Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21

Samedi Saint: mystère de prédication missionnaire

Walter Covens #homélies (patmos) Année B - C (2006 - 2007)
Première lettre de saint Pierre Apôtre (1P 3, 19-22)

3

19 C'est ainsi qu'il est allé proclamer son message à ceux qui étaient prisonniers de la mort.
20 Ceux-ci, jadis, s'étaient révoltés au temps où se prolongeait la patience de Dieu, quand Noé construisit l'arche, dans laquelle un petit nombre de personnes, huit en tout, furent sauvées à travers l'eau.
21 C'était une image du baptême qui vous sauve maintenant : être baptisé, ce n'est pas être purifié de souillures extérieures, mais s'engager envers Dieu avec une conscience droite, et participer ainsi à la résurrection de Jésus Christ
22 qui est monté au ciel, au-dessus des anges et de toutes les puissances invisibles, à la droite de Dieu.

 
Copyright AELF - 1980 - 2006 - Tous droits réservés

 

 

 

rubens.resurrection
 
Rubens, La Résurrection


    Le samedi saint n'est pas seulement le silence du tombeau, l'absence d'un Dieu K.O. se remettant lentement de ses blessures. Le samedi saint, c'est le mystère du Christ dont nous croyons avec toute l'Eglise qu' "il est descendu aux enfers"...

    Avez-vous remarqué que dans le Symbole de Nicée-Constantinople, plus long pourtant que le Symbole des Apôtres, ce mystère n'est pas mentionné? (Cela montre bien que le Symbole des Apôtres ne doit pas être considéré comme un simple résumé du Symbole de Nicée-Constantinople.)

    Il n'en demeure pas moins que la descente de Jésus aux enfers fait partie intégrante du noyau central de notre foi:
 
Avant tout, je vous ai transmis ceci, que j'ai moi-même reçu: le Christ est mort pour nos péchés conformément aux Ecritures, et il a été mis au tombeau; il est ressuscité le troisième jour conformémént aux Ecritures, et il est apparu à Pierre, puis aux Douze.
Bref, qu'il s'agisse de moi ou des autres, voilà notre message, et voilà notre foi. (1 Co 15, 3-5.11)

    Ce qui est frappant, ce n'est pas le silence du tombeau; c'est notre silence au sujet de ce mystère. La Liturgie des Heures, pour l'Office des Lectures du Samedi Saint, donne une homélie ancienne du IIe siècle :
 
Il est allé réveiller ceux qui dormaient depuis des siècles.
Il va chercher Adam, notre premier Père, la brebis perdue.
Il veut aller visiter tous ceux qui sont assis
dans les ténèbres et à l’ombre de la mort.
Il va pour délivrer de leurs douleurs Adam dans les liens et Eve, captive avec lui

    Cela fait beaucoup de travail ! Et ce travail, dit saint Pierre, c'est un travail de prédication, d'annonce, de kérygme. Le comment de ce travail n'est pas notre affaire, mais celle du Christ. Il suffit de connaître le fait.

    Or, ce fait ne concerne pas seulement "les enfers", ceux qui jadis se sont révoltés, et qui attendent leur délivrance. Il nous concerne aussi: "C'est une image du baptême", écrit saint Pierre. Il concerne donc aussi ceux qui vivent dans l'attente du baptême (les catéchumènes, mais encore ceux qui, sans en être conscients, vivent dans un secret désir d'être baptisés); il concerne donc aussi tous ceux qui sont déjà baptisés, et qui doivent s'associer au Christ dans ce travail de prédication missionnaire jusqu'aux confins du monde, du monde extérieur, mais aussi intérieur, de tous les mondes connus et inconnus. Il concerne même ceux qui sont déjà baptisés, mais qui, s'étant révoltés, vivent déjà comme aux enfers.

    C'est la vocation de Ste Thérèse de Lisieux: être missionnaire de l'amour sans frontières, non seulement dans l'espace, en extension et en profondeur, mais aussi dans le temps.

    C'est la vocation de tous les baptisés. "Suis-moi", dit Jésus en appelant des premiers disciples au début de sa vie publique. Enseveli au tombeau et descendu aux enfers, il nous le dit encore. Mais qui veut passer par la porte étroite pour suivre Jésus dans sa mise au tombeau et sa descente aux enfers ? Ici, plus que jamais, "la moisson est abondante, et les ouvriers peu nombreux..." Le Cardinal Ouellet écrit que:
 
notre monde a bien besoin de méditer ce mystère pour retrouver le sérieux de la vie et de la mort avec le fondement de la véritable Espérance.

    Prions donc le Maître de la moisson, qu'il envoie des ouvriers à sa moisson.
RSS Contact