Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21

Clemente Vismara dans la jungle du Myanmar. Histoire d'un missionnaire proclamé bienheureux

dominicanus #Il est vivant !

Il s'appelle Clemente Vismara. Il a passé sa vie en mission. Il a implanté l'Église là où le christianisme n'était jamais arrivé. Une sainteté ordinaire, qui a simplement  mis en pratique le Sermon sur la Montagne .

 

Clemente-Vismara.jpg

 

ROME, le 23 mai 2011 – La béatification de Jean-Paul II a secoué le monde entier comme un cyclone. "Mais il y a aussi d’autres témoins exemplaires du Christ, beaucoup moins connus, que l’Église  propose avec joie à la vénération des fidèles" : c’est ce qu’a déclaré Benoît XVI à l’occasion du "Regina Cæli" du dimanche 15 mai.

Les saints humbles et ordinaires – y compris ceux qui n’auront jamais d'auréole – constituent l’un des thèmes-clés de la prédication du pape Joseph Ratzinger. D’après lui, les saints sont "la plus grande apologie de notre foi" - avec l’art et la musique, a-t-il souvent ajouté - bien plus que les arguments qui font appel à la raison.

Formulée par un pape qui est un grand théologien et un grand raisonneur, cette affirmation peut surprendre. Mais elle est tout à fait en ligne avec un autre trait caractéristique du souverain pontife : il met la théologie au service de la "foi des simples".

Les saints – a dit Benoît XVI en de multiples occasions – "sont cette grande trace lumineuse qui marque le passage de Dieu dans l’histoire. Nous voyons qu’il y a vraiment là une force du bien qui résiste aux millénaires. Il y a vraiment là la lumière venue de la lumière".

L’une de ces lumières va attirer davantage l’attention le 26 juin, jour de la Fête-Dieu, où l’on béatifiera à Milan un prêtre nommé Clemente Vismara, mort en 1988 à l’âge de 91 ans, ayant vécu jusqu’à son dernier jour en terre de mission, dans un coin perdu de Birmanie.

Sa biographie raconte cette sainteté ordinaire qui plaît tant au pape, ce pape qui s’est défini lui-même comme un "humble ouvrier dans la vigne du Seigneur".

Le portrait du nouveau bienheureux que l’on peut lire ci-dessous a été écrit par un confrère qui l’a connu de très près : le père Piero Gheddo, qui appartient lui aussi à l’Institut Pontifical des Missions Étrangères et qui est lui aussi, depuis des décennies, missionnaire dans ce style "ancien" qui remonte aux apôtres eux-mêmes. Ce n’est pas pour rien que Jean-Paul II avait demandé au père Gheddo de lui rédiger une ébauche pour l'encyclique "Redemptoris Missio" (1990) qui avait pour but de revigorer l’authentique esprit missionnaire à une époque où il semble passé de mode.

Dans ce pays bouddhiste qu’est la Birmanie, aujourd’hui rebaptisée Myanmar, les catholiques représentent un peu plus de 1 % de la population. Mais si la foi chrétienne s’y est enracinée, c’est précisément à un missionnaire comme le père Vismara, prochainement béatifié, qu’on le doit.

C’est à la "trace lumineuse" émise par sa sainteté qu’on le doit.

Ce portrait du nouveau bienheureux écrit par le père Gheddo est paru sur "Asia News", le site de l'agence de presse en ligne de l'institut missionnaire auquel le père Vismara appartenait.

Sandro Magister

www.chiesa



UN NOUVEAU BIENHEUREUX: CLEMENTE VISMARA, PATRIARCHE DE LA BIRMANIE

par Piero Gheddo



Dimanche 26 juin, sur la place de la Cathédrale à Milan, le père Clemente Vismara (1897-1988), proclamé “Patriarche de la Birmanie” par la conférence des évêques en 1983 à l’occasion de ses soixante ans de mission au Myanmar, sera béatifié.

Né à Agrate Brianza en 1897, il est fantassin dans les tranchées pendant la première guerre mondiale, qu’il termine comme sergent-major avec trois médailles “Pour la valeur militaire”. Il comprend que “la vie n’a de valeur que si on la donne aux autres” (comme il l’écrivait). Devenu prêtre et missionnaire de l’Institut Pontifical des Missions Étrangères (PIME) en 1923, il part pour la Birmanie. Arrivé à Toungoo, dernière ville ayant un gouverneur britannique, il s’y arrête six mois chez l’évêque pour apprendre l’anglais, puis est affecté à Kengtung, dans un territoire de collines boisées, à peine exploré, où vivent des populations tribales soumises à un roi local (saboà) sous protectorat anglais. En quatorze jours de voyage à cheval, il arrive à Kengtung, où il s’arrête trois mois pour apprendre un peu les langues locales, puis le supérieur de la mission le conduit en six jours de trajet à cheval jusqu’à sa destination finale, Mong Lin, aux confins du Laos, de la Chine et de la Thaïlande.

