Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21

Hans Urs von Balthasar, Le complexe anti-romain, (1e partie)

Walter Covens #la vache qui rumine (Années B - C)
15 TOB evQui oserait nier que maints représentants de la fonction pontificale ont lamentablement failli dans la tâche d'’assurer l’'unité, requise par le Christ, du ministère et du comportement chrétien, et que le scandale dont ils ont été la cause ont naturellement provoqué des schismes ? Je dis bien : inévitablement, car la crédibilité de la succession de Pierre a dû pâtir très lourdement du fait de leur inconduite ; ce fut beaucoup plus grave que du temps des mauvais rois d’'Israël ou des désordres des Hasmonéens. Mais si la tension toujours perceptible entre ministère et attitude personnelle, dont la succession du Bon Pasteur requiert l’'harmonie, était vraiment devenue intolérable chez certains papes, par exemple de la Renaissance, ce n'’était pas une raison suffisante pour qualifier le pape d’'anitchrist par excellence et de le comparer aux cochons de Gérasa (d'’après un passage de Luther, cité récemment lors d’'un de ses cours par Eberhard Jüngel). Après coup, on peut reprendre ces expressions déplorables, mais sans pour autant reconnaître ce lien bien perçu par Augustin entre le mauvais exercice du ministère et la validité de l’'administration du sacrement (lien dont l'’importance a déjà été soulignée). Pas plus que quelqu'’un ne peut s'’attribuer lui-même une fonction (même pas par mode d’'élection démocratique), qu'’il reçoit seulement de ministres validement ordonnés, pas davantage un chrétien ne peut se donner lui-même un sacrement (même pas celui du mariage), mais il le reçoit comme un don gratuit de la part d’'une Église structurée de manière institutionnelle.

       Aussi saint soit-il, tout pape ne cessera pas d’'avoir son côté humain, qui le rend critiquable. Seulement il est déplorable qu'’à l’intérieur de la Catholica, composée de membres pécheurs nous n’'abordons pas ici la thèse luthérienne du péché -, un homme promu à ce niveau suprême de responsabilité perde presque toujours ses sympathies antérieures et devienne alors la cible d'’une critique plus ou moins hostile. La plupart du temps, il faut attendre sa mort pour que viennent au jour ses véritables mérites. Paul VI, qui fut tant décrié, en fournit un bon exemple, encore que l’'on puisse observer la même loi pour les évêques ainsi que pour les supérieurs des ordres religieux, masculins ou féminins. Il n'’y a pas que le clerc qui soit un loup pour le clerc (clerico lupus) ; on doit y ajouter le laïc, et ce d'’autant plus que quiconque se plaint de l’'autorité ecclésiastique est aussitôt monté en épingle par les médias, qui font de lui un martyr ou un héros : leur puissance et leur impact dépassent ceux de l’'autorité ecclésiastique qui, en tant que telle, est l’'objet de ce que déjà du temps de Paul on appelait la haine que suscitent la faiblesse, le mépris et (en raison de ses prétentions) le ridicule.

       C’'est ainsi que finalement s'’explique l’'attitude du "complexe anti-romain" si largement répandu dans toute la Catholica, mais en particulier en Europe du Nord, en Amérique du Nord et du Sud ; les pays de l’'Est qui subissent la persécution y sont moins sujets, car l'’autorité ecclésiastique (comme ce fut le cas des évêques qui au Moyen ge subirent la persécution des princes) représente un havre de liberté. Mais dans les aires géographiques que nous avons citées, beaucoup réagissent comme si Rome les persécutait et les privait de leurs libertés démocratiques. Et ceci avant même tout dialogue destiné à clarifier les questions en suspens. Dans le Nouveau Testament, il est clair que les tensions à l’'intérieur de l’'Église n’'ont pu trouver de solutions que dans un climat de grande charité ; Ignace d'’Antioche, quant à lui, nous apprend que Rome exerce une "primauté d’amour" ; il est donc anti-chrétien de la part de ceux qui sont en conflit avec Rome de suspecter a priori ses directives et ses consignes. Il est indispensable que les chrétiens sachent s’'immuniser contre la malveillance qui provient de l’'extérieur, surtout quand elle est systématiquement renforcée par de nombreux médias. De nos jours, il n'’est pas rare qu’'on assiste à des collectes de signatures hostiles à Rome dont l'’initiative est souvent prise par le clergé–, pétitions fondées sur des déclarations de presse déformées ou réductrices : ce qui a pour effet d’'empoisonner le climat ecclésial et d’ouvrir la voie à des courants schismatiques, à longue échéance, certes, mais en connaissance de cause.
Le complexe anti-romain, Médiaspaul, 1998, p. 19-24
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Joséphine 27/07/2006 04:33

Mon père,
Je crois en Dieu, en Lui et en toutes les vérités révélées et enseugnées par l'Eglise (catholique) car Il ne peut ni se tromper ni nous tromper mais il y a une question que je voudrais vous poser et qui n' a pas de liens apparents avec votre texte en quoi la Très Sainte Vierge Marie est-elle restée vierge toute sa vie...
Pour tout vous dire, j'attends une réponse bien précise: il semblerait que Notre très chère Maman appartiendrait à une tribu où les jeunes filles -peut-être pas toutes- faisaient voeu de chasteté, s'offrant ainsi à Dieu, très jeune. Si vous en avez entendu parler je vous remercie d'avance de nous faire partager tout ce que vous savez.
De Guadeloupe

Walter Covens 27/07/2006 14:16

Pour répondre à ta question je publierai un article à ce sujet dans la rubrique "actualités".

RSS Contact