces événements, et les méditait dans son cœur

RSS Contact