On était en 1924. En 32 ans (y compris la seconde guerre mondiale, pendant laquelle il sera prisonnier des Japonais), Clemente Vismara va fonder, à partir de rien, trois paroisses : Mong Lin, Mong Phyak et Kenglap. Il écrivait à Agrate : “Ici, je suis à 120 kilomètres de Kengtung : si je veux voir un autre chrétien, je dois me regarder dans un miroir”. Il vit avec trois orphelins dans une cabane de boue et de paille. Son apostolat consiste à se rendre à cheval dans les villages tribaux, à y planter sa tente et à se faire connaître : il apporte des médicaments, arrache les dents douloureuses, s’adapte à la vie des habitants, au climat, aux dangers, à la nourriture, riz et sauce piquante, se procurant de la viande grâce à la chasse. Dès le début il amène à Mong Lin des orphelins et des enfants abandonnés pour les éduquer. Par la suite il a fondé un orphelinat qui est devenu la maison de 200 à 250 orphelins et orphelines. Aujourd’hui il est invoqué comme “protecteur des enfants” et procure de nombreuses grâces dont bénéficient les enfants et les familles.

Clemente vivait dans une grande pauvreté. Il écrivait : “Ici, c’est pire que dans les tranchées de l’Adamello et du Monte Maio ; mais cette guerre-ci, c’est moi qui l’ai voulue et je dois la faire jusqu’au bout, avec l’aide de Dieu. Je suis toujours dans les mains de Dieu”. Peu à peu, une communauté chrétienne naît, des religieuses de Marie Enfant arrivent pour l’aider, il crée des écoles et des chapelles, des bureaux et des rizières, des canaux d’irrigation, enseigne la menuiserie et la mécanique, construit des maisons en maçonnerie et introduit de nouvelles cultures : blé, maïs, élevage du ver à soie, légumes (carottes, oignons, salades : “Le père mange de l’herbe”, disaient les gens).

En résumé, le bienheureux Clemente a fondé l’Église dans un coin du monde où il n’y a pas de touristes mais seulement des contrebandiers d’opium, des sorciers et des guerriers d’origines diverses ; il y a apporté la paix et il a stabilisé sur ce territoire les tribus nomades qui, grâce à l’école et à l’aide sanitaire, ont progressé et comptent aujourd’hui des médecins et des infirmières, des artisans et des enseignants, des prêtres et des religieuses, des fonctionnaires et des évêques. Bon nombre d’entre eux s’appellent Clemente ou Clementina.

En 1956, alors qu’il avait fondé la ville chrétienne de Mong Lin et converti une cinquantaine de villages à la foi chrétienne, son évêque l’envoie à Mong Ping, à 250 kilomètres de Mong Lin dans l’immense diocèse de Kengtung, où il doit repartir de zéro. Clemente écrit à l’un de ses frères: “J’obéis à l’évêque parce que je sais que si j’agis à mon idée, je me trompe”. À soixante ans, il donne naissance à une nouvelle mission et fonde la ville chrétienne et paroisse de Mong Ping, une seconde paroisse à Tongtà, et il laisse en héritage cinquante autres villages catholiques.

Il meurt le 15 juin 1988 à Mong Ping, où il est enterré près de l’église et de la grotte de Lourdes qu’il a construites. Sur sa tombe, que visitent aussi beaucoup de non-chrétiens, il y a toujours des fleurs fraîches et de petites lampes allumées. Et maintenant, 23 ans après sa mort, le 26 juin 2011, le père Clemente Vismara va être béatifié par l’Église universelle, il sera le premier bienheureux de Birmanie. Une béatification très rapide si l’on se réfère aux longs délais de ces "procès" romains.

Pourquoi le père Clemente Vismara est-il béatifié ? Pendant sa vie il n’a pas fait de miracles, il n’a pas eu de visions ou de révélations, ce n’était pas un mystique ni même un théologien, il n’a pas accompli une grande œuvre et ne s’est pas distingué par des qualités ou des charismes extraordinaires. C’était un missionnaire comme tous les autres, à tel point qu’au PIME, quand on a parlé de mettre en route son procès de béatification, l’un de ses confrères de Birmanie a dit : “Si vous le béatifiez, vous devrez nous béatifier tous, nous qui avons mené la même vie que lui”. En 1993 je me suis rendu à Kengtung, avec deux missionnaires qui avaient vécu avec Clemente en Birmanie, et nous avons demandé à l’évêque, Abraham Than : “Pourquoi voulez-vous que le père Clemente soit béatifié ?”. Il a répondu : “Nous avons eu beaucoup de saints missionnaires du PIME qui ont fondé ce diocèse, notamment le premier évêque, Erminio Bonetta, dont on se souvient encore comme d’un modèle de charité évangélique, et d’autres dont le souvenir est bien vivant. Mais aucun d’eux n’a suscité une dévotion et une impulsion populaire pour les déclarer saints aussi fortes que le père Vismara. J’y vois un signe de Dieu pour lancer l’enquête diocésaine”.

