Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21

Cardinal Charles Journet, L'apocalypse synoptique (2)

Walter Covens #la vache qui rumine (Années B - C)
    Pour le moment, je vais vous parler de ce qu'on appelle l'apocalypse synoptique. Voici comment la chose est présentée. C'est dans saint Matthieu. Tout de suite après ce grand cri d'amour: "Jérusalem, Jérusalem, combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants..." (Mt 23, 37) "Jésus sortit du Temple et, comme il s'éloignait, ses disciples le rejoignirent pour lui faire remarquer les constructions du Temple. Mais il leur répondit: - Vous voyez tout cela, n'est-ce pas? En vérité je vous le dis, il ne restera pas ici pierre sur pierre; tout sera détruit" (Mt 24, 1-2). Dans saint Marc, chapitre 13, versets 1 et 2: "Comme il sortait du Temple, un de ses disciples lui dit: - Maître, regarde, quelles pierres! quelles constructions! Et Jésus lui dit: - Tu vois ces grandes constructions? Il n'en restera pas pierre sur pierre qui ne soit jetée bas".

    Voilà donc l'annonce de la ruine de Jérusalem, qui aura lieu en l'an soixante-dix, lorsqu'il y aura l'invasion des armées romaines sous Titus et Vespasien. Jérusalem sera détruite et ensanglantée. Saint Matthieu, chapitre 24, verset 3: "Comme il était assis sur le mont des Oliviers, les disciples s'apporchèrent de lui, en particulier, et demandèrent: - Dis-nous quand cela aura lieu, et quel sera le signe de ton avènement et de la consommation des siècles." Remarquez qu'ici, les disciples bloquent tout; la ruine de Jérusalem, puisque Jésus dit: "Il ne restera pas pierre sur pierre", le Temple va être détruit. Le Temple était la raison pour laquelle il y avait la ville de Jérusalem. Le Temple était la part de Dieu dans la ville de Jérusalem. Alors, si le Temple est détruit, cela veut dire que la ville sera détruite, et comme Dieu a promis son Alliance jusqu'à la fin des temps, si Jérusalem doit être ruinée, cela veut dire que le monde s'effondrera en même temps qu'elle. On trouvera quelque chose d'analogue au moment de l'invasion des barbares à Rome. Les chrétiens avaient cette idée que, puisque Rome, dans sa prinicpale partie, était devenue chrétienne, elle derait protégée jusqu'au dernier jour; et quand ils voient la ruine de Rome par les Barbares, à ce moment-là ils pensent que c'est la fin du monde. Saint Jérôme était un peu dans cette perspective: - C'est la fin de Rome, c'est la fin du monde. Saint Augustin dira: - Non, "c'est la fin d'un monde, mais pas du monde". Il était en Afrique, et à ce moment-là affluaient des chrétiens fugitifs qui avaient pu échapper au massacre des Barbares et recommençaient une chrétienté en Afrique. Vous voyez, c'est le blocage de la ruine de Rome avec la fin du monde par les chrétiens; mais il y avait eu, auparavant, ce blocage de la ville de Jérusalem et de la fin du monde qui était dans l'ambiance juive. Pour eux, quand Jésus dit: "Il ne restera pas pierre sur pierre" (Mt 24, 2), cela veut dire que Jérusalem va être détruite, cela veut dire que la fin du monde va venir.

    Alors ils posent la question: - Quels vont être les signes, et puis quelles vont être les dates? Il y a quatre questions qui vont être posées ici: les signes de la ruine de Jérusalem et la date de la ruine de Jérusalem; les signes de la fin du monde, et la date de la fin du monde. Ces quatre questions sont bloquées parce que, pour eux, il n'y avait qu'une perspective: celle d'un jugement final, qui allait terminer le temps pour inaugurer l'éternité.

    La rédaction des évangélistes montre que, même dans l'esprit des premiers disciples, ils n'ont pas tout de suite réalisé ce que nous savons, nous: que Jésus, le Sauveur, vient en deux fois. Une fois pour guérir et bénir, et nous appeler à l'amour; et une autre fois, pour mettre le point final à cette période que les épitres de saint Pierre et de saint Jean appellent la fin des temps. Donc, les derniers temps, qui vont depuis la première venue du Sauveur jusqu'à sa seconde venue, étaient encore bloqués pour eux; et quand ils notent les réponses de Jésus, on voit des signes qui tantôt désigneront la ruine de Jérusalem et sa date, ou tantôt la fin du monde et ce que Jésus dira de sa date. Et tout cela est mélangé, parce que dans leur esprit c'était encore comme brouillé.

    Alors il y aura un discernement à faire parmi les traits qui vont être indiqués par le Sauveur pour savoir ce qui convient à Jérusalem et ce qui convient à la fin du monde, et à la date de l'un et à la date de l'autre. (à suivre)

extrait d'une série de conférences données à Genève au Centre Universitaire Catholique
du 16 octobre 1971 au 18 mars 1972 sur l'Apocalypse de saint Jean


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
RSS Contact