Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21

La source de l’estime de soi d’un chrétien - Homélie 3° dimanche du Carême A

dominicanus #Homélies Année A 2010-2011

 

3 careme A ev

 

 

L’estime de soi est un thème très en vogue ces derniers temps parmi les psychologues et les éducateurs. Ils rappellent l’importance, spécialement pour les enfants, d’avoir une attitude positive envers eux-mêmes. Cela leur donne le courage de prendre des risques pour développer leurs talents et leur personnalité. Pour développer l’estime de soi, beaucoup d’écoles psychologiques recommandent que les enfants ne devraient jamais être critiqués ou corrigés, puisque cela pourrait endommager l’image positive qu’ils ont d’eux-mêmes. La supposition à la base de cette théorie est qu’une bonne estime de soi provient des compliments reçus d’autres personnes.

Cette approche de la psychologie humaine est en partie vraie, et en partie fausse. Ce qui est vrai, c’est que la crainte, l’insécurité et le pessimisme peuvent freiner notre potentiel. Mais c’est une erreur de croire qu’il faut baser notre estime de soi sur ce que les autres pensent de nous, ou sur la reconnaissance de ce que nous faisons par d’autres. Il nous faut comprendre pourquoi cela constitue une base fragile pour l’estime de soi. Alors nous pourrons aussi comprendre que l’explication inspirée de saint Paul fournit une base plus solide.

 

Le cœur de l’homme a un grand besoin d’amitié, d’encouragement, et d’acceptation de ses pairs, parents, amis et collègues. C’est naturel. Nous ne sommes pas auto-suffisants. Nous sommes faits pour vivre en communauté, en relation, puisque nous sommes créés à l’image de Dieu, et que Dieu est Trinité. Mais même alors, l’opinion des autres n’est pas une base solide pour une saine estime de soi, pour deux raisons.

D’abord, les autres ne peuvent pas nous connaître à fond. Il y a toujours des facettes de nous-mêmes que nous avons peur de révéler, ou que nous ne savons pas comment révéler. Pour cette raison, nous savons bien, au fond de notre cœur, que l’opinion que les autres ont de nous n’est jamais parfaitement informée.

Ensuite, l’opinion que les autres se font de nous n’est pas fondamentalement objective. Elle est affectée par de préférences et des préjugés subjectifs. Cette opinion peut varier selon les variations d’humeur, les jalousies, des intérêts personnels, les circonstances. Et même dans le cas où il s’agit d’une personne rare qui nous connaît à fond et qui nous apprécie de manière objective, il y a toujours la mort, qui peut nous enlever cette personne.

Si nous basons notre estime de nous-mêmes, notre conception de notre valeur personnelle, sur les opinions versatiles et superficielles des autres, même bienveillants, nous nous condamnons à l’instabilité. Nous serons sans cesse préoccupés de plaire aux autres, toujours sous la tension de devoir faire toujours plus pour ne pas perdre leur bonne opinion, toujours anxieux à l’idée qu’ils pourraient un jour découvrir l’autre visage de ce que nous sommes, la face sombre.

Dieu ne veut pas que nous vivions constamment dans l’angoisse et la crainte d’un échec ou d’un rejet. Dieu veut que nos cœurs soient en paix, capables de résister aux tempêtes de la vie et aux incertitudes des relations dans un monde où règne le péché. Et pour cela il se donne lui-même à nous. Lui seul nous connaît à fond. Lui seul est parfaitement objectif, complètement dépourvu d’ignorance et d’influences. Nous connaissant profondément, il continue de nous aimer, il nous estime sans conditions, simplement parce que nous sommes ses enfants, et parce qu’il veut que nous partagions sa gloire. Voilà la merveilleuse Bonne Nouvelle de l’évangile.

Avec Dieu, nous n’avons pas besoin d’avoir peur de nos échecs. Son amour pour nous ne dépend pas de nos succès. Avec Dieu, nous n’avons pas besoin d’avoir peur qu’un jour il découvre nos vices cachés, nos péchés et nos fautes. Il les voit mieux que nous-mêmes, et il continue de désirer notre amitié, à tel point qu’il était prêt à souffrir et mourir sur une croix, uniquement pour nous montrer que, quoi que nous fassions, même si nous le crucifions, son amour est solide comme une montagne.

C’est ce que saint Paul nous dit dans la 2e lecture :

« Alors que nous n'étions encore capables de rien, le Christ, au temps fixé par Dieu, est mort pour les coupables que nous étions. »

Nous ne méritons pas l’amour de Dieu en étant bons. Nous pouvons devenir bons parce que Dieu nous aime, nous pardonne, nous tend la main ! Nous avons besoin d’une bonne estime de soi, c’est vrai. Mais il est tout aussi vrai que cette estime doit être basée sur quelqu’un de plus grand, de plus fiable que nous-mêmes, que notre nature humaine faillible, et ce "quelqu’un", c’est Jésus Christ.

« nous sommes ainsi en paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus Christ… »

Chacun de nous, nous avons pu faire l’expérience de l’amour inconditionnel de Dieu dans notre vie, les uns plus, les autres un peu moins. C’est pour cela que nous sommes ici. Nous avons besoin d’approfondir cette expérience, et de construire notre vie dessus. Nous sommes encore trop influencés par les opinions des autres. Nous avons besoin d’être pénétrés de l’amour inconditionnel et sauveur de Dieu dans le Christ jusqu’au fond de nous-mêmes. C’est pour cela que Dieu nous a envoyé le Saint Esprit, dont saint Paul nous dit que c’est par lui qu’il a répandu son amour dans nos cœurs.

Nous avons un réservoir de force et de courage dans nos cœurs, établi par le baptême, élargi par la confirmation. Nous devons puiser l’eau de ce réservoir pour irriguer tous les domaines de notre vie : nos relations, nos espoirs, nos craintes, nos rêves, nos difficultés, nos péchés, notre fragilité.

Nous ne pouvons le faire que par la prière. Si la prière n’est pas la plus haute priorité de notre programme de tous les jours, alors le réservoir stagne. Un colloque intime, cœur à cœur, quotidien, avec Jésus, notre Sauveur, permet à sa grâce de couler librement en nous et à travers nous. C’est ce qu’a découvert la Samaritaine quand elle rencontre Jésus au puits. Jésus nous attend au puits de la prière, comme il attendait cette femme. Il a soif de répandre sa paix, son courage, et une bonne estime de soi dans nos cœurs, comme lui seul sait le faire. Alors, aujourd’hui, renouvelons notre résolution de le rencontrer chaque jour, en commençant cette semaine, quoi qu’il arrive, au puits de la prière.

Jésus nous attend au puits de la prière...

Jésus nous attend au puits de la prière...

RSS Contact