L’un de ses confrères disait : "Vismara était extraordinaire dans l'ordinaire”. À quatre-vingt ans il avait toujours le même enthousiasme pour sa vocation de prêtre et de missionnaire ; serein et joyeux, généreux avec tous, confiant en la Providence, c’était un homme de Dieu même dans les situations tragiques qu’il a vécues. Il avait une vision aventureuse et poétique de la vocation missionnaire, qui en a fait un personnage fascinant à travers ses écrits, peut-être le missionnaire italien le plus connu du XXe siècle.

Sa confiance en la Providence était proverbiale. Il ne faisait pas de comptes, pas de budget, et ne comptait jamais l’argent qu’il avait. Dans un pays où la majorité des gens souffre de la faim plusieurs mois par an, Clemente donnait à manger à tous, il ne renvoyait jamais personne les mains vides. Ses confrères du PIME et les religieuses de Marie Enfant lui reprochaient d’accueillir trop d’enfants, de personnes âgées, de lépreux, de handicapés, de veuves, de déséquilibrés. Clemente disait toujours : “Aujourd’hui nous avons tous mangé ; demain le Seigneur y pourvoira". Il se fiait à la Providence, mais il écrivait à des bienfaiteurs un peu partout dans le monde pour obtenir des aides et il collaborait à différentes revues en leur envoyant des articles. Il passait ses soirées à écrire des lettres et des articles à la lueur d’une bougie (j’ai recueilli plus de 2 000 lettres et 600 articles). Il faut ajouter que les écrits du père Vismara, poétiques, aventureux, enflammés d’amour pour les plus pauvres, ont suscité de nombreuses vocations sacerdotales, missionnaires ou religieuses, et pas seulement en Italie.

Clemente représente bien les vertus des missionnaires et les valeurs à transmettre aux générations futures. Au cours du dernier demi-siècle la mission vers les peuples a changé radicalement, mais toujours en continuant à être ce que Jésus veut : “Allez dans le monde entier, annoncez l’Évangile à toutes les créatures”. Mais les nouvelles méthodes (responsabilité de l’Église locale, inculturation, dialogue interreligieux, etc.) doivent être vécues dans l’esprit et dans la continuité de la Tradition ecclésiale qui remonte aux apôtres.

Clemente est l’un des derniers maillons de cette glorieuse Tradition apostolique. Il était plein d’amour pour Jésus (il priait beaucoup !) et pour son peuple, en particulier pour les petits et les derniers. Il écrivait : “Ces orphelins ne sont pas à moi mais à Dieu et Dieu ne laisse jamais le nécessaire faire défaut”. Il vivait à la lettre ce que dit Jésus dans l’Évangile : “Ne vous préoccupez pas trop en vous demandant : Qu’allons-nous manger ? Qu’allons-nous boire ? Comment allons-nous nous habiller ? Ce sont ceux qui ne connaissent pas Dieu qui se préoccupent de tout cela. Vous, au contraire, cherchez le royaume de Dieu et faites sa volonté : tout le reste, Dieu vous le donnera par surcroît" (Mt 6, 31-34). Utopie ? Non, pour Clemente c’était une réalité vécue, qui lui mettait la joie au cœur en dépit de tous les problèmes qu’il avait.

J’ai été le voir en Birmanie en 1983. À 86 ans, il était encore curé de Mong Ping. Je voulais l’interviewer sur ses aventures mais il m’a dit : “Ne t’occupe pas de mon passé, je l’ai déjà raconté cent fois. Parlons plutôt de mon avenir”. Et il m’a parlé des villages à visiter, des écoles et des chapelles à construire, des demandes de conversions qui venaient de diverses personnes. Comme le disait l’un de ses confrères : “Il est mort à 91 ans sans avoir jamais vieilli”. Il avait conservé pour sa mission l’enthousiasme des premiers temps.

Le père Clemente Vismara est l’un des quelque 200 missionnaires du PIME qui, de 1867 à aujourd’hui, ont fondé au nord-est de la Birmanie six des quatorze diocèses du Myanmar : Toungoo, Kengtung, Taunggyi, Lashio, Loikaw et Pekong, dont les quelque 300 000 baptisés, évêques, prêtres et religieuses indigènes, représentent plus de la moitié des catholiques de Birmanie.

Clemente fait partie de ces gens si nombreux qui, tous ensemble, représentent bien la tradition missionnaire et l’esprit du PIME. Celui-ci continue à aider l’Église du Myanmar de différentes manières, notamment en prenant en charge ses vocations missionnaires, en les formant et en les envoyant dans les communautés de l’institut sur tous les continents pour annoncer le Christ et fonder l’Église, y compris dans d’autres peuples. 


L'agence de presse en ligne de l’Institut Pontifical des Missions Étrangères, auquel appartenait le bienheureux Clemente Vismara :

> Asia News


Traduction française par Charles de Pechpeyrou.
RSS Contact