Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21

Rencontre au sommet - Homélie 2° dimanche du Carême A

dominicanus #Homélies Année A 2010-2011

transfiguration careme

 

Aujourd’hui Dieu nous ouvre tout grand la porte de son cœur. Il nous révèle son désir le plus cher, ce qui motive tout ce qu’il fait depuis le péché originel. L’appel d’Abraham, dont nous venons d’entendre le récit, marque une étape importante dans l’histoire du salut. C’est le début de l’Alliance de Dieu avec Israël, le peuple qu’il a choisi,  et dont est issu le Sauveur du monde, Jésus Christ. Avec l’appel d’Abraham, c’est une étape décisive du salut des pécheurs qui commence. C’est pourquoi il est tout à fait normal que Dieu nous explique ce qui le motive. Et c’est ce qu’il fait.


Il dit à Abram, qui s’appellera Abraham par la suite,  exactement pourquoi il lui demande de renoncer à sa situation confortable et de suivre cet appel. Il dit : « Je te bénirai … En toi seront bénies toutes les familles de la terre. » Bénédiction. Vie en abondance. Vie qui ait un sens. Epanouissement, bonheur profond et durable, sagesse, maturité, la joie d’une vie pleinement vécue, voilà ce que Dieu veut, pour chacun de nous, et pour toute la famille humaine. Voilà pourquoi il continue de prendre soin de ce monde qui l’a rejeté, et qui continue de le rejeter.


Dieu seul peut nous bénir, car lui seul peut enlever de notre vie et de notre monde les obstacles qui nous empêchent de mener la vie que nous sommes appelés à vivre : l’égoïsme, la convoitise, la paresse, la luxure, bref, le péché sous toutes ses formes.


Abraham a reçu la bénédiction de Dieu et il l’a transmis à son entourage et à ses descendants. Pourquoi ? Parce qu’il a obéi à l’appel de Dieu. Nous aussi, nous pouvons faire l’expérience d’une bénédiction divine plus abondante et la répandre sur ceux et celles que nous aimons, si nous faisons tout simplement ce que le Père demandait à Pierre, Jacques et Jean : « écouter le Christ ».


« Ecouter  le  Christ  et obéir à sa voix: telle est la voie maîtresse, l'unique, qui conduit à la plénitude de la joie et de l'amour.» (Benoît XVI, Angélus, 12 mars 2006).

 

Parce que nous vivons dans un mondé plongé dans le péché, nous sommes constamment tentés d’oublier cette vérité capitale. Nous devons faire un effort conscient et concerté pour nous en souvenir. Sinon, les épreuves de la vie risquent de nous épuiser.


Un jour, un homme d’affaires de New York, en rendant visite à des amis à la campagne, avait remarqué une girouette au sommet du toit de la grange. Il y avait du vent, et la girouette tournait à toute allure. En-dessous de la girouette, il y avait une inscription, peinte en grosses lettres : « Dieu est amour ». L’homme d’affaires voulait savoir pourquoi cette parole avait été placée en-dessous de quelque chose d’aussi versatile qu’une girouette. "Pensez-vous que l’amour de Dieu est aussi changeant que le vent ?", demande-t-il. Tu ne comprends pas, répond le fermier. Cela signifie que, quelle que soit la direction du vent, Dieu est toujours amour."


Il y a des années, un banquier, lui aussi de New York, voulait encourager les soldats qui se battaient à l’époque de la Deuxième Guerre Mondiale. Mais il ne réussit pas à obtenir la permission pour se rendre au front personnellement. Alors, il a acheté dans une usine des milliers de petits miroirs de poche. Au dos de chaque miroir, il a fait imprimer Jean 3, 16 : « Dieu a tant aimé le monde qu’il lui a donné son Fils unique, afin que tout homme qui croît en lui ne périsse pas, mais ait la vie éternelle. » Et en-dessous de ce verset, il a fait imprimer la phrase suivante : "Si tu veux voir celui qui est tant aimé de Dieu et pour qui il a donné son Fils, regarde de l’autre côté du miroir."


L’amour de Dieu est à la fois permanent et personnel. S’il nous demande d’écouter le Christ, de suivre les enseignements de l’Eglise, c’est uniquement parce qu’il veut nous bénir avec une vraie sagesse, une joie qui demeure, une vie qui ait un sens.

 

Dans la Bible, les sommets des montagnes sont des endroits privilégiés pour rencontrer Dieu, pour faire une rencontre décisive avec Dieu. Ce n’est pas par hasard que Jésus emmène ses disciples sur la montagne pour voir sa transfiguration. Nous avons tous pu faire des rencontres "au sommet". Nous avons tous pu connaître des moments où nous avons pu faire l’expérience d’une présence palpable de Dieu, des moments om nous avions la certitude qu’il s’occupe de nous et qu’il nous guide. C’est peut-être au cours d’une retraite, ou lors de notre première communion, ou encore lorsque nous nous sommes confessés pour la première fois depuis des années et où nous avons connu un nouveau départ dans notre vie grâce à la miséricorde de Dieu. Peut-être était-ce à l’occasion d’une dure épreuve, une maladie grave. Peut-être était-ce lorsqu’un soir, vous êtes entré dans une église pour prier tout seul, ou le jour où vous êtes allé marcher dans la nature et que vous avez vu un magnifique coucher de soleil.


Nous avons tous pu faire des rencontres “au sommet”. Et si Dieu nous l’a permis, c’est qu’il y a une raison, tout comme quand il l’a permis à Pierre, Jacques et Jean, c’était pour une raison. Jésus savait que sa passion, sa crucifixion et sa mort étaient imminentes. Il savait que la foi de ses disciples serait secouée par ces événements. Il leur a permis de faire une expérience "au sommet" de sa gloire pour que, par la suite, à l’heure de la croix, ils puissent s’en souvenir et que ce souvenir puisse les fortifier.


Jésus sait qu’il est exigeant de le suivre, et que personne ne peut faire l’économie de la croix dans sa vie. Obéir à ses commandements demande la maîtrise de soi et le renoncement. Alors, aujourd’hui, il veut nous rappeler que ces épreuves aussi font partie de son projet. Aujourd’hui, et tout au long de cette semaine, il veut que nous fassions mémoire de nos rencontres "au sommet", pour lui permettre de renouveler notre foi en sa bonté, sa sagesse, et son désir de nous bénir. Avec une foi renouvelée, nous pourrons vivre un bon Carême, en écoutant le Christ, et en répondant à son appel.

Toi aussi, tu es invité(e) à une rencontre au sommet !

Toi aussi, tu es invité(e) à une rencontre au sommet !

RSS Contact