Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21

Cardinal Ch. Schönborn, Le mystère du Christ

Walter Covens #la vache qui rumine (Années B - C)
    Au centre de la hiérarchie des vérités, il y a aussi le mystère du Christ, vraiment Dieu et vraiment homme. « Il n'y pas sous le ciel d'autre nom donné aux hommes, par lequel il nous faille être souvés » (Ac 4, 12), que le nom de JÉSUS, dit l'épigraphe placée en tête du prologue du catéchisme.

    L'accent christocentrique du catéchisme ne contredit aucunement son exposé trinitaire: le Père est révélé et le Saint-Esprit offert par l'incarnation du Fils éternel, par sa vie, par sa mort et sa résurrection. Pour être trinitaire, la catéchèse doit être christocentrique. C'est pourquoi l'introduction du chapitre christologique (426-429) souligne que le Christ « se trouve au coeur de la catéchèse ». Le catéchisme cite, dans ce contexte (426), l'exhortation apostolique de Jean-Paul II. Catechesi Tradendae affirme: « Au coeur de la catéchèse nous trouvons essentiellement une Personne, celle de Jésus de Nazareth, Fils unique du Père (...), qui a souffert et qui est mort pour nous et qui maintenant, ressuscité, vit avec nous pour toujours (...). Catéchiser (...), c'est (...) dévoiler dans la Personne du Christ tout le dessein éternel du Dieu (...). C'est chercher à comprendre la signification des gestes et des paroles du Christ, des signes réalisés par Lui (...) » (CT 5). « Le but définitif de la catéchèse est de mettre quelqu'un (...) en communion (...) avec Jésus Christ: Lui seul peut conduire à l'amour du Père dans l'Esprit et nous faire participer à la vie de la Trinité Sainte » (ibid.).

    Le principe de la hiérarchie des vérités de foi est explicitement soulingé dans le paragraphe suivant de Catechesi Tradendae (voir CEC 427): « Dans la catéchèse, c'est le Christ, Verbe incarné et Fils de Dieu, qui est enseigné – tout le reste l'est en référence à Lui; et seul le Christ enseigne, tout autre le fait dans la mesure où il est son porte-parole, permettant au Christ d'enseigner par sa bouche (...). Tout catéchiste devrait pourvoir s'appliquer à lui-même la mystérieuse parole de Jésus: "Ma doctrine n'est pas de moi, mais de Celui qui m'a envoyé" » (Jn 7, 16) (CT 6).

    Le Christ est la lumière éclairant tout, illuminant aussi la présentation de la foi et la voie de la succession en tant que « vie dans le Christ ». La catéchèse de la moralité chrétienne est avant tout une école de la vie nouvelle dans le Christ, pénétrée de la grâce du Saint-Esprit. Ainsi le prologue de la troisèe partie du catéchisme sur la morale s'achève par ces mots: « La référence première et ultime de cette catéchèse sera toujours Jésus-Christ Lui-même qui est « le chemin, la vérité et la vie » (Jn 14, 6). C'est en Le regardant dans la foi que les fidèles du Christ peuvent espérer qu'Il ralise Lui-même en eux ses promesses, et qu'en L'aimant de l'amour dont Il les a aimés, ils fassent les oeuvres qui correspondent à leur dignité » (1698). (à suivre)

Introduction au Catéchisme de l'Église Catholique, Cerf 1995, p. 39-41

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
RSS Contact