Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21

Les mages ou le secret de l'éternelle jeunesse - Homélie Epiphanie

Walter Covens #homélies (patmos) Année B - C (2006 - 2007)
 
epiphanie-ev.jpg
 
 
    Vous avez pu remarquer que, dans mes homélies depuis le temps de l'Avent, j'ai touché successivement à la vie humaine durant ses premières étapes (la vie de l'embryon, et celle des enfants et des adolescents (Jésus à douze ans). Nous célébrons aujourd'hui l'Épiphanie du Seigneur. Ce sera l'occasion de terminer ce Temps de Noël avec les jeunes.

    Épiphanie veut dire "manifestation", "apparition". La gloire de Dieu se manifeste dans un petit enfant, le Verbe fait chair. C'est une solennité! Chez nos frères d'Orient elle correspond même à notre fête de Noël. Mine de rien, les figures des mages de l'évangile de cette solennité de l'Épiphanie du Seigneur, loin de jouer un rôle de simple figuration, occupent eux aussi une place importante dans la vie de l'Église, dans la vie chrétienne de chacun de nous.

    Pourtant seul l’évangile de Matthieu parle des mages et il ne nous dit que très peu de choses à leur sujet. Il ne dit ni d’où ils viennent – si ce n’est "d’Orient" –, ni comment ils s'appellent, ni combien ils sont. Mais il s’adresse à des judéo-chrétiens persécutés par les Juifs, et il veut montrer que Jésus est bien le Messie et que dans les visite des Mages se vérifie la prophétie d’Isaïe: "Les nations marcheront à ta lumière et les rois à ta clarté naissante", ainsi que le Psaume 72 : "Les rois les plus lointains, prosternés devant lui, ceux de Tarsis et de Saba, présenteront leurs dons et leurs tributs". C'est pourquoi la piété populaire, qu'il faut bien se garder de mépriser, les appellera non sans raison les "Rois" Mages.

    On s’accordera à les faire venir de Perse. Le symbolisme de leurs présents a été rapidement interprété: l'or pour la royauté de Jésus, l'encens pour sa divinité, la myrrhe pour son humanité. C'est Tertullien (160-225) qui, le premier, semble-t-il, en fait des rois. Origène (185-250) adopte le nombre de trois. Leurs noms – Melchior, Balthasar et Gaspard – apparaissent au VIIe siècle. Des origines ethniques différentes leur sont attribuées au XVe siècle : le blanc Melchior, le jaune Gaspard, et le noir Balthasar symbolisent donc toute la race humaine. Belle leçon d'antiracisme! On peut voir en eux également ceux qui réconcilient les générations: on les a aussi représentés aux trois âges de la vie : jeunesse, âge mûr et vieillesse...

    Selon certaines traditions, les mages auraient été baptisés par l’apôtre Thomas. Ramenés d’Orient à Constantinople par sainte Hélène (IVe siècle), leurs trois corps auraient été transférés dans une église à Milan. L’archevêque de Cologne obtint le droit de récupérer ces reliques pour sa cathédrale Saint-Pierre. Une partie sera plus tard restituée à Milan. Des études ont montré que ces reliques de Cologne datent du début de l’ère chrétienne et ont donc une grande probabilité d'authenticité.

    Venons-en aux jeunes maintenant, et souvenons-nous que Jean-Paul II avait convoqué les jeunes du monde entier à Cologne pour les JMJ en 2005. C'est finalement Benoît XVI qui s'était rendu ainsi pour la première fois en tant que pape dans sa patrie. À cette occasion il avait déclaré:

 
 
    La ville de Cologne ne serait pas ce qu’elle est sans les Rois Mages, qui ont tant de poids dans son histoire, dans sa culture et dans sa foi. Ici, l’Église célèbre toute l’année, en un sens, la fête de l’Épiphanie ! C’est pourquoi, avant de m’adresser à vous devant cette magnifique cathédrale, j’ai voulu me recueillir quelques instants en prière devant le reliquaire des trois Rois Mages, rendant grâce à Dieu pour leur témoignage de foi, d’espérance et d’amour. Parties de Milan en 1164, les reliques des Mages, escortées par l’Archevêque de Cologne, Reinald von Dassel, franchirent les Alpes pour arriver à Cologne, où elles furent accueillies avec de grandes manifestations de liesse. Se déplaçant à travers l’Europe, les reliques des Mages ont laissé des traces évidentes, qui subsistent encore aujourd’hui dans les noms de lieu et dans la dévotion populaire. Pour les Rois Mages, les habitants de Cologne ont fait fabriquer le reliquaire le plus précieux de tout le monde chrétien et, comme cela ne suffisait pas, ils ont élevé au-dessus de lui un reliquaire encore plus grand, cette superbe cathédrale gothique qui, après les blessures de la guerre, s’offre à nouveau aux yeux des visiteurs avec toute la splendeur de sa beauté. Avec Jérusalem, la «Ville Sainte», avec Rome, la «Ville éternelle», avec Saint-Jacques de Compostelle en Espagne, Cologne, grâce aux Mages, est devenu au fil des siècles un des lieux de pèlerinage les plus importants de l’Occident chrétien.

 
 
    Le thème choisi pour ces journées – "Allons l'adorer" – contenait deux grandes images. Il y avait tout d'abord l'image du pèlerinage ("ALLONS l'adorer), l'image de l'homme qui, en regardant au-delà de ses propres affaires et du quotidien, se met à la recherche de sa destination essentielle, de la vérité, de la juste voie, de Dieu. Dans une société où le pouvoir d'achat est roi, cette priorité est bien compromise!

