Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21

S. François de Sales, L'amour des commandements porte à l'amour des conseils

Walter Covens #la vache qui rumine (Années B - C)
    (...) Quand l'Epouse céleste veut exprimer l'infinie suavité des parfums de son divin Epoux, Votre nom, lui dit-elle, est un onguent répandu; comme si elle disait: Vous êtes si excellemment parfumé qu'il semble que vous soyez tout parfum, et qu'il soit à propos de vous appeler onguent et parfum, plutôt qu'oint et parfumé. Ainsi l'âme qui aime Dieu est tellement transformée en la volonté divine, qu'elle mérite plutôt d'être nommée volonté de Dieu, qu'obéissante ou sujette à la volonté divine: dont Dieu dit par Isaïe qu'il appellera l'Eglise chrétienne d'un nom nouveau que la bouche du Seigneur nommera, marquera et gravera dans le coeur de ses fidèles. Puis, expliquant ce nom, il dit que ce sera: ma volonté en icelle; comme s'il disait qu'entre ceux qui ne sont pas Chrétiens, un chacun a sa volonté propre au milieu de son coeur, mais parmi les vrais enfants du Sauveur chacun quittera sa volonté, et n'y aura plus qu'une volonté maîtresse, régente et universelle qui animera, gouvernera et dressera toutes les âmes, tous les coeurs et toutes les volontés, et le nom d'honneur des Chrétiens ne sera autre chose sinon: la volonté de Dieu en eux, volonté qui règnera sur toutes les volontés et les trasformera toutes en soi, de sorte que les volontés des Chrétiens et la volonté de Notre-Seigneur ne soient plus qu'une seule volonté. Ce qui fut parfaitement vérifié en la primitive Eglise, lorsque, comme dit le glorieux saint Luc, en la mulititude des croyants il n'y avait qu'un coeur et qu'une âme (Ac 4, 32); car il n'entend pas parler du coeur qui fait vivre nos corps, ni de l'âme qui anime les coeurs d'une vie humaine, mais il parle du coeur qui donne la vie céleste à nos âmes, et de l'âme qui anime nos coeurs de la vie surnaturelle: coeur et âme très unique des vrais Chrétiens, qui n'est autre chose que la volonté de Dieu. La vie, dit le Psalmiste, est en la volonté de Dieu (Ps 29, 6): non seulement parce que notre vie temporelle dépend de la volonté divine, mais aussi d'autant que notre vie spirituelle gît en l'exécution d'icelle, par laquelle Dieu vit et règne en nous, et nous fait vivre et subsister en lui. Au contraire le méchant, dès le siècle, c'est-à-dire toujours, a rompu le joug de la loi de Dieu, et a dit: Je ne servirai point (Jr 2, 20), c'est pourquoi Dieu a dit qu'il l'a appelé dès le ventre de sa mère transgresseur et rebelle; et parlant au roi de Tyr (Ez 28, 2) il lui reproche qu'il avait mis son coeur comme le coeur de Dieu: car l'esprit révolté veut que son coeur soit maître de soi-meme et que sa propre volonté soit souveraine comme la volonté de Dieu; il ne veut pas que la volonté divine règne sur la sienne, ains veut être absolu et sans dépendance quelconque. Ô Seigneur éternel, ne le permettez pas! ains faites que jamais ma volonté ne soit faite, mais la vôtre (Lc 22, 42). Hélas, nous sommes en ce monde, non point pour faire nos volontés, mais celles qui nous y a mis (Jn 6, 38). Il fut écrit de vous, ô Sauveur de mon âme, que vous fissiez la volonté de votre Père éternel, et par le premier vouloir de votre âme, à l'instant de votre conception, vous embrassâtes amoureusement cette loi de la volonté divine et la mîtes au milieu de votre coeur (Ps 39, 8,9) pour y régner et dominer éternellement: hé, qui fera la grâce à mon âmequ'elle n'ait point de volonté que la volonté de son Dieu!

    Or, quand notre amour est extrême à l'endroit de la volonté de Dieu, nous ne nous contentons pas de faire seulement la volonté divine qui nous est signifiée ès commandements, mais nous nous rangeons encore à l'obéissance des conseils, lesquels ne nous sont donnés que pour plus parfaitement observer les commandements, auxquels aussi ils se rapportent, ainsi que dit excellemment saint Thomas (Saint Thomas d'Aquin, Somme théologique, IIa,IIae, question CLXXXIX, art. 1, ad 5). Ô combien excellente est l'observation de la défense des injustes voluptés, en celui qui a même renoncé aux plus justes et légitimes délices! Ô combien celui-là est éloigné de convoiter le bien d'autrui, qui rejette toutes richesses et celles même que saintement il pourrait garder! Que celui est bien éloigné de vouloir préférer sa volonté à celle de Dieu, qui pour fiare la volonté de Dieu s'assujettit à celle d'un homme!

    David était un jour en son préside, et la gaanison des Philistins en µBethléem; or il fit un souhait disant: Ô si quelqu'un me donnait à boire de l'eau de la citerne qui est à la porte de Bethléem! Et voilà qu'il n'eut pas plus tôt dit le mot, que trois vaillants chevaliers partent de là, main et tête baissées, traversant l'armée ennemie, vont à la citerne de Bethléem, puisent de l'eau et l'apportent à David; lequel, voyant le hasard auquel ces gentilshommes s'étaient mis pour contenter son appétit, ne voulut point boire cette eau conquise au péril de leur sang et de leur vie, ains la répandit en oblation au Dieu éternel (2 S 23, 14-17). Hé, voyez, je vous prie, Théotime, quelle ardeur de ces chevaliers au service et contentement de leur maître! ils volent et fendent la presse des ennemis, avec mille dangers de se perdre, pour assouvir un seul simple souhait que le Roi leur témoigne. Le Sauveur, étant de ce monde, déclara sa volonté en plusieurs choses par manière de commandement, et en plusieurs autres il la signifia seulement par manière de souhait: car il loua fort la chasteté, la pauvreté l'obéissance et résignation parfaite, l'abnégation de sa propre volonté, la viduité, le jeûne, la prière ordinaire; et ce qu'il dit de la chasteté, que qui en pourrait emporter le prix qu'il le prît (Mt 19, 12), il l'a assez dit de tous les autres conseils. A ce souhait, les plus vaillants Chrétiens se sont mis à la course, et forçant toutes les répugnances, convoitises et difficultés, ont atteint à la sainte perfection, se rangeant à l'étroite observance des désirs de leur Roi, obtenant par ce moyen la couronne de gloire.

    Certes, ainsi que témoigne le divin Psalmiste (Ps 9, 38), Dieu n'exauce pas seulement le souhait de ses fidèles, ains il exauce même encore le seul désir d'iceux, et la seule qu'ils font en préparationleurs coeurs pour prier, tant il est favorable et propice à faire la volonté de ceux qui l'aiment (Ps 144, 19). Et pourquoi donc réciproquement ne serons-nous si jaloux de suivre la sacrée volonté de Notre-Seigneur, que nous fassions non seulement ce qu'il commande, mais encore ce qu'il témoigne d'agréer et souhaiter? Les âmes nobles n'ont pas besoin d'un plus fort motif pour embrasser un dessein que de savoir que le Bien-aimé le désire: Mon âme, dit l'une d'icelles, s'est écoulée soudain que mon Ami a parlé (Ct 5, 6).
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
RSS Contact