Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21

Homélie 24 TOA 2011 – On ne badine pas avec l’Amour !

dominicanus #Homélies Année A 2010-2011

 

24 TOA ev

 

Les rabbins enseignaient qu’il faut pardonner jusqu’à trois fois les offenses d’une même personne. Imaginez la perplexité de Simon Pierre, qui, plein de bonne volonté, se déclare prêt à placer la barre du pardon très haut, en la fixant à sept, quand il entend Jésus lui dire qu’il est encore très loin du compte ! Une parabole n’est pas de trop pour l’aider à revoir ses ambitions à la hausse. En écoutant cette parabole, nous comprenons avec lui que mieux vaut ne pas compter du tout, et toujours recommencer, non seulement pour « ceux qui nous doivent », mais d’abord pour nous-mêmes.

Dans notre mentalité contemporaine, les esprits les plus généreux seront sans doute moins chiches que les érudits juifs d’il y a deux mille ans, et se fixeront volontiers comme idéal le pardon incessant et donc exigeant, préconisé par Jésus.

Notre perplexité à nous sera sans doute plutôt d'entendre Jésus affirmer à la fin de la parabole :

« Dans sa colère, son maître le livra aux bourreaux jusqu'à ce qu'il ait tout remboursé.


C'est ainsi que mon Père du ciel vous traitera, si chacun de vous ne pardonne pas à son frère de tout son cœur. »

 

Comment donc celui qui exige un pardon incessant peut-il faire preuve ensuite d’une si grande intransigeance ?

Le fait est que la plupart des commentateurs contemporains font de leur mieux pour édulcorer cette dernière phrase quand ils ne la passent pas tout simplement sous silence ! Si Jésus avait terminé ce récit avec les dernières paroles de la parabole, ils auraient eu au moins une excuse. Ils auraient pu dire que ce n’est qu’une parabole et que dans une parabole, il ne faut pas tout prendre au pied de la lettre… Mais voilà : le Maître, doux et humble de cœur, a ajouté quelque chose qui ne fait pas partie de la parabole, mais qui en est la clé de lecture, la pointe, comme l’on dit aujourd’hui : « C’est ainsi (et pas autrement) que mon Père du ciel vous traitera… »

Si nous prenons Jésus au sérieux, nous, avec notre mentalité de gentils chrétiens, nous ne serons pas moins étonnés, voire scandalisés, à la fin de la parabole, que Pierre avec sa mentalité de bon petit juif au début. J’en veux pour preuve la réaction de ceux qui ont lu la réponse de Benoît XVI à la question d’un journaliste (Peter Seewald) à propos des abus sexuels commis par des prêtres et des religieux. Comment de tels abus non seulement ont pu être commis pas des ecclésiastiques, mais passés sous silence par leurs supérieurs ? Réponse du Saint-Père :

« La conscience dominante affirmait que l’Eglise ne devait plus être l’Eglise du droit mais l’Eglise de l’amour, elle ne devait pas punir. On avait perdu la conscience que la punition pouvait être un acte d’amour. »

« Dieu ne punit pas ! » Qui n’a pas entendu ces paroles péremptoires qui sont démenties par la Révélation biblique non moins que par les faits ? Pensez donc… un Dieu si gentil… Le Pape parle alors d’un « étrange obscurcissement de la pensée » :

« Il s’est produit aussi à cette époque (les années soixante), chez des gens très bons, un étrange obscurcissement de la pensée. »

Ce qui passe pour être la lumière du christianisme, Benoît XVI affirme que c’est une « obscurcissement de la pensée », une « altération de la conscience », qui va de pair avec un « obscurcissement du droit », causé par un « rétrécissement du concept d’amour ». Et il appelle à la conversion :

« Aujourd’hui, nous devons de nouveau apprendre que l’amour pour le pécheur et l’amour pour la victime sont maintenus dans un juste équilibre si je punis le pécheur sous une forme possible et adaptée. Il y a eu dans le passé une altération de la conscience qui a provoqué un obscurcissement du droit et marqué la nécessité de la punition. En fin de compte est aussi intervenu un rétrécissement du concept d’amour, qui n’est pas seulement gentillesse et amabilité, mais qui existe aussi dans la vérité. Et que je doive punir celui qui a péché contre le véritable amour fait aussi partie de la vérité. »

Nous nous sommes inventé un Dieu dont le pardon n’a rien à voir avec la vérité de l’amour, dans une tentative - souvent réussie, si l’on peut parler ici de réussite - d’endormir la conscience de nos propres fautes, même de notre manque de pardon, pour finir par dire le contraire de ce que dit Jésus dans l’Evangile : « Même si nous ne pardonnons pas aux autres, Dieu nous pardonnera toujours… »

 

Jésus a dit à Ste Faustine : « Je ne peux punir le plus grand pécheur… si celui-ci implore ma Miséricorde. » Mais il a dit aussi que les hommes, en ces jours qui sont les derniers, doivent profiter de sa Miséricorde parce que le jour de sa Justice approche. La Vierge avait dit à sœur Faustine que même les anges tremblaient en anticipation de ce jour terrible.

Le Pape parlait d’une altération de la conscience. A propos, dans le trésor de la prière catholique, il y a une prière, appelée le Dies irae. J’aimerais bien que vous me disiez quand vous l’avez priée la dernière fois, et quand vous en avez entendu parler récemment, dans une homélie, par exemple. Par qui ? Au bas de chaque publication de ce blog il y a la possibilité de laisser un commentaire. Pourriez-vous me faire l’amitié de répondre ? Merci d’avance.

Laurent 11/09/2011



C'est la 1ère fois que j'en entends parler et en plus je ne sais pas ce que cela veut dire. Amitiés.



Sylvestre Sangala 12/09/2011



Le manque de pardon est à l´origine de tous les maux dont souffre notre humanité aujourd´hui. La vengeance ou le recours à la force pour punir l´ennemi nous ramène aux temps mémorables de
Mathousalem. Comme le christianisme est en perte de vitesse devant les autres religions, par exemple l´islamisme fundamentaliste, le discours de l´Eglise évite d´alimenter les conflits. En même
temps, on voit le risque de diluer le contenu de message du Christ. Beaucoup de prêtres se sont "punis" par le suicide...



Jocelyne 12/09/2011



Oh oui, je connais l Le "Diès irae" ! Jour de colère où le Seigneur... C'est d'ailleurs une très belle oeuvre  chantée en latin qui vous émeut et qui, lorsque vous avez la
traduction en français, vous fait trembler de peur.. mais vraiment trembler. J'ai eu l'occasion déjà de l'interpréter et récemment encore lors d'un concert spirituel. Très très beau. Alors merci
pour ce rappel, car en ces temps difficile dans notre église nous avons tendance à confondre l'Amour du Père avec une "mixture de mots" qui nous arrange et nous parlons de miséricorde. Le
véritable Amour a disparu de nos pensées et nos intérêts ont pris le dessus. Merci, merci,merci d'accepter de ne pas nous laisser orphelin et sans nourriture. Que Dieu dans sa Toute Puissance
vous bénisse et vous garde dans Son GRAND AMOUR!



RSS Contact me