Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21

Le Christ apporte la Joie et la Paix Véritables - Homélie pour la Nativité

dominicanus #Homélies Année C (2009-2010)
Le plus grand obstacle à la grâce du Christ dans notre vie, c’est une idée, une fausse idée.

Le plus grand obstacle à la grâce du Christ dans notre vie, c’est une idée, une fausse idée.

Les anges annoncent aux bergers qu’un Sauveur leur est né. Ils disent que c’est « une bonne nouvelle, une grande joie pour tout le peuple », puisque ce Sauveur apporte « paix sur terre aux hommes qu’il aime ».

 

La paix que le Christ apporte est la source de cette joie. Les deux vont toujours de pair. La joie est l’émotion que nous ressentons quand nous entrons en possession de bonnes choses. Mais si nous n’avons pas la paix, nous ne pouvons pas vraiment posséder quoi que ce soit. Sans la paix, il y a un conflit. Conflit, cela signifie que quelqu’un essaie de nous enlever les bonnes choses que nous possédons. L’agression engendre le trouble, l’instabilité, c’est-à-dire le contraire de la paix. Sans la paix il n’y a pas de joie. Le Christ est né pour nous donner la vraie joie, une joie durable, parce qu’il est venu pour établir une paix durable. Le Christ est Roi, tout-puissant, omniscient, et toute bonté. Quand quelqu’un devient son sujet, il ne doit plus rien craindre, car Dieu est son protecteur. Mais le Royaume du Christ n’est pas un royaume matériel, c’est un Royaume spirituel. Il n’est pas né dans un palais (ou un palace), il est né dans une étable…

 

La paix que le Christ apporte est intérieure, une paix spirituelle qui provient d’une conscience purifiée par son pardon, et d’un cœur qui sait que notre Père céleste nous aime. Personne ne peut enlever une conscience en paix ou la connaissance du fait que Dieu nous aime. Voilà la paix du Christ est durable, inviolable.

 

Cette paix intérieure peut aussi déborder et devenir une paix "politique", dès lors que suffisamment de personnes dans une communauté en sont remplis. Mais dans la perspective du Christ, cela est secondaire. Les royaumes terrestres et les conflits de ce monde passeront. Mais le Royaume du Christ, la communauté de ceux qui le suivent, l’Eglise, est pour toujours. Et donc, les anges n’hésitent pas à annoncer leur « bonne nouvelle, une grande joie pour tout le peuple », car ils savent que Jésus Christ apporte vraiment une paix durable à quiconque lui permet d’être son Roi.

 

Benoît XVI écrit :

 

« Si personne ne m'écoute plus, Dieu m'écoute encore. Si je ne peux plus parler avec personne, si je ne peux plus invoquer personne – je peux toujours parler à Dieu. S'il n'y a plus personne qui peut m'aider – là où il s'agit d'une nécessité ou d'une attente qui dépasse la capacité humaine d'espérer, Lui peut m'aider. » (Spe salvi, 32)

 

Rien sur terre ne peut nous donner la paix intérieure et la joie que le Christ peut nous donner. Nous connaissons tous la belle histoire de Balthazar Picsou (Scrooge McDuck dans la version originale, elle-même basée sur "Un comte de Noël" de Charles Dickens). Scrooge était l’homme le plus riche de la ville. Il avait assez d’argent pour pouvoir acheter tout ce que le monde avait à offrir. Mais était-il heureux ? Etait-il en paix ? Pas du tout ! Il vivait constamment dans la crainte de perdre son argent. Il avait mis sa confiance dans l’argent, et donc il en accumulait tant qu’il pouvait. Il avait tout misé sur l’argent, et donc il était devenu misérable. Il ne pouvait pas apprécier ce qu’il possédait, parce qu’il avait peur de le perdre. Il ne voulait rien dépenser, parce qu’il avait peur de ne pas pouvoir récupérer la mise.

 

Tous les trésors matériels de ce monde sont comme ça. Que ce soit l’argent, une position sociale, la beauté, la réputation – tous ces trésors peuvent être perdus. Ils peuvent disparaître comme neige au soleil. Ils peuvent être volés ou cassés. Ils sont intrinsèquement passagers, et donc, si nous nous y attachons, quand nous y mettons notre confiance, nous devenons comme tonton Picsou – tendus, colériques, et hyper sensibles. En-dessous de la surface de la prospérité, nous devenons misérables.

 

Mais le Christ est notre trésor spirituel, et son Royaume est un Royaume spirituel, éternel. Le Christ s’est fait homme pour pouvoir devenir notre ami, une personne vivante dans notre vie, une présence vivante, spirituelle, qui ne nous laissera jamais tomber. Quand nous nous attachons à lui, quand nous comptons sur lui, marchant à sa suite, quand nous lui permettons d’être le Roi de notre vie, alors les soucis et les épreuves de ce monde ne peuvent pas nous enlever notre paix intérieure.

 

Scrooge McDuck a trouvé la paix intérieure et la joie quand, à l’exemple du Christ, il a partagé ses richesses avec ceux qui étaient dans le besoin, tout comme Jésus s’est donné à nous à Noël, pour être notre Sauveur.

 

Jésus ne veut pas seulement nous donner la joie de la paix véritable. Il nous montre aussi comment accepter le don de la grâce. Le plus grand obstacle à la grâce du Christ dans notre vie, c’est une idée, une fausse idée.

 

Notre monde moderne fait des progrès énormes dans les domaines de la science, de la technologie, des médias, de la médecine. Nous baignons dans une culture qui nous dit des centaines de fois par jour, dans la publicité, le cinéma, les médias, que nous pouvons avoir le ciel sur la terre. La possession d’une combinaison de tel et de tel produit, de tel article, nous vaudra une vie tranquille, agréable, à peu près sans peine. C’est un mensonge, mais nous le respirons comme l’air qui nous entoure, et nul  n’échappe à son influence.

 

C’est un mensonge car il relègue Jésus dans un compartiment, le compartiment religieux de notre vie, tandis que nous, nous demeurons au centre. Le mensonge consiste à nous promettre que le bonheur est au bout de nos efforts, à dimension humaine. C’est le même mensonge dont s’est servi le démon avec Adam et Eve au commencement de l’humanité.

 

Non ! Nous ne pouvons pas avoir le ciel sur la terre. Nous ne pouvons pas atteindre la joie et la paix profondes pour laquelle nous avons été créés à la force du poignet. Nous devons céder le siège du conducteur à Jésus. Le Roi, ce n’est pas nous, c’est lui. Et Jésus nous montre comment il est roi.

 

De même qu’il s’est dessaisi de sa gloire et des richesses célestes pour naître dans une étable obscure, nous devons nous dessaisir de nos désirs égoïstes et de nos petites priorités personnelles et passer notre vie à apporter le bonheur à tous ceux qui nous entourent. Croire en Jésus veut dire : le suivre, suivre ses commandements et son exemple.

 

Aujourd’hui nous allons réaffirmer notre foi en Jésus. Avec l’aide de sa grâce, engageons-nous aussi à sa suite.

Le Roi, ce n’est pas nous, c’est lui. Et Jésus nous montre comment il est roi.

Le Roi, ce n’est pas nous, c’est lui. Et Jésus nous montre comment il est roi.

RSS Contact