    Cette image de l'homme en marche vers le but de la vie contenait en soi encore deux indications claires. Il y avait tout d'abord l'invitation à ne pas voir le monde qui nous entoure uniquement comme la matière brute avec laquelle nous pouvons faire quelque chose, mais à chercher à découvrir dans celui-ci la "calligraphie du Créateur", la raison créatrice et l'amour dont le monde est né et dont nous parle l'univers, si nous sommes attentifs, si nos sens intérieurs s'éveillent et acquièrent la perception des dimensions les plus profondes de la réalité. Comme deuxième élément s'ajoutait l'invitation à se mettre à l'écoute de la révélation historique qui, seule, peut nous offrir la clef de lecture du mystère silencieux de la création, en nous indiquant concrètement la voie vers le Maître du monde et de l'histoire qui se cache dans la pauvreté de l'étable de Bethléem.

    L'autre image contenue dans le thème de la Journée mondiale de la Jeunesse était l'homme en adoration: "Nous sommes venus L'ADORER". Avant toute activité et toute transformation du monde, il doit y avoir l'adoration. Elle seule nous rend véritablement libres; elle seule nous donne les critères pour notre action. Précisément dans un monde où les critères d'orientation viennent progressivement à manquer et où existe la menace que chacun fasse de soi-même son propre critère, il est fondamental de souligner l'adoration. Pour tous ceux qui étaient présents à Cologne pour les JMJ, le silence intense d'un million de jeunes au moment où le Seigneur dans le Saint Sacrement était déposé sur l'autel, reste inoubliable.
 
La réaction contre un monde survolté en mal de silence, un monde déboussolé en mal de sagesse, joue dans le succès obtenu par les philosophies extrême-orientales. Mais plus profondément, celui-ci est révélateur d’une soif trop longtemps refoulée de transcendance, d’une quête d’ordre proprement mystique. À ce titre, il est symptôme d’une carence grave dans le christianisme occidental contemporain. Celui-ci n’ayant guère offert le meilleur de sa propre tradition spirituelle, il était inévitable qu’on se mette à rechercher des succédanés. Dans combien de milieux chrétiens la "mystique", dans un sens toujours péjoratif, n’était-elle pas stigmatisée comme dangereuse? (Des bords du Gange aux rives du Jourdain, p. 5-6)

    Je n'oublierai jamais la "remontrance" du curé de la paroisse où j'ai été vicaire pendant un an (c'était la première année de mon sacerdoce!): "Tu sais, ici, les gens ne sont pas des mystiques!". Mais quand j'ai dû quitter cette paroisse, étant nommé curé dans une autre, une paroissienne m'avait dit: "Mr le Vicaire, merci! Vous nous avez réappris à prier." Quand on voit dans combien d'églises, non seulement les prêtres n'exposent pas le Corps du Seigneur à l'adoration des fidèles, mais qu'en entrant dans une église les catholiques ne font même plus la génuflexion et qu'à la consécration ils restent debout, si ce n'est assis...
 
(...) Bref, à force de privilégier l’engagement socio-politique et l’efficacité de l’action (ceci, il faut aussi le souligner, en réaction contre une époque de "dévotions" débranchées du réel : caricatures d’une vraie spiritualité), au détriment de l’adoration contemplative, on a laissé mourir de soif nos frères, à côté de puits soigneusement barricadés. Reprendre le chemin de nos sources : telle est la meilleure manière de répondre aux aspirations religieuses de l’homme occidental.
(Des bords du Gange aux rives du Jourdain, p. 5-6)

    Écoutons donc l'avertissement d'Isaïe, avant qu'il ne soit trop tard pour nous. Il est déjà trop tard pour tant d'enfants, de jeunes, d'adultes, tombés dans le désespoir, puis dans la mort, faute d'adoration (cf. le livre prophétique du Père Molinié, Adoration ou désespoir):
 
Parce que ce peuple refuse les eaux de Siloé qui coulent doucement, les eaux puissantes et profondes monteront du fleuve : de son lit il débordera, franchira toutes les berges, inondera, se déversera, submergera toute l’étendue de ton pays. (Is 8, 5-8)

    Saint Paul précse de quel fleuve il s'agit:
 
L’esprit annonce explicitement que, dans les derniers temps, ils tomberont de la foi, parce qu’ils seront conduits dans l’erreur par des esprits faux et des fausses doctrines qui viennent des démons. (1 Tm 4, 1-2)

    Alice Bailey en personne, sachant de quoi elle parle, confirmera, à son corps défendant:
 
Lucifer est celui qui règne sur l’humanité... du moins est-il l’étoile qui la guide et c’est lui l’étoile qui guide le mouvement New Age actuel.

    À chacun son étoile...

    Dans son livre: Christian response to the occult, Tom Poulson écrit:
 
Quiconque arrivera aux degrés supérieurs de la franc-maçonnerie verra qu’il s’agit d’adorateurs de Lucifer.

    Oui, comme le million de jeunes présents à Cologne peuvent l'attester, Jean-Paul II visait juste quand il écrivait:
 
Nous devons confesser que nous avons tous besoin de ce silence chargé de présence divine. (Orientale Lumen, 16)

    Mettons-nous, comme lui et comme eux, à l'école des Mages, pour qu'ils nous enseignent le secret de l'éternelle jeunesse, qui est aussi le secret de la "très grande joie" (Mt 2, 10).
Allons l'adorer

Allons l'adorer

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
RSS Contact